vendredi 1 août 2014

Le CSA a un problème avec la trisomie 21 mais pas avec l'eugénisme

Ce spot de sensibilisation à la trisomie 21 n'a pas plu au CSA qui, suite à quelques plaintes (de qui?), a demandé aux chaînes TV (Canal+, M6 et D8) l'ayant diffusé gracieusement "de veiller à l'avenir aux modalités de diffusion des messages susceptibles de porter à controverse"... Controverse ??? La trisomie prêterait à controverse ? Fucking CSA !



Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune, lui répond. C'est long, mais c'est à lire...

" Le CSA ne dit pas n’importe quoi, hélas on en vient presque à le regretter. Dans l’affaire qui l’a conduit à semoncer des chaines de TV pour avoir diffusé un spot de sensibilisation à la trisomie 21, le CSA considère qu’il s’agit d’un message qui n’est ni consensuel ni d’intérêt général. Le malheur, c’est que le CSA a en partie raison ! Il a raison dans la mesure où l'élimination de masse des enfants trisomiques, fruit du dépistage programmé, budgété, systématisé et remboursé par la sécurité sociale, c’est cela qui est aujourd’hui présenté comme relevant de l’intérêt général. La trisomie, c’est l’histoire d’une maladie qui n’a jamais été mortelle mais que la technique et le marché ont rendu mortelle. Prodige de la modernité. Dès lors, un message de sensibilisation à la vie heureuse d’une personne atteinte de trisomie n’est effectivement pas consensuel. 

Au cas où nous n’aurions pas bien compris, le CSA précise [1 mois plus tard] qu’il s’agit de « ne pas troubler la conscience des femmes qui, dans le respect de la loi, ont fait des choix de vie personnelle différents ». Confusion d’anthologie oublieuse des leçons du passé, où la conscience morale ne s’en réfère qu’à la loi. Euphémisme d’anthologie où le « choix de vie personnelle » consiste à supprimer un enfant et conduit collectivement à l’éradication des personnes trisomiques. 

Le CSA ne dit pas n’importe quoi. Mais c’est plus grave. Il se tait devant l’eugénisme. Il refuse de poser une limite à cette folie inédite dans l’histoire qu’est l’extermination quasi complète – par compassion fallacieuse - d’une population stigmatisée par son génome. Non seulement les trisomiques n’ont plus le droit de vivre, mais on n’a même plus le droit d’en parler. A l’euthanasie fœtale, s’ajoute désormais une restriction de la liberté d’expression. Le chiffre d’affaire de l’exploitation des tests de dépistage de la trisomie 21, dont les laboratoires américains nous inondent, par pure philanthropie, s’élève à 10 milliards $ dans le monde. La France enregistre, avec 96 % de trisomiques avortés, le taux le plus élevé. Cette politique mortifère lui coûte la bagatelle de 250 millions € chaque année avant de lui coûter encore davantage quand l’assurance maladie achètera sous peu les nouveaux tests de dépistage non invasifs. Mais silence ! Le jour n’est pas loin où il faudra une imprimatur avant de tourner des images qui évoquent le bonheur de vivre des personnes handicapées dans des familles qui les aiment. 

Le CSA ne dit pas n’importe quoi. Il ment. Il tient pour acquis que cette traque des enfants trisomiques avant leur naissance est partagée par tous. Que l’on peut hypocritement afficher une solidarité nationale avec les personnes handicapées et tout mettre en œuvre pour qu’elles ne naissent pas. Il feint d’ignorer que de plus en plus de femmes en ont assez de cette focalisation compulsive sur leur grossesse, de ce harcèlement, de ces pressions, de cette offre de dépistage qui, pour créer la demande, déshumanise l’enfant qu’elles portent et les somme de poser un choix inhumain : supprimer cet enfant ou encourir le reproche de l’avoir gardé. Il fait comme si les familles n’étaient pas capables d’aimer leurs enfants différents. Il traite celles qui ont donné la vie ou adopté un enfant handicapé comme si elles n’existaient pas, ne comptaient pour rien et n’avaient pas reçu un coup de poing dans le ventre avec cette mise au ban de la société. Il faut quand même savoir que les fameuses plaintes brandies par le CSA pour fonder son avis se comptent sur les doigts d’une seule main … La honte ! Deux ou trois plaintes valent donc une vidéo qui a été vue plus de 5,5 millions de fois avec une émotion incroyable, qui a été primée à Cannes, diffusée à l’ONU, soutenue et encouragée par des responsables politiques… à l’étranger ? 

Je pose solennellement la question : qui, aujourd’hui, envoie un message positif, d’accueil, de bienvenue, aux enfants trisomiques ? Qui en est capable, qui en a l’envie, qui en a le courage ? Qui fait quelque chose pour leur rendre justice, pour mettre la recherche et la médecine de leur côté, pour qu’ils retrouvent un jour les pleines capacités cognitives dont ils sont privés à cause de leur chromosome en plus ? Qui reçoit ces patients et les familles en consultation, les écoute et leur délivre autre chose qu’une prophétie de malheur ? Oui, nous sommes fiers la Fondation Jérôme Lejeune, le Collectif des Amis d’Eléonore et CoorDown et d’autres associations européennes, d’avoir obtenu - et avec quel succès - qu'une fois, une fois seulement, et publiquement, soit évoqué le bonheur auquel ont droit les personnes trisomiques et leurs familles. Le clergé du CSA peut nous mettre à l’index, tout ce qu’il pourra nous retirer n’éteindra jamais la mèche d’espoir désormais allumée et qui parcourt le monde."

Folie passagère 2404.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

18 commentaires:

  1. C'est révoltant et merci pour ce coup de gueule Corto . Mon premier enfant est né trisomique , j'avais 20 ans , et j'ai rencontré le P Lejeune à Necker . Son équipe et lui ont fait un travail formidable , Lino Ventura aussi avec sa fondation Perce-Neige , à la même époque ( mon fils est né en 66 ) . L'échographie n'existait pas et nous étions dans l'ignorance du sexe du futur bébé et bien évidemment des handicaps qu'il aurait pu porter . J'aurais voulu qu'il vive et ce, de toutes mes forces . Peu m'importait sa trisomie , je l'aimais , je l'aime toujours , mais il était atteint d'une malformation cardiaque et il est décédé .
    Les trisomiques peuvent être heureux bien sûr et leur famille aussi . Le CSA se trompe car si certains futurs parents décident de pratiquer une I V G d'autres adoptent des enfants trisomiques .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Chan: le CSA est dans la droite ligne du progressisme a la con. Il ne renie pas la diffusion de spot gouvernementaux sur l avortement , la contraception ou le planning familial et là, pour un spot qui "prone" la vie a tout prix, il s'y oppose !
      Il faut vraiment n avoir jamais approché un trisomique pour raisonner ainsi. Le CSA participe avec cet avis à un "eugénisme de confort", si tant est qu il n y ait pas en plus des pensées plus mortifères.

      Supprimer
  2. J'ai vu ce spot sur un autre blog. Je l'ai trouvé modéré et apportant une vraie réponse à une vraie question. cette institutionnalisation de l'eugénisme me trouble. Si un jour -et pourquoi pas?- on peut mesurer le QI du futur enfant et déceler les futurs "pas très malins", en avertira-t-on la mère?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réponse à votre question est oui sans la moindre incertitude : tout ce que la science permet de faire, un jour ou l'autre l'homme le fait. Que ce soit bon ou mauvais n'entre pour ainsi dire nullement en ligne de compte : voyez l'imprimerie d'un côté et la bombe à neutrons de l'autre.

      Supprimer
    2. @Pangloss: Bien sur que l on avertira la mère. Aux USA, le processus est déjà en marche où l on selectionne, pour des parents aisées stériles et voulant adopter, spermatozoïdes et ovules de parents aux QI élevés, de parents blonds ou bruns, ... bref pour faire des bébés à la demande. Alors, hein... On fera des bébés sur mesures et on jettera embryons dont on ne saura pas sur de la parfaite santé.
      Le transhumanisme, courant bien en vogue, défend aussi cette sélection prénatale

      Supprimer
    3. Certains demandent déjà l'avortement post-natal !

      Supprimer
    4. Rabelais l'avait dit :

      "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme "

      Et la conscience, c'est le "fond" qui manque le plus dans notre société matérialiste.

      JPB

      Supprimer
  3. Le collège du CSA, c'est 9 personnes. Qui les connait ? :

    Olivier Schrameck, président
    Françoise Laborde
    Francine Mariani-Ducray
    Christine Kelly
    Nicolas About
    Mémona Hintermann-Afféjee
    Emmanuel Gabla
    Patrice Gélinet
    Sylvie Pierre-Brossolette

    Personnes certainement très respectables, mais qui' en l’occurrence n'ont pas respecté la dignité des trisomiques et de leurs famille.
    Le CSA a notamment motivé sa décision en prétextant que la vidéo pouvait "ne pas susciter une adhésion spontanée et consensuelle".
    Parce que toutes les autres "publicités" diffusées à la TV font consensus? Et toutes les images violentes ou scabreuses, que l'on peut voir, ne dérangent pas ces honorables conseillers ?

    Bertrand Vergely a fort justement écrit :

    "Le rôle du CSA est de surveiller l’audiovisuel afin que celui-ci ne dérape pas. Ce qui invite à s’interroger. En quoi une telle vidéo dérape-t-elle ? Des parents qui décident de ne pas faire passer leur enfant trisomique de vie à trépas, c’est plutôt admirable. Face à Hitler qui décidait de liquider les handicapés, à l’époque, parmi les démocrates, personne ne se plaignait que l’on prenne le parti des handicapés contre Hitler."

    J'ai écrit au CSA pour lui exprimer mon profond désaccord au sujet de sa prise de position. Pas de réponse à ce jour.

    JPB


    RépondreSupprimer
  4. Une fois de plus, le CSA s'est déshonoré, mon cher Corto.
    Cela devient une habitude ! Hier en acculant une chaîne de télévision à la ruine, et aujourd'hui en marquant son mépris pour les familles admirables qui décident d'assumer et d'aimer leurs enfants handicapés.
    Finalement, quand on y réfléchit, tous les messages que nous envoient nos "élites" ne sont que des messages de ruine ou de mort.

    RépondreSupprimer
  5. Et en route pour le meilleur des mondes où tout sera clean, aseptisé. On fera des bébés parfaits, sur commande, que l'on payera-même. Et surtout cachez cette maladie que je ne veux pas voir. Ce monde-là fait froid dans le dos !La différence, c'est ce qui fait la richesse d'une société. C'est pourquoi, nous étions terre d'accueil, patrie des droits de l'homme mais voilà, la machine s'est emballée et nous allons tout droit vers l'intolérance et le CSA en est une preuve flagrante sous couvert de sentiments alambiqués pour se donner bonne conscience. Qu'est ce que la conscience ? Une voix à l'intérieur de soi qui nous met devant nos responsabilités d'humains et c'est cette voix qui devient inaudible pour les membres du CSA en particulier et aux gouvernements en général.

    RépondreSupprimer
  6. lorsque j'ai vu cette vidéo, j'ai été vraiment admirative, les images sont belles et le message tellement humain , le CSA avait combien de plaintes en mains ? si peu qu'il serait interressant de savoir qui sont ces salopards et leur motovtions profondes , je trouve que ça vaudrait bien une pétition ça , les familles qui assument ces petits sont formidables et méritent un autre respect que les plaintes de quelques pauvres types CSA compris

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Corto,

    Les auteurs de science-fiction ont depuis longtemps exploré cette dérive. Je ne pensais cependant pas la vivre en direct un jour. Mais dans un pays qui rompt petit à petit toutes les amarres qui le lient à son histoire, plus rien ne peu surprendre. les malades qui tentent de nous gouverner, et leurs valets, laisseront une bien triste trace dans l'Histoire.

    Bonne soirée (même en Socialie où pourtant la dégradation s'accentue)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: il y a quelque chose de très triste dans tout cela, c'est que ces "malades" qui nous gouvernent sont persuadés de détenir la vérité, cette vérité qu ils appellent " progrès"

      Supprimer
  8. Ça devient une annexe de l’évêché de Bayonne ici....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mieux qu'une annexe du parti sozialisse.

      Supprimer
  9. Josef Mengele était peut-être visionnaire .

    RépondreSupprimer
  10. Décision révoltante.
    Par un CSA bien socialopardisant...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP