dimanche 10 juillet 2016

L'Im-Monde, le bac, la discrimination...

Je voulais faire un billet sur le bac, ses résultats ( taux de réussite record de 88,5% cette année !; faut-il s'en féliciter... ) et cette étude que j'avais aperçue sur la corrélation entre le prénom et la réussite à l'examen et puis il m'a été donné de lire le billet suivant d'un certain François Miclo que je ne connaissais pas. Du bon ! 

Résultat de recherche d'images pour "résultats definitifs bac 2016"

" Le Monde, le bac, la discrimination:  


« Le Monde » titre sur les « discriminations » au baccalauréat. En réalité, les hydrocéphales qui font là-bas œuvre de journalistes confondent simplement « discriminations » et « inégalités ».

Le Monde est un journal très bien. Son papier est un peu trop rêche pour juste s’en torcher le cul, mais sa taille convient assez bien lorsqu’il s’agit de garnir le fond des cageots dans lesquels, nous heureux pèquenauds, placeront quetsches et mirabelles. C’est bientôt la saison, même si ça ne donne plus des masses depuis quelques années.

Le Monde donc, ce « journal de référence », qui, pour se faire un peu de blé, se commet en lemonde.fr et ses différentes variations, titrait l’autre jour sur « M.Campus, le Monde des étudiants » : « Les prénoms, révélateurs des discriminations du bac ». Je vous donne ici le lien de l’article. [que je vous conseille de lire pour faire le parallèle avec ce billet,ndlr]

Il y est question des recherches qu’effectue le sociologue Baptiste Coulmont. Ce dernier établit une corrélation entre le prénom des bacheliers et la mention que chacun d’entre eux obtient au bachot. Nulle part, il n’est question de discriminations. Le sociologue évoque juste des « inégalités ».

Il a raison de le faire, car elles sont patentes. Il existe une corrélation assez évidente entre le prénom et la réussite au bac. Cette corrélation a toujours existé. Chaque généalogiste sait d’expérience que les prénoms « à la mode » savent rarement signer. Au début du XVIIIe siècle, dans l’Est de la France, les prénoms en vogue étaient « Mougeon » pour les garçons, « Mougeotte » pour les filles. En Haute-Saône, c’était « Desle » pour les premiers, « Deslotte » pour les secondes. Ainsi baptisés, aucun ou presque ne savait, vingt ans plus tard, écrire son nom sur son acte de mariage.

Aujourd’hui, nous nous retrouvons face au même phénomène. Les familles de « modeste extraction » donnent à leur progéniture des prénoms directement provenus de Hollywood et de La Mecque réunis.

Ce n’est pas ici le prénom qui est en cause, mais bien la condition sociale de celui qui le porte. Quand il grandit dans une famille qui ne tient pas le savoir pour une chose fondamentale, il a toutes les chances de se planter et de voir son destin entièrement fixé par le prénom qu’il porte. Mais quand il a la chance d’évoluer dans un environnement familial où l’on sait que la connaissance est le début de tout, alors il est promis à un brillant avenir.

Pourquoi ? Parce que l’éducation n’est jamais la simple charge du système éducatif. C’est trop facile de se défausser sur les instituteurs, pardon les maîtres d’école, pardon les professeurs des écoles, de la réussite ou de l’échec de nos chers bambins. Le« ludi magister », comme on l’a appelé de l’antique Rome jusqu’au XVIIIe siècle(1), n’est pas responsable des jeux auxquels les parents abandonnent leur enfant. L’éducation d’un gamin est l’affaire de tous : de l’Education nationale, de ses parents, de sa famille, de ses voisins.

Je pourrais citer ici le cas d’une famille marocaine que j’ai l’honneur de compter au nombre de mes amis : père au chômage, mère femme de ménage et les deux enfants – portant des prénoms bien pas de chez nous – reçus chacun majors de leur promotion. Le premier à un grand concours d’ingénieur, la seconde à un grand concours de la magistrature…

L’Ecole de la République fonctionne. Elle fonctionne même très bien. Mais elle ne peut fonctionner sans l’accord ni l’appui des familles. C’est ce lien, que Jules Ferry lui-même pensait essentiel, entre le système éducatif et le système familial qu’il faut rétablir d’urgence.

Sinon, nous aurons toujours le journal de référence à titrer sur les « discriminations » du bachot. Au fait, scribouillards du journal de référence, combien y a-t-il de Kevin et de Yasmina au sein de votre rédaction grégairement blanche ?

Et si maintenant je pondais un article sur votre racisme ordinaire ? Bien entendu, cela n’aurait aucun sens (sauf si l’on s’attarde sur certains dessins de Plantu…), comme cela n’a aucun sens de parler de « discriminations » dans l’Education nationale quand il s’agit tout simplement d’inégalités sociales.

Seulement, quand on est un journaliste digne de ce nom, on ne confond pas les mots. Si la discrimination est source d’inégalités, toute inégalité n’est pas le fruit d’une discrimination.  "

avatar
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

42 commentaires:

  1. Oui, François Miclo (sans s) écrivait sur Causeur et maintenant sur Tak.fr. avec style humour et talent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme des quatre pattes, F.Miclo, que j'ai découvert dès les débuts de Causeur, tombe quasiment toujours juste avec une aisance de plume que n'ont pas les petits marquis poudrés du Monde.

      Supprimer
    2. @Libresechanges et Le Plouc: ben moi je ne connaissais pas, normal, je ne lis que rarement Causeur, mais ce court billet m a donné envie

      Supprimer
  2. Qu'un blogueur doive rappeler la différence entre inégalité et discrimination à un journaliste du "journal de référence".... Quelle déchéance de la pensée dans ce pays !
    (et rien de péjoratif contre les blogueurs, mon cher Corto ;), mais on pourrait s'attendre à ce que la rigueur vienne plutôt des médias officiels)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Umadrab: "que la rigueur vienne des médias officiels" ... là, t'es aussi drôle que la tête que fit Hollande après la défaite de la France :)

      Supprimer
  3. Le Monde cherche surtout à faire monter la pression, prouver aux bacheliers issus de la diversité qu'ils sont discriminés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @l'oiseau bleue: Une hypothèse mais bien dans la veine de ce canard

      Supprimer
  4. J'ai un Arthur, mon cher Corto, qui a eu mention Très Bien au bac ! Vous croyez que c'est à cause de son prénom. Les autres, Gaspard, Constantin, Constance ont eu le bac aussi, mais comme a dit mon mari : avec la mention Coup de pied au cul !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: et bien moi, j ai beau avoir un prénom tout ce qu il y a de plus franchouillard et des parents qui m ont marqué a la culotte: le bac mention passable après redoublement. 0 en math la première année et 0,5/20 la deuxième année

      Supprimer
    2. @Corto,
      Erreur d'orientation !
      Tu aurais pu avoir une mention B ou TB en Bac pro cuisine, si tu avais le même niveau qu'aujourd'hui.
      Droopyx

      Supprimer
    3. @Droopyx: j étais en terminale B et très bon partout (17 en philo) sauf en math une catastrophe pas tant parce que j étais mauvais que par total désinterêt pour la chose

      Supprimer
  5. La "discrimination" la plus évidente est entre les garçons et les filles. Il faut arriver à la vingt-huitième place de ce classement pour trouver le premier prénom masculin. Ce journaliste s'est aveuglé avec sa propre idéologie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut croire qu'il est compliqué, pour un garçon d'avoir à gérer sa quéquette tout en poursuivant des études, souvent hélas, sans pouvoir les rattraper !

      Supprimer
    2. @marianne : ah par ce que vs croyez que les nanas n ont pas de pbs avec la gestion de leur foufoune ?

      Pangloss: idée reçue ou réalité mais j ai toujours entendu dire que les nanans, au moins jusqu au bac étaient bien plus bosseuses que les mecs

      Supprimer
    3. Testostérone et Progestérone-Oestrogènes sont des molécules différentes, aux actions différentes entraînant des aspects et des comportements différents chez les mâles et les femelles.
      Leurs gestions de leurs pulsions sont donc bien différentes, les filles sont moins tentées par la chose et sont plus sérieuses dans leur scolarité. C'est comme ça.
      Ces évidences sont connues mais dans cette société où tout vaut soi-disant son contraire et où tout est relatif, il est bon de les rappeler sans cesse.
      Amitiés Corto.
      H.s. : c'est bon pour septembre au fait...

      Supprimer
  6. En dehors de l'égalité des droits, j'ai du mal à cerner la notion d'égalité; l'égalité des chances, c'est vraiment compliqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Elie

      C est parce qu elle n existe pas,c est une utopie.

      Supprimer
  7. Ce qui est discriminatoire, c'est que 11,5% de d'jeunes n' est pas obtenu le bac.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: surtout avec Belkacem a la manœuvre

      Supprimer
  8. De toutes façon plus l'école sera complaisante et les matières "amusantes", plus les inégalités seront criantes entre les enfants des parents qui refusent le gloubiboulga de l'EN et ceux des parents qui en sont très contents.

    On peut supprimer les mentions, il restera le carnet scolaire. Puis les notes, il restera encore l'entretien face à un recruteur ou un jury.

    Tant pis pour le pauvre gamin qui aura eu une bonne note à son devoir de français (écrire une lettre de rupture sans trop de fautes au lieu d'envoyer un sms comme le pdt. de la République) et qui considère le rap comme un art majeur et les footballers comme des modèles.). Certains profs auront essayé de le sauver mais ils étaient trop sévères et directifs pour le laisser "construire son savoir"...

    Il y a quand même à la télé quelques (trop rares) occasions de s'instruire. Si on préfère les jeux vidéos et la téléréalité à l'émission recommandée par le prof. (parce que certains continuent à le faire) quand on est scolaire, si on préfère instagram ou facebook aux sites concernant sa discipline quand on est étudiant... il ne reste qu'à être pdt. de l'UNEF pour avoir un boulot.

    Droopyx

    P.S. Où sont scolarisés les enfants de N.V.B. des hiérarques de l'EN et des journalistes du Monde ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: il restera toujours le recruteur devant lequel seuls les meilleurs ou les moins mauvais auront une chance. Un bac réussi par 88,5% des candidats, est-ce encore un bac ? C'est aussi là que le nivellement par le bas se concrétise.
      Je viens de lire sur FB un post d un de mes neveux : une horreur. J ai compté 12 fautes en dix mots ! Ah, j oubliais, c'est un véritable bordel question familial ...

      Supprimer
    2. @Corto,

      D'habitude, je ne reprends pas tes erreurs de clavier, de tablette... (et surtout je ne voudrais pas me brouiller avec quelqu'un qui fait un si bon foie gras et a un si bon boucher...) mais enfin, là, tu aurais pu faire un effort :
      "c'est un véritable bordel question familial ..."
      Tu as de la chance que je ne connaisse pas l'email de ton neveu.
      Droopyx

      Supprimer
    3. @Droopyx: bon , ça va, question famille :) la mère en est a son 3eme mari , le pére a son deuxième divorce

      Supprimer
  9. Excellent article, bravo !
    Le prénom est évidemment un marqueur social très fort.
    Un jeune voisin, très sympa, employé chez un artisan, n'a pas un seul livre chez lui. Quand ses deux jeunes enfants, affublés de prénoms totalement improbables, ne sont pas devant la télé, ils tapotent leur portable ou roulent dans le quartier sur leur petit quad. Je ne les ai jamais vu avec un bouquin...
    (NB: pas tout à fait d'accord pour les mirabelles: les branches de mon arbre sont en train de crouler, je ne l'ai jamais vu en porter autant).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: allez, histoire de titiller le Elie: Quel est l un des départements où les résultats au bac ont été parmi les plus mauvais ? Réponse: Celui où le prénom Mohamed est celui qui arrive en tête pour le nombre de dépôt à l'etat civil en 2015, 2014, 2013... Le 9-3

      Supprimer
    2. Normal,
      C'est le dpt. le + stigmatisé.

      (il faut dire à leur décharge que ce n'est pas le dpt. où demandent à être affectés les plus brillants des enseignants. Il faut aussi dire que ceux-ci ont peut-être quelques raisons réelles ou supposées...).

      Droopyx

      Supprimer
    3. @Droopyx: j ai cru comprendre que les profs qui acceptaient d aller dans ce coin là étaient payés plus que les autres, je ne sais si c'est vrai, mais si c'est le cas c'est tout de même curieux qu un GVT qui supprime la prime aux mérites pour les brillants élèves en accorde une aux profs qui ont le mérite d aller dans les zones

      Supprimer
    4. Je pense que c'est plus compliqué que ça : comme les gens ne " veulent pas y aller" c'est à dire ne les ( les villes) mettent pas dans leurs vœux de postulants, ils ( les profs) y sont envoyés d'office sur des postes non titulaires, genre remplaçant donc, les R sont classés en tr et tzr ra ( remplaçant année ) et autres subtilités postes qui ont droit à des indemnités ( ex déplacements - le mec peut être nommé à 80km de chez lui ..) de bonus selon le classement de l'établissement .. Moyennant quoi au bout d'un an il se barre ou bien peu n'arrive pas à tenir l'année :( .. Il est fini le temps où les TR gagnaient 1/2 mois en plus ( 1000€ à la louche) .. Ca tourne autour de 200/300 par mois max .. Il faut voir que il y a des classes où il faut 20 mn pour que les 15 élèves soient assis et arrête de parler autre chose que le français .. Annette Lanonymette

      Supprimer
  10. Géo

    Bonsoir Corto

    "Le Monde...journal trop rêche pour s en torcher le cul.."
    Bizarre quand meme car moi je ne m en plains pourtant pas,il va bien,as tu essayé de l attendrir auparavant?

    Ceci écrit,quel intérêt les prénoms et la réussite au bac?Il y a des lois de probabilités,de similitudes dont il faudrait tenir compte pour une analyse qui,à mon sens,ne sert à rien.
    C est couper les cheveux en quatre pour essayer de dénicher des règles qui justifieraient une idéologie douteuse.
    Toujours ce désir de soumettre le réel à des équations mathématiques dans l espoir puéril de le contrôler...ou de nous contrôler.

    En outre,le taux de réussite au Bac,en comparaison du niveau général des élèves,dévalorise complètement ce diplôme.

    Alors,quel intérêt,cette "étude" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      J avais rédigé:Lois de probabilités
      Le terme exact serait:"lois de syncronicité",ces phénomènes de synchronicité qui forment ce que l on appelle banalement des coïncidences et qui faussent les analyses.
      Voilà,c est rectifié.
      (...avant qu Élie ne vienne.)

      Supprimer
    2. @Géo: l étude en soi est interessante sauf si elle est détournée, et c'est le cas du Monde, a des fins " idéologiques "

      Supprimer
  11. Il n'y a pas que les origines sociales qui jouent, le QI des africains est sensiblement plus faible que celui des européens, plus faible à son tour que celui des asiatiques (qui réussissent mieux, même en étant aussi pauvres et défavorisés que les premiers).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exhumé chez ma belle-mère :
      "Cours d'histoire Malet-Isaac
      "L'époque Révolutionnaire 1789-1851
      "Classe de première
      Publié en 1950 sous l'autorité de Jules Isaac, inspecteur général honoraire de l'Instruction Publique, André Alba, Professeur agrégé au lycée Henri IV et Ch. H. Pouthas, professeur à la Sorbonne.
      Nombre de pages : 666
      Les temps changent.

      Supprimer
    2. @Yoananda: oh, oh, là on frise le racisme et la correctionnelle :)

      @Dame Ginette: si tu as l occasion de feuilleter les livres d histoire et géo de maintenant, classes de seconde à terminales, c'est absolument... décoiffant !

      Supprimer
    3. @Corto74
      si je ne m'abuse, c'est l'appel à la haine qui est interdit et non pas le racisme (dans ce cas, il faudrait condamner tout la gauche pour "racisme culturel" envers les souverainistes/FN et autres droitistes).
      Non ?

      Je rappelle l'appel à stigmatiser le FN de Valls ... si c'est pas de l'appel à la haine ça ??

      Je connais la formule "le racisme n'est pas une opinion mais un délit", mais ce n'est qu'une formule pour terroriser... du moins tant qu'on prétends être dans un état de droits.

      Si je me trompe, alors, en effet, il faut me censurer.

      Supprimer
    4. Géo


      "www intelligence-humaine.com
      QI et intelligence humaine"

      Ce sont les travaux de Watson,{qui avait aussi démonté la structure de l ADN (1962)}qui révèlent une différence de QI selon les races,dans l ordre donné par Yoananda!

      Suite à cela,il a été censuré en Occident,mais les Chinois ont repris ses travaux pour faire des etudes sur le cerveau humain et ses possiblités et il est très respecté là bas.

      Face à des faits gênants,l Occident ne sait plus que censurer à défaut de réfléchir.Une baisse de Q.I.certainement!


      @Dame Ginette

      Effectivement,j ai retrouvé de ces livres et la matière est bien plus dense.
      A mesure que nous nous rapprochons de notre époque,la place des textes décroît,contrairement à celle des photos.

      Supprimer
    5. Vous avez tout à fait raison Yoananda en ce qui concerne les QI (cf. The Bell curve de Herrnstein et Murray que j'ai à la maison, et d'autres études que l'on ne fait plus car très dérangeantes) même s'il y a quelques exceptions
      Pour ce qui est de l'appel à la haine, ceci est une autre arnaque législative afin de museler une partie du peuple, comme il fut interdit de se réunir et de dire des vérités en URSS ou lors de l'occupation.
      Comment doit-on qualifier les discours des gauchistes si ce n'est un appel à la haine récurrent contre les patrons ?!!!...

      Supprimer
  12. Corto,je suis anéanti.
    Je viens de découvrir,via cet article,que ma "réussite"scolaire
    tenait à l'excellence de mes deux prénoms. ..
    J'ai en effet un prénom composé des noms de deux apôtres qui devaient , pendant les années où j'ai passé bac puis concours d'entrée aux saints des saints, en forte odeur de ... sainteté.
    Moi qui pensais jusqu'à present que c'était parce que j'avais bossé dur...
    Pour en venir à moins futile (laissons les sociolopolitologues enculer les hymenoptères en paix)
    ma fille enseigne les sciences nat' (pardon, sciences de la vie et de la terre)en collège.
    Elle vient de se faire réprimander par un inspecteur pédagogique,parce qu'elle avait le culot de prétendre "enseigner".
    Il le lui a vertement reproché.
    Les profs ne sont pas là pour dispenser un savoir.
    Ce savoir là se trouve dans...Internet, et chacun sait que chaque élève doit savoir trouver auprès de Monsieur Google les rudiments de culture que les programmes imposent.
    Les profs,quant à eux,déchargés
    de cette fonction stupide,doivent veiller au libre épanouissement des élèves dans un monde multipolaire et multidisciplinaire (?)
    Je suis le seul non enseignant d'une famille qui en a compté plusieurs génération,et il y a bien des tombes dont les occupants se retournent trop souvent!

    RépondreSupprimer
  13. Autant disserter du sexe des anges.
    Le bac est mal étalonné, un taux de réussite statistiquement normal doit se situer autour de 50% avec une note de 10/20. Un bac qui devient une formalité, c’est leurrer une génération entière. A commencer par les mentions Très Bien à peine passables, qui vont déchanter le plus, confrontées ensuite à des exigences de niveau plus normales dans les filières sélectives (Dauphine, Assas, médecine, prépas). Tous les autres bacheliers vont encombrer les cursus sans débouchés, autres que des petits jobs de la charité public dans le secteur de l’animation socio-culturelle. Que faire de tous ces docteurs en sociologie et psychologie ?
    Bac pour tous = arnaque. Alors les prénoms, et les origines sociales, aucune importance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bac pour tous: Arnaque ! C'est bien vrai ! J ai les cas autour de moi de deux jeunes qui ont eu l'an dernier leur bac avec mention TB, le premier s'est fait éjecté de médecine , le second repique sa première année d ecole d ingenieur. Ils le reconnaissent eux mêmes: leur niveau pas suffisant face aux autres et à une compète où il n y avait quasiment que des " mentions "

      Supprimer
  14. L'immonde, Ce ne serait pas ce journal qui a donné un prénom occidental à un gamin qui en a poignardé un autre en Normandie (réellement occidental celui-là, et même tout simplement français) pour éviter de stigmatiser les immigrés tchétchènes?
    Une obsession du prénom, visiblement, et une conception intéressante de la vérité.
    Alfred

    RépondreSupprimer

Les TROLLS seront systématiquement catapultés. Dépollution oblige ! Les commentaires d'anonymes quasi-systématiquement rejetés . La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.