dimanche 26 avril 2015

Pleure, ô Pays bien aimé


Je n'ai rien d'un royaliste mais je n'ai strictement rien contre les royalistes. Tombant par hasard sur le blog du Comte de Paris; Monseigneur, c’est comme cela que, me semble-t-il , on dit, écrit régulièrement. j'y ai trouvé lecture agréable et intéressante... 

" Il est nécessaire d’assimiler, de comprendre cette évidence: la greffe d’un Islam conquérant et dominateur en terre Chrétienne depuis des millénaires est aussi incompatible que celle d’une Chrétienté en terre d’Islam. L’Histoire depuis l’an 742 le démontre. La victoire de Poitiers sur les escadrons arabo-berbères signe l’arrêt de l’expansion des Arabes vers le nord. De leur côté au moyen-orient Saladin et ses successeurs mettent fin aux croisades chrétiennes après la mort du Roi Saint Louis à Tunis en 1270. De même les Rois Catholiques d’Espagne chassent le dernier Roi Arabe de Grenade, Boabdil, en 1492, libérant ainsi la péninsule ibérique. Tandis que Don Juan d’Autriche en 1571 détruit la flotte turque à la bataille de Lépante. Après les dernières tentatives de conquête, les Ottomans échouent devant Vienne en 1529 puis en 1683. Une sorte de statut-quo s’installe alors autour de la Méditerranée. Au nord des Dardanelles et de Gibraltar, c’est terre chrétienne. Au sud, c’est terre islamique.

Pourtant ces frontières immatérielles n’ont jamais empêché la culture, les arts et la science de s’entrecroiser. Ce furent autant de ponts permettant le dialogue, parfois des alliances. La Chrétienté, comme l’Islam ont su tisser une compréhension respectueuse sur la trame de la diversité. Ce fragile équilibre, fondé sur le respect des Etats, des êtres et des religions, fut contesté, mis à mal à partir de 1793 par les terroristes Jacobins et par leur idéologie laïque sans foi, déniant toute Loi naturelle transcendante. En décidant d’imposer au monde, si besoin est par la force, la négation de toute Loi Supérieure, si ce n’est celle de leur minuscule volonté, ils ont déclaré que les peuples peuvent disposer d’eux mêmes. Puis ils ont proclamé unilatéralement leur droit d’intervenir pour libérer les peuples de leurs dirigeants, considérés comme des « tyrans »… N’ayant pas réfléchi aux conséquences de leurs actes, ils ont installé le chaos, plus de souffrances et de misères. C’est ainsi que l’idéologie tient lieu de stratégie et on se demande si le mot même de stratégie a le même sens pour eux que pour Sun- Tzu, ou Clausewitz ? 

La France, terre mystique au destin singulier, dont la déclinaison existe dans sa modernité, trouve un écho dans « une certaine idée de la France » disait de Gaulle. La France des Pays ainsi que l’on s’exprimait autrefois dans sa construction centralisatrice, avant l’heure, était déjà un concept Capétien, et pourtant la terre de France était hérissée de libertés, car elle fut toujours terre d’accueil et elle pouvait assimiler, car elle était forte, elle savait faire respecter son identité et savait intégrer l’immigrant, respectant son identité et sa liberté. Il ne pouvait être question de primer quelque religion sur l’identité de chacun, ni l’identité collective de la France et le respect de ses lois sur quelque communautarisme.

La laïcité que notre gouvernance actuelle nous impose est semblable au poison qui fut versé dans l’oreille du Roi du Danemark par Hamlet (Shakespeare). Il s’infiltre et pourrit le cerveau. Il engendre la haine de la Chrétienté permettant à l’Islam d’envahir notre terre, à des fins électorale et, bientôt, faute de police, faute de gendarmerie, ou pire d’armée, le peuple de France retournera au néant, ou alors un sursaut risque de les pousser à la révolte, aux pogroms ! A Dieu ne plaise…

Français de souche depuis Hugues Capet (987), je me dois de dire ma répulsion pour ce grand chambardement que l’on tente de nous imposer pour transmuter les Français en « ilotes », sans sexe, sans passé, sans avenir, sans âme, bref en singes de Dieu. Pourtant comme tant de Français, je voudrais trouver des solutions pacifiques afin de contrer cette haine et cette sottise, qui à la longue nous transforment en futurs esclaves de ces nouveaux barbares de l’Islam.

Il est donc urgent de connaître cet ennemi, largement infiltré en Europe, tout comme en France; car la terre Chrétienne, à partir d’un certain seuil de tolérance, ne pourra plus supporter ce greffon que l’on nous impose et qui ne veut pas être assimilé à notre façon de » vivre, à notre mode vestimentaire, à notre goût culinaire, à la mixité dans les hôpitaux ou dans les piscines et encore moins à la démocratie, qui pour nos envahisseurs est une farce nécessaire pour ne pas avoir d’ennuis dans le moment présent. Ce n’est pas aux Chrétiens de s’adapter à l’Islam, mais à l’Islam à s’adapter à nos lois, à TOUTES nos lois, en terre Chrétienne! Or Daesh a déjà des alliés en Ukraine, côté Kiev: le bataillon « Doudaïev », très bien armé, composé de Tchétchènes, de Caucasiens et de néo-fascistes, au nord de Donetz, tout comme le bataillon « Al Mansour » composé de Tatars, qui défend Marioupol. On parle déjà d’une infiltration d’éléments armés dans la chaîne des Carpates. Ce massif montagneux touche la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et la Bulgarie, toute l’Europe centrale…. Je n’ai pas ici la place de vous détailler toutes les diverses 5°colonnes qui existent en Europe Occidentale. Lorsque Hercule, dans la mythologie antique grecque, tue l’Hydre de Lerne, il se rend compte qu’en coupant une tête, une ou trois autres la remplace immédiatement. Pour en terminer avec la bête immonde il tranche la racine. La racine Daesh est le résultat d’une politique de gribouille engendrée dans les prisons occidentales. Au nom d’une démocratie, que l’on ne pourra imposer au monde musulman avant des siècles et pour des raisons non avouées de faire main basse sur des ressources énergétiques ou des mines de métaux précieux pour nos industries, sans oublier au passage quelques pillages d’oeuvres d’art, l’occident a armé des milices contre Bachar El Assad. Ces milices ont été phagocytées par Daesh avec armes et bagages. Il serait temps d’entreprendre enfin une « real-politik ». Certes Bachar-El-Assad a commis des atrocités personne ne peut le nier. La coalition occidentale n’a fait que renforcer Daesh et Bachar El Assad est toujours là. Il devient un des volets du rempart pour permettre de détruire Daesh. Les Américains ont bien compris qu’il est nécessaire de changer de stratégie aussi bien avec Bachar-El-Assad qu’avec Téhéran… Mais dans ce jeu d’échecs ils oublient une pièce maîtresse, qui est liée géographiquement et historiquement avec cette région du Moyen-Orient: la Russie.

Pour arrêter Daesh en Ukraine et par conséquence de déboucher en Europe, l’alliance avec la Russie devient indispensable, car ce n’est pas le fantoche qui a été élu par la CIA à Kiev qui peut résoudre le problème en Ukraine, puisqu’il est l’otage de Moutayeb, patron des Tchétchènes en Ukraine de l’ouest. Je ne suis pas le seul à penser que l’Europe a, ou aura besoin de s’allier à la Russie. Le maître du Kremlin est un remarquable stratège et un excellent joueur d’échecs. Pour le moment, il attend et la Russie est avec lui. Plus nous tarderons, plus ses exigences seront proportionnellement fortes. Il est temps, afin d’éviter une guerre sanglante et barbare, de se mettre autour d’une table et de négocier avec le Maître du Kremlin. Il détient plus de cartes que l’Occident et son intérêt est également le nôtre.

Sinon, craignons que le va-t-en-guerre qui prendrait le pouvoir en 2016 aux USA ne nous entraîne dans une conflagration armée, cette fois véritablement mondiale. Alors « pleure ô pays bien aimé ». Je reprends ici les paroles de la mère de Boabdil, dernier Roi Arabe de Grenade dont le portrait se trouve derrière moi dans ce bureau d’où je vous écris : « Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme. » "

Paru le 18 mars 2015, sur le blog du Comte de Paris, Henri d'Orléans, sous le titre " Pleure, ô pays bien aimé ", titre du livre de Alan Paton, 1950.

Résultat de recherche d'images pour "Henri d orléans"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

38 commentaires:

  1. Réponses
    1. @mialjo: mais de rien, tout le plaisir est pour moi

      Supprimer
  2. Mon roi va bientôt s appeler Charles. Je ne suis pas sûr de l apprécier autant que ma Reine ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber: t'es rosbeef, toi ? :) Perso, je trouve qu il se bonifie en vieillissant le Charles, non ?

      Supprimer
  3. Le "poison qui fut versé dans l’oreille du Roi du Danemark par Hamlet" trouve ses limites au Danemark même :

    « Celui qui s’installe au Danemark doit se conformer aux normes et valeurs Danoises », déclare-t-elle. « Nous pouvons les accueillir, mais nous devons aussi leur dire ce que nous attendons. Car il s’agit de notre société, dans laquelle ils se rendent. Ils doivent comprendre dans quel monde ils sont venus. » Et la Reine de se faire plus précise encore : « Nous faisons volontiers de la place. Cependant, ils sont venus dans notre société et ne peuvent pas s’attendre à pouvoir perpétuer leur modèle de société chez nous. Ils peuvent se rendre dans les mosquées s’ils le veulent, mais s’ils font des choses incompatibles avec le modèle de la société Danoise, ils doivent reconnaître que cela n’ira pas. » S.M. Margrethe II de Danemark

    Le fan des Napoleon que je suis va finir par devenir royaliste (surtout quand je relis le testament de S.M Louis XVI dont la lecture devrait être obligatoire pour tout président) et que j'attends (comme beaucoup de mes voisins) le même discours plutôt réaliste de nos zélitespolitiques.

    Hors sujet, et pas tant que ça, le reportage sur M6 ce soir "les coulisses de l'Elysée".
    Cela fait plaisir à voir l'excellence et le souci du détail de tous ces métiers même si Mme N. Bricq a pu trouver que le résultat de tant d'efforts était "dégueulasse" pour le dîner d'Etat Chinois (mais en tant qu'élue et ministre socialiste elle était peut-être habituée à encore plus parfait ?).
    A noter les réactions du "petit stagiaire" compagon du devoir en cuisine et le fait qu'on fasse voir la salle à ces arpètes... ça c'est du vrai apprentissage intelligent.
    Dommage que notre Pdt. et ses copains foutent en l'air l'aprentissage qui commençait à décoller malgré les nombreux obstacles légaux et culturels.

    Droopyx

    P.S C'est curieux, les médias n'ont pas repris le discours de S.M. la Reine du Danemark

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: le Danemark commence seulement depuis 2 ou 3 ans à revenir sur ses délirés multicul dans lesquels il avait versé depuis des années ( idem la Norvège et la Suède ). Nous on n a pas encore tout a fait fini de sombrer ds ces mêmes délires mais nous sommes en bonne voie.
      D'où peut etre le silence des médias sur cette déclaration.

      Supprimer
    2. @Droopyx: et d accord avec toit sur l émission de M6

      Supprimer
    3. Et cela ne fait que commencer, si on en croit Fatou Diome sur Antenne 2 le 24 avril dans l'émission Ce soir ou jamais :

      http://droite.tv/fatou-diome-acceptez-nous-ou-bien-demenagez-deurope-parce-que-jai-lintention-de-rester/

      Ça fait peur !


      Supprimer
  4. Bien que n'étant pas orléaniste, il m'arrive parfois de mettre en ligne certaines des interventions de Mgr le comte de Paris. Toute la différence qui peut exister entre des hommes qui ont été élevés et éduqués à la française, qui ressentent un véritable amour charnel pour la Patrie, et les branques techno-énarques qui ne savent rien sinon enfumer ceux qui ont eu le malheur de leur faire confiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon resenti est que beaucoup d'hommes poliques ( a la Sarko) sont francais de deuxieme generation et n'ont pas le meme attachement charnel a la France que peut avoir un souche de tres longue date (surtout un comme icile Comte de Paris dont la lignee se confond avec la nation France)

      Supprimer
    2. @Chroniques: bien d accord, l'amour de la Patrie est aujourd'hui considéré comme une tare

      Supprimer
  5. Comme vous, je n'ai à priori rien contre les royalistes, et comme vous, je partagerai certaines des analyses du prétendant, mais ce texte me mets pourtant mal à l'aise... L'argument "Daesh en Ukraine", par exemple, ne repose pas sur grand chose. Même si traiter Poutine comme un partenaire est une exigence que nos gouvernant finiront par admettre, je ne pense pas que le couvrir d'épithètes flatteuses soit la chose à faire, encore moins de prétendre qu'il "nous attends". Poutine est un chef d'état avec la tête sur les épaules qui défend ses intérêts, point barre. Nos intérêts convergent sur un point précis, cela ne fait pas de lui le sauveur naturel de l'Occident, tout au plus un allié à ne pas négliger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ferrante: sans doute a-t-il cherché a forcer le trait en écrivant Daesch en Ukraine, il aurait pu se contenter d islamistes radicaux qui sont bien plus nombreux qu on ne le dit en Russie et en Ukraine. Et il est vrai aussi que Poutine se bat depuis des années contre les islamistes de Tchétchénie ou de Géorgie.
      Ne pas négliger Poutine, oui , ben ça faudrait peut etre le dire a nos dirigeants européen.

      Supprimer
  6. Euh... Je pense bien qu'aujourd'hui pas mal de gens s'en indiffèrent, mais la bataille de Poitiers c'est en 732, pas 742.
    Pas de quoi se mettre martel en tête, j'en conviens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: Seul le Pape est Infaillible ! :) Erreur de frappe je suppose

      Supprimer
  7. On peut être royaliste et avoir une saine vision de la réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss et nécessairement, quant on est royaliste, etre amoureux de son pays.

      Supprimer
  8. Très beau commentaire et effectivement saine vision de la réalité de la part de quelqu'un pour qui le mot France veut dire quelque chose.
    Pas comme pour les minables qui sont 'aux affaires" actuellement.
    Comment pourraient ils? la majorité d'entre eux n'a aucune espèce de culture.
    vivement le changement (pas celui du menteur à teinture)
    GfB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GfB: Nous sommes très nombreux pour qui le mot France veut dire quelque chose , mais Monseigneur peut lui se permettre de les dire sans que cela ne fasse polémique. Imagine qu un Zemmour le dise, ou tout simplement moi j écrives la même chose. aïe, aïe, aïe

      Supprimer
  9. Merci de nous avoir fait découvrir cette chronique dont la partie"géopolitique " me rendrait presque royaliste... (de même que le discours de la Reine du Danemark! ). Deux bémols tout de même. Le premier concernant Poutine et l'Ukraine, Je rejoins en tous points les remarques de Ferrante. Le second concernant les méfaits de l'athéisme. Je suis agnostique et apprécie que l'État soit clairement séparé de l'église . Cela ne m 'empêche nullement de reconnaître et apprécier tout ce que la tradition chrétienne
    (judéo chrétienne en fait) nous a légué. Et de hurler quand des laicards forcenés s' en prennent aux crèches dans des lieux publics!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gridou: si seulement ils ne s en prenaient qu'aux crèches ! Renseignes toi sur les nouveaux programmes scolaires.

      Supprimer
    2. Hélas, trois fois hélas, vous avez raison... On se demande comment l'éducation nationale a pu ainsi dériver (sous différents gouvernements! ) pour être ainsi inféodée à une bande d'idéologues qui n'ont jamais mis les pieds dans une classe... Et j 'espère que les enseignants ne se reconnaissent pas dans ce délire... Mais qu' 'attendent ils pour le dénoncer?

      Supprimer
    3. Gridou, un pays peut fort bien mettre en oeuvre une saine laïcité sans pour autant se couper de certains principes vitaux et oublier ses racines. Lisez quelques préambules de constitutions européennes et vous verrez que c'est tout à fait possible.
      La Suisse : "Au nom de Dieu Tout-Puissant !
      Le peuple et les cantons suisses,
      conscients de leur responsabilité envers la Création,
      résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l'indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d'ouverture au monde,...
      "

      La Hongrie : "Nous, membres de la nation hongroise à l’aube du nouveau millénaire, portant la responsabilité de l’ensemble des Hongrois, déclarons par la présente que :
      Nous sommes fiers de ce que notre roi saint Etienne ait établi l’Etat hongrois sur des fondations fermes il y a mille ans, et qu’il ait fait de notre pays une partie de l’Europe chrétienne.
      Nous sommes fiers de nos ancêtres qui se sont battus pour la survie, la liberté et l’indépendance de notre pays.
      Nous sommes fiers des magnifiques créations intellectuelles du peuple hongrois.
      Nous sommes fiers de que notre peuple ait bataillé pendant des siècles pour protéger l’Europe et qu’avec son talent et sa diligence, il ait enrichi ses valeurs communes.
      Nous reconnaissons le rôle du christianisme dans la préservation de notre nation. De même nous apprécions les différentes traditions de notre pays.
      Nous promettons de préserver l’unité spirituelle et intellectuelle de notre nation, battue par les tempêtes du siècle passé....
      "

      On a aussi tendance à passer sous silence le fait qu'il existe des pays européens qui ont une religion d'Etat, comme le Royaume-Uni, le Liechtenstein, Monaco, le Danemark, la Norvège, l'Islande, Malte, la Grèce. Et il ne me semble pas avoir lu que dans ces pays il régnait une oppression obscurantiste insoutenable. Comme quoi, il ne faut jamais faire confiance aux républicons. Leur séparation de l'Eglise et de l'Etat ça n'a jamais été qu'une arme maçonnique pour mettre à bas l'Eglise, pas pour le bien du peuple. Ce dernier, est-il mieux soigné, mieux éduqué, mieux suivi socialement depuis que ces domaines sont à la charge de l'Etat ? Tiens, sur le social, descendez dans la rue et demandez donc aux sdf s'ils préfèrent les services sociaux de la mairie ou du département ou bien les oeuvres de l'Eglise mises en oeuvre par des bénévoles qui les connaissent et les suivent sur le long terme.

      Supprimer
  10. Tiens Henri d'Orléans ne dit et n'écrit pas que des bêtises.
    On aimerait qu'il s'exprime plus souvent et pas uniquement devant les monarchistes quelque soient leurs tendances.
    Le passage sur l'action de l'état islamique en Ukraine mérite d'être creusé. Qu'en pensent Fabius et le frère Le Drian ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: Oui ben le jour où lui ou un autre prétendants au trône sera invité , par exemple, au grand débat dominical Itélé Europe 1, je crains que nous ne commencions à voir des poules avec des dents

      Supprimer
  11. Bonjour Corto,
    Je lis régulièrement vos billets, mais je n'interviens pas, nous nous rencontrons souvent chez Boutfil... Aujourd'hui j'interviens car le sujet s'y prête tout particulièrement. Bien sûr, je souscris, globalement, à tout ce qui a déjà été écrit, mais je voudrais attirer votre attention sur un point particulier. Nous avons raté le coche en 1918, l'Europe exsangue avait déjà perdu sa position mondiale au profit des USA, mais une véritable "entente" entre l'Allemagne et la France pouvait redresser la situation. Il me semble, (bien évidemment, je peux me tromper) que nous commettons la même erreur avec la Russie, aujourd'hui. L'Europe de l'Ouest, au stade de déliquescence où elle est parvenue, ne pourra pas résister à l'Islam et il ne faudra pas trop compter sur les Américains pour nous sauver, l'entente avec la Russie, enfin, un rapprochement significatif avec elle, seul, nous permettra de faire barrage à la "guerre" qui se dessine, guerre ethnique et religieuse, si nous persistons à considérer la Russie comme ennemie potentielle, je vois notre avenir très sombre, en fait la fin pure et simple de notre "civilisation", car n'oublions pas que "l'ennemi" est déjà chez nous.
    Bien amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @G. Mavenais; entièrement d accord. L'UE a commis une grave erreur quand l'URSS a explosé trop contente qu elle était de voir la fin de cet " empire " du mal et d imaginer toutes ces nouvelles petites républiques la rejoindre. Et une autre grande erreur c'est de n avoir pas considéré la Russie moderne comme un allié potentiel, un partenaire ( même si Merkel n a jamais cessé de lorgner à l est et d aider ses entreprises a aller s y installer ). Au lieu de cela, elle a fait corps avec les USA , encerclant progressivement sur toutes les frontières communes avec l Europe, par le biais de l'OTAN la Russie. Comment dès lors Poutine doit-il considérer l'UE alors que lui et la Russie se sentent en quelques sortes " assiéger " ?
      Et il faudrait que celui-ci nous aide dans notre guerre contre les islamistes ?

      Supprimer
  12. @PhilippeAngot: Hollande vend la France pour ménager son pouvoir.

    RépondreSupprimer
  13. En voilà un, au moins, qui ne prend pas de gants pour désigner à la fois
    l'ennemi et l'allié naturel. Même si les Orléans n'ont pas toujours été très
    clean (comme on dit) il faut reconnaître au Comte de Paris une lucidité qui
    n'avait pas non plus fait défaut au tant décrié Louis-Philippe. Comme quoi
    la République est vraiment la pire des tuiles qui aient pu nous tomber sur
    l'occiput!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: tssiiit, tsiiitt ! Il n 'est pas le seul, loin de là mais j imagine que nombreux, médias surtout, sont ceux qui le prennent pour quantité négligeable et donc pas suffisante pour transformer ses propos en polémique.
      Amitiés back

      Supprimer
  14. L'Europe sans la Russie est une hérésie et n'a aucun sens, mon cher Corto, mais qu'on commence à se débarrasser de cette UE qui finira par être responsable de la disparition de notre civilisation.

    RépondreSupprimer
  15. bonjour corto !
    je ne vous surprendrai pas en vous disant que je retrouve beaucoup des mes valeurs dans ce texte !

    "Ce fragile équilibre, fondé sur le respect des Etats, des êtres et des religions, fut contesté, mis à mal à partir de 1793 par les terroristes Jacobins"
    "Il engendre la haine de la Chrétienté permettant à l’Islam d’envahir notre terre, à des fins électorale et, bientôt, faute de police, faute de gendarmerie, ou pire d’armée, le peuple de France retournera au néant, ou alors un sursaut risque de les pousser à la révolte, aux pogroms !

    etc ...

    Au final je suis maintenant acquis à l'idéologie royaliste :
    Soit on croit en dieu , soit on se prends pour dieu ... auquel cas on fait n'importe quoi !

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Soit on croit en dieu , soit on se prends pour dieu ... auquel cas on fait n'importe quoi !"

      Vous avez parfaitement résumé le progressisme qui n'est jamais qu'un avatar de la révolte prométhéenne, aussi vielle que le monde. Les progressistes veulent accoucher d'un homme nouveau, à la hauteur de leurs utopies, un homme qui est finalement abstrait, irréel, dépourvu d'âme, de profondeur, un citoyen relevant de l’État comme la fourmi de la fourmilière, un être semblable à ces peintures contemporaines, où le visage est tout juste évoqué par une tache blanche, une pure vue de l’esprit. Les révolutionnaires de 1789 se voulaient intransigeants pour ce qui est de la réalisation de leur projet, en définitive, en quelques années ils auront tué plus d'individus que la soi-disant "terrible inquisition" en un trois siècles ! Pour donner une idée plus nette, durant les trois siècles de l'inquisition, il y a eu 44674 personnes inculpées et seulement 800 condamnations à mort, précisant que la peine pouvait être commuée s'il y avait rétractation. Côté révolution entre les exécutions publiques, les exécutions sommaires et les guerres de Vendée on tourne autour de 340.000 victimes. Mais c'est l'Eglise qui oppresse, qui est obscurantiste, qui martyrise le bon peuple.

      Supprimer
  16. Je crains que les seuls bilans de l'inquisition suffisent à mesurer ce que les guerres de religion internes au christianisme ont pu faire comme victimes... Et si l'on parlait un peu des guerres entre catholiques et protestants? De la Saint Barthélemy? Et, il n'y a pas si longtemps, des attentats en Irlande du Nord (liés certes à un problème d'autonomie, mais fleurant quand même la guerre de religion... )
    Non, je persiste, je reconnais mes origines mais souhaite que ma cité soit à l'écart du religieux... Dont notamment celui qui pointe à l'horizon. Et qui fait vraiment froid dans le dos!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La république bonne fille a eu vite fait d'accréditer la thèse de la guerre des religions. Certes, je ne vais pas nier qu'elle a eu sa part de responsabilité, mais la vérité, c'est que c'est avant tout une affaire éminemment politique. On a oublié, grâce aux bons soins de l'éducation nationale, que les protestants avaient fini par constituer une sorte d'Etat dans l'Etat, que les seigneurs protestants avaient lié des alliances avec des puissances étrangères, le but étant de pousser le royaume à entrer avec l'autre grande puissance catholique européenne. Que fallait-il faire ? La jouer façon Hollande, mou, conciliateur, feignant de n'avoir rien vu Ou bien agir en homme d'Etat, et tirer un peu de mauvais sang pour épargner le plus grand nombre et préserver l'unité de la patrie ?

      Quant à l'Irlande du Nord, demandez-vous pourquoi c'est justement cette partie précise que le Royaume-Uni ne veut pas lâcher ? Ne serait-ce pas parce que c'est là que se tient la quasi-totalité de l'industrie de l'île par hasard ?

      Pour qu'il n'y ait pas de méprise quant à un possible parti-pris de ma part, je précise que je suis né catholique, que j'ai fui cette dernière dans les années 70 à la triste époque des curés à guitare et du commencement de la niaiserie moderniste qui commençait à sévir, j'avais 8/9 ans. Je suis resté croyant, mais en jachère une vingtaine d'années avant de rencontrer celle qui allait être ma femme et me convertir au protestantisme, puis, naturellement je crois, je suis revenu vers le catholicisme, mais chez les tradis, parce que quand même, faut pas déconner, je n'ai jamais pu me faire à l'idée de tutoyer Notre Seigneur, sans parler du rite conciliaire, de la pastorale, etc.

      Supprimer
  17. Dont'act. J'ai toujours du respect pour l'honnêteté intellectuelle , la sincérité et l'ouverture d'esprit. Ce qui permet de se parler, voir de s' apprécier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'efforce de suivre les recommandations de Montaigne : "Le peuple se trompe : on va bien plus facilement par les bouts, où l’extrémité sert de borne, d'arrest et de guide, que par la voye du milieu large et ouverte, et selon l'art, que selon nature ; mais bien moins noblement aussi, et moins recommendablement."

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique