samedi 30 avril 2016

Réforme du collège: tristesse pour ces enfants qu’on sacrifie

La réforme du collège ? Vous voulez voir ce que cela donne ? Et bien lisez ce qui suit, billet repiqué avec l'autorisation de son auteur, François-Xavier Bellamy, professeur agrégé de philosophie, maire-adjoint à Versailles.



« Sa va dps samedi ? G1 truc a te dir jcroi kon devré fer 1 brek… »

Manuel scolaire 5ème, 4ème, 3ème, éditions Nathan.

Voilà, la réforme du collège devient concrète.

Cette semaine, les enseignants découvrent, effarés, les manuels scolaires conformes aux injonctions ministérielles, préparés dans l’improvisation totale pour la rentrée prochaine. C’est un cours de maths remplacé par un sondage dans la classe sur les discriminations. C’est la littérature et la langue françaises sacrifiée pour des « punchlines » et des SMS. C’est l’immense aventure des sciences qui s’achève dans une curiosité morbide pour la mort de Claude François dans sa baignoire.

Immense tristesse, immense colère aussi. J’ai la rage au fond du cœur de voir ce délire devenir réalité, avec la collaboration honteuse d’éditeurs serviles et lâches, dans le silence des médias et dans la passivité générale – si l’on excepte la complicité coupable de l’enseignement privé.

Tous ceux qui coopèrent à cette immense dévastation, à ce mensonge, à ce délire, j’espère qu’ils ont un peu honte, au fond d’eux mêmes. Et j’espère, envers et contre tout, que cette réforme n’ira pas jusqu’au bout. Parce que ce n’est pas possible… Ils n’ont pas le droit. Nous n’avons pas le droit.

L’école n’a qu’une seule mission : élever les élèves qui lui sont confiés. Chacun d’entre eux porte en lui quelque chose d’exceptionnel, et chacun d’entre eux a droit au meilleur de ce que nous avons reçu. De quel droit allons-nous priver les générations qui viennent de la beauté, de la grandeur, de l’intelligence ? De quel droit condamnons-nous ces enfants à ne plus rien comprendre de leur propre histoire, de leur langue, de leur culture ? Quand la conjugaison est remplacée par l’approximative « impression » des temps, quand toute la maîtrise de la langue consiste à faire de bonnes vannes et à casser avec sa copine, qu’espérons-nous faire grandir chez nos élèves ?

Le manuel « Le livre scolaire », ici reproduit, comporte une phrase de Abd Al Malik qui résume à elle seule toute cette réforme du collège : « A force de vouloir se faire rue, on est devenu caniveau. »

A force de vouloir se faire rue, on est devenu caniveau.

Voilà à quoi ressemble une civilisation qui meurt.

Je voudrais crier partout ma tristesse pour ces enfants qu’on sacrifie… Qui ne trouveront à l’école que ipads, des SMS et des anecdotes people – tout ce qu’ils connaissent déjà en fait, bien mieux que nous, d’ailleurs, et ils nous trouveront bien ridicules de vouloir leur apprendre le « swag ».

Je voudrais crier ma tristesse pour ces gamins condamnés à la pauvreté culturelle par l’école, le lieu même qui aurait dû être pour eux le chemin de l’évasion vers ce qu’il y a d’universel, d’intemporel – les grands textes, les grandes œuvres, les grandes découvertes, tout ce qui fait grandir le cœur, tout ce qui élargit le regard… Pour ces talents qu’en chacun d’eux nous condamnons à la médiocrité.

Quand j’avais sept ou huit ans, mon grand-père m’a offert l’Anthologie de la poésie française, de Georges Pompidou, et il m’a dit : « Si tu veux être heureux dans la vie, il faut apprendre deux vers par jour. » Je l’ai fait. Il avait raison. J’ai découvert un savoir, une saveur de la vie que je ne soupçonnais pas, que le quotidien ne donne pas. Je n’ai pas tout compris bien sûr – pas tout entier, pas tout de suite… Mais c’était beau. C’était grand. Et finalement, c’est tout simplement que ce qu’il y a de beau, de grand, se dépose dans un cœur d’enfant pour l’enrichir, par le cœur. Mais qui maintenant aura encore la chance d’apprendre un peu de poésie – par cœur ?

Maintenant que le sujet des manuels de littérature, c’est : « jcroi kon devré fer 1 brek… »

Voilà à quoi ressemble une génération qui renonce à transmettre.

J’ai tant de tristesse au cœur…

Pourquoi ne nous réveillons-nous pas ?


Résultat de recherche d'images pour "réforme scolaire 2016"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

51 commentaires:

  1. Ouaip Corto, se réveiller... Voilà une "idée qu'elle est bonne" (moi aussi je sais parler le langage djeûne !) Par contre après une si belle description de l'avenir culturel de nos petits enfants, une question se pose : qui va faire le "réveil matin" ? Hum, qui ? Pas de "réveil matin" : personne ne se réveille... Donc, ne passons pas à coté du prochain "réveil matin" quand il se représentera devant nous. Glop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @léo: l'Education Nationale, et tout ce qui gravite autour avec, par exemple, comme mentionné ici, les éditeurs de manuels, les concepteurs de programme est complètement tenue par la gauche depuis des lustres. le bastion est solide, même Allègre s'y est cassé les dents, lui qui voulait dégraisser le mammouth. Alors qui va faire sonner le réveil... vaste question, je n en ai pas la moindre idée à ce jour.

      Supprimer
    2. Heu, désolé si je parle d'autre chose. Je ne retrouve pas ma dernière contribution apportée au billet précédent (les gauchos et les muzzz). Ce n'était pas correct ? Je n'ai insulté personne. Enfin je ne crois pas m'être comporté en troll...

      Supprimer
    3. @Corto : Même question qu'hier soir. Pourquoi mon envoi (sur le billet gauchos et muzz) n'apparaît-il toujours pas ?

      Supprimer
  2. C'est la fin...
    Désespoir et tristesse.
    Des professeurs formés à l'université (minimum bac + 5) où le niveau est déjà totalement modeste, des élèves qu'on maintient dans l'ignorance, de parfaits moutons pour l'abattoir...
    Je vais allumer un cierge à sainte Rita.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @dame Ginette: Un cierge seulement ? Ste Rita demande plus pour ce genre de cause particulièrement désespérée

      Supprimer
  3. Bonsoir Corto,

    Pour en avoir discuté très récemment avec un cadre de l'EN (niveau inspection académique), ancien prof de lettres, très au fait des actions visibles et invisibles en cour, nous sommes en face d'une tentative franche et ouverte de detruction du systeme éducatif. Mis en oeuvre avec patience et d'opiniâtreté, ce projet se décline en ce moment sous nos yeux. Après la dénaturation de l'Histoire, de l'orthographe, de la lecture et de l'apprentissage du calcul, les protagonistes s'attaquent au collège avant de passer au lycée. J'ai globalement peu d'estime pour les enseignants car je les tiens en partie responsable de ce naufrage soit par leur passivité, soit par leur activisme. Pour autant et suite à ma discussion, je reconnais qu'ils sont également des victimes. Pour l'idéologie qui règne en maître absolu rue de Grenelles,rien à faire des remontées du terrain, seul le succès du projet malsain qui l'anime prime. Résultat, les rats quittent le navire, du moins ce qu'ils le peuvent, ou expédient sans passion les affaires courantes. Quand l'un d'entre eux arrive à mettre en place un projet gagnant, on lui impose rapidement de rentrer dans le rang (cas de Céline Alvarez à Aubervilliers. On trouve ses vidéos facilement sur le net. C'est à voir). Il n'y jamais eu autant de création d'écoles hors contrat et le privé sous contrat fait carton plein. Je connais le cas d'une école Montessori qui, en trois ans d'existence, rassemble presque autant d'élèves que l'école publique locale (et c'est en zone rurale). Comme le dit très bien H16, si rien n'est fait (et je pense que rien ne se fera), ce pays est irrémédiablement foutu et est voué à devenir le Venezuela de l'Europe. Merci la Socialie.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: " nous sommes en face d'une tentative franche et ouverte de destruction du systeme éducatif. " Nous sommes nombreux a partager cette impression mais qui dit tentative, dit projet donc des gens derrière ce projet de destruction, une idéologie, non ? Qui sont-ils ? quelle est-elle. Il me semble que cela ne suffit pas de citer uniquement " la gauche " sur ce sujet. Alors sans tomber dans le complotisme, des gens ont-ils interêt à faire des gamins des zombies avant l'age ?

      Pour le reste entièrement d accord

      Supprimer
  4. C'est plus que triste, c'est désespérant.
    Cherchons quand même des raisons d'espérer, même s'il faut se forcer un peu.

    Difficile, par exemple, de ne pas considérer comme une démarche voulue par les pouvoirs financiers qui dominent le monde la régression de tout esprit critique grâce à un mode d’enseignement qui privilégie l’acquisition des seules connaissances techniques porteuses potentielles de rentabilité, mais qui a su imposer, pour créer des citoyens majoritairement dociles, le « pédagogisme » démagogique et le mythe des connaissances qui pourraient s’acquérir passivement par seule immersion dans une école-lieu-de-vie-épanouissant et en se dispensant de la contrainte ingrate de l’effort personnel.

    Après le maelström qui a vu se succéder, en France, en à peine 25 ans, la Révolution, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration monarchique, Alfred de Musset pouvait écrire : «Alors, sur ce monde en ruines, s’assit une jeunesse soucieuse» . Celle d’aujourd’hui se trouve à nouveau face à une page blanche, et tout dépend de ce qu’elle saura y inscrire , sans chercher à reconstituer le passé ; son grand atout est qu’elle l’ignore largement, grâce à cette inculture qui pourrait bien se retourner contre ceux qui l’ont sciemment organisée ; car les mieux armés pour écrire l’Histoire d’un monde nouveau sont toujours ceux qui ont oublié les chapitres précédents, ou, mieux encore, qui ne les ont jamais lus.

    Laissons-nous aller à imaginer que les futurs Christophe Colomb qui, bien que partis comme lui avec des idées fausses, découvriront le monde de demain, ne seront munis, pour tout équipement, que d’une boussole les obligeant à garder en permanence le cap sur le principe de l’égalité de tous les êtres humains ; principe fragile, si long à émerger, si constamment renié, si « anti-naturel » parce que tellement incompatible avec tout ce que l’homme charrie comme bêtise, comme faiblesses, comme frustrations ; mais seul principe permettant à l’espèce humaine de s’éloigner de l’animalité et de justifier son existence, ne serait-ce qu’à ses propres yeux.

    Ce qui est loin d’être gagné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Elie Arié: Quand j ai lu: " Celle d’aujourd’hui se trouve à nouveau face à une page blanche, et tout dépend de ce qu’elle saura y inscrire " m est venu de suite la reflexion suivante: est-elle armée cette jeunesse ne serait-ce que pour noircir cette page blanche. J ai lu la suite " ... son grand atout est qu’elle l’ignore largement, grâce à cette inculture... "
      J"aimerais, pour une fois, être aussi optimiste que vous...

      Supprimer
    2. Non, je ne suis pas optimiste: mais je sais faire la différence entre le fait que je serai incapable de m'adapter au monde qui vient (ce qui, à mon âge, n'a d'ailleurs aucune importance)et celui que ce nouveau monde se passera très bien de moi, de ce qui me semble essentiel et de mes valeurs. L' Histoire de l'humanité ne s'arrête pas avec nous...

      Supprimer
  5. "Personne ne se réveille", pour çà, comme pour le reste; les parents des enfants actuels ont une base éducative déjà faussée ( manque de conscience 'citoyenne' et 'civique' bases des connaissances très restrictives, consumérisme forcené, repli sur la cellule familiale, laissez-aller....La passivité générale est absolument logique, Faire table rase est absolument indispensable et c'est inévitable car cette société est complètement vermoulue
    Matador

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @matador; ds ta parenthèse, tu oublies un truc à mon sens fondamental: l’entrée des femmes dans le monde du travail

      Supprimer
  6. Et voilà ce que je dis depuis longtemps, c' est un gouffre qui se creuse de plus en plus, entre les enfants dont les parents ( où les grands parents ) pourront palier aux conneries de l'EN et les autres, et ce gouffre se retrouvera avec un peuple d'esclaves et quelques têtes biens faites qui prendront les destinées du pays en mains, le soucis c'est que les mômes des socialos vont dans les " bonnes " écoles, les enfants de cadres sup' les enfants d'enseignants, donc il n'y aura pas beaucoup de place pour les autres et ils devront se battre pour prendre quelques places....

    RépondreSupprimer
  7. Tout régime totalitaire ne peut tenir que face à un peuple asservi...et quel meilleur moyen d'y parvenir qu'en détruisant sa culture et sa capacité à réfléchir dés l'école maternelle ? Le travail, bien commencé par ses prédécesseurs ( y'a qu'à entendre les petits cons de la place de la république ), Najat est en passe de le terminer.
    La tristesse et la colère m'envahissent quand je pense à l'avenir bien sombre de mes petits-enfants...non seulement l'école ne leur transmettra plus notre culture ancestrale, non seulement elle ne leur donnera plus les outils pour s'élever, mais en plus une culture et des moeurs venues d'ailleurs les feront vivre dans un pays qui n'aura plus de France que le nom...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: il ne s agit pas de détruire sa capacité à réfléchir, pire, il s agit de lui apprendre à " bien " réfléchir: le formatage.

      Je suis ravi de ne pas avoir d enfants, ça me ferait vraiment trop braire de devoir les aider a faire leurs devoirs : il faut dire que j'ai passé un moment hier soir a parcourir les nouveaux manuels scolaires, c'est incroyable !

      Supprimer
  8. La question est surtout celle-ci : que vont faire les parents , il est vrai que les enfants sont beaucoup livrés à eux-même mais pas tous . C'est un crime digne des états totalitaires d'abaisser à ce point l'instruction des enfants , je suppose que les enfants de nos élites n'auront pas les mêmes manuels scolaire .
    Bon dimanche à tous et à toi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: les parents, ceux qui le peuvent, père et mère, bossent c'est à dire qu ils n ont guère de temps pour bien s occuper de leurs rejetons
      Bon dimanche

      Supprimer
  9. Géo

    Bonsoir

    Pour moi,les coupables sont les cartels financiers tapis,entre autre,outre-atlantique,qui rêvent d instaurer une humanité ignare,docile,divisée,afin d en faire un vaste troupeau qu ils pourront dominer à leur guise et exploiter,
    économiquement,financièrement,et spirituellement(énergétiquement)tout en maintenant des légions d assistés,à l image du peuple des arènes romaines,comme moyens de pression dans la rue.

    D ailleurs,le groupe Bilderberg,cette aristocratie dégénérée(fondée non pas sur l Esprit mais sur le décorum généalogique qui donne aussi de parfaits tarés quand la consanguinité s en mêle...souvent) considérant que,sur terre,il n y a que deux races,les maîtres(eux)et les autres,(et très attachée à la notion de sociétés secrètes avec leurs pitreries rituelles et leurs projets malveillants) devrait se réunir encore prochainement je crois pour discuter du sort de la planète,
    Et de celui de la France,afin de décider quel candidat devrait être élu en 2017(et si il convient de faire ces élections?)

    Avec des générations d abrutis incultes,il ne serait plus nécessaire de faire des élections,mais juste de nommer un gouverneur de France,devenue simple région à piller avec les apparences de la légalité.
    Betkacem et les autres sont des gens à leur solde pour accomplir les projets néfastes de ces K.fards arrivant en bagnoles vitrées opaques,qui ont peur de la lumière et du soleil,apparemment.

    Hollande n est finalement qu un "sous-K.fard",parmi d autres,de cette clique malfaisante de démoncrates.Il obéit à leurs plans et il est grassement payé pour cela.
    L appauvrissement du langage est un moyen de limiter et manipuler les esprits en essayant de faire prendre des vessies pour des lanternes,de changer le sens des mots insidieusement,d hypnotiser les masses.
    Mais l être humain reste curieux,avide de découvrir,
    Que va t il se passer quand le modèle dérisoire qu on veut encore imposer à l humanité(grâce,cette fois,aux nouvelles technologies répandues à prix accessible pour cette raison,) ne satisfera plus les gens?

    RépondreSupprimer
  10. Sans doute ne mesurons-nous pas encore, mon cher Corto, l'intensité de la violence de la révolte que va générer chez ces jeunes - abandonnés à eux-mêmes, sans plus de maîtres, ni de règles - ce retour forcé à la barbarie, que la génération qui les précède a décidé de leur imposer. Je crois que ce sera terrible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'élite et leurs enfants ont un socle sur lequel se reposer, fait d'une grande culture, de réseau, parlant plusieurs langues, jouant d'instrument de musique, ayant voyagé, qui leur permet de faire leurs rebelles tout en ayant un filet de protection dont ils ne sont bien souvent pas conscient. Leur liberté de choix est possible seulement grâce à un tronc et des racines solides.
      Alors ils ne comprennent pas par exemple le phénomène de radicalisation ou de conversion à l'islam de beaucoup de jeunes, besoin de se reconnaitre martyr ou pour avoir un "cadre". A tel point qu'ils ressassent inlassablement le problème du chômage ou des banlieues (parce que pour eux ne pas être en centre-ville est forcément épouvantable) sans voir que la majorité des terroristes viennent de la classe moyenne n'ayant pas vécu dans des taudis et n'ayant pas connu globalement le chômage.
      Les gamins même de la classe moyenne n'ont plus que 200 mots de vocabulaire, ils ne savent même plus lire fluidement. Qu'éprouvez à part un grand vide, de la violence, le brouillard?

      Supprimer
    2. @Lyly : + 1 !
      Ceci dit les exemples sont nombreux de jeunes qui n'ayant rien et issus du milieu classe moyenne ou précaire réussissent à s 'en sortir très bien.

      Supprimer
  11. Géo


    Noter que l aristocratie que je considere pour ma part comme coupable de manipuler gouvernements et opinions,de vouloir abrutir les peuples,celle de l oligarchie financière mondiale,de Bilderberg,n est pas référence à la noblesse,qui est une forme spécifique d aristocratie,mais une aristocratie financière,dans laquelle on peut retrouver aussi de très vieilles familles nobles ou de parvenus,ayant fondé des ordres secrets en certains cas,et tout aussi élitiste dans ses alliances matrimoniales dans un cadre d alliances au sein de mêmes familles,en fonction d un décorum social très limité en fait dans ses critères de choix.

    RépondreSupprimer
  12. Et ça c'est la partie émergeants de l'iceberg ! On m'a soufflé dans l'oreillette pas plus tard qu'il y a 15 ( de source hypersure: genre moi même presque) que se mettait en place dans " des" écoles primaires des cours d'arabe quotidiens pour préparer des classes bilangues arabes / anglais ou allemand ou espagnol en 6eme rapidement .. [ bon ils ont beau cavaler ca va être court pour la rentrée prochaine.. Mais une des raisons pour lesquelles on a laissé les classes bilangues angl/ all cest que ( je cite encore de source sure) " c'est pas la peine de supprimer les classes bilangues pour les remettre à dans deux-trois ans avec l'arabe " ... My two cents comme dit l'autre .. Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Annette: plusieurs écoles parisiennes, ailleurs je ne sais pas, ont déjà proposé l'arabe et mêmeenvoyé aux parents une demande d autorisation pour ceci faire. Avec la réforme des rythmes scolaires et la création des activités périscolaires, on trouve même des modules d initiation à la langue et à la culture arabes

      Supprimer
    2. C'est bien ça le problème : avant les immigrés pouvaient s'organiser en assoc extérieure à l'école pour transmettre la langue familiale aux enfants ( portugais, polonais, russes, par ex) tandis que maintenant il s'agit d'inclure ces cours comme composante de l'instruction française ... Annette Lanonymette

      Supprimer
  13. Ça coûte combien une école privée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip grandpas, çà coute cher ! J'ai mis ma petite belle-fille dans un lycée privé en seconde, elle termine en 2017. Coût 2800 € par an. Et encore, faut surveiller les conneries qu'elle ramène de l'école et faire des cours de réinformation à la maison... Pas glop !

      Supprimer
    2. Ça coute cher mais il n'y a pas de comparaison possible avec l'enseignement public, même dans le XVIe.

      3000€ pour ma petite en cp mais elle sait lire et écrire, contrairement à notre petite voisine qui est dans le public et qui est déjà confrontée au z'y va et autres weshwesh.

      C'est la double imposition mais c'est le prix a payer pour avoir un minimum de garantie.

      Le Zebre

      Supprimer
  14. Que vont faire les parents ? En tant que mère d'une seconde et surtout en l'occurrence d'un quatrième qui va essuyer les plâtres du nouveau brevet l'année prochaine, en perdant ses heures de classe européenne au passage, j'avoue que je n'en sais rien. Depuis que cette horreur sans nom nous est arrivée, j'attends une mobilisation, une énergie, j'ai même essayé de le faire moi même dans ce collège ou je suis déléguée des parents. Mais rien ne bouge, c'est la résignation et les lamentations.
    Que faire, c'est aussi continuer à apprendre des choses à mes ados, les emmener au musée, au théâtre, leur faire découvrir la littérature et les documentaires scientifiques. Tout ce qui est déjà fait, et que d'autres n'ont pas. Et creuser l'écart. Et tenter d'en faire autre chose que des pantins imprégnés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Soeur Anne: résignations, lamentations et manque de temps aussi voire surement. Je pense que ta méthode est bonne: marquer les gamins a la culotte et leur apporter un maximum de complément par visites musée, docus, etc..

      Supprimer
  15. @ claude-henri demande : que vont faire les parents ?
    Ben rien, ils laissent faire :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/04/30/97001-20160430FILWWW00181-hautes-alpes-des-eleves-dans-la-peau-de-migrants.php

    Quand mes enfants étaient encore sur les bancs de l'école, jamais je n'aurais accepté ce genre de choses.
    Aujourd'hui les moutons sont légions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Quel est, globalement et dans le temps, l'évolution du degré d implication des parents dans l éducation et la scolarité de leurs enfants...Je ne sais pas si ces études existent mais si oui, ça doit aussi effarant que ton article

      Supprimer
  16. A noter que plusieurs fois sur le site ou les tweets de l'Elysée ou de l'Ed.Nat. (que le Grand Architecte de l'Univers protège notre bien aimé président et ses inestimables mini-nistres), on trouve des confusions infinitif / participe passé des verbes du 1er groupe (en "er" pour les jeunes lecteurs qui nous rejoindraient à juste raison.). Quant aux accords....

    A bac + 3 j'ai des étudiants qui ne savent même pas qu'une année = 12 mois = 52 semaines = 365 jours (ou 366) !!!

    Allez, une petite citation de circonstance sur ce que j'éprouve quand je vois nos "politiques" et, en particulier celle de l'Ed. Nat. (les jeunes, priorité de F.H. !!!) :
    "Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
    Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
    Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
    II nous verse un jour noir plus triste que les nuits.
    ......
    ...... l'Espoir,
    Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,
    Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir."
    C. Baudelaire

    Et nous n'avons même pas la satifaction de nous dire que comme Caïn ils verront dans la tombe l'oeil qui les regarde. Caïn avait une conscience, lui ! Eux, n'ont que le désir du pouvoir et des prébendes.

    Quant aux inspecteurs et adjoints que j'ai croisés en tant que parent d'élève membre du bureau départemental, dans des enquêtes sur le terrain, les plus honnêtes font clairement comprendre que le but n'est pas de faire remonter des problèmes, des idées ou des propositions mais de conforter des décisions.
    Et pourtant je siégeais dans un lycée remarquablement géré avec une majorité de profs qui soit faisaient bien leur boulot, soit se défonçaient pour essayer de faire progresser leurs élèves (quelques cons mais hélas invirables, le proviseur devait attendre les mutations).
    Et pourtant dans les commissions d'appel départementales pour les passages, orientations, redoublement, tous cherchaient vraiment honnêtement quelle pouvait être la meilleure solution pour l'élève.
    Le terrain fait ce qu'il peut, avec idéologie quelques fois mais pas tant que ça. Le poisson se pourrit par la tête !

    Droopyx


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: le poisson pourrit par la tête, c'est tout à fait ça surtout pour l'EN

      Supprimer
  17. Pour contrôler un peuple, il faut lui couper les racines du savoir. La langue est la porte d'accès à celui-ci. Rajoutons la perte de la conscience du passé du pays par un enseignement de l'histoire qui fait l'impasse sur tout ce qui fut grand, l'abandon de l'enseignement de l'esprit critique, de la propagande savamment dosée et vous avez un peuple de moutons prêt à tout gober.

    Lire qu'une majorité de nos concitoyens croyaient encore que la lutte des classes existait vraiment n'a pas été une surprise, m'a montré la puissance de l'endoctrinement délivré par l'EN et m'a conforté dans l'idée que ce pays est foutu.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
  18. expérience: mon enfant dans le système scolaire Français, obtenant le bac S avec TB l'année dernière rencontre beaucoup de difficultés dans les matières scientifiques dans une école d'ingénieur suisse réunissant des élèves provenant de nombreux européens ou extra européens.
    Mon 2 ème enfant; après avoir obtenu le brevet des collèges en France décide, actuellement, de poursuivre dans une high school américaine, en grade 10 (équivalent seconde)à Los Angeles: là encore énorme fossé en matière scientifique où le programme de 1ère et terminale S est déjà abordé à 16 ans...
    Expérience vécue en directe, donc, du retard général dans l'enseignement des sciences en France comparé à d'autres pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: idem pour le fils de mes voisins: Bac S mention TB avec 17/20 de moyenne en lycée publique, une cata cette année en prépa ingénieur a Grenoble

      Supprimer
  19. Homo Orcus
    Hier j'ai zappé sur une chaîne histoire, espérant un thème nouveau parmi les redifs. Ben non, c'était Pol Pot formé par le PCF ! J'ai pu cependant rafraîchir ma mémoire. Le passage concernait la politique scolaire de Pol Pot qui avait fait poser des mines anti-personnel aux abords des écoles pour empêcher les enfants de s'y rendre. Selon le PCF,l'école forme des petits-bourges et ça lui est insupportable d'où la nécessité de contrôler des ignares pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: et le PCF et son bras armé la CGT ne sont pas morts, contrairement à ce qu on pense, ils sont certes moins nombreux mais toujours agissant

      Supprimer
    2. Mais l'esprit en France est devenu communisant .. Plus besoin de PCF ils sont au pouvoir car notre socialisme est pur et dur mais en étant sournois retors et calculateur pour infiltrer doucement dans la tête des français moyens et de plus en plus médiocre, suffisament de venin pour les contrôler sans utiliser la force. Ils imposent leur vérité doucement mais surement depuis des années... et ne nous fions pas à leur pseudo-libéralisme à la Macron .. c'est de l'enfummage, juste de qu'il faut pour calmer les ardeurs de certains ( comme l'écologie est utilisée pour taxer et culpabiliser tout en se faisant du fric.. Voir http://www.s434646298.onlinehome.fr/videos/Eoliennes/Le-scandale-des-eoliennes.mp4). Derrière tous les postes clés information, justice, éducation sont déjà entre leurs mains...

      Le Fn a côté c'est un gentil petit parti

      Supprimer
  20. marianne ARNAUD1 mai 2016 à 08:00:00

    Bon dimanche à tous, et bien sûr à vous mon cher Corto !

    https://www.youtube.com/watch?v=icTX9ywGQw8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Une belle chanson de Renaud effectivement qui remonte le niveau des autres de son dernier album

      Supprimer
    2. @marianne: Oups ! et bon dimanche a vous

      Supprimer
    3. Géo


      @Marianne ,Corto,etc...

      Une chanson?
      Alors,une autre,très adéquate...

      "YouTube,tout va très bien madame la marquise"

      Supprimer
  21. De la tristesse sans doute. Une immense tristesse. Plaignons les enfants et les adultes qu'ils deviendront!
    Mais aussi du dégoût pour les coupables de ce crime (je pèse mes mots).
    Mais pas de révolte car la révolte qui ne débouche pas sur des actes est stérile. Et, dans ce domaine, les actes ne sont pas d'actualité.
    Cela fait plus de quarante ans que l'entreprise de démolition de l'intelligence est au travail. Aucun responsable politique n'a eu le courage de s'y attaquer. Droite et gauche. Et ce n'est pas près de changer. Les candidats à la candidature n'en parlent pas ou si peu ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: certains ont essayé de s'y attaquer, mal leur en a pris, Allègre s'est politiquement suicidé, viré; Ferry a tenté, ejecté !. La citadelle est-elle imprenable ?

      Supprimer
    2. c'est en effet un crime. Et le monde à l'envers. Car cela revient à faire remonter (du BAS vers le haut) dans la "culture" la médiocrité du peuple ignorant au lieu d'injecter de la CULTURE vers le peuple ignorant (ce qui est le seul SENS dans lequel devrait officier la culture, la vraie!!!)

      Supprimer
  22. Une façon inédite d'enseigner la physique selon Le Parisien et ce n'est pas une plaisanterie selon les syndicats :

    "Les collégiens de 3ème vont-ils étudier la mort de Claude François en physique ?"

    Extrait de l'article :
    « D'après le rapport de la police: la résistance de son corps était faible et a permis le passage d'une forte intensité. Il était resté «collé» à l'applique, aggravant les dommages.
    Question : que signifient ces deux conclusions du rapport de police? ».

    J'emprunte les mots favoris de Valls : inadmissible, intolérable, inacceptable, je condamne fermement, avec force.
    Je rajoute : ahurissant et méprisable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: on marche sur la tête. je n'ai pas trouvé cet extrait sur Claude François dont parle d ailleurs Bellamy dans son billet mais les nouveaux manuels scolaires que j'ai parcouru hier sur le net: c'est effectivement ahurissant ! J ai même découvert qu on enseignait " Sapho " à des élèves de 5eme !

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen