dimanche 18 mars 2012

Mélenchon à la Bastille: il y a du Robespierre dans cet homme-là !

Ils sont venus, ils sont tous là. Même les cocos ou ce qu'il en reste. Ils sont venus, ils sont tous là: de 30 000 à 200 000 selon les estimations diverses relevées sur twitter. Ça mélenchonne sec à la Bastille cet après-midi.


Ainsi, le Grand Soir de l'Insurrection Civique se tient enfin après une longue marche, de Nation à Bastille, le Cri du Peuple retentit ! Et le Printemps du Peuple de France s'éveillera.

Il y a du Robespierre dans cet homme-là ! Prenez MOI le pouvoir ! Mais qui, parmi ces 30 000 à 200 000 égarés, se souvient encore de Robespierre ?

Mélenchon Président ! Vive la Sociale ! Mais on rêve !

" Républicain irréprochable, laïcard intransigeant et patriote lyrique, Jean-Luc Mélenchon a gagné l'estime de ses concitoyens. En revanche, candidat du système, nourri aux fromages de tous les mandats et au gâteau du carriérisme politicard, il suscite l'ironie quand il part à l'assaut du monde auquel il appartient: Mélenchon, c'est un peu un meunier déguisé en Don Quichotte. (...)

... Jean-Luc Mélenchon aime les effets de manches, y compris les manches de pioche, mais le plus grave est ailleurs: son idéologie, trotsko-marxo-protecto-nationaliste, pourrait bien polluer l'éventuel quinquennat de François Hollande. En effet, si la prime au méchant vaut à Mélenchon de créer la surprise dans les urnes, le  peut-être nouveau président devra faire avec. (...)

... Quand la gauche de gouvernement fuit le risque dans les idées et la précision dans les programmes, la gauche de protestation se régale. Le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon s'appelle François Hollande. " ( Christophe barbier pour L'Express )

Christophe Barbier est lucide. Je suis tout de même curieux de savoir comment la gauche molle, Hollande et sa clique  de socialos bon teint, va bien pouvoir s'encanailler entre le 1er et le 2ème tour avec ces pseudos révolutionnaires du XXIème siècle. Parce qu' Hollande n'aura pas le choix, il devra mélenchonner lui aussi. Ça devrait être croustillant car Mélenchon a prévenu, on ne lui prête rien, on ne lui donne rien, il prend tout !

Folie passagère 1086.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

11 commentaires:

  1. Entre La Méluche et Bayrou, Hollande devra vraiment faire le grand écart, s'il espère gagner la seconde manche ! Encore faudra-t'il qu'il y participe, si jamais Melenchon venait à jouer les Che...
    Au fait, ça n'a rien à voir avec Melenchon, mais j'ai trouvé un article magnifique sur l'ami Molette, qui me rappelle étrangement ton com sur Le Galouzeau : http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/03/18/97006-20120318FILWWW00099-hollande-se-compare-a-sisyphe.php

    RépondreSupprimer
  2. @mary: oui j ai vu l article Hollande se "comparant " a Sisyphe... J en ai souri et Villepin s'en mord encore les doigts !

    Je crois que la prestation de melenchon cet après midi est tout benef pour Sarko

    RépondreSupprimer
  3. Objectivement, mon cher Corto, que cela plaise ou non, je crois que nous assistons à la résurrection du parti communiste, à la gauche de la gauche, en tant que force politique.
    Il aura seulement changé de nom ce que beaucoup souhaitaient depuis longtemps.
    Je crois que le Front de gauche n'ait pas fini de faire souffrir le parti socialiste puisqu'en fait, il ne vient juste que de commencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: oh que oui le PS va souffrir car il lui faudra négocier avec un Mélenchon à plus de 10% ! Quelle belle revanche pour lui qui dénonçait dans une vidéo les petits arrangements et magouilles de Hollande a la tete du PS.

      Me suis tt de meme posé 1 question hier en voyant la manif: que ce soit La méluche ou les gens présents, croient-ils sincèrement aux énormités qu'ils défendent ?

      Supprimer
  4. Robespierre ? Je ne sais pas. Cependant je me contenterais de ce qu'il termine de la même façon, rapidement si possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchak: Sauf que de nos jours on ne guillotine plus.
      Et je crois que La méluche a encore de beaux jours devant lui, Hollande n ayant pas le talent d'un Mitterrand pour évincer les cocos.

      Supprimer
  5. Et le lynchage ? C'est pas fait que pour le KKK. Un réverbère, une corde. Il n'en faut pas plus. Voilà qui devrait plaire à l'individu, lui qui aimerait bien susciter (et manipuler) de soi-disant émeutes populaires, façon 14 juillet 1789.

    RépondreSupprimer
  6. @koltchak: m'enfin que sont-ce toutes ces envies de zigouiller du Rouge ? Ils ont le droit de s'exprimer, non.

    ça me rappelle la 1ere chose que me dit mon sergent instructeur: Plutot mort que Rouge !

    RépondreSupprimer
  7. Ils ont le droit de foutre le camp en Corée du Nord, à Cuba ou dans tout autre démocratie populaire. Après tout, c'est là-bas que se trouve le vrai paradis. S'ils ne se plaisent pas ici, qu'ils se barrent ou qu'ils la bouclent. Il serait temps de leur rappeler la devise de leurs anciens potes FLN à l'époque où ces traîtres jouaient les porteurs de valise et les saboteurs : "la valise ou le cercueil".

    RépondreSupprimer
  8. Pour cause de panne de réseau je n'ai pas pus poster ce petit bijou.


    Dimanche 18 mars, face à la foule de ses partisans assemblés, il est à craindre que Jean-Luc Mélenchon ne se soit trompé de symbole. Au pied de la colonne de bronze qui orne la Bastille, c’est le libéralisme et non le communisme que ses troupes ont en réalité involontairement honoré.

    «Génie de la Bastille qui culmine (sic) sur cette place, nous voici de retour, le peuple des révolutions et des rébellions en France.» Cette envolée mélenchonnienne a peut-être galvanisé quelques minutes la masse de ses fidèles. Mais le Génie qu’il invoque est-il le bon ? Hélas pour lui : non !

    Car la créature ailée qui les surplombait se nomme en réalité «Génie de la liberté». Elle a été installée au sommet de la colonne dite de juillet par le roi Louis-Philippe, peu suspect de sympathie socialiste, pour commémorer une révolution libérale contre le régime déliquescent de Charles X et sa tentative de coup de force au moment des «ordonnances de Saint Cloud».

    Les autres oeuvres notables de l’auteur du «Génie de la Liberté», Augustin Dumont, montre bien la filiation idéologique dans laquelle ce sculpteur s’inscrivait : «Blanche de Castille», «Le commerce», «Eugène de Beauharnais», «Sainte Cécile», «Philippe Auguste», «Saint Louis», «Napoléon 1er». Pas franchement des valeurs révolutionnaires !

    Du reste, les Communards, à qui Mélenchon voulait aussi rendre hommage ce 18 mars, ne s’y étaient pas trompés, eux : ils firent tout pour détruire la colonne et son Génie. Le 24 mai 1871, ils les bombardèrent d’une trentaine d’obus et tentèrent d’y mettre le feu en faisant passer une péniche enflammée remplie de pétrole sur le canal Saint Martin qui passe sous le socle !

    Les approximations symboliques et historiques de Mélenchon ne font-elles que refléter les incohérences d’un révolutionnaire d’opérette ? Ses appels incantatoires à la nationalisation des banques, au blocage des loyers, à l’arrêt des expulsions, au recrutement massif de fonctionnaires, au contrôle des prix, aux hausses de salaires, etc. ont résonné aux pieds d’un mauvais Génie.

    La chose est cohérente : le «Fidel Castro du 21ème siècle», comme l’expression commence à circuler, n’est pas non plus celui que ses crédules aficionados vont acclamer. L’ancien sénateur socialiste a voté tant et tant de lois qu’il conspue aujourd’hui, à commencer par celle ratifiant le traité de Maastricht !

    Les socialistes le craignent, paraît-il.

    Avant de lui accorder quelques circonscriptions, ils devraient pourtant lui dire merci : grâce à lui, ils peuvent revivre les vieilles extases du programme commun. Il se pourrait même que Jean-Luc Mélenchon ramène vers les urnes des électeurs qui n’auraient plus jamais voté à «gauche» et qui finiront par obéir aux consignes de deuxième tour.

    De vraies méprises de la Bastille ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: Joli en effet.
      Melenchon est en train d exploser ds les sondages de par ses capacités de tribun et de par son discours anti-capitaliste et pro-ouvrier. Bref, il tient un discours de "vraie" gauche, celui que le PS a abandonné depuis longtemps pour le plus grand profit du FN.
      Oui, là où on va rigoler c'est si le Hollande gagne, voir comment il pourra, puisqu'il le devra, manœuvrer et négocier avec ce Melenchon. Ce dernier, quoiqu'il dise aujourd'hui ira à la table des négociations entre les 2 tours: quelques maroquins et circomnscriptions ça ne se refusent pas.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen