lundi 25 août 2014

Un Président dégoulinant, une socialie en plein naufrage: Dissolution !


Le gouvernement a démissionné, c'est bien. Quelques clampins partiront et d'autres arriveront; on sait ce qu'on perd, on verra ce que Président et Valls nous offriront demain. Le cheptel politique socialiste se réduisant comme peau de chagrin, le pire est à craindre, nous verrons. En attendant, il nous aura été donné l'occasion d'assister à deux séquences toutes aussi pitoyables l'une que l'autre.

Ce matin, il pleuvait sans cesse sur Sein et Président, ruisselant, dégoulinant, s'est encore livré au jeu de la commémoration et du souvenir. Panique et désordre politique à Paris et Président, pitoyable sous la pluie, nous joue le devoir de mémoire. J'ai regardé, j'ai écouté. Je ne saurai dire ce qui était le plus perceptible: la pluie battante ou le speech éculé, le douzième ou le treizième d'une longue série commémorative. Le problème étant que compte tenu de l'actualité et du climat météorologique, il ne restera rien de ce discours, rien, si ce n'est l'image surréaliste et décalée d'un Président parlant dans le vide. A croire que même à Sein, on lui en voulait, personne, alors que cette pluie battante était annoncée n'aura pris la peine de dresser un auvent ou un abri présidentiel. Le résultat est... un jour de pluie à Sein et un Président qui était ailleurs. Point. Le bide !

La deuxième séquence aura été l'allocution de Montebourg en direct de Bercy. L'homme s'est comparé à Cincinnatus et tout le monde a foncé sur wikipédia pour savoir qui était cet homme. Un homme dont on nous dit qu'il était sage, un modèle de vertu et d'humilité ! Rien que cela ! Sauf que le volontarisme de Montebourg, c'est un peu comme les coups de menton de Valls, ça fouette sans faire mal, c'est télévisuel mais en aucun cas gage de réussite et de succès. Montebourg vante son action mais qu'a-t-il à mettre à son actif ? Quelles réussites ? Quels succès ? Rien, nada, nibe. Florange, SFr, Alsthom... de bide en bide, Montebourg a rebondi pour enfin se perdre à Frangy. C'est bien. Nous l’entendîmes annoncer qu'il choisissait de partir, qu'il reprenait sa liberté... Est-ce un vrai choix de reprendre sa liberté quand justement on n'a pas d'autre choix ? Non. Arrogant et suffisant, il se permet même d'annoncer le départ de deux de ses collègues, se posant en chef de file des frondeurs du gouvernement: Moi, Montebourg, je pars la tête haute et je ne pars pas seul ! My Ass ! Il nous dit qu'il aura tout fait, tout tenté pour infléchir la politique choisie par Président mais même là, il aura échoué. Qu'il s'en aille donc !

Ceci dit, il me vient quatre réflexions:

- Vu ce que l'on connait du personnage, Montebourg n'aura de cesse de critiquer le gouvernement. On peut même supposer qu'il tentera de prendre la tête des frontistes, quand bien même il n'est pas député. Il incarnera auprès d'eux "l'autre voie". Mais que penser de gens qui prônent le dérapage budgétaire et la hausse des dépenses publiques comme moyen de sortie de crise ? Pas grand bien si d'aventure ils devaient parvenir aux affaires. Politiquement, ils n'auront de cesse de mettre des bâtons dans les roues de l’exécutif, décrédibilisant plus encore celui-ci. Alors, certes, si cela n'est pas pour me déplaire, quelle pitoyable image de notre démocratie !

- La deuxième réflexion, c'est que ce nouvel épisode - la démission du gouvernement et l'image d'instabilité qui est donné de notre régime - n'aurait pas du avoir lieu si Président avait eu les coucougnettes de se débarrasser plus tôt d'un Montebourg que l'on savait incarner tout autre chose que la social-démocratie hollandaise. Il en a eu maintes fois l'occasion, il n'a pas osé tant il est soucieux d'éviter tout conflit. La responsabilité de cette séquence est donc à imputer à Président, pas à Montebourg.

- La troisième, c'est qu'avec l'éviction du gouvernement des adversaires de la politique menée, le gouvernement et Hollande, fragilisés comme rarement sous la cinquième, vont être obligé de séduire plus encore au centre et aux adeptes de la droite molle, reste à espérer que ces derniers ne se laisseront pas embarquer dans cette galère en plein naufrage.

- Enfin, globalement, que ce soit ces deux nouvelles séquences, la démission du gouvernement et un président dégoulinant, l'image de la France à l'international est encore, plus que jamais, dégradée. Du jamais vu semble-t-il sous la cinquième. Comment imaginer que Président et sa clique puisse obtenir quoique ce soit de ses "partenaires" européens lorsque à chaque jour qui passe la popularité de celui-ci  tutoie de plus en plus les abîmes  sondagiers...

La Socialie est en train de prendre l'eau de toute part. Voilà qui ne serait pas pour me déplaire si elle n'entraînait pas avec elle le pays tout entier. En l'état actuel des choses, et quitte à ce que ce soit un peu plus le bordel pendant quelques temps, je ne vois guère que la dissolution de l'assemblée nationale pour nous éviter le naufrage total.

Pour le soixante dixième anniversaire de la libération de Paris, la France n'a pas de gouvernement...

Folie passagère 2424.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

38 commentaires:

  1. Encore un feuilleton pourri qui servira à cacher leur médiocrité. Une belle daube ce président.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: cahcer leur médiocrité ??? mais il y a des trucs qui sont impossible à cacher !

      Supprimer
    2. Pourtant ils essayent tant bien que mal. J'ai relevé le vocabulaire relatif à l'émotion sur bfm, on est gâtés mon chef.
      J'ai eu l'impression de mirer amour, gloire et frondeurs.

      Supprimer
  2. La dissolution serait la solution dans une démocratie. Mais dans le système électoral actuel; elle ne servirait qu'à faire revenir à l'Assemblée ce qui reste de l'UMP et de ses copains. En éliminant comme d'habitude de la représentation nationale le FN et d'autres petits partis (sauf les écolo et le PC toujours prêts à quelque magouille électorale). Et qui conduirait cette nouvelle majorité? Pas Sarko quand même. Il veut revenir à l'Elysée et ne doit pas être prêt à se mouiller et à mouiller sa chemise pour redresser la France. Idem pour Juppé. Il reste Raffarin, Fillon, Copé, Bertrand et toutes cette bande de rigolos.
    Alors la dissolution? Non merci! Ce serait reculer une échéance en rendant plus grave encore la chute du système. Laissons l'édifice s'écrouler de lui-même. Cela permettra d'éjecter, du moins je l'espère, tous ces politicards qui ont mené ce pays dans la panade où il se débat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec Pangloss !!

      La dissolution amènerait au pouvoir un parti en total déliquescence (l'UMP) et surtout sans aucun programme économique autre que ce qu'ils ont fait pendant 5 ans (avec le résultats que l'on connait).

      Ils se grilleraient totalement pour 2017 en laissant un boulevard pour MLP donc pour la gauche...

      Supprimer
    2. @Skandal: Dire que la droite, l'UMP, n a pas de programme économique est une contre -vérité. Elle en a même plusieurs. Il y a le projet de l UMP qui a été mis sur pied avant l'affaire Bygmalion, celui de Wauqiez et celui de Fillon. Les trois se ressemblent assez et sont même pour qui a pris le peine d en prendre connaissance assez "osés". En fait plus que des programmes d'actions et opérationnels- pourquoi en auraient-ils un puisqu'ils ne sont pas aux affaires - ce sont des projets destinés à tester l opinion publique, pour peu que celle-ci, encore une fois ait le temps et l envie de s en soucier.
      J'ai asssisté a une réunion de présentation du projet de l UMP animé par Chatel et quoiqu on pense du bonhomme ou de l UMP, le truc tenait plutot la route. Il me semble même que j en avais fait un billet.

      Supprimer
  3. tout a fait d'accord avec l'analyse de Pangloss, la dissolution n'est pas la solution, laissons pourrir cette majorité qui se déglingue tout seule, jusqu'au bout, quitte à sombrer qu'au moins ça les dégagent tous sans espoir de retour , quitte à être dans la mouise, au moins que ça serve

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil et Pangloss: sur le fond, oui, je suis d accord, quitte a faire autant les laisser sombrer, qu on touche le fond pour mieux rebondir et donc pas de dissolution. Sauf... sauf que peut-on souhaiter honnêtement le chaos politique nous qui sommes déjà en plein chaos économique et social. ? ET qui, une fois que nous serions dans le chaos pour relever le bouzin ? Qui ? Quoi ?
      Non, vraiment le truc qui serait bien c'est une dissolution, des législatives donnnat une large majorité à la droite et... personne ^pour accepter le poste de premier ministre de Hollande , là oui, il serait obligé de démissionner :)

      Supprimer
    2. @ Corto
      Vu sous cet angle... :o)
      Mais là, c'est moi qui ne rêve plus : la guerre des egos fait rage au sein (!) de ce que appelle encore la droite.
      Alors, sûr et certain, il y en a même plusieurs qui vont se précipiter sur le gâteau empoisonné.
      On parie ?

      Supprimer
    3. @Franzi: mais la guerre des égos, comme les egos surdimensionnés, sont inhérents à la politique, indispensable même.

      Supprimer
  4. Pas de dissolution de l'AN ce serait la mort certaine de la droite pour 2017 , laissons faire ces jean-foutres jusqu'au bout de leur médiocrité , lorsque la France aura touché le fond elle ne pourra que remonter et c'est ce qui se passera en 17 , demain il est trop tôt pour asseoir à l'AN les fantômes de droite .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude Henri: mais je crois que nous sommes déjà au bout du bout de ce que peut etre la médiocrité !Quant au fond, un ami me disait il y a peu qu on le toucherait uniquement quand les gens auront faim et peur, vraiment peur pour leurs enfants, ce jour là, on ne pourra plus répondre de rien. est-ce ce qu il faut souhaiter ?

      Supprimer
  5. Comme rien ne peut être pire que le règne de ces Ubus branquignolesques, je crois qu'il faut souhaiter un naufrage.
    Cependant connaissant les Centristes et la Droite humanitariste, je crains que de bonnes âmes ne se portent au secours du bateau ivre.
    Nous n'avons pas fini de dégringoler!
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: là est à mon avis la vraie inconnue, encore que,: le comportement de la droite molle que tu appelles humaniste et du centre.
      Perso, je pense que Hollande va tout faire pour s'attirer les grâces de ces gens là et que comme tu dis, il n en manquera pas pour monter a bord du bateau ivre. On annonce ce soir l'arrivée de Baylet aau GVt !!

      Supprimer
  6. Presque tout comme vous :-)
    Rien à ajouter, et une seule chose à modifier : surtout pas de dissolution.
    Qui s'y collerait ? Comme d'hab' ! Et qui paierait les pots cassés ? Comme d'hab' !
    Sur ce point, j'adhère à 100% au raisonnement de Pangloss. Ce serait une folie suicidaire non seulement pour la droite, mais pour le pays tout entier. NON, MERCI. On a déjà bien trop donné.

    En revanche, une démission ou, mieux encore, une destitution, non seulement ne serait pas pour me déplaire, mais me réjouirait franchement.
    Ben quoi ? On a bien le droit de rêver.
    Vous qui êtes doté d'un inébranlable optimisme, vous n'allez quand même pas déprimer ? Juste maintenant ? ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GFranzi: une démission ? je n y crois absolument pas, l homme est trop fier pour y consentir. Une destitution ? au nom de quoi ?
      La dissolution, dans un système démocratique normal serait la meilleure solution sauf que l on peut effectivement craindre que la droite se laisse embraquer dans le naufrage. Alors, on fait quoi ? on attend d avoir coulé ?

      mon optimisme légendaire est nullement entamé dès lors que globalement j ai choisi le parti d en rire, chose que ma situation me permet mais qui hélas n est pas le cas de millions de français. Combien de temps vont-ils tenir ? En dehors de tout ce que je peux penser de la situation catastrophique dans laquelle est notre pays, c'est avant tout la situation de ces millions de gens qui m inquiète: il suffit d un rien ...

      Supprimer
    2. @ Corto
      Comme vous dites : "dans une démocratie normale..." NORMALE !!! Mais il y a longtemps qu'on n'y est plus dans la normalité.
      Et, avec ou sans dissolution, nous ne pouvons plus que couler...
      Alors oui, dans tous les cas, ceux qui vont "trinquer" le plus sont ces millions de gens dont la survie est déjà un exploit quotidien. Et qui n'ont plus ni les moyens ni la force de se révolter, ni même de faire connaître leur mécontentement et leur angoisse.
      Mais que faire ?
      Soit présiFlan continue de nous envoyer droit dans le mur, à une vitesse exponentielle.
      Soit présiFlan dissout l'AN, un ambitieux de la droite écope vainement pendant 2 ans 1/2, période de toute façon insuffisante pour renflouer notre pauvre Titanic => elle payera les pots cessés résultant de l'incommensurable nullitude de MoiJe et... nous repartirons pour un naufrage encore plus rapide et terrible.
      Qu'est-ce qui vaut le mieux ? Ou plutôt le moins mal ?
      Et qui, dans notre désert politique pour tenter de redresser la situation ?
      A l'heure actuelle, je ne vois qu'une seule ombre possible à l'horizon. Mais avec la culture de détestation qui a été créée, pourra-t-il résister ? Et aura-t-il encore suffisamment le goût du sacrifice ???

      Supprimer
    3. @Franzi: j entends bien les arguments anti dissolution et finalement y adhères plutot avec ce bémol que si on les laisse faire comme ça, c'est effectivement quelque chose qui ressemblerait au chaos dans lequel nous irions. Est-ce souhaitable ?
      Quant à Sarkozy, a part lui, a droite, " au jour d'aujourd'hui " qui ? je ne vois pas . Même si comme tu dis, plus que les affaires judiciaires, aura contre lui cette détestation bien entretenue.

      Supprimer
  7. "Reste à espérer que la droite molle ne se laisse pas embarquer dans le piège de la dissolution ". Tout est dit dans cette phrase. Mais j'ai des doutes sur le discernement de certains, prêts à se dévouer pour nourrir leurs propres intérêts avant ceux de la France. Je suis sûre que Bayrou mettrait en veilleuse ses critiques pour faire partie d'un gouvernement socialiste puisqu'il se sent investi d'une sorte de mission
    La France est dans un tournis dont l'issue est plus qu'incertaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: bayrou est prêt a tout pour exister. Hier il dressait des lauriers à Juppé, avant hier à Hollande et toute une partie du centre et de la droite molle ne vaut pas plus cher. Franchement, j ose espérer que les Français se rebelleraient devant pareille alliance ! bémol, ils ont tellement de soucis qu ils seraient bien capables de se désinteresser totalement de tout cela et d attendre que le bateau sombre complètement

      Supprimer
  8. Valls premier ministre, chef d'un gouvernement qui vient de valser .... Au deuxième temps de la Valls, la li la li la .... au troisième temps de la valse.... Qu'ils dégagent TOUS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: qu ils dégagent tous, je veux bien aussi... mais on met qui à la place ?

      Supprimer
  9. Un espoir: que Taubira et Royal dégagent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Orage: Royal ne dégagera pas, ça c’est certain par contre Taubira, quel bonheur ce serait que de la savoir regagner sa case guyanaise dont elle n aurait jamais du sortir

      Supprimer
    2. Corto, "sa case guyanaise", waciste, va ! Et pourquoi pas sa branche -je parle de l'indépendantisme, bien sûr- non plus ?

      Supprimer
  10. Je viens de voir sur BFMTV ce qu'on peut appeler le summum de la goujaterie et de la muflerie. Je me suis demandée si je n'avais pas rêvé mais mon cher et tendre a vu la même chose que moi.
    Je pose le tableau : Flanby, dans une énième cérémonie, se tient "solennellement" devant une plaque commémorative placée tellement haut qu'on a l'impression qu'il se recueille devant un mur, celui des Lamentations peut-être.
    Les caméras se tournent régulièrement vers un groupe de quelques personnes présentes, dont une femme âgée qui a l'air très émue, protégée de la pluie par un parapluie tenu par un homme plus jeune qu'elle.
    Les chants se terminent, Pépère ne sait pas trop où il doit se diriger puis revient vers le groupe et que fait-il ? Il tend la main au type qui tient le parapluie, ignore la vieille dame et se dirige vers les autres membres du groupe ! L'homme au parapluie a beau mettre la femme en avant, ce con ne voit rien !
    J'aimerais avoir été victime d'une hallucination pour que cette vieille dame, Résistante ? femme ou fille de Résistant ? n'ai pas vécu cette humiliation et ce mépris publics de la part d'un conseiller général transformé par 35¨% de gogos en petit président.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Pas vu mais rien d étonnant de la part d'un gars qui n a pas été foutu, le jour de son investiture, de raccompagner son préprocesseur à sa voiture. depuis, sa goujaterie a été maintes fois éclatante: ne serait-ce que le jour où par tweet, il a répudié sa régulière

      Supprimer
  11. Montebourg dans son discours à Bercy, mon cher Corto, a réussi à faire croire que c'était lui qui avait choisi de démissionner, ce qui est évidemment faux. Mais ce faisant il a débuté sa campagne pour la prochaine présidentielle que personne aujourd'hui ne peut certifier qu'elle aura bien lieu en 2017. Par la même occasion et n'ayant plus de mandat, il va se présenter "vierge" devant les électeurs. C'est une stratégie qui peur marcher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Bien sur que cela peut marcher, l homme est ambitieux et pas tout a fait stupide, n oublions pas ses 17% aux primaires socialistes!
      quant à son discours à bercy, quelle mauvaise fois pour un gars qui a part son volontarisme aura tout foiré des combats sur lequel il s est personnellement engagé

      Supprimer
  12. Pour le soixante dixième anniversaire de la libération de Paris, la France n'a pas de gouvernement...

    Voilà : on attend la libération de Paris et un gouvernement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @fredi maque: pas tout à fait saisi votre commentaire. Si ce n'est que je vois que en ce jour que l on nous dit comme important, pour la memoire, on a plus de GVT, merde, ils auraient pu attendre demain, merde, tout de même !

      Supprimer
    2. Pas tout à fait c'est donc que vous le comprenez un peu...

      Supprimer
    3. La Belgique s'en est très bien tirée sans gouvernement. Je suis persuader que la France ne pourrait faire que mieux sans cette caste politique de salopards aux responsabilités.

      Supprimer
  13. Une longue discussion avec un débat très riche.

    RépondreSupprimer
  14. C'est la chienlit mais sans De Gaulle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: le grand Charles, il doit se retourner dans sa tombe en ce moment !

      Supprimer
  15. Il aurait du demander à la reine hidalgo son porteur de parapluie

    http://fr.novopress.info/169468/monarchie-socialiste-notre-reine-anne-hidalgo-ses-servants-laissent-reine-dangleterre-se-debrouiller-seule-pluie/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: il se dit que c'est Hollande lui même qui aurait souhaité ne pas être abrité pour que son hommage soit a la portée de ce qu endurèrent les résistants de l Ile de Sein qui furent les premiers a rejoindre de Gaulle "dans la tempête"

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique