dimanche 7 juin 2015

Les socialistes s’attaquent à Polytechnique: Victor Hugo l'avait prédit !


Tiens, et bien pour une fois, me voici d'accord avec Bayrou ! En s'attaquant à l'école polytechnique, le gouvernement cherche encore une fois à mettre à terre l'excellence ! " Détruire ce qui marche " ! L'excellence, le mérite, l'apprentissage, la prime aux meilleurs, plus de deux siècles de traditions militaires, voilà le genre de choses que ce gouvernement de niveleurs ne supporte pas.

" Pour la Patrie, les sciences et la gloire ", voilà le genre de triptyque, devise de l'école, que nos socialistes ne peuvent pas souffrir.

Il paraîtrait, selon eux, que Polytechnique ne soit pas assez reconnu mondialement, pas assez dans son temps, pas assez "sociale ", pas à la hauteur de la compétition mondiale à laquelle se livrent certaines universités étrangères et, comble de l'infamie, peu représentative de la société française. Et sans même se poser la question de savoir pourquoi si peu d'étudiants sont aptes à porter bicorne et tangente,  Polytechnique ne serait rien d'autre qu'un apartheid social élitiste, rendez-vous compte ! Alors, faut casser Polytechnique, faut la noyer dans un espèce de conglomérat à créer regroupant plusieurs autres écoles: Supélec, Mines, Agro, l'Ecole Normale Supérieure et je ne sais quoi, bref mêler des savoirs et des connaissances qui n'ont rien à voir entre eux. Et pour faire bonne mesure, multiplier par 4 le nombre d'étudiants étrangers qui pourraient s'inscrire dans la bientôt défunte X.

Vous l'aurez compris l'école qui forma les maréchaux Joffre et Foch, D'Estienne d'Orve, Gay-Lussac, Poincaré, les prix Nobel Jean Tirole, Maurice Allais et Henri Becquerel, Jean-Christophe Yoccoz (médaille Fields), les présidents de la République Sadi Carnot, Albert Lebrun et Giscard, Carlos Ghosn, Jean Borotra, Yves du Manoir et bien d'autres encore,capitaines d'industrie, scientifiques, prêtres (mon cousin) et écrivains est actuellement la cible d'un gouvernement qui, pour haïr l'élitisme, ne cesse de vouloir détruire l'excellence.


Le 20 juin 1848,Victor Hugo s'adressait ainsi aux électeurs, aux Français::

" Deux républiques sont possibles:

L’une abattra le drapeau tricolore sous le drapeau rouge, fera des gros sous avec la colonne, jettera bas la statue de Napoléon et dressera la statue de Marat, détruira l’institut, l’école polytechnique et la légion d’honneur, ajoutera à l’auguste devise : Liberté, Égalité, Fraternité, l’option sinistre : ou la Mort ; fera banqueroute, ruinera les riches sans enrichir les pauvres, anéantira le crédit, qui est la fortune de tous, et le travail, qui est le pain de chacun, abolira la propriété et la famille, promènera des têtes sur des piques, remplira les prisons par le soupçon et les videra par le massacre, mettra l’Europe en feu et la civilisation en cendre, fera de la France la patrie des ténèbres, égorgera la liberté, étouffera les arts, décapitera la pensée, niera Dieu ; remettra en mouvement ces deux, machines fatales qui ne vont pas l’une sans l’autre, la planche aux assignats et la bascule de la guillotine ; en un mot, fera froidement ce que les hommes de 93 ont fait ardemment, et, après l’horrible dans le grand que nos pères ont vu, nous montrera le monstrueux dans le petit. 

L’autre sera la sainte communion de tous les français dès à présent, et de tous les peuples un jour, dans le principe démocratique ; fondera une liberté sans usurpations et sans violences, une égalité qui admettra la croissance naturelle de chacun, une fraternité, non de moines dans un couvent, mais d’hommes libres ; donnera à tous l’enseignement comme le soleil donne la lumière, gratuitement ; introduira la clémence dans la loi pénale et la conciliation dans la loi civile ; multipliera les chemins de fer, reboisera une partie du territoire, en défrichera une autre, décuplera la valeur du sol ; partira de ce principe qu’il faut que tout homme commence par le travail et finisse par la propriété, assurera en conséquence la propriété comme la représentation du travail accompli, et le travail comme l’élément de la propriété future ; respectera l’héritage, qui n’est autre chose que la main du père tendue aux enfants à travers le mur du tombeau ; combinera pacifiquement, pour résoudre le glorieux problème du bien-être universel, les accroissements continus de l’industrie, de la science, de l’art et de la pensée ; poursuivra, sans quitter terre pourtant et sans sortir du possible et du vrai, la réalisation sereine de tous les grands rêves des sages ; bâtira le pouvoir sur la même base que la liberté, c’est-à-dire sur le droit ; subordonnera la force à l’intelligence ; dissoudra l’émeute et la guerre, ces deux formes de la barbarie ; fera de l’ordre la loi des citoyens, et de la paix la loi des nations ; vivra et rayonnera ; grandira la France, conquerra le monde ; sera, en un mot, le majestueux embrassement du genre humain sous le regard de Dieu satisfait. "

Il semblerait que, paradoxalement et contrairement aux beaux discours dont ils nous abreuvent, les socialistes aient choisi la première république ci-dessus décrite, au détriment de la seconde...

Quelle pitié !

Folie passagère 2799.
Résultat de recherche d'images pour "ecole polytechnique"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

60 commentaires:

  1. Magnifiquement contemporains les extraits de Victor Hugo !!!
    "Choses vues" ?

    RépondreSupprimer
  2. Tu as hélas! parfaitement raison. Cette volonté destructrice au nom d'une idéologie me fait penser à toutes les dictatures qui veulent faire le bien des gens contre leur gré. Heureusement que les socialistes semblent préférer une dictature molle. Pour l'instant du moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: c'est incroyable tout de même cette volonté de réduire à néant ce quimarche au nom d un égalitarisme stupide et sous couvert de raisons bidons comme quoi l école manquerait de visibilité à l internationale. mais en Chine, on me parlait de Polytechnique !

      Supprimer
  3. "Choses vues" ?

    Ah non pardon : c'est moi qui n'avait rien vu du lien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fredi M: Rien compris à ton histoire de " choses vues " ... :)

      Supprimer
  4. Quel texte superbe et prophétique ! on est en plein dedans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: prophétique et si bien vu ! Hugo avait un don ! Pas possible autrement.

      Supprimer
  5. Le problème, c'est que Polytechnique est déjà morte. Et les efforts conjugués de Sarkozy, en son temps, et de l'actuel gouvernement qui se contente de suivre la voie ouverte, sont en train de l'achever. Il faut voir le contingent d'étudiants étrangers pour comprendre qu'elle n'attire plus les Français qui pour beaucoup partent se former dans de vraies bonnes grandes écoles à l'étranger. Il faut avoir vu les groupes d'issus de la diversité et des quartiers dits défavorisés, plus encadrés qu'une classe de maternelle en sortie scolaire (pour cause d'indiscipline, etc.) pour entrevoir l'avenir de cette école autrefois prestigieuse. Quant à l'aspect militaire, il n'est plus qu'un vernis. Autrefois, l'école était considérée comme un terrain militaire fermé à tous, sauf à ceux qui y enseignent ou y apprennent. Aujourd'hui, elle est devenue un campus ouvert aux quatre vents, où n'importe qui peut y aller pique-niquer, y aller pour faire chier son clebs, sans parler des roms et autres malfaisants caravaniers qui viennent nuitamment piquer des kilomètres de câbles, des milliers de litres de fuel, fracturent les laboratoires pour y voler du matos informatique, ou plus prosaïquement les bagnoles des enseignants ou des élèves. Elle est devenue une "grande" école comme les autres où les étudiants se murgent jusqu'au coma éthylique à la moindre fiesta organisée par les binets avec la bienveillance de la direction encore militaire (pour combien de temps encore ?).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: Cette école est sur ton territoire, si j ose dire, et je veu donc bien croire toutes les dérives que tu énumères. maintenant, pas d accord du tout sur le fait, par exemple, qu elle n attire plus les Français, mais alors pas d accord du tout, si j en crois, quelques jeunes de mon quartier qui ne rêve que de cela: intergre Polytechnique. Bon okay, je n habites pas Sarcelles ou Garges :)
      Quant à l aspect militaire, là encore pas d accord avec toi si j en juge parce que j ai pu en voir en allant au baptême d une promotion récemment , mon cousin, qui même s il en est sorti il y a quarante ans fréquentent toujours les lieux ou par la prestance , pleine de traditions militaires des étudiants sur les Champs le 14 juillet

      Supprimer
    2. Certes, ils portent encore l'uniforme traditionnel, mais c'est juste pour la parade, le reste du temps ce sont de joyeux étudiants fêtards qui se murgent dans des sous-sols normalement interdits à tout public hors techniciens, qui baisent, et pour certains célèbrent des messes noires et autres païenneries. Il suffit de voir la touche de pas mal d'entre eux, entre gauchos plus ou moins crasseux, fans déjantés d'électro, amateurs de reggae et de ganja, pour se dire que l'esprit militaire n'est plus vraiment à l'ordre du jour. Certes, il reste encore pas mal de petits gars et de jeunes filles présentant bien et loin de ces fariboles, mais le mal est déjà dans les murs. Ce sont d'ailleurs ceux-là qu'on retrouve lors des défilés. J'en parle d'autant plus facilement que je passe sur le campus tous les jours.

      Supprimer
    3. Je te crois, forcément, puisque tu le vis à côté de chez toi. Mais tu reconnais que ce n'est le fait que d'une minorité : il doit de ce fait être facile d'y remédier si l'on veut s' en donner la peine... Par ailleurs j'ai de la peine à croire que ce genre d'attitude soit supportable, par la suite, dans les écoles d'application qui fournissent encore bon nombre de cadres techniques à l' État!
      Ce qui me choque profondément dans ce que j 'ai pu lire de cette volonté de réforme, issue d'un rapport d'Attali si j'ai bien compris, c'est qu'elle risque de multiplier ce genre de dérives en remettant en cause ce que l'acquisition de connaissances à ce niveau suppose de volonté, de qualités et, parfois, de sacrifices. Polytechnique ne me semblait pas si ringard que ça quand je rencontrais, il y a peu,de temps encore, des ingénieurs ou des cadres de corps techniques étrangers. Qu'elle doive évoluer, sans doute, oui. Mais surtout qu' 'elle ne continue à n'accepter que des élèves capables de suivre un enseignement compatible avec le niveau de responsabilité qui les attend normalement...

      Supprimer
    4. Mais non, il faut se calmer.

      D'une part ils font encore leur service, à la différence de la plupart, même s'il a été un peu raccourci.

      D'autre part c'est vrai qu'une partie se lâchent un peu sur le campus, ce qui vient simplement du besoin de décompresser entre prépas+année militaire et la vie professionnelle. Mais en général rien de bien méchant, et cela n'empêche pas les études de continuer.

      Enfin, il est faux de dire qu'elle n'attire plus : le nombre d'élèves français est resté le même, 400. Que les gouvernements aient augmenté le nombre d'élèves étrangers n'est pas forcément une mauvaise chose, en tout cas ils sont aussi sélectionnés sur niveau scolaire. Bon, quadrupler le nombre n'est sans doute pas raisonnable.

      Il semble qu'il y a des journées d'appel pour la défense qui s'y passent, d'où les jeunes non élèves qui s'y promènent.

      Clin d'oeil : le petit chemin assez raide entre la station RER Lozère et l'école est surnommé "le sentier de la gloire". Mon prof de prépa, facétieux, nous avait dit que c'était sans doute l'épreuve la plus dure du concours.

      Supprimer
    5. Ce sentier pourrait également être surnommé "le sentier de tous les dangers", car il n'est pas rare que des bandes allogènes venues des Ulis voire de certaines cités locales s'y embusquent pour dépouiller les élèves de leurs i-phones et autres i-pads.

      Sinon, oui, il y a les journées d'appel, mais la totalité du site est ouverte à qui veut y venir, tout au moins jusqu'au soir où le campus est fermé. Ceci dit, la clôture étant vétuste, il ne faut pas être bien malin pour y pénétrer la nuit. Le campus a perdu son statut militaire, la quasi totalité de la voierie a été versée au domaine public de la communauté de communes du plateau de Saclay et seuls quelques rares laboratoires classés secret défense restent sous la tutelle militaire et sont gardés par la Gendarmerie de l'Armement.

      Supprimer
  6. Je ne crois pas que cette destruction massive de tout ce qui fait l'excellence de l'Enseignement supérieur en France soit seulement de l'idéologie .. c'est aussi un mélange de jalousie personnelle et de vengeance revancharde de petits esprits sans talents sans diplômes et sans culture .. et bien sur c'est la recherche de l'écrasement et l'extinction de l'esprit français ..
    Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Annette: entièrement d accord avec toi, volonté de sabrer tout ce qui touche l excellence au nom d une égalité dévoyée au profit de l égalitarisme mais aussi d'une jalousie revancharde. Après tout, de memoire, valls tout premier qu il soit n a qu une licence :).

      Supprimer
  7. D'accord à cent pour cent avec ton billet, voir plus compte tenu de ta superbe citation de Victor Hugo...
    Comme je l'ai déjà écrit, ce mépris de "l'élitisme " me gonfle de la part d'anciens élèves de la "non élitiste" ENA... Ouvrir polytechnique à de simples bacheliers... Je veut bien, mais ils apprendront quand et où ce que l'on apprend en prépas? Mais ils n'ont donc rien d'autre à foutre que de dézinguer ce qui marchait encore à peu près en socialie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gridou: et bien non, faut croire qu ils n ont rien d autre a foutre. mais tout ceci est bien dans leur logique.

      Supprimer
  8. Polytechnique, un glorieux passé mais aucun avenir.
    Quant à Victor Hugo, iil a détruit Napoléon 3, ce dernier n'etait oeut etre pas assez flagorneur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: Aucun avenir ??? peux-tu justifier pareille ânerie ?

      Supprimer
    2. Le petit père Hugo a flingué Napoléon III tout simplement parce que ce dernier n'a pas cru bon de répondre à l'appel du "grand écrivain" qui se proposait pour le poste de ministre de l'Instruction publique. Sans oublier qu'il avait négligé de le faire arrêter pendant la nuit du deux décembre 1851, ce qu'il considéra comme une marque de mépris infamante. D'une parce que l'empereur a su que Victor Hugo nourrissait des amitiés avec certains de ses opposants, la question de confiance se posait donc. Ensuite parce qu'il s'est toujours méfié, à juste raison du monde des intellectuels ces derniers étant toujours prompts à soutenir la sédition. Vexé à mort, le grand homme décida donc de s'expatrier, de se forger une légende de martyr afin de pouvoir poursuivre ce brave homme de sa haine farouche. La masse aimant par dessus tout les hommes victimes d'une injustice, sans chercher à en savoir plus, il gagna donc en popularité. Sans pour autant que celle-ci influe réellement sur le plan politique, au grand dam du serial niqueur de Jersey.

      Pour ceux qui se demanderaient pourquoi j'ai mis des guillemets à "grand écrivain", je leur conseille vivement la lecture de Hugothérapie ou comment l'esprit vient aux mal-pensants de Pierre-Antoine Cousteau. Après l'avoir fini, il est rare que l'on ait le même regard sur l'auteur. A propos de ce dernier, Léon Daudet notait : "Hugo exècre les religions traditionnelles. Il est “pour la religion contre les religions”… Mais il croit « aux tables tournantes et aux esprits frappeurs » ; pas n’importe lesquels, il est vrai, puisqu’il n’entretient commerce spirite qu’avec Jésus, Moïse, Mahomet, Shakespeare, Chénier et même le Lion d’Androclès. Excusez du peu ! " Il faut avoir lu ses discours aux peuples (Turcs, Arméniens, Mexicains, etc.) pour finir par le considérer comme le précurseur de nos cuistres modernes : Aragon, Sartre, BHL. La grandiloquence le dispute à ce que l'on pourrait considérer comme de la trahison lorsqu'il s'adresse aux soldats allemands en 1870, après la défaite de la France : "Cette guerre est finie, puisque l’empire est fini. Vous avez tué votre ennemi qui était le nôtre. Que voulez-vous de plus ? Vous venez prendre Paris de force ! Mais nous vous l’avons toujours offert avec amour. Ne faites pas fermer les portes par un peuple qui de tout temps vous a tendu les bras […] Nous continuerons d’être vos frères ; et vos blessés, savez-vous où nous les mettrons ? Dans le palais de la nation. […] Les Tuileries. Là sera l’ambulance de vos braves soldats prisonniers […]. Nous les traiterons royalement."

      Quant à Polytechnique, quand je vois la construction à grande échelle de laboratoires privés dans l'enceinte même de l'école, je me dis qu'elle va finir par devenir une sorte de pôle où les grandes entreprises pourront trouver des laborantins et autres assistants de recherche à peu de frais, se réservant ensuite le droit d'embaucher les meilleurs, puisqu'elles n'auront pas de problème de trésorerie pour payer à l'Etat les cinq années d'études qu'ils doivent rembourser en bossant dans une administration.

      Supprimer
    3. @Koltchak: "laborantins et assistants à peu de frais": vous croyez que les élèves vont servir de laborantins? Par ailleurs il faut choisir, que nos grandes écoles s' ouvrent vers le monde de l'entreprise et de la recherche est un bien, on leur suffisamment reproché d'en être coupées.Et le fait que la recherche privée cherche à collaborer prouve la qualité qu' elle reconnaît à cette formation... Quant à la recherche des meilleurs en leur offrant la "pantoufle", cela a toujours existé!

      Supprimer
    4. Le dernier personnage important sorti de polytechnique, je ne suis pas versé dans la saga des grands hommes mais les derniers ou dernières polytechniciennes sont de grands inconnus.
      Ils ou elles finissent dans les directoires des grandes entreprises d'État.
      Certains terminent dans questions pour un champion ,spécial Grandes Écoles.

      Enfin dans le classement international des écoles , où se situe Polytechnique?

      Supprimer
    5. @Kotlchack: que l on apprécie ou pas Hugo, perso je suis mitigé, ce discours est étonnamment prémonitoire et me semble, pour sa première république correspondre parfaitement à nos socialos progressistes, non ?
      Bon et puis qu un royaliste ait quelques problèmes pour apprécier Hugo, quoi d étonnant ? :)


      @Grandpas: classement trouvé sur wikipedia:


      Classements des écoles d'ingénieurs françaises
      Challenges 19e161
      L'Étudiant 1er162
      L'Usine nouvelle 1er163
      Industrie et Technologies 2e164

      ça vaut ce que ça vaut. Après, l'X est difficilement classable dans la mesure ou toute une partie de l'enseignement est très spécifique à l école.

      Supprimer
    6. Géo

      @ Corto et Koltchak
      Bonjour


      Hugo etait un homme doué d une prescience quasi visionnaire des choses,semble t il,ce qui pouvait certes le faire délirer dans ses rapports avec l au delà,mais il était la mode à l époque de se plonger dans le spiritisme,y compris parmi les célébrités du moment,princes compris.
      Vrai qu on sent bien la rancoeur personnelle contre Napoléon le "petit",au delà de l aspect politique.
      Signalé en passant:Hugo a fait de fines compositions artistiques à base de noir de fumée,encres et assimilés,peu connues.

      Merci à Koltchak pour les détails et le livre référencé.

      Supprimer
    7. Géo

      Oups

      Au temps pour moi!

      Merci aussi à Corto,pour le passionnant texte de V.Hugo

      Supprimer
    8. Elle est 61eme et première française au classement anglais Times higher education :

      https://www.timeshighereducation.co.uk/world-university-rankings/2014-15/world-ranking

      alors que la taille et la spécialisation en sciences exactes la défavorisent.

      Dingue, ce goût pour l'auto-dénigrement...pas étonnant que les socialos (ou Sarkozy en son temps) fassent ce qu'ils veulent.

      Supprimer
    9. @ Corto : Je juge surtout Hugo sur le plan littéraire, son engagement politique ne m'intéresse pas parce qu'il est surtout fondé sur une rancœur personnelle adossée à un idéalisme béat qui n'a rien à envier à celui de nos médiocres contemporains de la rue de Solférino. Je n'ai pas grand chose à dire sur le poète, mais pour ce qui est des romans et des pièces, il y aurait beaucoup à dire.

      @ Géo : Les compositions en question sont visibles, pour partie, dans son ancienne maison de la place des Vosges à Paris, avec une partie de son mobilier qu'il confectionna de ses mains. Je reconnais volontiers que le talent est là, mais force est d'admettre qu'elles sont très sombres à tout point de vue. Je déconseille la visite aux neurasthéniques et aux suicidaires.

      Supprimer
    10. Géo

      @Koltchak

      Vrai que les compositions que j ai pu voir...je me souviens de lieux arides et de silhouettes de chateaux sinistres.
      J avais oublié le mobilier.
      Dans les mémoires de la diplomatie secréte de 1789 à 1945environ,de De Launay,on y parle de Hugo comme d un pingre fini qui a quitté ce monde en laissant plus de deux millions de francs-or de l époque!
      Et,comme vous l évoquiez,les petites gateries faites par ses servantes à ce monsieur,à titre gracieux,étaient de notoriété publique!

      Supprimer
  9. Je l ' ai senti venir en les voyant défiler le 14 Juillet au fil des années : à en pleurer , surtout pour un mec comme
    moi ayant des heures et des heures de " bagottage " chez les Eor . J ' avais honte pour eux ...

    Jérôme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jérôme: un peu comme toi. Quand j ai entendu des " femmes " comme Joly, Duflot , Fillipetti ou même Royal se poser des questions sur l utilité du défilé du 14 juillet, je me suis dit, on est vraiment mal barré. Puis vint la remise en cause des langues mortes, la suppression de la prime au mérite, j en passe et des meilleures... là, je me suis dit, l'oeuvre de destruction ne fait que commencer !

      Supprimer
  10. merci corto pour ce texte et ce rappel sur victor Hugo. je suis un peu anéantie. Je pense comme Annette plus haut.
    tiens, on dirait que la transversalité a encore frappé ( question grandes écoles )...à quand les gomettes sur les grandes écoles, puisque tout semble marcher aussi à la gomette
    anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: typiquement socialo progressistes: le mérite, l excellence les débectent au nom de cette foutu égalité qu'ils ont dévoyé au profit d un égalitarisme forcené

      Supprimer
  11. Fredi M. a ajouté un nouveau commentaire sur votre article "Les socialistes s’attaquent à Polytechnique: Victo..." :


    Choses vues
    1830-1846
    Victor Hugo.

    RépondreSupprimer
  12. Nivelage à tous les étages , quand on voit le degré d’intelligence de tous ces freluquets qui nous gouvernent ,il n'est pas surprenant que l'instruction à un haut niveau les dérange au point de détruire tout ce qui ressemblera à une élite .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Herni: les élites, hors la leur, ils n ont jamais aimé.

      Supprimer
    2. Géo

      Bonjour à tout le monde

      Il est aberrant de ne pas comprendre que la sélection des plus méritants est la seule voie possible et qu il faille "mettre le paquet sur la valeur de l enseignement.
      Pourquoi cet esprit pseudo-égalitaire borné?
      Parce que ces soi-disant"élites"politiques n ont à mon sens jamais joué dans la cour des grands.
      Infantiles dans leur conception des choses,leur vision est celle de la cour de la Maternelle,une vision trés scolaire de la vie,hors des réalités concrétes.
      Des gens qui ont leurs postes par le fait d appartenir à un clan social ou racial mis en avant,et non pas par leur valeur propre.
      D où une jalousie envers les méritants,qui traduit une peur d etre dépassés et supplantés dans leurs prérogatives par des générations intellectuellement supérieures,qui les rangeraient dans la case"dinosaures",dépassés par l évolution sociale.
      Cette vision de caste jalouse imbue de ses priviléges et qui n a,en esprit tout au moins,jamais quitté la cour des petits,avec les mesquineries,bassesses,fourberies qui,chez des petits enfants,ont une autre dénomination,du fait de leurs jeux et cachotteries,mais portent bien leur nom chez les adultes quand ils sont immatures et de mauvaise foi.

      Supprimer
    3. Et encore, Corto" la leur, "(élite ), il faut vraiment la chercher actuellement...

      Supprimer
    4. Géo

      Pour terminer sur le refus de soi disant ",élites",politiques de privilégier le mérite,possible que certains aient aussi une trouille bleue de voir que,du fait de l Histoire,il y a des catégories sociales ou autres auxquelles ils appartiennent,qui seraient moins favorisées si le critére de mérite était mis en avant!
      Du fait que certains ont plus de chemin à faire que d autres pour se hisser a un niveau appréciable.
      Cela remettrait en cause l idée d egalité de tous les "clans".
      Pourtant évident que,du fait des circonstances historiques culturelles,et religieuses,des différences se créent,que les concernés doivent combler par un effort d ouverture d esprit important,et non pas l alignement par le bas,qui n a jamais reussi à personne.
      C est mon avis

      Bonne journée

      Supprimer
    5. Géo, c'est pourtant simple. Quand vous faites entrer des charretées d'étrangers qui ne parlent, n'écrivent pas, ne lisent pas le français, qui de plus sont étrangers à notre culture, à nos traditions, et ne seront jamais Français quoi qu'on puisse en penser ou dire, à un moment il faut faire des choix. Comme il n'est pas question, à gauche comme à droite, de faire le grand ménage, et bien on ne cesse d’abaisser le niveau pour que leur incapacité atavique, pour la grande majorité, ne soit par trop voyante. L'excellence, l'élitisme, la récompense du mérite, ça marche quand on a affaire à un peuple homogène, pas à un conglomérat de cultures et d'ethnies juxtaposées et qui se regardent en chien de faïence.

      Supprimer
    6. @ Géo (12h22)
      Bien vu. Et j'approuve.

      Supprimer
    7. Géo

      @Koltchak

      C est bien le vrai probléme!
      Entierement d accord avec vous!
      Si nous assemblons des éléments disparates,ce sont toujours les plus faiblards qui vont faire la moyenne générale.
      Ce qui me désole en outre:le fait que parmi des gens,qui ont la chance d etre en un pays où se trouve la possibilité d apprendre gratuitement gràce notamment à un réseau gratuit,pour les moins fortunés,de bibliothéques publiques,il y ait ruffians et moins que rien qui brulent des écoles et autres et que des tristes sires les
      excusent.
      Pendant ce temps,en Inde ou en Amerique du sud,des enfants misérables revent de pouvoir s instruire,du témoignage meme de certaines personnes que je connais.
      Je n ai rien contre les autres races ou peuples,pour ma part,dans la,mesure où ils montrent un sain désir d évoluer et de créer,
      Je ne dirai pas tout le mal que je pense de ceux qui se laissent aller à n exprimer que les instincts les plus arriérés de l espece humaine.
      Et les gens coupables de les en excuser.
      On a fait vraiment n importe quoi ici.

      De surcroit,quel idée issue des délires égalitaires les plus débiles que de rassembler en un espace territorial limité des gens de diverses origines dont le point commun est la misére tant matérielle que morale,ça n a aucun sens sauf quand on veut nuire à un pays,là,c est un crime contre la nation!

      Supprimer
    8. Géo

      @Franzi

      En fait,on pourrait se demander si les Français sont dirigés comme des enfants de la maternelle,du fait de la mentalité scolaire et "parquée"dans un cloaque idéologique des dirigeants,ou comme du bétail dans les grandes plaines du far west de l Histoire?
      (Comme des vaches...à lait,si on préfére)

      Supprimer
  13. Un grand bravo pour avoir dégoté cette citation de Victor Hugo. Visiblement prémonitoire, c'en est impressionnant.

    RépondreSupprimer
  14. Je me permets de disconvenir d'avec l'honorable assemblée.
    Nous avons bien la 2nde version..... à longueur de discours, de tribunes, d'interviews, d'appels au peuple... !

    Par contre, si on se limite aux faits, hélas, vous avez raison, c'est la 1ère qui s'applique.
    Finalement plus on invoque le 2ème type, plus on se situe dans le 1er.
    Danton, Marat, Robespierre sont de bons exemples de ce décalage et eux aussi se réclamaient en permanence de l'égalité et de l'intégrité etc...
    Vivement un nouveau Napoléon pour remettre un peu de grandeur, d'ordre et rétablir les finances !
    (et après je veux bien une restauration pour faire plaisir à Koltchak :-) )
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: Vivement un nouveau Napoléon ... Sarko, ça te convient ? Bon, okay, je sors :)

      Supprimer
    2. @Droopyx

      Danton,lui voulait etre plus égalitaire que les autres,avec ses gouts de grand bourgeois,pret à trahir la France en pactisant avec l Autriche pour pouvoir faire des affaires(références,entre autres:Decaux et Castelot,la caméra explore le temps.)on peut trouver la série.
      Bonne série,loin de la télé actuelle,de vrais comédiens,et pas de cuistres en guise de chroniqueurs...

      Marat,ne pensait qu à tuer tout le monde,lassant meme les plus fanatiques,l exemple typique du jaloux haineux qui voua une haine mortelle à Lavoisier car celui ci avait rejeté un projet bizarre de création scientifique apparemment sans interet,avant la Revolution,l exemple de l envieux qui a juré de se venger du mérite!!!
      Tiens!Comme on retrouve encore des points communs avec notre ére.

      Nouveau Napoleon?
      Pour l instant,c est la Bérézina sans Napoléon.

      Supprimer
    3. Napoléon dont on ne cesse de faire grand cas n'a jamais rien d'autre que le continuateur de la révolution, en adoucissant çà et là ses excès les plus visibles. À travers ses ineptes guerres, il a juste contribué à détruire ce qui restait de la marine de guerre bâtie par Louis XVI et qui avait pris le leadership maritime à la perfide Albion. Il a saigné la France à blanc sur le plan démographique, avec un mépris incroyable de la vie humaine (suite à une bataille gagnée au prix de milliers de vies, il répliqua par : "une nuit de Paris réparera tout ça."). Le tout pour quel bénéfice ? Une occupation de la France qui se révéla on ne peut plus rigoureuse, avec un cortège de viols, de meurtres, de pillages.

      Supprimer
    4. Géo

      @Droopyx et Koltchak

      J ai cité Danton et ses contradictions mais Robespierre!
      Fustige Fouché pour ses massacres à Lyon,mais fait voter des lois d exception pour la Terreur,an nom d une idéologie du bon sauvage,de Rousseau,et veut répandre une société égalitaire partout.
      N y a t il pas le meme aveuglement idéologique,de nos jours?

      Supprimer
    5. Géo

      @Koltchak

      On a relevé des similitudes de pensée entre Robespierre et Bonaparte,en fait Napoléon n est que le continuateur de la Revolution avec la charge de répandre les idées nouvelles.
      On ne pouvait pas attendre la paix en Europe.
      Toujours au nom des droits de l Homme,jamais respectés par ailleurs mais toujours brandis y compris au nom de l égalité.
      Dans nombre de cas,pour que certaines communautés soient plus egales que les autres!
      Trés actuel,1789!

      Supprimer
  15. merci encore corto, je me suis plongée dans le lien rapportant les textes de victor hugo.. un vrai régal... ( celui sur le travail et la proprieté ) :-)

    anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: mais de rien, tout le plaisir est pour moi

      Supprimer
  16. Je me souviens de l'entretien d'un journaliste avec le directeur de l'école polytechnique, il y a quelques années, mon cher Corto. Ce dernier était inarrêtable sur les avantages dont bénéficiait son école, et quand le journaliste lui posa la question des inconvénients qu'il rencontrait, le directeur s'est plaint que les élèves ne travaillaient pas assez. Car, disait-il, ils avaient tellement travaillé pour réussir le concours, que ensuite ils se laissaient aller d'autant plus que le campus leur offrait à profusion toutes les commodités et toutes les distractions dont ils pouvaient rêver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Je me souviens de l’entretien que j'eus avec ma nièce, il y a quelques années, lorsqu elle entra en 2eme année de médecine. Elle était inarrêtable sur les avantages dont elle bénéficiait à l'école de santé des armées de Lyon, avantages dont elle disait pouvoir profiter pleinement car ils avaient tous appris à tellement bosser pour y entrer puis pour passer le cap de la première année que pour le reste de ces études tout lui paraissait si simple et si aisé. l'année prochaine elle devrait avoir fini ses études,etre toubib et continuer en plus a faire ce qu elle fit tout au long de ses années, passée la première: s'amuser, faire du sport, travailler, etc... Dingue, non ?

      Et c'est tout l effet que vous fait le grand Hugo ? :)

      Supprimer
    2. "Et c'est tout l effet que vous fait le grand Hugo ? :)"
      Un génie de prémonition, il avait prévu le discours de l'ile de Sein :
      Echevelé, livide au milieu des tempêtes...
      Droopyx

      Supprimer
  17. j'en profite pour signaler que Bayrou et Ferry (entre autres) ont lancé ce week-end cette pétition :

    https://www.change.org/p/m-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-pour-un-college-de-l-exigence

    sur la réforme du collège.

    RépondreSupprimer
  18. Thanks a bunch for sharing this with all folks you really
    know what you are speaking about! Bookmarked. Kindly also visit my web site =).
    We will have a hyperlink alternate contract among us

    Take a look at my blog - graphic t shirts

    RépondreSupprimer
  19. Useful info. Lucky me I discovered your web site unintentionally, and I'm shocked why this twist of fate did not took place earlier!
    I bookmarked it.

    my web site DorothyQCannada

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP