samedi 11 avril 2015

Salles de shoot.. Encore une de MST...


Du temps de Roselyne Bachelot, on appelait ça des salles de consommation supervisée pour usagers de drogue, aujourd'hui, avec Marisol Touraine, on parle des salles de consommation de drogues à moindre risque. La première n'avait pas atteint son objectif, ses patrons y étant opposés, la deuxième y est arrivée quand bien même Président annonça lors de la campagne présidentielle qu'il n'était pas pour: Des salles de shoot seront bien installées dans toutes les villes qui se porteront candidates pour une période expérimentale de 6 ans " maximum ", bref, de l'expérimental fait pour durer...

Sur le principe, accueillir (sur financements privés) des toxicos, j'étais plutôt favorable à cette idée. Mais il me vient l'idée que ce projet n'est peut-être pas si altruiste et si simple qu'on veut bien nous le faire croire.


Le principe de fonctionnement des salles de shoot est simple à comprendre: Un lieu d'accueil propre avec une équipe de travailleurs sociaux et du personnel de santé qui veillent au grain et prêtent une oreille attentive aux consommateurs, des espaces d'injection et de fumette, un stock de seringues saines que l'on fournit et même la possibilité aux junkies d'apporter leur matos cradingue et de repartir avec du matériel propre. Une fois accueilli et si possible identifié, le gars ou la nana n'a plus qu'à sortir sa came, s'installer confortablement, se shooter, pardon, consommer peinard et repartir d'où il venait, c'est à dire nulle part. 

Plus d'une dizaine de pays ont autorisé le truc avec des bilans contrastés. Le coût de fonctionnement d'une salle serait, selon MST, de l'ordre de 800 000 euros par an à la charge du contribuable. Si l'on se base sur l'expérience suisse et selon les emplacements choisis - j'imagine mal que l'on implante ces salles loin de tout - c'est 40 à 50 toxicos qui pourraient débouler chaque jour dans ces salles. Sur le lot, peut-être bien qu'ils arriveront à en sauver un ou deux, c'est bien, quid des autres ? Ils retourneront à la rue et continueront. Autrement dit, pour ce qui est d'enrayer la consommation, on pourra repasser. Mais l'objectif avoué n'est pas tant de sortir les junkies de la junkitude mais bien plutôt de leur fournir du matériel propre, de les écouter, qu'ils se sentent accueillis et entendus, " un pas dans la bonne direction ". Un peu léger question altruisme.

Ensuite, que penser d'un gouvernement qui invite les drogués à consommer des produits illicites ? Pas grand chose de bien sauf  à penser que ce projet s'inscrit dans un projet plus vaste, la banalisation de la consommation de drogue et à plus ou moins long terme  la dépénalisation du cannabis. Prendre en compte dans le PIB du pays le trafic de drogue, comme le fait déjà le Royaume Uni, nécessite de connaître au mieux  le dit trafic, plus, il y aura de salles de shoot, plus on pourra affiner les volumes et accroître d'autant notre Produit Intérieur Brut. Et ne croyez pas que je délire, c'est en partie comme cela que les rosbeefs peuvent à l'estimé inclure aujourd'hui dans leur PIB près de deux milliards d'euros. C'est toujours bon à prendre et Bruxelles est favorable à étendre cela à tous les pays de l'Union. Question altruisme que de faire en sorte que la drogue deviennent une part de la richesse d'un pays, on repassera.

Après, maintenant que la chose est acquise, il va falloir songer aux lieux d'implantation de ces fameuses salles. Mais qui voudra à proximité de chez soi une salle où viendra se doper une clientèle pour le moins peu ragoutante ? Personne sauf à ce qu'elles soient, ces salles, imposées à la population environnante. Et elles le seront, imposées. On peut parier qu'elles ne seront pas implantés dans les beaux quartiers, elles le seront donc dans des quartiers populaires, plutôt de centre ville, autrement dit là où cela craint déjà plus ou moins. A Paris, un premier lieu a été retenu près de la gare du Nord... On peut parier que se développera autour de ses salles une activité en rapport faite de trafics, de dealers, de bagarres et forcément, de flics aux aguets. Bonjour l'ambiance dans le quartier; même le Dr Jean-Michel Delile, psychiatre, directeur du Comité d'Étude et d'Information sur la Drogue et les addictions, pourtant favorable aux salles de shoot, le confirme: " Une salle attire nécessairement le monde des injecteurs et peut donc engendrer des scènes pénibles ou violentes pour les habitants du quartier . " Sauf qu'aux habitants du quartier, on ne leur demandera pas leur avis (comme on ne leur dira rien d'une éventuelle dépréciation du marché immobilier environnant). Bref au prétexte d'assainir les halls d'immeubles, les caves, les parkings et les parcs publics, lieux de consommation habituels et cimetières pour seringues, on ira pourrir la vie des habitants d'un quartier...

Au regard de tout ceci, suis-je toujours " plutôt " favorable à ces salles de shoot ? Assurément, non ! 

Les premières salles de shoot devraient pouvoir ouvrir dès la fin 2015. J'ai comme dans l'idée que cela ne se fera pas sans heurts... 

Quant à la dépénalisation du cannabis, je prend le pari que si la gauche repasse en 2017, elle sera adoptée avant 2022.

Folie passagère 2732.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

33 commentaires:

  1. Pour la dépénalisation du cannabis, oui, c'est à peu près certain...si par malheur la Gauche
    revient en 2017.
    Quant au reste, on pourrait créer aussi, par exemple, des salles pour les pédophiles,
    pourquoi pas, pauvres gens...
    En vérité nous devenons complètement fous, ça s'aggrave de jour en jour!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: on marche de plus en plus sur la tête et le plus surprenant c'est que les Français semblent s 'en satisfaire à moins qu ils ne s'en foutent. ce qui en soit serait presque pire.

      Supprimer
  2. ça grogne déjà sérieusement dans le 10 eme où une salle est envisagée, des panneaux aux fenêtres, de banderoles devant les immeubles, il est évident que les habitants n'en veulent pas ! déjà entre Stalingrad et la gare du Nord, c'est pas joyeux avec les pseudos révolutionnaires des printemps arabes, il ne manque plus que ces saloperies là ! en plus, ça n'empêchera pas les camés dans les halls et les coins sombres ! les veilleurs, des pères de famille qui faisaient des rondes autour de Stalingrad avaient réussi à repousser les plus accrocs, et la place et ses alentours respirait mieux, c'est à désespérer les habitants cette histoire , pourquoi ils ne mettent pas ces salles dans le 16 eme, le 5eme, le 7eme, là, MST, elle pourrait les voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: et bien voila, je serais d accord avec les salles de shoot, le jour où tous leurs promoteurs accepteront d en avoir une en bas de chez eux, ou à moins de 400 mètres de l école de leurs enfants ou petits enfants.

      Supprimer
  3. Valeurs Actuelles relate l'ouverture d'une salle de shoot à Montpellier en1994 (jamais entendu parler) et sa fermeture suite à l'overdose d'une jeune fille.
    Ce qui me choque également, c'est qu'on ne s'inquiète absolument pas de l'avant et de l'après salle de shoot.
    Le petit vieux tabassé dans la rue pour lui piquer sa maigre retraite et s'acheter sa dose, pffff... (pas de problème de conscience pour l'équipe médicale ?)
    Le junkie qui provoque un accident à la sortie, pfff... (cependant, si un bar laisse partir un type bourré et qu'il provoque un accident, le patron voit sa responsabilité engagée et son établissement peut fermer)

    Ces salles ne seront pas ouvertes 24/24, les drogués devront-ils se mettre eux aussi aux 35h et aux RTT ?
    On ne marche même plus sur la tête, on roule à vitesse grand V. Il n'y aura pas besoin de pousser fort pour sombrer corps et biens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: je viens de lire l article de VA,, apparemment, le truc a été passé sous silence le temps des débats à l Assemblée. Quand je lis que le docteur machin reconnait que ces salles sont sources de violences et de " problèmes " alors que lui m^me les préconise, je me dis qu on marche vraiment sur la tête.

      Supprimer
  4. C'est aberrant! Pour que l'on puisse se droguer avec des aiguilles stériles, on tolère le trafic: cette drogue doit bien venir de quelque part, non? On admet les troubles et les nuisances que ces salles vont apporter.
    Et dire qu'on interdit les sodas en libre-service!
    Ce pays s'en va de la coiffe!

    RépondreSupprimer
  5. C'est aberrant! On est vraiment gouvernés par des fous furieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: tu a raison , dans l esprit c'est ça: au nom d une pseudo salubrité pour quelques pékins camés jusqu à l os, on va tolérer le trafic qui fait que ces mêmes junkies pourront aller se piquouser aux frais de la République §§§
      Du grand n importe quoi finalement.

      Supprimer
    2. C'est d'autant plus dingue que, sur le seul aspect médical (risque de transmissions via le matériel ) il existe déjà dans toutes les villes de quelque importance des points de distribution gratuite de seringues neuves et de recupération du matos souillé. Généralement situés dans des hopitaux (aux urgences. ) Et il existe aussi bon nombre d'associations de prise en charge... On peut se demander dans ces conditions pourquoi se lancer dans une telle aventure et si il n'y a vraiment rien de plus urgent! Mais ce qui est passinnant, et merci à vous de l'aborder, c'est la manière" comptable" d'aborder le problème... Englober les flux monétaires de la drogue dans le PIBdes états, voilà une bonne idée qui aurait plu à Coluche... Tchao Pantin les eurocrates...

      Supprimer
  6. La petite ville allemande où j'ai longtemps habité avait sa salle de shoot dans une usine désaffectée d'un quartier derrière la gare. Les "clients" mettaient effectivement de l'animation dans le coin, avec des gars couchés sur les trottoirs qui vidaient des canettes en attendant l'ouverture des portes et des filles qui faisaient le tapin. Il y avait régulièrement des bagarres et des histoires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaidede montluc: il faut croire que MST et consorts n ont jamais vu de près ou de loin et une salle de shoot avec son environnement et ce dont quoi sont capables les camés.

      Supprimer
  7. Et "le camion de shoot à Bordeaux", c'est pas progressiste, ça ?
    Bientôt le shoot à domicile, administré par une infirmière et remboursé par la Sécu ? Mais qui donc est le maire de Bordeaux ? Encore un encarté au PS pour avoir de pareilles idées...
    Ah, c'est Juppé ? C'est ce que je disais, il n'a pas encore la carte mais il a déjà la même propension à vouloir démolir la France pour trouver des voix.
    Exclusion de l'UMP exigée !

    RépondreSupprimer
  8. Oups ! J'ai oublié :
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/04/11/01016-20150411ARTFIG00094-toxicomanie-bordeaux-reflechit-a-un-camion-de-shoot.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: j ai vu cette histoire de camion-de-shoot, qui sera financé avec des fonds publics. Quoi d étonnant que cela vienne de chez Juppé ?

      Pour le camion de shoot, ça pourrait étre une bonne idée a condition que ce soit une initiative privée et non couplée aux salles de shoot.

      Supprimer
  9. Je suis formellement contre ces salles de shoot (c'est bien le nom qu'il faut leur donner) , pour les mêmes raisons que tu as développées : violences, nuisances, insécurité. Je plains de tout coeur les malchanceux propriétaires qui devront bazarder leur bien (s'ils trouvent acquéreur...) et locataires qui devront fiche le camp au plus vite, (s'ils en ont les moyens) avant que leur quartier soit complètement pourri au niveau ambiance...
    Tout ça pour un maigre résultat par rapport au coût sans doute sous-évalué, annoncé par MST.

    Collecte de FRIC ! Si je comprends bien, Bruxelles veut étendre cette prise en compte des trafics de drogue et de la prostitution dans le PIB, car plus celui-ci sera élevé, plus importantes seront les contributions au bénéfice du MONSTRE européen .

    RépondreSupprimer
  10. "Si la gauche repasse en 2017". Comment une droitiasse comme toi peut-elle un seul instant envisager que la gauche puisse repasser en 2017. Je ne comprends plus...

    RépondreSupprimer
  11. les salles de shoot sont une énorme tromperie ..

    En effet la médecine est la pour traiter et prévenir…. dans ce cas la meilleure salle de shoot est sans aucun doute l’hôpital !!! pas besoin de dépenser dans des salles supplémentaires. autant prévoir dans un service public un lieu aménagé pour cela.. Ah oui mais cela ferait tâche? quelle lacheté !!!

    Il eut été bien plus intelligent et beaucoup plus dans l’esprit médical de mettre en place une vraie politique de prévention ( en particulier pour les jeunes par des campagnes de presse simples et ciblées avec l'aide de professionnels) et de tout faire pour améliorer la qualité des traitements pour le sevrage ..pas de drogue mais une véritable aide et une prise en charge. La médecine s'est respecter écouter et traiter mais pas entretenir l'origine d'une maladie !. En tant que médical c'est un non sens !
    apprendre aux médecins à mieux écouter pour mieux traiter par contre oui mais pas dans une salle de shoot !.. Ce n'est pas lle un lieu d'écoute mais une sd'attente d'un produit !

    comment un état peut interdire de fumer dans des lieux public et faire à juste titre une politique du découragement de ce fléau et en même temps vouloir légaliser le cannabis et instaurer des salles de shoot ! encore un non sens

    l’effet pot de miel est inévitable .. attirant dans les quartiers des dealers .. les proies sont faciles à trouver .. c’est indiqué direct .. naturellement ces gens la ne seront pas inquiétés et pourront fournir la pire des drogues .En cas d’accident en salle ou à la sortie de la salle qui sera responsable .. sans doute pas le toxico, sans doute pas le politique mais le médecin !!! ASSEZ !
    la tendance globale des toxico en salle de shoot puisqu’ils sont en sécurité c’est d’augmenter la dose.. pas sur qu’ils s’en sortent mieux !

    comme tu le dis Corto ce n’est pas dans les quartiers chics qu’elles seront installées .. je pense que tout député qui a voté cette loi doit pour être en accord avec son vote accepter que l’on installe près de son lieu d’habitation une salle .. il faut avoir le courage de ses opinions !

    68 est passé par la .. une année noire tant elle a laissée des traces et créée de la misère depuis 40 ans de façon sournoise insidieuse dans la tête des gens ou l'irresponsabilité a été élevée en mode de gouvernance !

    J'ai pris en charge dans ma vie médicale des gens drogués... il y a moyen de communiquer et de les aider sans utiliser leurs produits maisavec empathie humanité écoute et dialogue.. la base étant de ne pas les condamner mais cela un médecin le sait lorsque son idéal thérapeutique est de venir en aide au plus faible..La force que l'on peut donner à ces gens malades n'est pas dans la seringue

    Les socialistes récupèrent encore le truc pour diviser et monter les gens les uns contre les autres.. machination pour affaiblir le pays encore et toujours... des gens dangereux et toxiques

    une loi inutile couteuse et sans doute peu efficace

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: va t en parler d humanité et d empathie a ces socialos, ils n en ont certainement pas la même définition que toi !

      Supprimer
  12. Un avis autorisé et contre :
    http://www.famillechretienne.fr/famille-education/detresse/salles-de-shoot-le-meilleur-moyen-pour-les-toxicomanes-de-continuer-a-se-perdre-163360

    Et comme d'habitude à propos des auditions parlementaires :
    "Les structures comme la mienne ont été tenues à l’écart. L’association Espoir du Val-d’Oise est montée au créneau pour dénoncer cette non-consultation des structures de réhabilitation, de reconstruction et de revalorisation des toxicomanes. Les seuls qui ont été consultés sont ceux qui prônent la libéralisation de la drogue"

    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopys: Un avisautorisé ? Un curé ? en Socialie ? Non, désolé, ce n'est pas un avis autorisé, ! :)

      Supprimer
  13. "Ensuite, que penser d'un gouvernement qui invite les drogués à consommer des produits illicites ?"
    Tu critiques toujours tout tu oublies que les fontaines à soda sont interdites en salle de shoot...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et qu'ils auront encore le droit de fumer mais avec un paquet neutre avec plein de photos bien dégueulasses sur le cancer du poumon, les fœtus intoxiqués, etc.

      A propos des fœtus, quelle sera l'attitude de l'équipe médicale face à une femme enceinte qui viendra se piquer tranquillement ?

      Supprimer
    2. vous me posez une colle , là...je sais pas quoi répondre
      faut dire que la gestation, la naissance et même le service après vente sur ce coup là , c'est pas trop mon truc

      Supprimer
  14. On marche sur la tête ?? En effet mais ceci est programmé, planifié même.
    C'est le pain quotidien qui nous est proposé, ou plutôt imposé.
    A chacun(e) de nous de résister et de nous opposer avec nos propres moyens.

    -----------------------------------------------

    L'ÉCOLE DE FRANCFORT : CORROMPRE À TOUT PRIX

    “Jusqu'à présent, les nations étaient détruites par les conquêtes, c'est à dire les invasions. Mais aujourd'hui, se pose une question importante : une nation ne peut-elle pas périr sur son propre sol, sans subir d'invasion, en laissant les facteurs de décomposition corrompre jusqu'au cœur les principes originels et constitutifs faisant de cette nation ce qu'elle est ?”
    Joseph de Maistre (1753-1821)


    Après la mort de Lénine en 1924, un fils de banquier nommé Georg Lukacs (devenu communiste pendant la première guerre mondiale) s'installa en Allemagne où il présida à la première réunion qui devait aboutir à la fondation de l'Ecole de Frankfort. Le but de cette école était d'appliquer le programme révolutionnaire des sociologues communistes, suite à une rencontre organisée à Moscou en fin 1922. Un de ses membres était l'apôtre de la nouvelle gauche des années 60, Herbert Marcuse.
    La tâche de l'Ecole de Frankfort revenait à saper au plus vite l'héritage judéo-chrétien. Pour ce faire, elle favorisa une critique négative aussi destructrice que possible de chaque aspect de la vie. Pour accélérer l'avancée de sa révolution culturelle silencieuse, mais sans laisser paraître le moindre indice sur ses plans quant au futur, elle recommandait, entre autres :

    1° D'inventer le concept de crime raciste
    2° D'enseigner aux enfants la sexualité et l'homosexualité
    3° De saper l'autorité des écoles et des professeurs
    4° De promouvoir la consommation excessive d'alcool
    5° De vider les églises
    6° De mettre en place un système juridique ayant un parti pris contre les victimes de crimes
    7° De favoriser une dépendance envers l'état et les aides sociales
    8° De contrôler et museler les médias
    9° De favoriser l'éclatement de la famille

    L'une des idées majeures de cette école était d'exploiter la conception freudienne de la pan-sexualité, la recherche du plaisir, l'exploitation des différences entre les sexes et le renversement des rapports traditionnels entre hommes et femmes.../...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ecole de Frankfort" ? Au bord du Main il y a Francfort, en allemand Frankfurt, mais "Frankfort" n'existe nulle part.

      Supprimer
    2. "L'École de Francfort (en allemand Frankfurter Schule) est le nom donné, à partir des années 1950, à un groupe d'intellectuels allemands réunis autour de ...etc "

      Je n'ai fait que retranscrire le texte tel qu'il m'a été communiqué il y a fort longtemps.
      Cela dit si c'est tout ce que çà vous inspire comme réaction, à Dieu ne blaise et poursuivez ainsi vous êtes sur la bonne voie.

      Supprimer
  15. .../...suite

    Pour mieux cibler ses objectifs, l'Ecole devait :

    1. Saper l'autorité du père
    2. Nier les rôles spécifiques du père et de la mère
    3. Dénier aux parents leurs droits à être les éducateurs de leurs enfants
    4. Abolir les différences dans l'éducation des garçons et des filles
    5. Abolir toutes les formes de domination masculine (d'où la présence de femmes dans l'armée)
    6. Déclarer les femmes comme étant une “classe oppressée” et les hommes des “oppresseurs”

    Pour cette Ecole, il existe deux types de révolution : politique et culturelle. La révolution culturelle détruit une société par l'intérieur. Elle voyait en elle un projet à long terme et se concentrait clairement sur la famille, l'éducation, les médias, la sexualité et la culture populaire.

    La famille
    Promotion du matriarcat, dans l'optique de détruire la famille.
    Guerre contre le genre masculin prônée par Marcuse sous le couvert de la libération de la femme.

    L'enseignement
    Supprimer l'influence parentale. Techniques de psychologie de masse afin que chaque gouvernement puisse contrôler ses sujets sans qu'il soit
    nécessaire de faire appel à l'armée ou à la police.

    Les drogues
    Diffusion de drogues psychédéliques pour rendre les gens dépendants et légalisation de leur usage.

    La musique et la télévision
    Recours à la musique atonale comme arme de destruction de la société et à des formes de musique dégénérées afin de favoriser la maladie mentale.
    Possibilité d'assujettir les Etats-Unis en utilisant la radio et la télévision pour promouvoir une culture du désespoir et du pessimisme. Hollywood.

    La sexualité
    Création d'une société où les plus grandes satisfactions seraient d'ordre sexuel. La musique rock touche la même corde chez les jeunes.
    Ce sont les intellectuels marxistes qui ont inventé lors des manifestations anti-vietnam l'expression : “Faites l'amour, pas la guerre”.

    L'éducation des mœurs
    A la fin des années 60, d'intenses campagnes parlementaires ont été organisées pour des associations impliquées dans le contrôle des naissances (contraception, avortement, stérilisation), et au cœur de ce réseau se trouvait l'Association pour le Planning Familial. Ce réseau était en fait impliqué dans l'eugénisme, le contrôle de la population, la contraception, la sexualité et les réformes du droit familial, ainsi que la sexualité et l'éducation sanitaire.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ JJB74

      Donc, si je comprends bien, nos socialauds ont fini le boulop.
      Maintenant que la gangrène est bien en place, on fait quoi ? A part pleurer sur nos cendres, bien sûr...

      Supprimer
  16. Ce matin, à la radio, mon cher Corto, on nous disait que la création des salles de shoot avait été votée à l'unanimité, mais sans préciser le nombre des votants et le parti auquel ils appartenaient. N'y aurait-il plus que le FN qui, comme chacun sait, n'est pas représenté ou si peu à l'Assemblée, pour s'opposer aux salles de shoot ?

    RépondreSupprimer
  17. @marianne: voir mon billet de ce matn

    RépondreSupprimer
  18. Vous voulez tout savoir sur l’historique des « salles de shoot » en France (comment le lobby-pro drogue soutenu par Jean-Marie Leguen et Marisol Touraine a tenté de vous manipuler)
    Vous voulez tout savoir sur ce que sont réellement les « salles de shoot »
    Que dise les rapports indépendants à l’étranger
    Comment l’étude du Lancet sur Insite (canada) se révèle être un mauvais rapport.
    Etc..

    La préface est écrite par :
    Erik Åke Setréus Director of European Cities Against Drugs (ECAD). ECAD regroupe les plus grandes villes européennes ainsi que de nombreuses capitales.
    et
    Gary Christian (Drug Free Australia)
    Vous pouvez commander le livre « SALLES DE SHOOT, CE QU’ILS REFUSENT DE VOUS DIRE » sur le site www.parentscontreladrogue.com

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP