dimanche 24 mai 2015

La République française, cet astre mort...


Notre République une, indivisible, laïque et sociale, censée assurer l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d'origine, de race ou de religion, cette République qui éclairait le Monde depuis l'époque des Lumières, est un astre mort depuis longtemps, qui continuait néanmoins à luire, mais qui vient de s'éteindre, peut-être à jamais.

Pour ma part, je fais remonter la mort de notre République à ce jour d'octobre 1981, quelques mois après l'élection de François Mitterrand à la présidence, où le député socialiste, André Laignel, lança à l'Assemblée, au sujet de Jean Foyer qui contestait la constitutionnalité des nationalisations préconisées par le gouvernement : «Il a juridiquement tort car il est politiquement minoritaire. » En quelques mots le sectarisme avait fait une entrée fracassante à la Chambre pour ne plus en sortir, jusqu'à ce dernier bras de fer imposé par un pouvoir aux abois aux « pseudo-intellectuels » et autres « réactionnaires » et ainsi instaurer une réforme des collèges dont ni les professeurs, ni les parents d'élèves ne veulent. L'ambition de cette réforme, ainsi que le note Jean-Pierre Le Goff est de « transformer l'école républicaine en un lieu d'expérimentation et de fabrication d'un nouvel enfant-citoyen conforme à un « nouvel air du temps » fait de relativisme culturel, de bons sentiments, de féminisme et d'écologie transformés en un nouveau moralisme. »

Or, comme selon l'adage populaire, quand on a dépassé les bornes, il n'y a plus de limites, voilà qu'on a livré l'Education nationale à des pédagogistes jargonnants qui, sous prétexte de combattre les inégalités, car « on ne peut concevoir que certains élèves aient plus de culture commune que d'autres », ont décidé de supprimer l'enseignement des langues anciennes - grec et latin – ainsi que de mettre fin aux classes d'excellence qu'étaient les classes bilangues, au prétexte que seuls 16% des élèves y avaient accès.

Ainsi l'école de la République qui, depuis son origine, ambitionnait d'être une école où chaque élève, quelle que soit son origine, pouvait prétendre à l'excellence, est devenue, en quelques décennies, l'école de la médiocrité et du nivellement par le bas.

Cependant il reste un espoir : celui que les voix qui se sont élevées pour défendre l'école de l'excellence, tant chez les intellectuels que chez les professeurs, soient relayées par les parents d'élèves et par tous ceux qui, en France, savent ce qu'ils doivent eux-mêmes à l'école républicaine, afin d'empêcher un gouvernement discrédité de mettre en place cette « réforme destructrice » qui tourne le dos aux valeurs de notre République, en confondant, par mauvaise foi ou par bêtise, égalité et égalitarisme.


La République française, cet astre mort, par Marianne Arnaud.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

33 commentaires:

  1. Réveillons-nous ! Il faut sauver ce pays en danger de mort avec ces traitres qui démolissent tout.
    Nos enfants sont en danger ! Halte !
    (Bayrou serait-il le seul à vouloir agir ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Crisfi: Bayrou ? su'est-ce qu il vient faire ici ? Je l ai écouté ce soir, une vraie buse, le genre de buse qui disait que la présidentielle c'etait le choix par le peuple français d'un homme de qualité !!! Lui qui a appelé à voter Hollande ! ben merde alors ! Hollande un mec de qualité ...

      Supprimer
    2. C'était "ironique" : les "autres" ne bougent guère !

      Supprimer
    3. Non, mon cher Corto, Bayrou ne dit pas que des bêtises. Je l'ai écouté en pointillés ce soir. Mais qu'importe ce qu'il dit puisqu'il ne sera pas élu. Bien sûr si Juppé ne gagne pas la primaire, Bayrou se présentera en 2017. Il n'aura pas assez de voix pour être au second tour, mais il en aura assez pour faire perdre le candidat de droite, quel qu'il soit. Le second tour se jouerait donc entre Marine Le Pen et Hollande, et comme en 2012, Bayrou votera pour Hollande.

      Supprimer
  2. je trouve que ça ne bouge pas beaucoup ! quand on se rappelle les grandes manifs de 84 pour sauver l'école libre ! d'autant que leurs satanés programmes vont être aussi appliqués, par obligation , aux dites écoles sous contrat, mais il faut savoir aussi, que dans les tuyaux de cette cruche de belgacem, qui a autant de légitimité que de mauvais diplômes il y a d'imposer aux écoles hors contrat les mêmes dispositions, alors que celle-ci ne sont pas financées par l'état ! espérons qu'au moins là, il y aura des réactions, mais je n'y crois plus au réveil des Français, trop bien nourris d'inepties télévisuelles avec des cervelles inertes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil : une chose qui étonne effectivement c'est le manque de réactions de l enseignement privé ( et des parents du privé) à cette réfomre. le patron de la fédération de l école privée s'est même prononcé en faveur de cette réforme.

      Pour avoir lu l ITW du bonhomme, je pense avoir compris: ce qu ils retiennent de cette réforme, c'est ce dont on parle le moins: l autonomie accrue accordée dans l organisation de l enseignement aux chefs d établissements. Autrement dit, grosso merdo, leur autonomie par rapport a aujourd'hui sera accrue de 20% , tu penses si ils sont contents, ils auront 20% du temps d enseignement qu ils pourront organiser ( y compris les contenus ) à leurs guises. Et bien rien qu'avec cet argument, ils feront le plein ! si tant est qu il soit besoin de faire la promo du privé

      Supprimer
  3. De quoi, mais comment, on ose mettre en doute la grande intelligence de la plus talentueuse ministre de l'Education Nationales que les Republique aient connue.

    Nous aurons tous reconnu la pitoyable Najat Vallaud Belkacem.

    Bon, noys avons pas encore atteint le noyau de notre planete mais les socisliteq y travaillent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: la dame est brillante, digne élève de Peillon, au moins idéologiquement. Et comme toute idéologue, la où elle passe il faut que ses ennemis trépassent :)

      Supprimer
  4. Je me demande quel nom attribuer à ce régime politique sous lequel nous vivons. On se croirait dans un mélange de "Meilleur des mondes" et de "1984" à la sauce solférinienne avec un zeste de "La vie des autres". Je ne vois pas d'exemple dans le passé.
    Quoi qu'il en soit, c'est mou, gluant et surréaliste. Ce qui s'en rapproche le plus, à mon avis, c'est le village du "Prisonnier". 'pour ceux qui étaient nés quand ce chef-d'oeuvre passait à la télé (un truc qui serait interdit de nos jours, ça risquerait d'ouvrir les yeux du peuple (ou de ce qu'il en reste).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: Le prisonnier et n° 6 interdits de nos jours ? tu crois ? Possible avec nos socialistes.

      Supprimer
    2. "un mélange de "Meilleur des mondes" et de "1984" à la sauce solférinienne avec un zeste de "La vie des autres" Remarquable résumé. je rajouterais toutefois un soupçon de hippysme (pour le sexe et le canabis).
      Cela se rapproche effectivement beaucoup du prisonnier quant à l'ambiance (parce que l'habitat est quand même plus chouette à Portmeirion que ce que l'on nous construit);
      Et on est pleinement dedans quand on sait qui est le n°1 !
      Droopyx
      P.S. Ne t'inquiètes pas Corto, si on ressortait le Prisonnier, ils expliqueraient que c'est Poutine ouJMLP le n°1.

      Supprimer
  5. bonsoir corto ,
    la république , astre mort ...
    Figurez vous que j'ai coutume de la décrire comme une super nova :
    une étoile , qui, en fin de vie, n'ayant plus de carburant interne, grossit, grossit dans l'espoir de phagocyter tout ce qu'il y a autour... Mais bientôt, trop grosse, elle s'écroulera sous son propre poids.
    De là, l'ouverture systématique de la république, son envie de grossir (l'europe à marche forcée avec toujours plus de pays)
    et bientôt l'effondrement.
    Pour l'éducation nationale, (je crois que je me répète) c'est in-sauvable en l'état.

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jmespe: j aime bien cette idée de comparer la république a une super nova. ça me plait :)

      Pour sauver l 'EN, ca pourrait etre simple et ça tient en deux idées: revenir aux fondamentaux: apprendre à lire, ecrire , compter et nettoyer ce nid de gauchistes et d idéologues

      Supprimer
  6. pour compléter l'instruction de notre ministre de l'éducation nationale : Demi, adjectif , est invariable et s'écrit avec un trait d'union quand il précède le nom. Les demi-journées. Une demi-heure . Placé après le nom , il en prend le genre et reste au singulier . Deux heures et demie . Trois jours et demi . Voilà pour notre ministre qui n'est plus de l'instruction publique d'où les lacunes .... Rendre à l'école sa fonction d'instruire ne serait pas une mauvaise idée avant que de vouloir réduire les inégalités n'est ce pas Najat ! La petite leçon d'orthographe vient du Larousse ... Bonne soirée en Absurdie ! Encore une demi-journée de soit disant concertation pour simuler l'implication des pauvres enseignants soumis aux diktats d'une nouvelle réforme . On a déjà connu ces simulacres ... Rien de nouveau sous le soleil ! Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: comme tu dis, rien de nouveau coté EN tant que la gauche en noyautera tous les étages.

      Supprimer
    2. la belle qui casse tout ( la belle casse EN) parle aussi de "le consultation" me semble t il sur la copie d'écran en fin d'article....

      Etrange tout cela .....


      Supprimer
  7. Si la FCPE est d accord ...:(
    matadors

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une petite subvention de 150 K€ basée sur des objectifs qu'elle définit elle-même et il n'y aura pas de problème !
      http://www.lexpress.fr/education/150-000-euros-en-plus-pour-la-fcpe-la-federation-de-parents-s-explique_1300878.html
      Attention les justifications de la FCPE font mal aux yeux d'un contribuable parent d'élève !
      Droopyx

      Supprimer
    2. @Droopyx: si en plus ils avaient été maltraités par Sarkozy, hein, ils auraient tort de ne pas prendre le pognon de Peillon

      Supprimer
    3. @matador et droopyx Les adhérents de la FCPE ont viré ce week end leur président, trop assujetti, à priori, au gouvernement ! et toc !

      Supprimer

  8. Complètement d 'accord avec ton billet. Cette réforme est la pire connerie que pouvait faire ce régime, car elle compromet directement l'avenir de toute une génération. Réellement marre de tous ces pédagogistes fermés à tout dialogue, sûrs d'eux mêmes et qui, pour la plupart, n'ont jamais mis les pieds dans une classe. Réellement marre de voir des ministres qui n'ont jamais fréquenté que les méandres de leur formation politique donner des leçons à tout intellectuel qui ose dénoncer leur ignorance ou leur démontrer qu' ils se fourvoient. J'espère avec toi un vrai sursaut... Et que l'abolition de cette ineptie figure au titre des priorités de tout programme d'opposition digne de ce nom.

    RépondreSupprimer
  9. Je remercie Corto qui, avec sa générosité coutumière, a accepté de publier ce billet. Je remercie également ceux qui l'ont lu ou qui l'ont commenté. Et je vous dis, à demain, pour lire les retardataires.
    Bonne nuit à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retardataire...?C'est bon à savoir,commentaires entre 18h et 22h22,sinon vous êtes retardataire,on y va tout doucement vers la dictature,chacun à son niveau...

      Supprimer
    2. Tout doux, maître Zen d'Aztec, point n'est besoin de monter sur vos grands chevaux pour si peu !

      Supprimer
    3. @Zen Aztec et Marianne: Yes ! comme à la cour de récré: de la chique et su mollard ! :)

      Supprimer
  10. Géo

    Bonsoir à tous

    Je connais des musulmans qui ont confié l éducation de leurs enfants aux soins de l Ecole Privée,quoiqu ils ne soient pas fortunés,et ceci depuis des années.
    Ils n avaient deja aucune confiance en l Ecole Publique lorsqu ils ont fait ce choix.
    Je pense pour ma part que les gouvernants sont le reflet de ce que nous sommes devenus:
    Un peuple qui se repose sur ses lauriers passés.

    Cela entraine un avachissement collectif,un ramollissement progressif des cerveaux et des volontés et la promotion d individus trop souvent médiocres dans les classes dirigeantes.
    Et aussi la venue de dogmes incohérents,d idées bizarres et délirantes,une inversion des valeurs et,en conséquence,une rétrogradation des sociétés et leur ruine,jusqu à une reprise en main aprés etre passées dans les affres du désordre,de la violence et de la dictature.

    L Empire Romain fut un exemple edifiant,parmi d autres:le renoncement à toute ethique sous divers pretextes,les jeux du cirque sans la télé,qui coutérent des fortunes,la faillite financiere suivant la faillite morale,les invasions barbares et l abandon d une civilisation qui,quels que soient ses defauts,avait des qualités indeniables.
    Regardons leurs conceptions architecturales,par exemple...

    La serie "le prisonnier"!tres bon cru!
    J eus la chance de la trouver.

    Ici,la sphere qui nous étouffe n est pas blanche,contrairement a celle de la série,mais plutot grisatre,polluée de salissures ideologiques sans rapport avec la réalité.

    Bonne soirée à tout le monde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Geo: l un des imams les plus médiatiques, celui de Drancy, Chagoulmi n a -t-il pas reconnu sur un plateau avoir préféré mettre ses enfants dans une école privée catho... au moins etait-il sur qu ils ne seraient entre de bonnes mains.

      Supprimer
  11. On voit ce qu'est le socle commun...
    On ose imaginer ce qu'il sera demain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fredi M: Demain ? le privé fera le plein et montera son niveau d exigence et le public continuera de laisser sortir 150 000 jeunes du systèmes sans même le bac.

      Supprimer
  12. La bonne nouvelle, c'est que certains des électeurs culturels du PS, enseignants et personnels de santé ne supportent plus d'être cocufiés. En fait, le taux d'abstention à tous les scrutins reflète la grande quantité de n°6. L'Ednat est de plus en plus inefficace-voire nocive- depuis 68, bien avant la naissance de NJVB.
    Je me souviens, avec horreur, des surprises de ma 6ème en 1979 avec les "maths modernes" ensembles, sous ensembles A+ B- C incluant D, le tout en bulles de BD.
    Rien capté jusqu'à la 3ème .On revenait au traditionnel en ayant zappé 3 ans. Pas traumatisée puisque je préparais un Bac A2 (Latin) mais, erreur du lycée -privé pourtant- inscrite en A4 littéraire ET math, je cherchais les épreuves de Latin, trop tard, je n'y avais pas été conviée.
    Le merdier, comme le disait le Grand, ça fait un moment qu'il prend ses aises dans le pays et consolide ses racines dans l'EDNAT. Même dans le privé, un peu moins mais quand même. CCLM

    RépondreSupprimer
  13. Une de mes amies se bat avec des profs du collège voisin pour le maintien latin, bi-langue, européenne.
    Si celà peut servir à d'autres, voici ma réponse à leur consultation.
    Si celà peut vous servir, le copier-collé est libre et modifiable sans droits ni licence.

    "Latin : il faut absolument maintenir le latin comme discipline en tant que telle.
    Ce n’est absolument pas son aspect civilisation latine souvent mis en avant qui est important mais sa structure.
    Comme moi, plusieurs amis m’ont déclaré avoir pu bien appréhender l’informatique et la programmation grâce au latin puisque nuls en sciences et en maths.
    Son étude est aussi très importante pour tous ceux qui se destineront à l’histoire, aux chartres, à la médecine… et évidemment aux lettres.
    Ce n’est pas quelques bouts de déclinaisons et de vocabulaire dans le cadre d’un EPI qui rempliront cette fonction de structuration.

    Les classes bi-langues doivent persister.
    Et évidemment les classes Européennes.

    Ce n’est pas en diluant le tout dans tout pour tout le monde que l’on va aider tous les élèves à réussir, bien au contraire !
    Certains qui ont des bases solides doivent pouvoir suivre de vrais options en fonction de leurs appétences.
    Certains qui ne les ont pas, au lieu d’être « désennuyés » à base d’initiations variées, doivent bénéficier en grande priorité de remise à niveau et en particulier en capacité de lecture de rédaction et de calcul élémentaire. Dans leur état d’échec à terme certain, les initier à des tas de choses intéressantes par ailleurs ne leur apportera rien.
    Il faut se concentrer sur leurs besoins en savoirs de base.

    Une EPI ne présente de l’intérêt que lorsqu’on a déjà des bases solides dans les matières concernées et devrait se dérouler en supplément des matières fondamentales et non pas en substitut des heures déjà trop rabiotées. En plus je crois que tout professeur sait élargir le champ de sa matière dans ses cours en fonction de ses élèves (références à la physique en maths, à l’histoire en littérature, aux arts en histoire etc…).

    Je précise que mes enfants n’ont pas suivi une filière ou des options « élitistes » mais une scolarité « de base » avec des efforts intensifs pour réapprendre la lecture et le calcul mental. C’est ce qui leur a permis d’entrer au lycée avec des bases saines et là de pouvoir prendre des options.

    À la disposition des professeurs s’ils veulent échanger sur ces sujets. "

    Désolé d'avoir été un peu long.
    Merci Corto et Marianne.
    Plus il y aura de buzz (comme on dit), plus les collèges essaieront peut-être d'atténuer les effets néfastes de cette réforme car elle se fera puisque la priorité de Présiflan c'est l'éducation (!!!!).
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  14. Il y a, en effet, beaucoup d'enfants musulmans dans l'école privée catholique, qui sait exactement comment les répartir dans les classes pour que tous y trouvent avantage. Il faut croire que, contrairement à ce qu'on entend dire ici ou là, sa façon d'aborder l'étude des religions est suffisamment respectueuse de toutes les religions pour que les musulmans n'hésitent pas à lui confier leurs enfants, et ainsi leur donner une chance d'accéder à l'excellence.
    Comme le fait remarquer le géographe Christophe Guilluy, l'électorat musulman, qui s'est peu manifesté pendant les manifestations contre "le mariage pour tous", a montré sa réticence à se porter sur les listes de gauche aux élections de 2014. Il a d'ailleurs suffi de quelques centaines de manifestants de la "journée du retrait" (JRE) de Farida Belgoul, pour que le gouvernement ajourne la loi famille et arrête l'expérimentation des "ABCD de l'égalité".

    RépondreSupprimer
  15. Géo

    Bonjour

    Les Musulmans de ma connaissance qui mettent leurs enfants à l Ecole Privée pratiquent,en outre,leur religion.
    Ils m ont dit effectivement que,dans l école Privée,c est tout de meme"un peu mieux que dans le Public"
    sans illusion néanmoins ,semble t il à leurs yeux.

    En outre,l Ecole Privée serait"mieux fréquentée",selon leurs termes,les enseignants plus
    à l écoute.

    Pour ma part,ayant connu l Ecole Publique,je me souviens d éléves incapables d écrire une phrase sans l emplir de fautes de français grossiéres qui scandalisaient le prof de français puis de philo en filiére A,
    Ces memes éléves qui disaient avoir eu leur bac au rattrapage car l examinateur se contentait de leur ajouter les points manquants!
    À partir de tel constat,tout est résumé,bien avant la réforme de Belkacem!

    Deux decennies auparavant,c était deja le nivellement par le bas,et meme avant ces decennies,si j en crois des récits de proches.

    Bonne journée à tous

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP