mardi 4 novembre 2014

Le quinquennat est une aberration. C'est un septennat qu'il nous faut.


P'tain de quinquennat ! Les mecs ne sont pas encore entrés au Château ou au parlement qu'ils pensent déjà à leur réélection. A l'époque, quand Chirac instaura le truc, j'étais plutôt d'accord tant nous avions été lassé du règne interminable de Tonton et sidéré devant l'inaction du roi fainéant suivant. Cinq ans, c'était à priori une bonne idée, après tout, aux States, ils sont à quatre et vu de loin, ça a l'air de fonctionner. Vu de loin. Parce qu'en fait, les Ricains, ils sont encore plus bousculés que nous: une présidentielle tous les 4 ans avec un mid-term en plein milieu de quaternat . Et en plus ça leur coûte bonbon; j'ai entendu ce matin que les différents partis politiques avaient pour cette élection de mi-mandat dépensé plus de 1 milliard de dollars ! 1 milliard quand en France nous accordons un maximum de 22 millions d'euros de budget à un candidat au second tour de l'élection présidentielle...

Je disais donc qu'avec ce quinquennat, à peine les urnes remisées, les gars, qu'ils soient Président (et ses équipes) ou députés (et partis politiques auxquels ils sont affiliés) ne pensent qu'à une chose, se faire réélire ou reprendre le pouvoir. Pour les vaincus, on comprend. Pour les gagnants, le quinquennat ayant réduit comme peau de chagrin le temps politique, nous les voyons se débattre entre les urgences du quotidien et l'action à long terme dont ils savent ne pas avoir la maîtrise. Les priorités, à peine élus, vont au détricotage, trop souvent par pure esprit revanchard, par esprit de contradiction idéologique ou par clientélisme, de l'action du prédécesseur.

Prenons l'exemple de la loi sur le mariage zinzin. En quoi ce projet revêtait-il un caractère d'urgence ? En rien. Le pays était, est toujours, dans une situation catastrophique et nos députés et politiques ont passé des jours et des nuits à se battre là-dessus. Pendant deux ans, nous aurons assisté à un détricotage en règle de tout ce qu'avait fait l'équipe précédente; il faudra deux ans aux socialistes pour mettre en branle le CICE et le pacte de responsabilité dont les effets ne se verront pas avant 2017 dans le meilleur des cas. Tiens, tiens,... 2017. Prenons le jour de carence imposé par Sarkozy aux fonctionnaires, l’actuelle équipe s'empressa de l'annuler par pur clientélisme. On parle de l'écotaxe ? Pas le peine, à mon avis, le plus grand scandale politique des ces vingt dernières années. Mais sur ces trois exemples que d'énergie dépensée, de temps perdu et d'argent gaspillé sans aucun retour sur "investissement". Deux ans et demi de perdus, il en reste moins de deux pour construire...

Moins de deux ? Et bien oui, parce que, comme à toute approche d'une élection présidentielle, vous verrez que six mois avant, nos gouvernants rentrent en immobilisme, ce que l'on appelle chez moi, le pas de couilles, pas d'embrouilles, pas de bruits , pas de vagues: Il faut se faire réélire.

Nous le voyons avec le quinquennat, l'équipe gagnante met un minimum de six mois pour se mettre en place et prendre la mesure de la tache à accomplir, puis un an pour installer les premières réformes, une autre année "en situation et en responsabilité", puis moins de deux ans d'action véritable, et paf on est reparti pour six mois d'inertie pré-électorale. Si par malheur, l'équipe dirigeante se révèle tellement nulle qu'il lui faut remanier et changer de gouvernement au bout d'à peine un an et demi, on en réduit d'autant le temps d'efficience. On le voit, cinq ans de mandat et en réalité un maximum de deux années pleines "d'action".

Si à tout cela, vous ajoutez la pression médiatique qui voudrait, de force, nous projeter déjà dans 2017... Franchement, qu'en avions-nous à faire, il y a six mois, qu'en avons-nous à faire AUJOURD'HUI, de qui sera candidat en 2017 ? Est-ce la bonne priorité, la préoccupation des préoccupations ? Non, elle ne sert qu'à alimenter un débat surfait, un enfumage de première, qu'à meubler le temps d'antenne des chaînes d'infos et les pisse-copies désœuvrés, qu' à enrichir les instituts de sondages et les chroniqueurs patentés.

Bref, le quinquennat: Une véritable catastrophe qui bride toutes les initiatives ou réformes dont les résultats ne se mesurent que sur le moyen ou le long terme.

Il est vital, tant pour le pays, la démocratie, l'action que pour la politique de revenir au septennat. Un septennat non renouvelable qui serait ponctué, au bout de trois ans et demi, par un exercice de vérification démocratique, une élection législative par exemple.

Croyez-moi, avec ce retour au septennat, non renouvelable, nos politiciens n'auraient pas d'autre choix que de se sortir les doigts... du nez.

Folie passagère 2523.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

23 commentaires:

  1. Je suis d'accord pour un septennat non renouvelable mais avec Grosmou il eût fallu un troisquennat . A étudier si jamais un gauchiste reprenait les commandes de la France .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: Gros mou, on s en fout, il est cuit, on parle pour demain :)

      Supprimer
  2. Je ne comprend pas le quinquennat non plus. Je proposais 7-5-3: 5 ans au deuxième mandat, et encore une petite rallonge si on en veut encore. Par contre, si on change, on repart pour 7 ans. Peut-être compliqué, mais on est en France et on est pas à cela près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GKC: oulala, le 7 et 5 on a connu avec Chirac. Non, 7 ans non renouvelables et une législative au milieu, ça le semble bien.

      Supprimer
    2. Et 14 avec Mitterrand. Il n'y a pas de raison que ce soit lui qui ait eu la durée la plus longue. Avoir une pression electorale après 7 ans me paraît une bonne chose pour éviter le symptôme "après moi le déluge".

      Supprimer
  3. Encore une Chiraquie : poussé par son vieil ennemi Giscard et toute la classe politique et médiatique dont l'argument principal fut
    Cinq ans c'est plus moderne que sept
    affligeant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Bale rofr: a l époque, je n avais pas trop suivi le pourquoi, les motivations, du passage au quinquennat, je vois le résultat aujourd'hui et une conclusion: c'est nul.

      Supprimer
  4. Cinq ans, c'était à priori une bonne idée, après tout, aux States, ils sont à quatre et vu de loin, ça a l'air de fonctionner.

    Ben voilà.
    Cette manie aussi de tout vouloir leur copier aux ricains. Même le pire. Surtout le pire.
    C'est quand qu'on est nous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fredi M: C'est quand qu'on est nous ? Mouarf ! Dès lors que l on a mis pied dans l'Europe, nous ne pouvons plus être nous à part entière et , mondialisation oblige, nous le serons de moins en moins. On peut le regretter, on peut s'en satisfaire, c'est ainsi.

      Supprimer
  5. Et pourquoi pas un seul septennat avec un référendum à l'issue pour terminer ou non l'action entreprise par ce Président ? (Ce doit être frustrant pour un "vrai" Président de lâcher son action en cours de réussite). Bah, je rêve d'un vrai, d'un bon Président...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Crisfi: et si le président qui aura "bien bossé" se voit reconduit par ton referendum, on repart pour 7 ans , ah que non, 7 ans, cétacé. Même un bon président se verrait usé à la longue, usant les autres de ce fait

      Supprimer
  6. tonton flingueur4 nov. 2014 à 23:41:00

    j'etais comme toi au début, je pensais que le quinquennat pouvait etre interessant, mais au vu de résultat ...et encore on pourrait penser qu'avec des gens sincèrement soucieux de la situation du pays, compétents et surtout avant tout, AIMANT leurs pays, un quinquennat pourrait etre une bonne formule, mais avec les br.......s dont on dispose comme politiques, de droite et de gauche, pas de jalousie, quoique avec ceux du gouvernement et leurs alliés je penses qu'on se tape sans aucun doute les plus branquignols et malfaisants depuis que je suis gamin ... bon avant je ne sais pas ;-) mais a mon avis, difficile de faire pire...quand a 2017, il n'y a pour l'instant que les journaleux que ça intéresse au plus haut point , faut les comprendre ils aimeraient bien savoir a l'avance ceux a qui il leur faudra lécher le cul avec le plus d'application...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton flingueur: incroyable ce forcing que font les journaleux et une bonne partie de la classe politique sur 2017. C'est dans 2 ans et demi, il peut se passer tellement de choses qu il ne sert a rien de polémiquer sans fin sur 2017, il y a bien d autres sujets et préoccupations qu'il faudrait aborder et solutionner.

      Supprimer
  7. Ce qu'il nous faut, c'est un homme d'État comme président et des politiques plus soucieux des intérêts de la France que de leur carrière. Les organisations ne valent que par la qualité de ceux qui les servent.
    Le radical-socialiste Chirac a trahi la 5ème République en faisant adopter le quinquennat.Son ami corrézien Hollandouille va faire pire en installant la proportionnelle.

    « Les grandes choses se font par la valeur des hommes bien plus que par des textes. »
    Charles de Gaulle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPB: Hélas, la politique est devenu un métier et comme dans tous les métiers, il y a les bons, les mauvais, les ambitieux, les pourris, les opportunistes, les incompétents , etc...

      Pour la proportionnelle, que et Hollande et Sarkozy avaient promis d'instaurer, je suis embêté. Il serait normal que tous les Français puissent etre représentés dans leur ( aîe !) "diversité" mais cela peut générer aussi une totale instabilité politique...

      Supprimer
  8. Supporter un naze comme Hollande deux années de plus,non merci!

    RépondreSupprimer
  9. Vous proclamez : "C'est un septennat qu'il nous faut", mais pour quoi faire, mon cher Corto ? Rien de ce que Hollande a fait au cours de ces deux années et demie, il n'aurait été empêché de le faire au cours d'un septennat.
    Nos institutions sont à revoir de fond en comble, mais personne ne s'y attelle vraiment. La droite continue à se faire la guéguerre sur fond d'élections pour la présidence de l'UMP, on appréhende les primaires de 2016 qui sont une aberration en contradiction avec le suffrage universel.
    Quant à la majorité, subodorant sa fin prochaine, elle se subdivise sur tous les sujets.
    Et ce matin monsieur Tandonnet explique doctement pourquoi il ne faut pas voter pour Marine Le Pen alors qu'il ferait mieux de nous expliquer pour qui il faut voter, et pourquoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas et Marianne: Je suis persuadé, certain, que Président n'aurait pas fait les mêmes conneries dans le cas d un septennat non renouvelable avec une élection législatives au bout de 3 ans et demi. Dans cette configuration, il n'aurait eu que 3 ans pour faire ses preuves donc pas de temps à perdre, obligé d'aller à l essentiel.
      Les primaires, comme vous Marianne, une stupidité: Faire comme avec Hollande: prendre le plus "consensuel" pour espérer battre la gauche en ratissant large, un type mou et sans saveur genre Juppé. C'est exactement ce que sont entrain de nous préparer les médias et Juppé lui même.

      Supprimer
    2. @corto :
      3ans pour faire ses preuves, d'accord...oui mais pourquoi ? vu qu'il ne penserait pas à sa réélection, il en profiterait juste pour voler un max de pognon et sauter un max de mannequins, d’actrices et de chanteuses !
      en plus 7ans de hollande....aieaieaie !
      pour un meilleur système il faudrait peut être voir du coté de la suisse mais avec un grand effort préalablement dans l'éducation des français (et pas par l'edna!).
      ou tirer ou sort un citoyen ordinaire pour que ça devienne une corvée plutot que du prestige...

      Supprimer
  10. non; toutes les démocraties du monde ont des quinquennats, voire (même encore plus : usa, Brésil , Chili, etc) des quadriennats. Cinq ans me semble raisonnable. Sept ans c'est beaucoup trop long dans la période actuelle où tout va si vite. Un peu de bon sens, voyons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kampfereit: 7 ans serait effectivement trop long sauf à instaurer à mi mandat une élection législative.

      Supprimer
  11. Pas mal vu comme constat auquel j'adhère depuis mon admiration pour la monarchie française. Certes nous avons eu des rois qui ont tenu la route et qui auraient pu faire leur boulot plus longtemps encore. D'autres, assez peu d'ailleurs, auraient mérité un coup de pied aux fesses et du laisser la place à une régence ou au prem's des fistons.... Autres temps, autres mœurs.
    Vive la France.
    PS : Je n'suis pas un robot comme chantait Balled'avoine.

    RépondreSupprimer
  12. 3-5-7 ans, la durée n'a aucune importance, le problème c'est d'avoir un système qui amène des gens compétents au pouvoir, pas de savoir combien au minimum on sera obligé de garder les incompétents. Hollande était un mauvais maire, un mauvais président de CG, un mauvais dirigeant du PS (ce n'est pas moi qui le dit, ce sont ses amis politiques, ils étaient bien placés pour le juger), par quel miracle serait il devenu un bon président parce qu'il aurait été sur de garder la majorité que 3 1/2 ans ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP