mardi 5 juillet 2016

Radicalisation: Attention, danger !


Cela fait un moment que ce billet me trotte dans la tête. Il n'est que l'expression d'un ressenti, que dis-je, d'une quasi certitude: La radicalisation dans le débat politique ou dans de simples échanges entre gens de bonne tenue est de plus en plus présente, oppressante, pénible, qui sait peut-être même aussi, dangereuse.

Je ne parle pas, bien évidemment, des petites perlouzes entre politiciens ou des petites boules puantes médiatiques, c'est dans leurs gènes, ça fait partie du jeu habituel, ça permet de faire parler de soi, de faire le buzz. Je parle du pékin moyen, de vous, de moi peut-être, de nous, de nous-la-France-en-colère, d'eux, d'eux dans le train, au bistrot, dans la rue, sur le marché, dans la queue à la sécu ou au cinoche, sur Facebook ou sur twitter.

On échange de moins en moins, on cherche de moins en moins à comprendre l'autre, on campe sur nos positions, j'ai raison et tu as tort. Je comprends tout et tu ne comprends rien. Mais ouvre les yeux, bon dieu ! Sale homophobe ! Tu rêves ! Non mais vous délirez, monsieur ! N'importe quoi !  Bourgeois ! Connard ! Pauvre type ! Va donc ! Bouffon ! Soutenir Sarkozy, faut-il être con !

Non, désolé, un " bourgeois " peut avoir des idées intéressantes, un frontiste ou un libéral aussi et on peut soutenir Sarkozy et être intelligent. On peut aussi avoir tort, se tromper, il n'y a aucune honte à le reconnaître.

Ne croyez pas que je délire, toutes ces expressions, je les ai entendu quand elles ne m'étaient pas adressées. Nous n'échangeons plus, nous ne débattons, plus, nous ne cherchons plus à comprendre l'autre. Nous partageons notre avis, en sens uniquesans prendre le temps d'écouter l'autre, sans prendre le temps de chercher à comprendre ce que l'autre a voulu dire.

Trois exemples parmi tant d'autres que j'aurai pu prendre pour illustrer, trois exemples pour illustrer mon propos, pas pour qu'ils soient repris et débattus dans les commentaires:

- Lors des dernières élections départementales, en 2015, un graphique issu d'un sondage réalisé auprès de 2 797 personnes circule sur la toile, je le reprend sur ce blog. Ce sondage montre que 50% des gens n'ayant aucun diplôme ont voté Front National et que plus le niveau d'étude sanctionnée par un diplôme est élevé, moins on vote FN. Je n'ai rien inventé, juste posé un graphique sur ce blog. Qu'est-ce que j'ai pris ! Et pourtant, à aucun moment je n'ai écrit ou sous-entendu que seuls les " illettrés ou les peu éduqués ", pour paraphraser chouchou Macron,  votaient FN. Je cherchais juste à comprendre, à débattre puisque, apparemment,  et d'après ce sondage, il y avait corrélation entre diplômitude et vote FN.

- Dernièrement, lors d'un déjeuner, une des convives, libérale affirmée, catholique, visiblement pas conne, un brin provoc', balance l'idée qu'il faudrait supprimer le smic. Tollé ! et rentre-dedans immédiat, limite. Qu'est-ce qu'elle a pris ! Et personne, sauf moi, n'a cherché à comprendre pourquoi cette entrepreneuse avançait cette idée " choquante ". Qu'y avait-il derrière cette proposition ? Peut-être quelque chose qui tenait la route, au moins sur le papier ? Il eut été intéressant d'en débattre, de contre-argumenter, posément; ben non !

- Récemment, sur un marché, distribution de tracts soutenant Sarkozy. Un mec avec son gamin à la main, bien mis, à priori à jeun, passe, voit le tract, en prend un, le lit puis le jette à la figure du gars qui lui avait donné, traite les distributeurs de connards et hurle à qui veut l'entendre: " sarko est un voyou, un truand, un bandit, vous le soutenez, vous êtes donc pareils ". J'ai appris que le gars en question tractait parfois pour Dupont-Aignan.

On prend une phrase, quand on ne l'extraie pas sciemment de son contexte, un bout de phrase et on déroule sans chercher à savoir, en faisant dire à untel ce qu'il n'a jamais dit, en le faisant passer pour ce qu'il n'est pas, en lui prêtant des intentions qu'il n'a jamais eu. On campe sur ses propres positions, quand ces positions ne sont pas celles que notre histoire ou celles du parti politique duquel on se sent le plus proche. On traite les gauchistes de sectaires mais dans le même temps, on refuse le droit ( voire l'intelligence ) à quelqu'un d'être libéral, frontiste, sarkozyste ou pourquoi pas fasciste ( si tant est que le mot soit utilisé correctement ). On prend pour argent comptant ce que l'on entend au JT de 20h00 sans approfondir, sans chercher à savoir si Gilles Bouleau ou Pujadas ne nous prendraient pas pour des cons ( non, ne rigolez pas, si vous saviez le nombre de gens qui font pleinement et encore confiance aux JT ...).

Alors, quand  cette radicalisation ( facilitée voire stimulée par les réseaux sociaux ou les médias ) se manifeste à l'encontre des politiciens et/ou du pouvoir en place, surtout s'ils ne sont pas de notre sensibilité, je peux comprendre, je ne m'en prive pas d'ailleurs, les gauchistes, comme les muzz, m'insupportent mais je peux argumenter, je peux en discuter, je peux même écouter; mais que ce même phénomène de radicalisation, de non-débat, du refus d'écouter l'autre, se manifeste entre gens de la même famille politique, même élargie, je dis dommage, triste, stupide, pas constructif. Au mieux cela appauvrit le débat, quel intérêt dans ce cas de débattre, au pire cela peut appauvrir puis effacer la relation à l'autre. Ne nous trompons pas d'adversaire.

Je dis donc, parce qu'hélas je le constate de plus en plus, ici, ailleurs, dans les journaux, au quotidien: Radicalisation, attention danger !

Folie passagère 3231.
Résultat de recherche d'images pour "fight club"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

58 commentaires:

  1. Cette chère dame propre sur elle, ne nous a jamais dit combien elle gagnait, j' attends toujours
    Je serais curieux aussi de savoir combien coute l'école de la fille au Touquet, ville que je connais bien.
    Enfin quand j'ai entendu un des invités dire que personne n'accepterait de travailler pour 709 € par en faisant 35 heures par semaine
    C'est malheureusement ce qui attend les petits employés en cas de suppression du SMIG.
    Ce n'est pas de la radicalisation, mais une discussion musclée.
    Il me semble que cette dame devrait descendre de son château dans les nuages.
    Quand à la radicalisation des esprits de tout à chacun, tu as malheureusement raison.
    Il y a bien longtemps que j'évite toute discussion politique à mon travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: j ai écrit que ces exemples étaient là pour illustrer pas pour revenir dessus. Et c'est bien parce que c'est toi et que j aime bien Christophe Maé que je laisse ton commentaire.

      Supprimer
    2. Désolé, mais j'ai réagi comme un taureau devant une voiture rouge.
      Une fois envoyé, je l'ai regretté.
      Là où j' exerce mars talents, combien de fois on m'a reproché mon vote Sarkozy, bien maintenant je souris mais je ne leurs certaines de mes idées.
      C'est Madame qui adore Christophe Maé et qui me le colle en boucle.
      Je vais mourir.

      Supprimer
  2. Bonsoir Corto,

    Que n'as-tu raison? Pour ma part, je constate que les plus sectaires sont indubitablement à gauche de l'échiquier politique. Bien que ce soit la gauche, il y a trente ans, qui ait favorisé l'émergence du FN par pur calcul politique, je suis toujours surpris de voir leur hypocrisie quand l'extrême-droite gagne du terrain au plan politique et comment ils sont prêts à refuser le verdict des urnes. Je précise que je ne me sens pas du tout proche de ce parti mais je considère qu'à partir du moment où on tolère l'existence d'une extrême-gauche et qu'on fait parfois un lit à cette idéologie, le simple respect de la démocratie impose de respecter ce choix. On va vivre en direct cette manifestation de tolérance en Autriche avec les nouvelles élections présidentielles.
    On a parfois d'heureuses surprises. L'autre jour, j'ai pu ainsi débattre très sereinement avec un de mes passagers Blablacar à qui je n'ai pas caché ma sensibilité libérale alors que lui se situait plutôt à gauche du PS (qu'il vomissait tant ce parti est pourri de l'intérieur).

    Bonne soirée malgré la Socialie (Manolito a encore sévi aujourd'hui à l'AN: une mascarade pour des bouffons!!! J'ai honte pour mon pays)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: je fais le même constat: le sectarisme semble etre l apanage de la gauche française, il suffit, par ex, de regarder un Camba, un Le Guen ou un Le Roux , pour s'en convaincre.
      Mais , je constate aussi, l objet de mon billet, que ce sectarisme est entrain de faire son lit à droite aussi. Pas bon !

      Supprimer
  3. Tout le monde se radicalise plus ou moins et c'est tout à fait normal avec tous ces politicards veulent tous la baguette magique du pouvoir . Les débats se font en vase clos avec des participants qui sont déjà d'accord entre eux. Dans chaque parti c'est la guerre pour devenir chef , comment veux-tu que dans la rue ce ne soit pas pareil . C'est dommage qu'il y a un amalgame dans les mots qui font qu'il y a incompréhension dans une phrase , pour un même twette j'étais facho, pro-daesh, pro EI , pro Hollande sur le moment ça m'a amusé , j'ai essayé d'expliquer et au bout du compte je me suis réfugier dans mon jardin , la connerie a une limite .


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @calude Henri: de plus en plus se radicalisent et je le comprends autant que je le déplore: la crise , le chomage, la jalousie, l immigration, la gauche, Hollande, l Etat de la France j en passe et des pires autant de raisons d avoir les nerfs mais pas entre gens peu ou prou du même camp tout de même, le spectacle que nous donne la gauche devrait nous en dissuader :)

      Supprimer
  4. Vous avez cette impression (fausse) parce que vous vous cantonnez à la politique étroitement politicienne ; domaine dans lequel il en a toujours été ainsi, au moins depuis que nous vivons en république. Mais sitôt que vous abordez des sujets intéressants, la parole retrouve son jeu et ses droits, la discussion et la contradiction courtoises également.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Didier, permettez-moi de n'être pas tout à fait d'accord avec vous. Onfray (honte à moi !) ne dit pas autre chose que le taulier lorsqu'il remarque que dès que l'on sort des clous plantés par les bien-pensant, on est catalogué nauséabod-effaineuh-fasciste, avec désormais la nuance populiste (les récents scrutins britannique et autrichien n'en sont que les derniers exemples.)

      Force est de constater que le point Godwin n'a jamais -depuis le début de ma courte existence, il est vrai- été si vite atteint. Ceci dit, peut-être n'invité-je pas suffisemment à la discussion et à la contradiction courtoise...

      Supprimer
    2. Il n'est guère plus aisé d'échanger sereinement sur le sens du mariage tout court et du mariage entre personnes de même sexe, sur la PMA, la GPA, sur les conditions de fin de vie, l'euthanasie, les OGM, le principe de précaution, l'écologie et ceux qui en font un part politique d'extrême-gauche etc... :-)

      Supprimer
    3. @Didier Goux: mais qu y a t-il donc en dehors de la politique ? Est-ce politique politicienne que de causer libéralisme, mariage zinzin, souveraineté, etc... ? Non je ne crois pas.
      Des sujets intéressants: la poésie, l histoire, la littérature ? ils peuvent prêter eux aussi à âpres discussions, je m ai déjà vu. Le sexe des anges ? idem. Il y a peut etre le jardinage, et encore, cela peut dépendre de votre voisinage. Voyez le mien voisin qui considère scandaleux que je lui demande de couper ses arbres qui me privent de soleil passé septembre et qui dès octobre inondent mon jardin de leurs feuilles mortes que je me fais chier à ramasser au prétexte que c'est tant pis pour moi si j ai plus de temps que lui pour profiter du jardin.

      Al West: Courte existence... Le point Godwin n a jamais été aussi brandi que ces dernières années. Absolument odieux qui plus est quand il est mis en avant par les lointains héritiers de Staline, Lenine, trotsky, Pol Pot et du National socialisme. Pouah !

      Libres echanges: absolument. le mariage zinzin et se degats collatéraux ( PMA, GPA, etc... ), ça a été un grand moment de n importe quoi, les pires pour moi étant les militants LGBT qui ne pouvaient absolument pas comprendre qu un homo puisse y etre opposé, on m a traité de facho pour cela. Sarkozy, Le Brexit ce n'est pas mal non plus, le souverainisme aussi...

      Supprimer
    4. Géo

      @Corto

      "...mon voisin...je demande couper arbres...pas content...plus d'soleil...feuilles partout...tout nettoyer..."
      Ben il faut le comprendre quand même!
      Il a de beaux arbres et tu veux les lui faire mutiler.
      Il t offre du terreau gratis avec leurs feuilles et tu renacles!
      Et il protege ta santé!(le soleil,ça brûle la peau et ça lui donne des cancers et les arbres forment un micro-climat bénéfique.)
      Y'a plein de gens qui manquent d arbres.
      Tu ne sais pas apprécier le gentil voisin que la providence t offre.
      (Ceci dit,j ai les mêmes histoires d ombre et de feuilles que toi et je ne dis rien,mais je précise être un "arbrophile" invétéré.Pire encore,j en ai même ajouté d autres,sortis d endroits où,jeunes pousses encore,ils n auraient pas eu une chance de pousser.Maintenant?la jungle,ça a poussé vite.mdr et mdr)

      Supprimer
  5. Les pro-allemands en sont à remettre ouvertement la démocratie en cause et les autres veulent vivre dignement. Tu m'étonnes que cela se tende.

    RépondreSupprimer
  6. Il n'y a pas qu'avec des sujets politiques, si tu as le malheur de ne pas être d'accord avec des écolos purs et durs par exemple, qui veulent te faire retourner à la lampe à pétrole et au lavoir avec la brosse à frotter, bingo, tu t'en prends plein la tête, ça m'est arrivé récemment sur mon blog, et même sur des trucs complètement anodins, c'est sans doute parce que les gens sont tellement frustrés de l'ambiance qui règne dans le pays, qu'ils sautent sur la moindre occasion, ce qui me fait dire que l'on pourrait aller vers une vraie guerre civile à la moindre occasion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: on en a parlé, les gens sont excédés et ceux qui sont chargés d'assurer la " concorde " ne font rien pour apaiser un pays qui à mon sens est au bord de la rupture

      Supprimer
  7. Je crois que nous vivons une période angoissante, stressante, une période qui met les individus sous pression ; il ne faut donc pas s'étonner des "explosions" même si, et je suis d'accord avec toi, c'est dommageable pour notre camp quand le différent est interne. Quand ça vient d'en face, peu me chaut ! Je crois aussi que la situation sociale s'étant grandement dégradée et le pays étant pour beaucoup en danger de mort, on peut comprendre que le "légalisme" de certains puissent irriter les tenants de la radicalité. Personnellement je ne crois ni en la démocratie actuelle ni au vote, le vote Sarkozy me paraît être une cautère sur une jambe de bois et une perte de temps, cependant rester courtois me semble essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pharamond: tu parles d'or ! et comme toi, peu me chaut des attaques, des perfidies et de l arrogance du camp d en face, mais quand c'est chez " nous "... Je comprends d ailleurs, par effet miroir les difficultés internes de la gauche.
      Rester courtois... qui connait encore le sens de ce mot dès lors que l'on aborde des sujets politiques; politiques au sens large.

      Supprimer
  8. Je veux bien que l'on parle de débat dans un climat serein et apaisé. Mais il faut quand même constater que la volonté politique en France et à Bruxelles est justement de verrouiller le débat public et la liberté d'expression. Bientôt, les blogs comme le vôtre seront sous étroite surveillance policière et les contrevenants aux lois nouvelles liberticides arrêtés et condamnés.

    Je ne plaisante pas tout. Il suffit de réentendre et de revoir les réactions au référendum britannique pour s'apercevoir que nous sommes en pleine dérive autoritaire. Il est évident que l'on cherche à tout prix à faire taire les peuples, à museler l'opinion, à écraser les dissidents.

    La commission vient de faire passer une directive sur le terrorisme qui va encore renforcer la surveillance des citoyens sur internet et la répression de ceux qui nous sont pas dans la ligne.

    Tout le monde le sait et vous pensez une seconde que l'on va pouvoir débattre tranquillement dans la perspective de la prochaine élection présidentielle ?

    Vous parlez de radicalisation alors que j'y vois plutôt de l'exaspération, de la colère, de la haine rentrée, du dégoût. Le mot « radicalisation » est celui qui est justement employé par ceux qui prônent sans cesse le renforcement de la surveillance massive des citoyens au prétexte bien commode de lutte contre le terrorisme.

    Internet va devenir rapidement aussi politiquement correct que la télévision quand l'oligarchie l'aura nettoyer complètement. J'exagère à peine car c'est déjà commencé. Ils mettent actuellement en place tous les outils et tous les pouvoirs pour y parvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Ribus

      Très réaliste,ce que vous écrivez.
      Mais celà prouve que les tyrans se sentent menacés et qu ils se dévoilent.
      Et si ils finissaient par trouver face à eux des gens qui n ont plus peur de leurs tribunaux et de leurs condamnations?
      A long voire à moyen terme,ce jeu de terreur est perdant à 100/100.
      URSS bis!
      Et tous les autres empires de l l Histoire.

      Supprimer
    2. @Ribus: Oups, je n avais pas vu ton com passer. Qui te dis que mon blog n est pas déjà sous surveillance, peut etre pas renforcée mais sous surveillance... je dis ça, je dis rien mais je choisi mes mots.
      Pour le reste nous sommes d accord. La radicalisation est la consequence de la colère, de la frustration, etc...
      Internet est la vrai chance du politiquement incorrect, ne laissons donc pas faire ceux qui auraient tendnace à vouloir le brider.

      Supprimer
    3. @ Ribus
      C'est très exactement ce que j'aurais écrit en commentaire, si j'étais passée plus tôt...
      Tout ceci est très caractéristique d'une exaspération profonde et viscérale => réaction épidermique, non réfléchie, et parfois néfaste. Surtout quand il s'agit de poly-tocards, souvent indignes de leurs responsabilités. Même à droite...

      @ Géo
      Puissiez-vous dire vrai...
      Pouvons-nous raisonnablement espérer que le peuple se réveille ? Enfin !!!

      @ Corto
      "Prudence est mère de sûreté"... Surtout par les temps qui courent !...
      Dépêchons-nous d'en profiter avant le verrouillage complet de cela aussi.

      Je vois que, pendant que je ne pouvais vous lire, vous avez sacrément bossé. Et c'est toujours aussi percutant.
      Bravo et merci.

      Supprimer
  9. Géo

    Bonsoir

    À la base,l être humain à ce stade d évolution est déjà un tissu de passions,instincts,besoins réels ou non et cet assemblage crée un cocktail explosif qui est comprimé quelque temps mais ne demande qu à éclater en une folie individuelle ou collective à fréquence régulière,pourvu que les circonstances inattendues ou composées par des manipulateurs mondiaux l y poussent.
    Quand le vécu devient bien plus dur,il n est plus possible,au delà de limites franchies,de retenir ces explosions de violence dues à des frustrations prolongées.
    C est pourquoi il ne faut pas se fier à la passivité apparente des gens face à des dénis permanents de leurs droits et à la dégradation de leurs conditions de vie.
    Le pire qui pourrait arriver aux marionnettistes dans l ombre de nos figurines politiques serait sûrement que l être humain devienne un modèle de contrôle émotionnel de soi et de lucidité
    Cela mettrait en échec toutes leurs tentatives de soumettre les peuples à leurs volontés et d entraver les capacités d évolution de ces peuples,
    Et cela les obligerait à évoluer eux aussi et de voir ce qu ils valent réellement,eux qui veulent instaurer l uniformité et le conformisme étouffants sous couvert d égalitarisme et autres illusions dans le seul but de rabaisser l estime que les gens se portent à eux memes,les rabaisser par la culpabilisation permanentes de leurs pensées,
    Et ainsi en faire des pantins dociles et sans culture ni mémoire.
    Les mêmes pseudo-elites mondialistes et leurs valets,experts à manipuler les énergies collectives issues des rancoeurs,colères,frustrations,dans des buts destructeurs et totalitaires,
    Ces mêmes pseudo-élites n hésiteraient pas,si elles pensaient la partie perdue pour leurs projets malveillants envers nous,à aggraver les tensions collectives délibérément dans le but de provoquer une conflagration générale qui figerait toute vague d indépendance populaire,
    Une telle conflagration générale serait le beau prétexte à ces pseudo-élites moralement putrides à instaurer leur dictature,sous l argument fallacieux que c est la seule solution pour sortir de la situation catastrophique générée par elles mêmes.

    C est pourquoi,même si la colère gagne partout,il serait important d apprendre à la canaliser en des buts concrets et clairs,de façon que les énergies issues de cette colère ne soient pas détournées encore par des gens sans scrupules qui n attendent que ce prétexte,à mon avis.

    Le fait que les gens se supportent de moins en moins est encourageant pour les pseudo-elites,elles ne veulent que celà,pour empêcher tout consensus général de gens éveillés qui viendraient contrarier leurs plans.
    On jettera l anathème contre les "mal-votants", par exemple,pour créer un fossé de générations,pour diviser.
    Et plein de choses de cet cacabit.
    Nous n'avons donc pas fini de voir les colères éparses monter,c'est voulu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Rectification:
      "Et plein de choses de cet Acabit".

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Burlot: a presque tout le monde mais pas au bas du front. ravi de voir que tu as suffisamment de temps à perdre pour venir me lire

      Supprimer
  11. en moins de cinq ans, Hollande aura réussi à diviser les français, exacerbé les passions, favorisé les clivages,
    Le changement c'était maintenant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @L oiseau bleu: au moins aura-t-il réussi quelque chose ! et de quelle manière !

      Supprimer
  12. La radicalité de l'ultra-gauche :
    J'ai suivi sur Twitter "l'AG citoyenne" de Mediapart, une version Nuitdebout de début de soirée.
    Voici entre autres ce qui est proposé aux participants du collectif en voie de formation pour hacker la présidentielle :

    - empêcher les campagnes des droites,
    - pourrir la vie des candidats,
    - faire bloquer les bureaux de vote par les abstentionnistes au 2ème tour de la présidentielle.

    Rebelote pour les législatives si ça n'a rien donné la première fois.

    Juste pour donner une idée de leurs délires habituels (pêle-mêle) : "anonymiser" les candidatures aux élections afin de voter pour des idées et pas pour un candidat, la diminution du temps de travail, la réquisition des emplois (mais oui !), le partage des richesses, l'opération "un BIC pour un flic" pour protester contre l'abandon du délit de contrôle au faciès (un pavé pour un flic, ça doit finir par devenir fatigant) et bien sûr le Graal, la convergence des luttes pour une Constituante.
    Tout ça pour le peuple et par le peuple, de gauche bien évidemment.

    Ils sont un peu flippants, ces illuminés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Gilly

      Je suis persuadé qu'ils roulent pour UE et USA.,que leurs troupes de base le sachent ou pas,et qu ils sont acceptés et subventionnés pour cette raison.
      Même combat contre le souverainisme et contre l indépendance des nations.

      Supprimer
    2. @Gilly: je ne te savais pas sur twitter
      Le plus flippant c'est qu aux dernières estimations, entre 9 et 15% des Français seraient prêts à voter pour ces fous furieux !

      Supprimer
    3. Pour moi, twitter c'est juste un fil d'infos qu'on ne trouve pas dans les merdias. Jamais un tweet de ma part depuis 3 ans mais des moments de bonne humeur avec la trentaine de comptes que je suis. Mon préféré, toujours réactif, Sniperdedroite.

      Supprimer
  13. Très beau billet.
    Par contre je ne comprends pas ses illustrations, Fight Club n'est pas un film où il y a des débats ou des invectives,on est dans la radicalité tout de suite !. Tiens, ça me donne envie de soulever un débat qui date du moment de sa sortie: film homophobe ou homophobe ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Umadrab: pourquoi ces images de Fight Club, je ne sais pas trop mais j ai tout de suite penser à ce film quand j ai cherché à illustrer ce billet. La radicalité , sans doute
      Je n avais pas le souvenir qu il y ait eu polémique homo-machin à sa sortie

      Supprimer
  14. De plus en plus, les personnes ressentent une critique de leurs opinions comme une atteinte à leur personne.

    Ce n'est pas les déclarations des politiques envers ceux qui ne votent pas comme ils le souhaiteraient qui vont arranger les choses !

    Le plus affligeant est de constater à l'occasion du Brexit que ce comportement est suffisamment généralisé chez les zélites d'Europe pour qu'elles en viennent à remettre en cause le principe "un homme, une voix" sans se rendre compte de leurs contradictions et de ce que ça laisse paraître de leur fatuité.

    Quand on voit que la pétition Manif pour Tous a été jetée à la poubelle, qu'on a promis et pondu une circulaire anti-GPA, inapplicable et inappliquée, et qu'on promet maintenant de l'abroger, on se dit, sans doute de façon excessive, que l'on se fout royalement de la gueule de la majorité des gens au profit des minorités les plus radicales.

    Ben, du coup, le pauvre crétin sous-éduqué il se radicalise. Cela ne sert à rien d'être modéré si c'est pour être inaudible.

    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: ah mais bien d accord avec toi. Le lambda a toutes les raisons du monde d'etre excédé et de se radicaliser. l'ex de la pétition contre le mariage pour tous jetée a la poubelle est typique. Marrant d'ailleurs de voir tous les gauchistes crier au scandale parce que le GVT n' a pas pris en compte leurs revendications en retirant la loi Travail, les mêmes qui ne comprenaient pas la colère des anti-mariage pour tous. Et combien d'antis mariage zinzin ais-je entendu dire qu on avait été trop gentil, trop modérés...
      Le GVT actuel a tout fait pour que les gens se radicalisent, corpo par corpo, sensibilité politique par sensibilité poilitique, etc... mais est-ce une raison pour ne plus écouter et prendre en compte l'opinion d autrui, qui plus est quand on est de la même sensibilité ou " famille " politique ?

      Supprimer
  15. J'avoue, mon cher Corto, que je suis un peu désarçonnée par votre utilisation du mot "radicalisation", que vous avez même employé quelquefois à mon encontre. Si en politique, les radicaux se situent au centre gauche de l'échiquier politique, je vous prie de croire que je suis radicalement pas radicale ! Si vous pensez, comme nous y invite monsieur Littré, que le radical est celui "qui travaille à la réformation complète, absolue, de l'ordre politique dans le sens démocratique", alors je m'honorerais d'être considérée comme radicale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mot radicalisation peut renvoyer à un ensemble de gestes qualifiés d'« extrêmes » ou qui découlent d'une interprétation plus littérale des principes d'un système, qu'il soit politique, religieux ou économique. ...

      Supprimer
    2. @marianne: Pour le Larousse, se radicaliser c'est rendre un groupe, son action plus dur, plus intransigeant. Voilà qui convient mieux à mon " radicalisation " et c'est exactement ce qui se passe: On campe sur ses positions, on devient de plus en plus intransigeant, on est plus dur, bref et pour des tas de raisons parfois légitimes, on n'écoute plus l'autre quitte à lui faire dire ce qu il n a pas dit ou à interpréter ses propos, à détourner le sens de ce qu il dit, pis à lui donner une fin de non recevoir. Je peux comprendre entre " ennemis " politiques, plus difficilement acceptable,pour moi, quand cette radicalisation s exprime entre gens de sensibilité politique proche ou " cousine "

      Supprimer
  16. Très touchée à la lecture de ce billet qui démontre avec intelligence et émotion ( cela n'est pas contradictoire) le manque d'empathie vis à vis de l'autre. Et pourtant, on nous rabat les oreilles tous les jours du vivre ensemble.. etc.
    Je pense que plusieurs facteurs sont en cause: d'abord,le manque d'autorité. Eh!oui, cela peut sembler bizarre mais le fait que l'enfant, dès son plus jeune âge ne soit plus éduqué à écouter mais au contraire à faire passer ses désirs comme des ordres,il aura du mal à se taire pour prendre le temps d'écouter l'autre. Et si on ajoute la perte de repère qu'était l'enseignement de la morale, style "je ne fais pas aux autres ce que je n'aimerais pas qu'ils me fassent".Bon, je te l'accorde, on peut discuter de cette sacrée morale...
    Ensuite, le dénigrement des belles lettres,la rhétorique et de la philo qui nous poussaient à faire une synthèse, une antithèse et enfin une synthèse avec forces arguments dans un bon et beau français font que nous parlons, ère numérique oblige et c'est mon troisième facteur,dans une langue raccourcie.
    Pour terminer, (je suis longue mais ce sujet m'inspire), je veux raconter mes déboires de ce week-end en: sur twitter, je donnais mon sentiment (raccourci) sur la "PMA sans père". Je me suis fait insulter copieusement par un tutoiement méprisant et me faire traiter d'"abruti". J'ai essayé de dialoguer pour lui faire entendre que j'ai aussi un coeur mais la porte s'est en fait fermée sur un malentendu.
    Et nous vivons une époque de mal-entendu ou la communication est devenue un caprice de dictateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @IDEL: + 1 ! et oui, nous vivons une époque de mal entendu au sens littéral: on n'ecoute plus ou mal l'autre

      Supprimer
    2. Un moyen simple de lutter contre la radicalisation.. Voyager, voir ailleurs et aller au contact des gens simples du monde. L'on apprend l'humilité, la différence(la vraie), le respect et la valeur des choses spirituelles et matérielles. Cela ne coute pas forcement très cher (mais cela rapporte beaucoup) et il n'y a pas à aller très loin. Cela donne souvent une façon d'écouter et de regarder autrement y compris dans notre société très tendue.

      Supprimer
    3. Juste pr me corriger: en philo, il s'agit bien de thèse, antithèse et synthèse.

      Supprimer
    4. Géo

      @Idel et Corto

      Ne pas oublier non plus que l on sort à peine des cavernes.
      (Yen a même qui ont l air d être restés dedans!)
      Il suffit de voir par exemple des gens de la CGT ou de Nuit Debout sur certaines photos,ou...Macron martyrisant une pauvre anguille devant des journaleux(j aime bien cette référence car l image est si parlante)
      ou des "jeunes" des banlieues marchant avec leurs mains devant leurs génitaux comme si ils les portaient,ou en train de gesticuler,pour remarquer à quel point l on est restés dans un univers de singes vaguement cérébraux.
      Ou les matchs de foot et les foules énervées...
      Ou bien les nuits festives et les troupeaux qui déambulent en balançant tous leurs immondices sur le sol...
      Alors,dés que le vernis d éducation ou de civisme inculqué craque sous le poids des tensions,c est la guerre pour tout et rien.
      Les dirigeants ne sont presque toujours que le reflet de ce que nous sommes.
      Tenez,à propos,avec les vacances,combien d animaux encore abandonnés par leurs généreux "maîtres"?
      Une espèce si agressive que la notre ne peut elle pas qu être en guerre la plupart du temps?
      Guerre contre le pays voisin,la communauté voisine,ou...contre le voisin.
      Et puis nos préférences en matière de dirigeants.Berk et pouah!
      La plupart du temps,les plus violents parmi les primates.

      Et il y a des périodes où tout cela s accentue.
      Comme actuellement.
      Ajoutons à cela notre vulnérabilité aux influences extérieures que les anciens Grecs appelaient le " fatum".
      Tout pour plaire.

      Supprimer
    5. @ Idel et Corto
      + 1, là encore.

      Supprimer
  17. Homo Orcus
    Votre billet m’a fait sourire, nous avons traité ce problème de radicalisation dans la soirée de lundi, entre potes. Notre conclusion étant que les cinquante balais et moins dans leur grande majorité sont des niais sans culture car victimes d’une éducation manichéenne, ne sachant que porter des jugements à l’emporte-pièce.
    Nous avions décidé d’organiser notre réunion le dimanche soir, reportée le lundi pour une raison que j’ignore ! Préalablement nous avions fixé une règle pour ne pas aborder les « guignols », le Brexit, le foot et Tocard, sous peines dissuasives en cas d’infraction. (ce qui tend à prouver le ras-le-bol)
    Nous étions quatre soixanhuitards attardés sur les boissons apéritives, les liqueurs fortes et pour faire ripaille. Premier sujet : la F1 devenue ce mauvais spectacle todtien, au résultat trafiqué. C’est très représentatif de notre société, le paraître. Notre dégoût est à son comble en voyant Hamilton doubler sous drapeau jaune (celui du commissaire) et déclaré d’ores et déjà vainqueur du championnat du monde. Ensuite nous avons évoqué notre éveil à la politique. Dans notre prime jeunesse nous avons été confrontés à la déstalinisation que nos vieux expliquaient par « cocobolcho, c’est du caca ! », nous étions petits. Puis par le mur de Berlin, ce rempart contre le fascisme. Nous commencions à penser « seul » et nous avons vu arriver dans notre entourage des léninistes rapidement renvoyés dans les cordes grâce à une information qui commençait à circuler. Puis des trotskistes, le personnage adéquat qui n’a jamais rien foutu et qui en plus est un martyr ! Le personnage idéal pour les esprits émotifs. Puis, enfin le Sauveur, le timonier et son évangile rouge, Mao. Le dézinguer était plus délicat et pour finir, les communismes des tropiques qui n’ont pas fait beaucoup d’adeptes parmi nous à part l’Immonde et l’Incarcération.
    Bilan, nous avions en face de nous un mur idéologique très dur, une muraille et depuis 68 tout est devenu mou d’où l’UMPS, il faut faire consensus, langue de bois, politiquement correct, principe de précaution et on en arrive à 75% de jeunes qui ont pour « ambition » la fonction publique c’est à dire des rentiers… d’affronter une muraille nous sommes conduits à taper dans un édredon, on enfonce d’un côté, ça gonfle de l’autre !
    Je me suis targué sous les sarcasmes « Gôcho, pas un seul jour de ma vie ! » Je reviens pour les explications sur ma bibliothèque très particulière me conduisant à cette affirmation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: c'est quoi cette histoire de réunion ?

      Sinon, oui pour le " porter des jugements à l emporte -pièces " qui est pratiqué de plus en plus pratiqué , à mon sens, par bien d'autres gens que les moins de 50 ans

      Supprimer
  18. Dans un pays ou l’information est contrôlée et assujettie à une idéologie en place actuellement
    dans un pays ou l’on « s’amuse » à détruire publiquement un individu par la calomnie sans utiliser jamais un argumentaire
    Dans un pays ou l’on utilise le 49-3 pour imposer des lois sans vraiment discuter préalablement
    Dans un pays ou l’on tente de manipuler l’esprit des enfants ( lois du genre)
    dans un pays ou l’on veut imposer du vivreensemble et du multiculturalisme en oubliant le peuple de souche et ses racines.
    Dans un pays ou le conditionnement du peuple est avéré ( le système de santé déresponsabilisant par exemple)
    Dans un pays ou le politique passe son temps à prendre dans les poches de l’état pour satisfaire ses intérêts ou ceux d’un groupe
    Dans un pays ou l’état est devenu quasiment un mode caché de totalitarisme ayant tous les droits et peu de devoirs
    Dans un pays ou manifestement l’on casse et l’on bloque le petit peuple sans se gêner
    Dans un pays ou la victime est moins considérée que le bourreau
    Dans un pays ou l'on érige la manque d'autorité apparent comme méthode de gouvernance
    Dans un pays ou l'autorité est défiée en permanence ( genre tag de Grenoble)
    etc..

    Comment veux-tu qu’une partie des gens ne radicalise pas leurs opinions puisque tout est fait pour imposer sans débattre.

    La démocratie est morte car elle ne dépend plus que de groupes de pressions nationaux et ou internationaux idéologiques et financiers ( les premiers étant plus puissants que les seconds pour conditionner bien que se servant de la richesse de certains pour y arriver

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle anaphore !
      A envoyer à Savamieux en postulant comme plume pour 2017 !

      :-)
      Droopyx

      Supprimer
  19. En tout cas les députés de " droite" ont tout compris en partant pendant la déclaration du 49/3 de Manu 👍
    Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Annette: ils devraient partir plus souvent, la politique de la chaise vide peut etreredoutable

      Supprimer
  20. Réunion
    Ce n'est pas un complot de conspirateur, juste des potes qui évoquent le passé sans se focaliser sur l'actualité prise de têtes.
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  21. La radicalisation, c'est la négation de la complexité du réel en se réfugiant dans le simplisme des choix binaires, qui ne laissent aucune place au doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et votre censure de mon long message précédent pour simple divergence d'opinions est aussi un bon signe de radicalisation.

      Supprimer

Les TROLLS seront systématiquement catapultés. Dépollution oblige ! Les commentaires d'anonymes quasi-systématiquement rejetés . La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.