mardi 4 novembre 2014

Les choses cachées de la République


Pourquoi ne suis-je pas étonné...

" Vendredi, j’ai déjeuné avec un jeune et brillant journaliste, connu quand j’étais à l’Elysée, spécialisé dans les enquêtes politiques, qui travaille pour un grand hebdomadaire. Les méandres de la vie politique nationale, je les observe comme tout le monde. Mais ce qu’il m’a raconté, son quotidien désespéré, preuves à l’appui – les choses qu’il ne peut pas écrire – m’a fait franchir un cran supplémentaire dans la sidération. 

Je résume, en quelques mots: les pactes secrets entre les pouvoirs en place et la presse, même la plus radicale, pour taire les affaires explosives, pires que celles qui nous sont révélées; l’entente des politiques de tout bord et des médias qui se concertent pour faire monter l’extrême droite en parlant d’elle, afin de « lepéniser » la révolte et l’étouffer par diabolisation; l’obsession généralisée de la conquête des « postes » au détriment de tout sens civique et au mépris le plus sournois des citoyens; les collusions secrètes, entre gens de la presse, de la politique, y compris d’extrême droite et d’extrême gauche, ou des médias, supposés se haïr et s’affronter; les grands lynchages publics orchestrés par le plus proche entourage; la part des vengeances intimes dans l’ouragan de la vie publique.. Bref, un climat d’hypocrisie, de manipulation et de délitement de la vie politique et médiatique dont les plus cyniques propagateurs sont parfois les parangons de vertu. On croit que le monde est devenu transparent mais seule la face visible de l’iceberg parvient à nos sens. Et nous retombons toujours sur la même question: comment sortir de ce marasme, bien plus moral qu’économique ou social? 

La réponse ne peut être qu’individuelle, personnelle. Elle tient à l’esprit critique, à la distance, au recul, refus de se laisser manipuler, rejet de toute forme d’idolâtrie, de soumission intellectuelle à un parti, une idéologie ou autre forme d’envoûtement et cultiver en soi une sorte de désenchantement positif…"

Publié sur son blog par Maxime Tandonnet sous le titre " Les choses cachées de la République ".

Maxime Tandonnet a écrit dernièrement Au Cœur du volcan, Carnets de l'Elysée, 2007 - 2012.

Les choses qu('il ne peut pas écrire... Ainsi, de nos jours, dans notre merveilleuse démocratie, il y aurait des " choses " qu'un journaliste s'interdit d'écrire ...

La réponse ne peut être qu'individuelle, personnelle... Si seulement...

Folie passagère 2522.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

16 commentaires:

  1. La réponse ne peut être qu'individuelle, personnelle... Si seulement...

    Et bien non justement. Je ne suis pas d'accord avec lui sur ce point. Ce serait inespéré pour eux et équivaudrait à leur donner un blanc seing, un chèque en blanc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fredi M: Et bien moi je suis d accord avec lui, tout en sachant qu'hélas, c'est très utopique. Ne serait-ce que " refus de se laisser manipuler ", encore faudrait-il savoir que l'on est manipulé et vu que sans esprit critique suffisant (ce qui est le cas du plus grand nombre) et sans le temps nécessaire à la recherche d une approche de vérité, la manipulation a de beaux jours devant elle.

      Supprimer
  2. Le journalisme est un métier où l'on passe la moitié de sa vie à parler de ce qu'on connaît pas et l'autre moitié à taire ce que l'on sait.
    Henri Beraud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPB: C'est se "taire ce que l on sait " quand on est journaliste qui est un poison. Remember DSK par exemple.

      Supprimer
  3. Classe politique et classe médiatique, même combat, mon cher Corto, voilà pourquoi vous n'êtes pas étonné, et nous non plus.
    Reconnaissons qu'il faut être du bon côté de la barrière pour pouvoir se permettre ce "désenchantement positif" dont la majorité des Français n'ont plus les moyens. A ceux-là il ne reste qu'un sentiment de révolte contre des élites de tout bord qui les ont odieusement trompés depuis des décennies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne / Bien d accord, maintenant, ce "sentiment de révolte" on en fait quoi ? On l étouffe, on l apaise, on le laisse exploser ?

      Supprimer
  4. Les Journaleux sont aux ordres de ceux qui controlent les "aides" a la presse :

    - Aides à la presse écrite (diffusion, pluralisme, modernisation) :
    Crédits inscrits en loi de finances : 436,9 M€
    Déficit supporté par La Poste : 399 M€
    Aides indirectes : 200 M€
    Allocation forfaitaire journalistes : 20 M€
    > Sous-total presse papier + en ligne : 1 055,9 M€
    - Financement de l’audiovisuel : 497,9 M€
    - Audiovisuel extérieur (RFI, France 24 et TV5 Monde) : 199,1 M€
    - Soutien aux radios locales : 29 M€
    - Les chaînes Public Sénat + La Chaîne parlementaire : 31,6 M€
    TOTAL : 1 813,5 M€9.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber: Je connais ces chiffres et perso, je prêche pour l arrêt total, en deux ou trois ans, de toutes subventions à la presse et suppression en deux ans de l'abattement fiscal accordé aux journalistes et assimilés ( 7 300 euros de mémoire )

      Supprimer
  5. Pour mettre les choses en "perspective" l'etat donne plus de 2Milliards d'aide (en 2013, sans compter les divers niches fiscales) pour 37,000 carte de presse : pres de 60,000 euros d'aide par journaliste.On comprend qu'ils sucent.

    Aucun politique (meme/surtout le #FN) ne se privera d'un tel moyen de controle des merdias.Pas d'economie/austerite a attendre sur ce poste.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai lu son livre. Excellente chronique qui met en lumière la difficulté de gouverner malgré le volontarisme et l'impérieuse nécessité de faire bouger les lignes.
    Son témoignage sur l'impuissance du pouvoir à expulser les clandestins - merci Bruxelles, Strasbourg, les juges et les diplomates - m'a à plusieurs reprises complètement découragée.

    A propos des clandestins de Calais, extrait :
    "6 octobre [ 2009]
    La Cour européenne des droits de l'homme a annulé toutes les décisions de reconduite de migrants clandestins évacués de la jungle, dans le Calaisis, vers l'Afghanistan; 300 ont été interpellés et placés en rétention administrative. Les juges des libertés en ont fait relâcher 270. Il eb restait 30 mais la cour de Strasbourg a interdit leur expulsion. Fiasco total."

    Maxime Tandonnet - Au coeur du volcan, Carnets de l'Elysée, 2007 - 2012.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Je l'ai commandé aujourd'hui. Même si j aime bien Tandonnet, je me méfies tout de même un peu de ceux qui ont tendance à cracher dans la soupe comme l on fait tout une tripotée de personnages ( Bachelot, Duflot par exemple. ) Je ne dis pas que c'est le cas de Tandonnet.

      Supprimer
  7. Vous ne voudriez tout de même pas que les media et les politicards, embarqués
    peu ou prou dans le même joli navire, hésitent à se partager le fromage pour je
    ne sais quelle obscure raison à caractère déontologique! Ce serait mal connaître
    la nature humaine et même l'essence de notre belle République que de nourrir de
    telles illusions.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: J'ai fini de m illusionner sur ce monde là depuis fort longtemps, ce qui ne m empéche pas, comme le fais Tandonnet, de rêver un peu.

      Supprimer
  8. Pas besoin des merdias en France , avec internet nous avons la possibilité de fouiner dans la presse étrangère qui n'épargne pas la France et ceux qui nous " dirigent "(pas trouvé d'autre mot , celui là est mal approprié) .
    J'aime bien les journaux Suisse , Belge , Algérie en Français ainsi que le presse anglaise depuis 2012 j'évite les infos parlées et écrites sauf ceux de @corto qui piquent toujours ma curiosité par ses articles et les commentaires qui vont avec .

    RépondreSupprimer
  9. Ils jouent avec le feu par rapport au FN. Je rencontre de plus en plus de personnes qui vont voter FN non pas par adhésion avec leurs idées, mais par envie de foutre en l'air le système, en espérant que cela permettra de faire le ménage et qu'émergent ensuite de nouvelles idées et de nouvelles têtes.

    RépondreSupprimer
  10. tonton flingueur4 nov. 2014 à 23:21:00

    voila qui illustre a merveille le brillant billet du blog de médiacratie que tu as mis en ligne l'autre jour, je crois que pour ne plus se rendre compte que tout ce petit monde médiatico artistico politique se tient par par la barbichette, pour etre poli..., il faut vraiment etre aveugle ou ne pas vouloir voir... sinon a propos du fn, il n' y a, a mon sens, aucun besoin des médias pour le faire monter, il suffit juste de voir , d'ecouter et de vivre ce qui se passe dans la réalité, dont toute cette petite caste est complètement coupée...et a force de jouer avec le feu on as toutes les chances de se bruler... d'ailleurs tu remarqueras que, en ce moment tous les médias autorisés s'emploient a grand renfort de sondages bidonnés et d'invitations a répétition a nous presenter comme le futur sauveur mr juppé himself... il suffit de voir avec quelle servilité il leur a fait allégeance pour etre dégouté par avance de ce mec... bref ce qui caractérise le mieux ce milieux c'est VERTU PUBLIQUE, VICES PRIVES .

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP