dimanche 30 novembre 2014

Berthe au grand pied


Les faits remontent à jeudi dernier. Je rentrais de Paris où j'avais été prendre l'apéritif chez monsieur et madame Boutfil avant d'aller faire quelques courses. J'étais donc dans le train, aux environs de 19 heures, et conformément à mes habitudes, je lisais, ça passe le temps et ça évite de voir le blafard ambiant des trains de banlieue. Qui aurait pu croire que je me lancerai dans la lecture d'un livre pareil?  Lire Berthe au grand pied, franchement, quelle drôle d'idée ! Il fallut que l'auteur, Rémi Usseil , un blogopote, me l'envoie pour que je me lance là-dedans: une histoire qui se passe au Moyen-Âge, écrite avec des mots que l'on a oublié depuis longtemps, même que parfois, on croit que ce sont des fautes d'impression, c'est vous dire! C'est à peine croyable, les héros n'ont même pas de téléphone portable pour se dire tout l'amour qu'ils se portent. Enfin bref, comme dirait Pépin, une vieille histoire... mais une histoire passionnante, à tel point que plongé dans la légende revisitée de Berthe, j'en oubliais de descendre à ma gare, me retrouvant à la suivante à patienter pendant vingt minutes qu'un autre train, dans l'autre sens, me ramène à bon port.

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter par le menu les aventures de Berthe, ses joies et ses malheurs, les trahisons dont elle fut victime et l'amour jamais éteint que lui portait le bon roi Pépin, lisez et faites lire, c'est un excellent moyen de passer un bon moment ou de rater sa destination...

Noël approche, pensez que cette Berthe aurait parfaitement sa place au pied du sapin pour faire plaisir à qui vous vous voudrez. La mise en page est soignée et les illustrations d'époque sont superbes, de la belle ouvrage assurée par les éditions Les Belles Lettres:

" Ce livre est l'adaptation libre de la légende médiévale qui nous est principalement connue par une chanson de geste (poème narratif originellement destiné à être déclamé en s'accompagnant d'un instrument) du ménestrel Adenet Le Roi. L'histoire de Berthe appartient au cycle de Charlemagne, dont le fleuron le plus célèbre est la Chanson de Roland.Dans ce récit, alors que Berthe au grand pied, future mère de Charlemagne, vient d'épouser le roi de France Pépin le Bref, elle est évincée de la cour par la perfidie d’une servante qui se substitue à elle. Réfugiée auprès d’une modeste famille dans la forêt du Mans, Berthe mène une existence humble et discrète. Mais diverses péripéties vont mettre Pépin sur sa piste…L’auteur a emprunté la voix d’un narrateur médiéval fictif pour conter cette histoire, et parsemé le récit de pièces en vers inspirées de la poésie du Moyen Age, afin de rendre hommage aux origines lyriques de la légende."

Vous pouvez vous le procurer ICI ou LA

Folie passagère 2557.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. Mince alors, ça doit être vachement passionnant pour que ça te fasse oublier de descendre d'un
    train de banlieue, je me demande quand même si l'apéro des amis Boutfil n'y serait pas un peu
    pour quelque chose. En tout cas je m'en vais de ce pas me procurer l'ouvrage, il y a tellement
    longtemps que le personnage m'intrigue, ne serait-ce que pour savoir comment elle faisait pour
    se chausser.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: l apéro n y était pour rien :) et puis entretemps, hein, le temps passa.non, c'est vraiment un bon livre, original et, pur ce qui me concerne, riche d enseignement: je ne savais même pas que Berthe était la mère de Charlemagne !
      bonne soirée

      Supprimer
  2. tonton flingueur30 nov. 2014 à 18:16:00

    ça m'est arrivé de louper ma gare d'arrivée une fois et de me retrouver au terminus comme un con, mais c'est parceque je m'étais endormi dans le train ;-))) rien a voir donc ;-) je suis comme toi et j'adores lire depuis tout gamin, je me suis fait demander une fois dans le métro par un djeune pourquoi je lisais alors que ca ne servait a rien ... véridique ... et triste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton flingueur: un livre par semaine minimum minimorum, c'est bon pour la santé. mais je le reconnais a ma grande surprise, c'est la première fois que pris par l action, j en loupe ma gare ! :)

      Supprimer
  3. Je ne puis que recommander cet ouvrage brillamment réussi.

    J'en ai parlé ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Didier Goux: brillamment réussi en effet et passionant

      Supprimer
  4. Sacrilège en Hollandie de parler de Berthe au grand pied , de Pépin le le Bref qui osa donné à la France Charlemagne créateur de l'école tant décrié de nos jours . Faire de la publicité pour un livre dans un état où l'on prône l'inculture , c'est risqué perpète avec la mère tauto et son toutou bécassine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: au point où j en suis, mieux encore, j'emmerde Taubira et de sa clique de progressistes à la mords-moi-le-noeud

      Supprimer
  5. Moi, je ne l'ai pas reçu gratos, je l'ai payé de mes deniers. Et je le lirai: il se trouve bien placé dans ma pile de livres à lire. Encore quatre et c'est son tour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: Non seulement réçu mais en plus dédicacé, nananère ! Bonne lecture.

      Supprimer
  6. Lorsque tu as évoqué des mots que l'on a oubliés depuis longtemps, j'ai immédiatement pensé aux 13 volumes qui trônent dans ma bibliothèque : Fortune de France de Robert Merle.
    Quand je veux m'évader pendant mes vacances, je reprends la lecture de cette fresque historique qui mêle Grande Histoire et romance. Tout ça écrit dans un vieux Français mêlé d'occitan, rude à lire au départ, mais qui reste à l'esprit et vous ferait presque utiliser ce langage dans la vie courante.
    Je crois que je vais acheter Berthe au grand pied avant de me relancer dans la lecture de Merle, une 3ème fois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: tu peux l acheter sans risque d etre déçu, tout plein de vieux mots d'avant mais parfaitement compréhensibles une fois qu on s'est mis "dans l ambiance ". Au pire, y a un lexique :)

      Supprimer
  7. Je vais l'acheter aussi car j'ai trouvé l'exemplaire que tu avais en venant superbe ! les illustrations sont magnifiques
    je " termine " Zemmour et je m'y colle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: tu ne le regretteras pas ! et puis tu as vu, c'est joliment fait

      Supprimer
  8. Ah Berthe la Maman de Carolus Magnus qui vint se perdre dans la forêt mancelle.
    Dans une jeunesse pas trop lointaine j'ai recherché là ou elle avait bien pu trouver refuge. Cette forêt mancelle a également vu errer un autre Charles qui y devint fol...
    Près de cette forêt sur le terrain de l'Epau ou de l'Espal, une autre Reine y fit élever une abbaye. Bérengère, Madame Cœur de Lion à la ville voulu marquer son empreinte le territoire des Plantagenets. C'est réussi.
    Je termine également "Le Grand Zem" et me replonge dans notre histoire franque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un dragon: wouaou, quelle culture : perso, cette époque n avait jamais retenu mon attention jusqu a ce que je lise Les Piliers de la terre... puis cette Berthe.
      Pour zem, c'est un vrai régal mais plus encore en voyant comment il a enragé la gaucholalie

      Supprimer
  9. Bonsoir Corto,

    C'est marrant que tu fasses un billet sur ce livre. Je viens juste de l'offrir à ma mère pour son anniversaire. Indépendamment de son contenu, l'ouvrage est très beau à regarder et à feuilleter. Très belle idée de cadeau pour les fêtes.
    Sinon, j'ai lu ton billet précédent. Rien à ajouter. Les anathèmes ne pourront jamais rien contre l'homophobie, la vraie, celle que tu nous décris. J'aurai tendance à penser qu'à la base, il y a avant tout une grande frustration. Les mots ou plaisanteries douteuses qu'on a tous échangés sur ce sujet ne transforment pas leurs auteurs en homophobe patenté mais les réductions ad nauseam auxquelles nous avons eu droit depuis maintenant près de trois ans, par leurs imbécilités et leurs stupidités, ont hélas fait éclore une population qui n'hésite plus à se lâcher. Je n'aime pas les gens qui versent de l'essence partout en agitant un briquet et en criant au feu. Ceux-là portent une lourde responsabilité.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tonton flingueur30 nov. 2014 à 23:45:00

      " Je n'aime pas les gens qui versent de l'essence partout en agitant un briquet et en criant au feu. Ceux-là portent une lourde responsabilité." entièrement d'accord, le problème est que ce sont les même qui, une fois qu'ils auront mis le feu viendront s'écrier avec des larmes de crocodiles "vous voyez, on vous l'avez bien dit ! " et c'est valable pour d'autres sujets de tensions...ça craint sévère...

      Supprimer
  10. Le livre est superbe, le texte passionnant , et il est conseillé d'en acheter plusieurs exemplaires : pour soi-même, et pour offrir à qui on veut procurer un rare plaisir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: Il est conseillé d'en acheter plusieurs... MDR comme disent les djeuns !

      Supprimer
  11. A l'heure des succès du genre de la fantasy avec des titres comme Games of Throne, il est bon de rappeler que l'histoire de France fournit de la littérature épique n'ayant rien à y envier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Judex: La difficulté est d'interesser les plus jeunes à ce type de littérature

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique