mercredi 28 mars 2012

Badinter, Lévy, l'argent coule à flot et Hollande regarde...

 Mais qui est donc Elisabeth Badinter ?

La féministe, la professeurE de philo, la femme de lettres, la degauche bourgeoise par excellence? Oui, elle est tout cela mais plus encore, Elisabeth. Elle est aussi : " Présidente du conseil de surveillance du groupe Publicis, groupe dont elle détient 10,99% du capital et 19,92% des droits de vote. En 2011, le magazine Challenges estime qu'elle détient la 56ème fortune de France, estimée à 652 millions d'euros. En mars 2012, le magazine Forbes la qualifie de milliardaire en dollars. " ( merci wikipedia )

Pour faire bonne mesure, son CV ne serait pas complet sans cela: Elisabeth est aussi l'épouse de Robert, la dernière figure emblématique de la gauche? Un sage de gauche, dit-on ...

Ceci dit, Robert et Élisabeth sont gentils, ils ont tout plein d'amis en Socialie. La preuve: dès que celle-ci a besoin d'une caution morale, elle fait 3615 Badinter.

Mais qui est donc Maurice  Lévy ?

Maurice Lévy est le patron de Publicis. C'est le p'tit gars bosseur, moraliste et bien-pensant qui, crise oblige, décida - la manifestation de la vertu par l'exemple, sans doute - de ne pas se verser de salaire en 2011...C'est beau. Mais c'est aussi le gars qui vient, avec l'accord de son conseil d'administration ( dont Elisabeth Badinter...), de s'octroyer un petit bonus de 16 millions d'euros et quelques brouettes en plus... au titre de l'année... 2011. Vous me direz, ce n'est pas du pognon volé, c'est un dû: engagements et promesses de résultats tenus.

Non, non, ce  n'est pas du pognon volé, c'est juste comme le dit Hollande: "  indécent ! " Indécent ces salaires des patrons du CAC40. Il faut en faire une "question de moralisation ". Le 29 février, Hollande déclarait: "  je veux qu'un signe soit envoyé très clairement aux assemblées générales d'actionnaires et aux dirigeants d'entreprise, qu'ils ne peuvent pas se rémunérer à des niveaux aussi exceptionnels "

Hollande, le donneur de leçons que même ses amis n'écoutent pas.

Visiblement, le message n'est pas passé... même chez ses amis de la gauche caviar !
Folie passagère 1100.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


10 commentaires:

  1. Publicis, la boîte qui n'a pas augmenté son petit personnel depuis au moins 5 ans. Seuls les cadres supérieurs et la clique des directeurs, directeurs généraux, etc. a eu droit aux largesses du boss.

    Maurice Lévy, l'homme de gauche qui a envoyé Richard Attias, celui qui a piqué Cécilia au nain, aux USA sous la menace du cocu. Business is business.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchak: je viens d apprendre que Maurice Lévy, tout juste lesté de 16 millions d'euros, avait renoncé à sa rémunération fixe pour 2012 !

      Supprimer
    2. Gageons qu'il aura de quoi tenir jusqu'à ce qu'il reçoive ses 16 millions pour 2012 !

      Supprimer
  2. Être de gauche pardonne de tout même d'être immensément riche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: c'est le coté schizo de la gauche: dénoncer les riches tout en s'en accomodant

      Supprimer
  3. "Je veux, je veux, je veux" !
    Il faudrait les compter tous ces "je veux" de Fraise-des-Bois, mon cher Corto, qu'il aura prononcé en pure perte et sans convaincre personne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: là où il m amuse c'est qd il répète à l'envie: " si les Français m'en donne mandat ". Ce type est insupportable. Ceci étant, j'aimerai, je me lance un défi, trouver un degauche qui sérieusement, honnêtement, et sincèrement sera capable de me dire droit dans les yeux: " Hollande a toutes les capacités pour être le président dont la France a besoin "

      Supprimer
  4. "Je suis" et "je ne suis pas" sont également des formules récurrentes de l'ami Molette, chère Marianne.

    En général suivies d'une litanie de qualités -modestie en premier chef, honnêteté, constance et cætera- pour la première, et d'une flopée de "méchant-pas bien" et autres projections mentales prêtées au Président Sarkozy pour la seconde.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: un brin égotique en somme l'ami mollette ? Ne faut-il pas l'être un peu beaucoup pour prétendre au job ? ( j ai bien dit prétendre pas forcément obtenir )

      Supprimer
  5. Pour savoir qui va gagner les élections il suffit, mon cher Corto, de compter le nombre d'articles qui ont été écrits sur tel ou tel homme politique.
    Je vous fiche mon billet que celui sur lequel il a été le plus écrit - et sur lequel on continue encore décrire le plus - sera le gagnant !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP