mercredi 27 août 2014

Manuel Valls fait son coming out: J'aime l'entreprise !


Manuel Valls a fait un beau discours devant le MEDEF tout entier réuni pour ses universités d'été. C'était beau de voir tout cet aréopage d'entrepreneurs faire une standing ovation, avant et après le discours de celui qui, il y a à peine 3 ans, sans doute trop marqué à droite, obtint tout juste 5% des voix à la primaire socialiste. A l'époque, c'était une évidence, les chiffres avaient parlé: La Socialie ne voulait pas de lui. N'avait-il pas évoqué, entre autre chose, une remise en cause des 35 heures... Et le voilà acclamé par ceux du camp d'en face... J'aime l'entreprise !

Verbatim:
"Cessons d'opposer systématiquement Etat et entreprises, d'opposer chefs d'entreprise et salariés, organisations patronales et syndicats (...) Notre pays crève de ces postures. la France a besoin de toutes ces entreprises, PME, start-up, grands groupes. Ce sont les entreprises qui génèrent des richesses qui doivent profiter à tous. J'aime l'entreprise.(...) 
L'esprit d'entreprendre est plus que jamais nécessaire pour faire avancer le pays. Le retour à la croissance passera d'abord par le soutien aux entreprises. il est absurde de parler de cadeaux faits aux patrons. Une mesure favorable aux entreprises est favorable au pays tout entier. La protection des salariés est élevée en France. Des adaptations sont possibles. l faut rendre notre économique plus souple, plus réactive. Certaines règles seront allégées, par exemple concernant le travail le dimanche. Le droit actuel maintient, freine des initiatives. Du pouvoir d’achat peut être redonné aux Français. La question des seuils sociaux sera négociée.(...)
Les entreprises participent au rayonnement de la France à l’étranger. Il y en a tellement. Elles sont connues et admirées. c’est une partie de notre patrimoine. Nous devons savoir être de votre côté car la concurrence mondiale ne vous fait aucun cadeau. Je crois que les Français sont attachés à l’entreprise et à l’esprit d’entreprendre et il est nécessaire pour faire avancer le pays.(...)
J’ai une conviction le retour de la croissance passera par le soutien aux entreprises. Ce sont les entreprises qui créent les emplois et qui tendent de les sauvegarder malgré une conjoncture morose. La mise en œuvre du pacte de responsabilité c’est l engagement du gouvernement. Et la France a besoin de vous, de vos entreprises. J'aime l'entreprise. Arrêtons d’opposer la gauche et le monde de l’entreprise. Le pays crève de ces postures. Cessons d’opposer Etat et entreprises, chefs d’entreprise et salariés, organisations patronales et syndicats.(...)
La filière nucléaire est plus que jamais une grande filière d'avenir."
Alors certes, il faudrait être un perdreau de l'année pour prendre tout cela au pied de la lettre, attendons pour voir si le petit catalan saura accorder paroles et actes... J'ai comme qui dirait un doute. A lui, et il le peut dès demain, de montrer par une prise de décision concrète qu'il ne parlait pas dans le vide. Dire qu'il aura fallu plus de deux ans à nos dirigeants pour qu'ils osent enfin lever quelques tabous et reconnaître que les entreprises sont seules à même de créer de la richesse et de la croissance... pour peu qu'on les laisse bosser, pour peu que l'on relâche la pression fiscale, pour peu que l'on veuille bien assouplir les carcans réglementaires...

Je voudrais toutefois exprimer ma profonde compassion vis à vis de tout ceux qui le 6 mai 2012 ont cru au changement et au retour aux manettes d'un socialisme à la française. J'imagine quel doit être leur chagrin, leur affliction ou leur colère de voir à quel point ils se sont fait entuber dans les grandes largeurs par Président et celui qui depuis Le Bourget ne l'a pas lâché d'une semelle. Président, au Bourget, eu droit lui aussi à une standing ovation lorsqu'il déclara: "Je suis socialiste. La Gauche, je ne l’ai pas reçue en héritage. La Gauche, je l’ai choisie, je l’ai aimée, je l’ai rêvée...". Il faut croire qu'à l'époque Président en était encore à confondre droite et gauche... ou bien qu'il n'osa pas faire son coming-out social-libéral.

Le discours de la Voix de son Maître devrait sans nul doute exacerber les tensions au sein de ce qu'il convient encore d'appeler "la majorité présidentielle", comme si besoin était... Le 31 août, Valls sera à l'affiche en clôture des universités d'été du parti socialiste. Il sera intéressant de voir de quelle manière le discours qu'il prononcera sera accueilli et en cohérence avec celui d'aujourd'hui...

Les éléments d'une crise politique majeure au sein de la gauche sont réunis; que feront les frondeurs ? Laurent Baumel, l'un des députés frondeurs, a beau dire "Je peux difficilement cacher mon trouble .C’est la première fois, je crois, qu’un Premier ministre socialiste va faire applaudir des piques contre des députés socialistes par un syndicat patronal". Ils voteront la confiance ! La soupe républicaine est bonne. 

On parie ?

Folie passagère 2428.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

20 commentaires:

  1. Combien de temps a-t-il bossé "en entreprise", pour tant les aimer, le gars ? Hypocrite, saleté, vermine ! Le goudron et les plumes, et après, hop, la catapulte (©Amiral Woland), direction Sitgès, Rosas ou Gerona.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al Weest: Le valls, je ne lui filerai même pas mon porte-monnaie en garde. mais quel discours! quelle conversion réelle ou comme je le crois surfaite . Mais soyons beau joueur, accordons lui un crédit d intention, il a quoi, 15 jours, 1 mois maximum pour convaincre. Marrant ce soir sur TF1, ils ont enfin osé dire que le pacte de responsabilité, fallait attendre au minimum fin 2015 pour en voir les effets !

      Supprimer
  2. Tenir un blog 24h sur 24, c'est connaitre le monde de l'entreprise ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierraz: Pour un gars qui a été 25 ans en entreprise, oui, je crois , ducon !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  3. Les peupledegôche, je ne les plains pas, ils n'ont que ce qu'ils méritent et encore, c'est pas assez.
    En revanche, ces pauvres députés agglutinés autour de la gamelle pour y déguster des couleuvres,
    ceux là me font un peu de peine, ils doivent se faire un de ces soucis en passant à la dissolution et
    à la déculottée subséquente qui les attend.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nouratin: tu te doutes bien que comme toi, je ne les plains pas, ma compassion n est qu hypocrisie :). Les députés de gauche , encore moins, fallait-il qu ils soient au mieux benêts, au pire doté d un QI de 10 pour croire aux promesses de président. Tu verras, la confiance sera votée, ils ont trop les foies de repartir gros jena comme devant dans leur circonscriptions avec un ticket d entrée à Pôle Emploi.

      Supprimer
  4. La Socialie ne voulait pas de lui, mon cher Corto, qu'à cela ne tienne : aujourd'hui on nous explique sans broncher que Valls réussira à faire voter la confiance et tous ses textes de lois par ceux-là même qui ne voulaient pas de lui.
    Morale : si tu ne veux pas perdre ton siège, commence par t'asseoir sur tes idées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: excatment ce que je repondais à Nouratin si dessus. ils s assoiront sur leurs idées, c'est ça où retour au pays !

      Supprimer
  5. Et encore un discours général qui va dans le sens du poil de l'auditoire...
    Et pas de discours d'engagement précis détaillé avec un échéancier et des objectifs pour les 50milliards d'économie...

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: comme d hab, et ça fait depuis deux ans que cela dure, des promesses de chocs et de pactes, de courbes qui s inversent, de séduction putassière mais rien de chiffré, rien de concret. Alors nous verrons si Valls ( qui soit dit en passant na aucun succès à mettre à son actif en tant que ministre de l intérieur) réussi a convaincre. Les premiers sondages sortis dès hier sembleraient dire que non !

      Supprimer
  6. Je n'ai plus 36 ans et ne suis pas passé par la banque Rothschild (sinon je ne serai pas là à laisser des commentaires sur votre excellent blog), mais il me semble qu'alléger la fiscalité sur les entreprises est vain si l'on ne fait pas la même chose pour le contribuable lambda.
    Sauf à penser que ce gouvernement n'est là que pour sauver nos exportations en se foutant comme d'une guigne des salariés français qui y contribueront, ce nouveau échouera.
    C'est écrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. fredi maque: pas tout a fait faux sauf que d aucun te diront que des entreprises performantes, ce sont, par l innovation, des produits qui voient leur prix baisser donc un pouvoir d achat qui s améliore... Logiquement, dès que la croissance repart la pression fiscale sur les contribuables doit baisser puisque, par exemple, le coût social du chomage diminue. Des entreprises performantes, ce sont aussi des salaires qui repartent à la hausse... etc...

      Supprimer
  7. Nouveau gouvernement....

    RépondreSupprimer
  8. Comme Amike le dit, c'est un discours qui va dans le sens de l'auditoire.
    que dira-t-il s'il doit faire un discours devant un parterre d'ouvrier ?

    Je note que les patrons ont ovationné avant et après son discours : je pense comme vous que c'est plus pour faire un pied de nez aux fameux 51.6% électeurs de FH que pour réellement faciliter ou encourager Valls de quoi que ce soit.
    Mais Joeffroy de Bézieux vient de dire sur iTélé (ou BFM) que c'est juste par politesse.
    En tout cas, ce discours est un sacré coup de poignard aux électeurs socialistes particulièrement à ceux qui voulaient lutter contre la grosse méchante FINAANNNNNCE et les patrons qui versent des dividendes aux actionnaires.
    J'aimerais bien qu'un jour Valls explique ce qu'est un actionnaire et des dividendes et surtout quel est le profil d'un actionnaire, car là il va y avoir beaucoup de déception chez les électeurs de gauche en général.
    D'ailleurs Valls n'a-t-il pas dit qu'il avait besoin des actionnaires ?
    C'est sympa quand il dit "j'aime l'entreprise", surtout que son parcours se limite au syndicat d'étudiant MNEF ... Ca n'en fait pas un entrepreneur.
    Il est surtout connu pour ses postures avec peu d'actes, si ce n'est sa réthorique classique "c'est lui ou je me casse".

    Si Emmanuel Macron est la solution pour améliorer l'économie, je me demande si sa nomination à Bercy n'est pas juste de la poudre aux yeux pour rassurer le patronat qui en a ras-le-c.. des insultes de Montebourg.
    Car apparemment quand il était secrétaire d'Etat son rôle consistait à appliquer la politique de Hollande ... donc si le cap dans le mur est maintenu, alors sa nomination ne devrait rien changer si ce n'est donc une entente cordiale et faux-cul avec le MEDEF.

    Attendons quelques semaines voir les résultats économiques.

    Sinon, quand au reste de l'équipe ministèriel, vu ce que balancent tous les ministres sortis (ex. Cuvillier au sujet de Royal), à mon avis, un autre remaniement est sur les starting-blocks.

    D'ailleurs quelqu'un sait si Macron a été choisi par Valls ou Hollande ?

    Au fait, après la sortie de Montebourg, je me demandais depuis lundi si Taubira ... pardon ... la Justice allait sortir une nouvelle affaire sur Sarkozy : c'est fait avec la mise en examen pour négligeance !
    Inculpation bizarre ... mais ce qui compte c'est le timing !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sen: Pied de nez aux électeurs d hollande, sans aucun doute. Mais aussi prise de conscience (possible) des réalités. Alors attendons pour voir de quoi il est capable: de véritablement bouger le bouzin ou d un nouveau coup de menton. On pourra mesurer la chose dès son discours aux universités d été du PS dans 3 jours.
      Quant à Macron, il annonce dans Le Point que les 35h, on peut revenir dessus. Je l imagine pas avoir dit cela sans l accord de Valls qui défendait la même idée lors de la primaire socialiste. Je crois qu ils sont enfin conscients qu on va droit dans le mur, eux, pas forcément Hollande et donc, ils émettent des idées et tâtent le terrain. ça va être chaud avec la majorité.

      La mise en examen de Laagarde pour " négligence" , c'est petit, mesquin et prouve surtout qu ils n ont rien pu prouver d autre, ça finira en eau de boudin par un non lieu, ou alors juste un petit blâme.

      Supprimer
    2. Pour Lagarde, cela pue surtout la prise de parti politique des juges ! Car soit on peut mettre en examen toute personne ayant eu des responsabilités (par hasard, le milliard en vaccin de Bachelot...), soit les juges outrepassent gaillardement le statut de Lagarde en passant d'une juridiction à une autre (elle releve normalement de la cour de justice de la République, qui doit attendre le jugement final pour savoir s'il y a effectivement faute initiale). Une sorte de diffamation publique légale en quelque sorte...

      Amike

      Supprimer
  9. Pour que l'entreprise puisse embaucher , faire du bénéfice et s'étendre mondialement un oubli ,certainement volontaire, a été fait , la réforme des syndicats , destructeurs d'emplois .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: c''est un oubli volontaire a mon avis. Les syndicats vont etre obligé de se reformer d eux mêmes , vu ce qu ils pèsent aujourd'hui, ils n ont pas le choix. L interlocuteur aaujourd'hui, ce sont les entreprises.

      Supprimer
  10. Son épreuve de vérité est arrivée https://contre-regard.com/la-reduction-a-marche-forcee-des-deficits-est-un-fantasme/

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP