mercredi 22 octobre 2014

Que reste-t-il de la Bastille ?



Ah quelle était belle (poire) cette gauche le soir du 6 mai 2012. Il y avait de la joie, du bonheur, des rires, des chants, peu de drapeaux bleu-blanc-rouge, de l'espoir et des envies de maroquins, une géante communion, des pots de caviar que l'on ouvrait avec les dents, la bière qui fusait, le champagne qui coulait à flot : François Hollande avait gagné, la gauche avait gagné, la France avait vaincu le mal. Waouh, putain qu'ils avaient l'air tous heureux, les gauchistes ! Oubliées les primaires socialistes, Aubry avait fait la bise à François. Hamon, Assouline, Filippetti et Désir en faisaient dans leurs pantalons. Mélenchon avait appelé à voter sans conditions pour "une fraise des bois". Bayrou aussi demandait à embrasser "la gauche molle". Même La Marine y avait été de son soutien pour celui qui avait laissé, dit-on, "les chiottes du PS bouchées". Il n'y avait plus "de flou, plus de loup", ils étaient victorieux ! Pour un peu, nous les droitards, on les aurait envié si ce n'est cette petite dose de lucidité en plus que nous avons bien implantée, là où il faut.

Ils étaient grisés par la victoire, ivres d'un succès qui n'était pas tout à fait le leur. La petite gauche avait bu du petit lait en écoutant Hollande discourir au Bourget; les autres, les moins cons, avaient fait fi de toutes ces promesses démagos, seuls comptaient les palais nationaux dont les portes ne tarderaient à s'ouvrir en grand pour les accueillir: ministres, secrétaires d'Etat, députés, sénateurs. Ils s'y voyaient déjà; limousines, chauffeurs et petits ou gros privilèges que la République réserve aux vainqueurs. Peu importaient les trahisons, les fondamentaux, les convictions de gauche et les belles promesses: ils seraient enfin dans la place. Pour quoi faire ? On verrait "plus tard". En attendant, ils dansaient à la Bastille, chantaient et s'embrassaient sur l'estrade: Tous ensemble, tous ensemble !

Deux ans et demi plus tard que reste-t-il de cette fête ? Des serpentins jaunis dans les caniveaux, des confettis pisseux qui traînent encore ? Sans doute pas puisqu'il ne reste plus rien de ce Tous ensemble.

Il y eu Cahuzac, il y eu Morelle, il y a encore Thévenoud, Andrieux et Guérini. La "gauche morale " a explosé en vol. Président n'est plus une fraise des bois, c'est bien pire aujourd'hui: avec son Premier, et la politique conduite, "Ils menacent la République. Ils réduisent les capacités de la puissance publique et mènent le pays vers un immense désastre démocratique" (Benoit Hamon). Les rangs des Frondeurs s'épaississent à chaque nouveau vote à l'Assemblée. Filippetti "n'a de leçons à recevoir de personne" et certainement pas du premier secrétaire du parti socialiste auquel elle appartient encore. La bourgeoise de Lille, Aubry, en appelle à des changements de politique puisque depuis deux ans "on a tout faux". Montebourg est rentré à Frangy, marre qu'il en avait de "jouer la comédie" et de se faire entuber. Mélenchon et ses troupes vomissent le virage social-libéral de Président et offrent "l'asile politique" aux socialistes qui parlent trop. Cambadélis est inquiet et le dit avec toute la morgue dont il est capable: "Si le PS ne se reprend pas (...) nous serons rayés de l'histoire", il n'ose même plus mettre une majuscule à cette "histoire commune". Il en appelle à des états généraux du parti socialiste quand Manuel Valls, tout juste fait Commandeur de l'Ordre National du Mérite, annonce vouloir en finir avec l'appellation "PS", refuse de prononcer le mot "socialiste", en appelle à créer la "maison commune des progressistes" et vitupère "la gauche passéiste". La looseuse du Poitou n'en fait qu'à sa tête quand Filoche perd la sienne. Au PS, Les inimitiés resurgissent au grand jour à tel point que les heures les plus sombres du congrès de 2008 apparaissent avec le recul comme une péripétie comparées aux affres qui se dessinent pour celui de l'année prochaine. Le Président des sans-dents et des Français n'est plus que l'ombre de lui-même: Ils étaient 51% à l'avoir conduit au Château, ils sont 86% à ne plus vouloir qu'il se représente. Sur le radeau, ils ne sont plus que quelques affidés à tutoyer les méduses sans oser toutefois descendre dans le marigot d'une gauche en décomposition. Les leaders socialistes ont trahi la base et le pays, la base et le pays se pincent le nez et font la grimace. Cocus mais pas contents. La colère gronde de toutes parts. Les prochains scrutins s'annoncent comme de véritables branlées pour les socialistes. Ainsi ils récolteront ce pourquoi ils avaient labouré à l'automne 2011 et semé au printemps 2012: une incroyable escroquerie, une phénoménale entourloupe.

Et pas un pour rattraper l'autre: la base se sera fait berner, tant pis pour elle, elle n'avait qu'à pas être aussi crédule. Les caciques et autres z'élites socialistes auront entubé la base et les ralliés de la dernière heure, tant pis pour eux, on ne ment pas impunément. Oubliés les flonflons du 6 mai, fini le pain blanc, les socialistes sont au bord de l'implosion. Et c'est très bien ainsi, ras le bol des escrocs et des progressistes.

La vraie gauche s'en trouvera renforcée, l'UMP est en passe de faire peau neuve, le FN est en pleine érection et les socialistes, si tant est que cette appellation ait encore le moindre sens, en plein naufrage. Normal ! Président aura foiré sur toute la ligne.

Que reste-t-il du 6 mai 2012 ? A peu près rien.

Folie passagère 2507.
Image du Blog pauvrefrance.centerblog.net
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr
( gif animé réalisé par Pauvre France)

54 commentaires:

  1. Un énorme gâchis dont nous paierons la facture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: Tu m enlèves les mots de la bouche

      Supprimer
  2. Je pense que nous avons ou plutôt nous avions tous au moins une connaissance qui se réclamait du PS , quel bonheur de voir leur déconfiture sur leur visage , nous les fachos de service savions inconsciemment que la bérézina viendrait avec le temps et il est là trop rapidement , les Don Quichotte du gvt qui se battent contre les moulins à vent sont complètement dépassés , Valls a raison de déclarer que le PS est dépassé ,je dirais qu' il est même trépassé .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Calude Henri: j ai en gros la moitié de la famille qui a voté Hollande, pas un, je dis bien pas un aujourd'hui n ose la ramener. C'est assez amusant. Mais c'était tellement prévisible, alors quand l un d eux me dit " t avais raiosn" là aussi je bois du petit lait. Parce que non seulement, j avais raison, Hollande était la chronique d une catastrophe annoncée, mais en plus je le savais " consciemment ".

      Combien de fois ais-je écrit que Valls n avait rien d un socialiste ? tout juste un gars qui a pris le train qui pouvait l amener le plus loin. Et tu verras que son truc sera dans les mois qui viennent de nier a tout prix le socilaisme qui l a fait Prince.

      Supprimer
  3. A mon avis, ce n'est pas l'effondrement de la gauche mais celui des Européistes. L'UMP devrait l'emporter en 2017 et finir lessivé. Le PS, c'est de l'UMP plus du sociétal, que ce dernier ne renie même pas. La droite française est un ramassis de connards. Je peux le dire parce que même des vrais Français de droite le disent et nous le constaterons tous à partir de 2017. Vivement l'indépendance! Quittons ce pays de débiles obsédés par Germania!
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jard: Mais fais donc, quitte ce pays si tu y es encore. basta!

      Supprimer
  4. Il ne reste rien de positif en tout cas...un pays dont dont la chute s'est accélérée et une ruine économique, sociale, morale devenue effective...ne comptez pas sur moi pour plaindre ceux qui avaient cru qu'ils suffisait de chasser Sarko, en élisant l'autre truffe, pour que l'avenir soit radieux...je leur en voudrais plutôt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: je ne compte pas sur toi... ni sur moi pour les plaindre. ils n ont que ce qu ils méritent. Le pire dans cette histoire, ce sont les postures de tout ceux qui au PS ont entonné le refrain du rêve à ré-enchanter sans y croire un seul instant.

      Supprimer
  5. "Même La Marine y avait été de son soutien..."
    Parce que voter blanc et donner à ses électeurs la liberté de faire ce qu'ils veulent, c'était soutenir Hollande ?
    La bonne blague.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marco Polo: en appelant a voter blanc; elle savait pertinemment qu elle donnait un blanc seing à Hollande. la bonne blague c'est que tu puisses voir autre chose dans ses consignes de vote.

      Supprimer
    2. En même temps il est logique que MLP "soutienne" plus Hollande que Sarkozy. Économiquement MLP est parfaitement socialiste et si elle est, a priori, socialement plus proche de l'UMP, 5 ans de Sarkozy lui ont montré que finalement, sur un tas de sujet (immigration, sécurité, éducation), il n'avait rien fait donc elle a "soutenue" celui dont elle était politiquement le plus proche.

      Et puis pour elle, c'est parfait d'avoir les socialistes au pouvoir comme ça elle peut franchement se démarquer.

      Supprimer
  6. Votre billet, c'est du petit lait !
    Et une petite goutte de Picpoul de Pinet en sus...me va très bien.
    Merci Corto...le bonsoir du sud.

    RépondreSupprimer
  7. On pourrait se réjouir de cet incroyable chienlit dans les rangs de la gauche - vraie gauche marxiste, gauche sociale démocrate (kezako ?) ou gauche libérale (mouarf !) - oui, on pourrait s'en réjouir si les résultats de cette déroute ne plombait pas l'avenir de la France.
    C'est notre culture, notre Histoire, nos valeurs, notre économie, que cette gauche indigne piétine et détruit allègrement.

    Je n'arrive pas à admettre qu'un Président, rejeté par 86% de la population, avec des élus et des anciens ministres qui s'écharpent à qui mieux mieux dans les médias, qui s'assoit allègrement sur un traité qu'il n'a pas su renégocier et qui décrédibilise la France aux yeux du monde entier par ses virées nocturnes, ses petites blagues et son manque de savoir-vivre, qui planque tous ces copains dans des sinécures et se transforme en source d'information pour l'Immonde et ses journalopes, je n'arrive pas à admettre, disais-je, que ce Secrétaire de parti puisse encore prendre des décisions qui auront des conséquences pour notre avenir.
    Ça , ça me laisse pantoise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Gilly
      Ce qui me réjouit, c'est la façon dont Corto nous décrit, avec un recul masqué sous son humour raffiné et une verve encore plus déchaînée qu'à l'ordinaire, cette catastrophe annoncée. Et inévitable...

      Sur le fond, je ne peux qu'être d'accord avec vous. Hélas !
      Quant à ce présiFlan de mer.. euh de pacotille, je serais encore plus sévère que vous.
      Pour honorer son antique surnom de Porcinet, il devrait retourner là où est sa place : dans la boue. Mais je crois que mêmes les cochons n'en veulent pas... Et si on l'offrait aux "chances pour la France" ?

      Début de bonne nouvelle : le Sénat s'occupe de préparer une possibilité de destitution.
      Gros bémol : à l’allure où ils vont (ce n'est pas pour rien qu'on dit "aller à un train de sénateur"...), nous allons subir encore un bon paquet de quinquennats. Et ce tocard aura largement eu le temps de finir la destruction commencée. Pfff ! :o(((

      Supprimer
  8. Je confirme : je ne suis pas un robot. Au grand dam de mon cher et tendre qui n'hésiterait pas à m'éteindre de temps en temps pour avoir la paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Nous voici face à un problème quasi institutionnel: Un président rejeté par tous, y compris par les siens et qui malgré cela peut encore présider. Et le mieux, c'est que ses ex-petits copains pensent la m^me chose. je ne sais pas pourquoi mais hollande me fait penser à Deschanel, le président un peu fou de la IIIeme. Et c'est lui qui est chargé de diriger le pays !
      Moi non plus je ne m y résous pas.

      Supprimer
    2. @ Corto
      Moi itou.

      Vous avez perdu votre belle image ? Sniff ! Je l'aimais bien.

      Supprimer
    3. @Franzi: Quelle belle image ?

      Supprimer
    4. @ Corto
      Les 4 mini-Corto :-)

      Supprimer
  9. Que reste-t'il de la Bastille ?

    Des drapeaux algériens qui préfiguraient ce qui ne va pas tarder à se passer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: Impressionnant en effet et nous sommes très nombreux a avoir été choqué, comme je l ai été de voir si peu nombreux, presqu une illusion, les drapeaux français dans les meetings de Hollande

      Supprimer
  10. Bon, on va en écrire encore longtemps tous ces constats d'évidence? je serais curieux de voir ce que font concrètement , au jour le jour, dans les faits, dans l'action, ceux qui passent leur temps a brailler derrière leurs écrans. Moi je suis chez les flics régulièrement et j'assume tout seul.
    Alors arrêtez de refaire le monde derrière vos écrans, trop facile.
    Ouvrez la concrètement dans la rue, tous les jours, après vous pourrez éventuellement faire de l'abstrait....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: Et chez les flics, tu y es aussi de façon anonyme ?

      Supprimer
    2. J'irais faire quoi chez les flics ? Comme s'ils n'avaient pas assez de boulot avec les protégés de Taubira.
      Brailler dans la rue ? Mais je suis bien élevée, moi, Anonyme. Je ne braille pas en public.

      Supprimer
    3. Ça ne sert absolument à rien d'aller voir la police, de toutes façons la justices libère les criminels, les statistiques sont truquées et les force de l'ordre n'ont pas les moyens de faire respecter l'ordre...

      Cela ne sert visiblement à rien de voter non plus dans cette parodie de démocratie qu'est devenu la France

      Finalement il y a plus de débats, d'idées et de propositions sur internet que dans les autres médias

      Supprimer
  11. Ils en sont à regretter de ne pas avoir soutenu Bayrou, mon cher Corto.
    Bayrou en sauveur du socialisme après avoir contribué à l'élection de Hollande, en voilà une idée qu'elle est bonne.
    Mais peut-être est-ce trop tard et qu'il a déjà re-retourné sa veste, le bougre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Il me semble que la girouette bayrou a dit ce soir que les socialistes pouvaient aller se brosser !

      Supprimer
  12. Assez! La gauche comme la droite sont en ruine. Sarko ou Hollande sont finis. Le PS comme l'UMP. Alors c'est de ce constat qu'il faut repartir: Avec qui? Pour aller où? Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel: Pas d accord, je crois que l UMP, quelque soit son nom demain, est entrain de faire sa mue, ce qui n aurait sans doute pas été possible sans la gabegie qui règne à gauche, gabegie prévisible tant les mensonges de 2012 devaient forcément un jour ou l autre se retourner contre eux.

      Supprimer
  13. " Même La Marine y avait été de son soutien pour celui qui avait laissé, dit-on, "les chiottes du PS bouchées"
    La t'as merdu,c'est la Martine de Lille et des 35 h qui a du déboucher les gogues...
    Quelle photo!!!!,les Hamon Assouline Aurélie Jean Philippe,la gueule grande ouverte!!! Géniale!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen Aztec: Non j ai pas merdu, c'est fait exprès. N as tu point remarqué que dans ce billet j ai attribué aux uns les réflexions des autres ? Ainsi, par exemple, la fraise des bois n est pas de Mélenchon mais de fabius il me semble. Tout ça pour souligner que quelqu ils soient ces gauchistes, ils pensaient la même chose de Hollande mais l ont quand même porté au pouvoir. Y compris La Marine. bon ok, c'est un peu tordu mais ça me plaisait.

      Supprimer
    2. J'me suis fait bésu,la photo de tête m'avait trop ému

      Supprimer
  14. « Le changement c’est maintenant ! » Après le changement de programme, le changement de nom.
    Idée lumineuse que les cocus PS vont pouvoir apprécier en bons républicains tout court !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille: les cocus du Ps, les mêmes qui raillaient Sarkozy quand celui-ci a proposé de changer le nom de l ump ?

      Supprimer
  15. Quand on voit Hamon, la " gueule " béante, il y a de quoi se dire qu'il aura du mal à la refermer, donc, ça présageait bien de l'avenir
    avant 2017 ils vont avoir le temps de s’organiser à se reclasser dans les ministères, institutions bien planqués au chaud avec de bonnes rémunérations et avantages, ils savent se mettre à l'abri ces pourris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: la guele béante de celui qui pendant deux ans n a jamais rien dit et qui d un coup se découvrent frondeur ? La gamelle doit etre vachement bonne tout de même !

      Supprimer
  16. Sans me vanter, mais un peu quand même, je ne suis pas trop étonnée du bilan à mi-mandat, fallait voir ma tête en ce jour du 6 mai 2012 !
    Alors, on a que ce que l'on mérite parce que je n'étais pas dupe du bonimenteur Hollande et de sa basse-cour médiatique. Mais il ne sert à rien de regarder en arrière si ce n'est pour apprendre de ses erreurs. A présent, il faut se dire que peut-on faire pour sauver ce qui reste et avec qui ? Dur de se dire: " faisons avec le moins pire !". Je pense que l'ère est citoyenne et que le peuple dans ce qu'il a de noble pourrait faire entendre sa voix. Quand et comment ? That is the question.
    Bonne soirée, Corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: l ère es t citoyenne et le peuple faire entendre sa voix... Serais tu plus optimiste que moi ? Plus naïf ?
      Pour Président, il fallait vraiment avoir de ma crotte dans les oreilles pour gober ce qu il disait. Alors ceux qui crie aujourd'hui a la trahison, les frondeurs entres autres, ne méritent que des baffes ou s illustrent comme de bons poloticiens

      Supprimer
  17. Tu aurais mis juste après la seconde photo, une des photos stress de leurs "universités" d'été, et le tour était joué. En tout cas ces têtes joyeuses façon hamon à la foire du Trône, montrent que ce clan est davantage motivé par sa petite carrière professionnelle que par l'envie de régler les problèmes. Quand on saisit leur ampleur, le bordel qui va arriver ("sciences" politiques, théories, tout est prévisible...) pour pas mal de français, il n'y a pas de quoi de se réjouir d'être élu. Un véritable altruisme aurait dû leur faire adopter une attitude plus humble face à la victoire.
    Anecdote qui risque de te plaire, malgré son caractère triste (?).
    Un jeune qui faisait la manche, chicots rougies par des trucs pas tes nets, passe dans le wagon à barbes sur la 2, quémande quelques pièces en traversant 2 wagons, fait demi-tour en revenant dans notre direction, puis hurle " et d'ŕfacon la gauche, c'est d'la merde, ils en ont rien a foutre de nos gueules!!". Le tout avec un sourire. Le mec te raconte ça avec un plaisir à peine dissimulé. A ton avis, la proportion de gens à gauche sur la ligne 2, à Barbés? Peu de gens lui ont donné, et du coup, énervé, plutôt que d'en prendre aux passagers, il a allumé la gauche!
    En revanche j'avais pas un rond, je l'ai bien regretté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: Les langues se délient tant les gens en ont marre. A Paris, déjeunant avec 3 blogueurs, le serveur nous entendant parler, nous interpelle et nous dit, je résume: la gauche et les immigrés ras le bol, on tire a vue !! Inimaginable , il y a encore deux ans.

      Supprimer
  18. Alors là, Corto, chapeau bas. :-)

    Vous avez fait vraiment fort.
    Avec pareil sujet, où votre verve habituelle s'est surpassée, vous nous offrez une journée plus que faste.
    Les bras m'en tombent, et j'en suis bouchée bée (sauf quelques éclats de rire). C'est dire...

    Là, vous êtes vraiment au top du top !

    Quant à la photo du bas, quelle trouvaille ! :o)))
    Cela lui va comme un gant.
    Et quand son unique dent branlante tombera (sous un coup de poing ?),, il rejoindra à son tour la cohorte des "sans dent".
    Pour glisser un "petit" cadeau son oreiller, je propose qu'on lui envoie la patate guyanaise (du même brillant auteur !)
    Et hop ! D'une dent, deux coups ;o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franzi: n en jette plus , la cour est pleine et je suis tout rouge.:)

      Supprimer
    2. @Corto
      C'est amplement mérité.
      Quand je ne suis pas d'accord, je le dis aussi.
      Vous n'avez quand même pas oublié certains échanges, disons "un peu chauds" . ;o).
      Quoique respectueux, de part et d'autre.

      Votre Maman ne vous a pas appris qu'il fallait profiter des bonnes pendant qu'on peut ?
      Car on ne sait jamais de quoi demain sera fait. Et par les temps qui courent !... ;-)

      Supprimer
  19. J'avais 9 ans en 1981 et je me rappel encore tres bien avoir pense, ah les cons en entendant Jack Lang sortir une tirade "la France est passée de l'ombre à la lumière ".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber: Ah ce sacré jack Lang, la chèvre ! de l ombre a la lumière ! J étais en terminale cette année là, mon prof de philo est arrivé habillé tout en rose !

      Supprimer
  20. Avis: absent pour la journée , je répondrai a vos commentaires ce soir. Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  21. Ave Corto !
    Toujours aussi pertinent à ce que je vois (où plutôt à ce que je lis) qu'ajouter de plus qui ne soit déjà dit..?
    La gauche qui se voulait le chantre de l'histoire des années sombres (39-45) en en réécrivant ses pages, l'utilisant à tous propos pour dénoncer un pseudo fascisme ambiant partout où il leur apparaît du politiquement incorrect, aura su en à peine 2 ans et demi écrire les siennes, laissant un goût amer, sans convaincre personne et faisant sombrer la France.
    PS:Mes photomontages sont tous libres de droit à partir du moment où y figure l'adresse du blog, comme tu l'as d'ailleurs très bien fait.
    Et c'est toujours un plaisir de retrouver son "oeuvre" dans des blogs de qualité suivis de commentateurs à l'avenant , sinon à quoi ça sert que Ducros se décarcasse..?
    Bonne journée
    Stan

    RépondreSupprimer
  22. L'UMP faire peau neuve! On prend les mêmes et on recommence! Tu parles d'une peau neuve!
    Quant au PS, c'est Cambadélis qui doit être content de voir Valls lui retirer le tapis sous les pieds.
    Le FN? Un épouvantail, rien de plus. On ne met pas un épouvantail au pouvoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: j ai écrit " en passe de faire peau neuve" ce qui en fait est vrai car regarde après le bordel de 2012 et l élection foireuse de Copé, puis son éviction, le parti s est remobilisé, a fait (un peu) le ménage, et repart a l attaque avec pour première étape, l élection pour sa présidence. Bref, dan deux mois, tout sera au carré ou a peu près a l UMP quand le PS va se déchirer jusqu a son prochain congrès prévue pour mi 2015. Regarde ces dernières années, quand le PS se divise, la droite se resaisit et vice et versa.

      Supprimer
  23. Chaque fois que les Socialos ont pris le pouvoir ça s'est mal terminé, cette fois, évidemment,
    compte tenu de la nullité absolue du monarque, c'est encore pire que d'habitude. Il reste donc
    à espérer que ces gens-là s'effondrent complètement et ne se relèvent plus. C'est la seule solution
    pour que le Pays ait une chance de sortir la tête de l'eau.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: Comme dit juste au dessus a Pangloss, c'est cyclique, un coup c est l UMP qui implose comme à la suite de la foireuse élection de Copé, un coup c'est le PS comme juste avant le congrès de Reims en 2008. Aujourd'hui l Ump est entrain de se recaler et le PS est au bord de l implosion; Circonstance agravante pour le PS néanmoins, ils sont au pouvoir ce qui n était pas le cas en 2008. faut dire qu ils ont, les caciques, tellement entubé leurs clientèle, que cela ne pouvait plus faire autrement qu aller droit dans le mur.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP