mercredi 12 novembre 2014

Immigration: La Cour de justice européenne m'a fait rêver... 30 secondes




La Cour de justice de l'UE a statué mardi que les États membres de l'Union n'étaient pas tenus d'octroyer des prestations sociales à des citoyens d'autres pays européens ne se rendant sur leur territoire que dans le but de bénéficier de l'aide financière. 

En clair, par exemple, l'Etat français pourra refuser à un Rom l'accès aux prestations sociales si celui-ci ne peut faire la preuve et d'une, qu'il cherche de façon active un travail et de deux, qu'il a des ressources propres suffisantes pour vivre dans le pays d'accueil.

Les Anglais saluent cette décision, les Allemands aussi; même la Commission à Bruxelles s'en félicite en soulignant que le droit à la libre circulation des individus au sein de l'Union n'implique pas le droit d'avoir accès librement aux prestations sociales d'un pays membre. On attend avec impatience la réaction de notre gouvernement...

Comment ne pas voir dans cette décision une conséquence des résultats des dernières élections européennes qui virent l'entrée massive au parlement de l'Union de députés dits "europhobes" et anti-immigration ? La prise en compte, enfin, du refus de plus en plus prégnant dans les différents pays de cette immigration "sociale" ?

Cette décision est un bon début mais elle ne m'a fait " rêver " qu'un instant. D'abord parce que logiquement cette décision ne concerne que l'immigration intra-européenne et d'autre part parce que la Cour laisse à chaque pays la possibilité de suivre ou non le dit arrêté. Connaissant les grands humanistes qui nous dirigent - humanistes progressistes qui viennent de se trouver un nouvel allié avec Alain Juppé ( cf son ITW aux Inrocks ) - je ne les imagine pas un instant suivre la voie tracée aujourd'hui par la Cour. Que pèsent dans notre générosité les prestations sociales accordées aux immigrés intra-communautaires ? Sans doute très peu de choses comparativement à l'ensemble des prestations sociales accordées aux immigrés extra-européens qui eux, peuvent continuer à venir bénéficier sans difficultés ni contreparties de nos largesses...

Rien n'interdit aujourd'hui que l'ensemble des pays de l'Union se mettent d'accord pour restreindre drastiquement les conditions d'accès aux prestations sociales pour les immigrés extra-communautaires qui ne justifieraient pas d'une recherche active de travail et qui ne disposeraient pas de ressources propres suffisantes, il suffit juste de le vouloir et d'oser... Mais là, on rêve. On rêve vraiment.

Folie passagère 2530.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

26 commentaires:

  1. Je me disais bien que ce n'était pas possible.

    Merci d'avoir dissipé mes illusions : je préfère affronter la réalité en face.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Popeye: toutes mes confuses pour avoir dissipé tes illusions

      Supprimer
  2. Moi aussi j'ai rêvé ce matin en recevant ce message dans ma boite mèl mais avec ce gvt de bras cassés ils vont bien trouvé que c'est indigne pour la France , la Touraine va bien nous sortir une grosse ficelle .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: pour l instant je n ai pas entendu le gouvernement prendre position sur cette décision alors qu en Angleterre ou en Allemagne ils ont réagi positivement au quart de tour. C'est pas bon signe ! :)

      Supprimer
  3. On m'a cité le cas d'une jeune femme, veuve, mère de deux adolescents, atteinte d'une maladie l'empêchant de travailler qui ne touche pas d'indemnité par la Sécurité sociale (sa maladie ne faisant pas partie des 35 maladies considérées comme invalidantes).
    Elle vit dans l'immeuble de la Maison du Réfugié où journellement elle voit la queue de toutes ces personnes qui viennent chercher des papiers pour avoir droit à des allocations.
    Elle, on vient de lui couper le téléphone qu'elle n'a pas pu payer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: seriez-vous étonné ? A l occasion posez la question a Boutfil, elle vous racontera comment cela se passait dans son épicerie sociale...

      Supprimer
  4. "Connaissant les grands humanistes qui nous dirigent - humanistes progressistes qui viennent de se trouver un nouvel allié avec Alain Juppé ......"

    De moins en moins fréquentable, ce Juppé !
    Sa dissolution ratée en 1997, c'était déjà pas brillant. Mais là, c'est consternant.
    Il va finir chaussé avec des escarpins.
    Décidément, la liste s'affine pour 2017



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPB: Qu il mette des escarpins, c’est son problème, ça ne me dérange pas mais qu il puisse représenter l UMP: Merde quand meme, merde !

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Erratum:
    C'est une forme de non préférence nationale à l'échelle européenne en somme. On t'a dit que tu étais européen, que tu pouvais vivre et t'installer où tu voulais mais on préférerait que tu restes dans ton pays, nos droits sociaux c'est pour nos immigrés à nous.
    Curieuse Europe tout de même.
    Par contre si t'es un travailleur détaché low-cost t'es le bienvenu. Mais après tu te casses, ok !

    RépondreSupprimer
  7. Contradiction évidente avec le projet (ou loi déjà votée ?) de ne donner les allocations familiales qu'à ceux qui ne bossent pas , puisque dès que les deux parents bossent, ils ne peuvent plus les toucher.
    Ou alors les allocs ne sont pas considérées comme une aide sociale...

    RépondreSupprimer
  8. Réponses
    1. @La mouette: Coucou toi. hélas oui, ils sont maintenant "modérés " depuis qu un abruti congénital sévit en me laissant insultes innommables, menaces de mort, j en passe et des plus dégueulasses

      Supprimer
    2. Coucou Corto !
      Je te comprends, j'ai été obligée de modérer aussi.

      Supprimer
    3. @La mouette: absent de la journée, je vais enlever la modération, voir ce que cela donne, mais chut ! :)

      Supprimer
  9. tonton flingueur13 nov. 2014 à 00:11:00

    ben voyons, il est bien connu qu'en France ça a toujours été les Portugais, les Italiens, les Polonais qui nous ont toujours coutés très très cher en prestations sociales et fraudes massives...., l'Europe se fout carrément de la gueule du monde en essayant pitoyablement de se donner un air sévère pour contrecarrer les méchants "populistes"...enfin sévère... paradoxalement avec l'immigration qui pour le coup est vraiment un atout... parceque pour l'autre immigration alors la , silence radio ! sinon ,entendu ce soir kalfon le perroquet du gouvernement dire qu'il est absolument opposé a la fin de l 'AME , ben oui c'est humanitaire... au fait avez vous entendu parler de la ptite famille leonarda ces temps çi... peut etre qu'ils sont déjà de retour en France en toute discrétion , faudrait pas énerver le populo avec une nouvelle comme ça.

    RépondreSupprimer
  10. Moi, j'ai vu le verre à moitié plein.

    En effet, si la CDEH avait statué de cette façon pour les extra-communautaires, j'aurais dit : "OK mais les intra continueront de venir nous pomper (dans le sens bien sûr de nous faire les poches, tu l'avais compris !)

    Hors, ici, il s'agit des intras et donner plus d'avantages à un extra qu'à un intra (tu suis toujours ? ) ne tiendrait pas longtemps la route devant des Européens déjà bien en colère.

    Quant aux guignols qui nous gouvernent (?), ils ne seront plus là en 2017. Patientons....

    RépondreSupprimer
  11. Pour ne plus faire rentrer des masses d'immigrés, il faudrait d'abord s'attaquer au gauchistes quelque soient leurs tendance ensuite n’ayant personne pour des défendre peut être resteraient ils chez eux mais là aussi j'ai un doute

    RépondreSupprimer
  12. Dans le Parisien édition papier ce matin : deux pages complètes pour dire que ça ne change absolument rien pour les modalités d'attribution des allocations en France. Un paragraphe pour faire pleurer Margot sur les pauvres Rrrrrrroms du bois de Vincennes (mère célibataire plein d'enfants pas de travail discriminée toussa toussa...)
    ça m'a fichu en rogne.
    Les braves cons de Français de souche ne sont vraiment bons qu'à payer.

    J'en viens à constater que nos gouvernants se comportent comme si nous étions la population d'un territoire ennemi occupé et qu'ils n'oeuvrent en fait qu'à notre disparition.

    Popeye

    RépondreSupprimer
  13. Oui, cessons de rêver et revenons à notre cauchemar quotidien : il ne suffirait pas, pour nous tirer
    d'affaire, de fermer le robinet des prestations aux immigrés, ni même de cesser toute immigration
    extra-européenne, encore faudrait-il se préoccuper des dégâts faits en France par quarante ans
    d'immigration débridée et incontrôlée. On voit bien que personne n'est à même de réaliser un tel
    programme, ni Sarko, ni Juppé, ni même la famille Le Pen...on est foutu, voilà tout. Alors, un peu
    plus-un peu moins...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nouratin, d'accord !
      Mais alors on fait quoi ?
      On laisse faire ?
      J'ai des enfants et des ptits-enfants moi.
      Fallait ptet pas les faire ?

      Supprimer
    2. Certes non, il ne faut jamais baisser les bras mais il faut sans doute préparer nos
      descendants à s'en aller sous des cieux plus cléments. Dans le ciel de France il
      n'y aura bientôt plus rien d'amical pour eux et je ne vois pas comment nous pourrions
      inverser la tendance, nous sommes bien seuls.

      Supprimer
  14. +30 % en un an : c’est l’augmentation du nombre de visas que la France devrait avoir délivré à la seule Algérie cette année. Soit près de 300 000, l’équivalent de la population de Strasbourg. A l’heure où le chômage et le défaut d’intégration atteignent des niveaux record, le gouvernement de Manuel Valls poursuit sa politique électoraliste de « Grand remplacement ».

    http://www.politiquemagazine.fr/100-000-visas-supplementaires-pour-les-algeriens/

    RépondreSupprimer
  15. " La Cour de justice de l'UE a statué mardi que les États membres de l'Union n'étaient pas tenus d'octroyer des prestations sociales à des citoyens d'autres pays européens ne se rendant sur leur territoire que dans le but de bénéficier de l'aide financière."

    Je ne vois pas en quoi cet arrêté ne concernerait pas AUSSI les immigrés extra-européens.
    Cet arrêt jugeait le cas d'un Rom, donc un émigré intra-européen. Il est logique qu'il parle d'émigration intra-européenne (légale dans le cadre de Schengen). Mais il est logique aussi de penser que ça peut s'appliquer également à l'immigration extra-européenne. A la limite, il suffit de faire juger par cette même cour un autre cas de même genre avec un non-européen pour obtenir un arrêté similaire (mais l'arrêté actuel suffirait à débouter un immigré extra-européen faisant du tourisme social et osant saisir la CDEH pour un refus de prestations sociales).

    Non, le seul point litigieux est le fait d'en profiter ou non pour faire appliquer cette préférence nationale (c'est bien de ça qu'il s'agit) en France. Avec un PS au pouvoir et un UMP qui ne s'assume pas à droite, on n'est pas près d'y arriver malgré une majorité de Français (et d'immigrés légaux) qui y seraient favorables...

    RépondreSupprimer
  16. ors donc, on ne verra plus cette famille dont l'accorte jeune fille avait invectivé Hollande à la TV ? On n'en entends plus parler d'ailleurs.. alors qu'il y a peu, cette famille disait qu'elle allait revenir et nous faire payer ce qu'on lui devait...
    :-)))
    Anne ( la fonction " URL" ne fonctionne plus... ou je ne sais plus m'en servir )

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen