lundi 13 octobre 2014

Lever les tabous, renverser les totems et beaucoup de bruit pour rien


Si Macron et Valls ne se prétendaient pas socialistes ou sociaux-libéraux, ils pourraient presque me plaire. Parce qu'en effet, il en faut des coucougnettes (en carton-pâte) pour oser à maintes reprises aller à l'encontre des principes idéologico-dogmatiques socialos. Les deux compères lèvent un tabou: réviser le système d'indemnisation des chômeurs ! En voilà une idée qu'elle est bonne parce que comme dirait le minaud de chez Rothschild devenu ministre de l'économie: "L'assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d'euros; quel responsable politique peut s'en satisfaire? La réforme actuelle est insuffisante mais il appartient aux partenaires sociaux (...) de faire avancer les choses". Quant à Valls, ça fait 3 semaines qu'il lâche ci et là le même genre de petites perles. 

Des polititocards qui seraient prêts à renverser la table ? Incroyable, et en plus avec une bonne idée, idée largement partagée semble-t-il par l'ensemble des Français... Fantastic ! Parce que franchement, refiler à chaque chômeur jusqu'à deux ans d'indemnités et grosso merdo 65% de l'ancien salaire, quand le pays pète le feu et enfonce la concurrence internationale, on peut, pourquoi pas? Mais quand ce même pays se trouve à la ramasse complète, faut bien serrer les boulons, et tant qu'à faire pas uniquement ceux des familles. Et 4 milliards, merde, quand même ! Cela vaut le coup de se pencher sur la question et de dire halte au feu ! Soyons fous ou plutôt rigoureux, compte tenu des nos résultats économiques, et sabrons: à,la diète les chômeurs, on ne leur file plus que maxi un an d'indemnité et allez, 50% de leur anciennes rémunérations. Faisons à Paris comme à Londres. Vous verrez qu'en deux coups de cuillère à pot les 300 000 offres disponibles et non pourvues chez Pôle Emploi seront satisfaites.  Et puisque deux de nos principaux ministres nous y encouragent et sont pour, allons-y, renversons la table, on y va !

Taratata qu'il a dit Président, pas tout de suite, il ne dit pas non à l'idée (curieusement peu de journalistes relèvent) mais il dit juste pas maintenant, en 2016, plus tard avec les partenaires sociaux. On verra: "S'agissant de l'assurance chômage, il y a bien un problème de déficit, mais la négociation sur le sujet viendra le moment venu, pas immédiatement. " Le moment venu... Comme d'habitude avec Président, c'est "on verra" . Mais le pire, c'est qu'il n'a pas tout à fait tort et que c'est bien pour cela que j'ai écrit plus haut coucougnettes en carton pâte à propos de Macron et Valls! Parce que Président et ses deux ministres, ils savent très bien que le système est régi par des accords entre partenaires et que ceux-ci courent jusque mi 2016. Donc rien ne sert  de courir pour cliver et brusquer une majorité lézardée, prenons le temps de la... concertation. Et le moment venu, ils s'en mêleront le moins possible, ce n'est pas de leur ressort. Et puis franchement, un président socialiste qui s'apprêterait à massacrer ce système d'indemnisation à 6 ou 8 mois d'une présidentielle, faut pas déconner, déconnecté mais pas encore siphonné du carafon le François. Chez moi, on dit pas de couilles, pas d'embrouilles, chez François, on dit: "on verra" !

Alors à quoi sert tout ce cirque et cette tentative surjouée de renverser des "totems auxquels on ne doit pas toucher" ? M'enfin, c'est pourtant simple: Montrer à Bruxelles que l'on est prêt à renverser la table et à s'engager sur des "réformes structurelles", histoire de faire passer la pilule d'un budget 2015 qui ne satisfait en rien la Commission. Sauf qu'à Bruxelles, il n'y a pas que des perdreaux de l'année, il y a aussi des gens qui savent très bien qu'une réforme éventuelle de l'indemnisation chômage devra attendre mi-2016 et qu'en admettant que cette réforme aille dans le sens voulu, elle ne sera porteuse d'économies qu'au mieux en 2017 ! il faudra trouver autre chose pour convaincre Bruxelles et c'est ça qui devrait nous inquiéter: Ce qu'ils vont trouver...Autant dire que d'ici là les 4 milliards de déficit du jour seront passés à 4,5 ou 5 milliards d'euros. Une paille !

Et à vrai dire, hein, 4 ou 5 milliards, on n'est pas à ça près ! Alors faisons du bruit mais surtout, surtout, ne rien changer, des fois que tout change...

Folie passagère 2494.
Francois Hollande à l'Elysée le 9 octobre 2014.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

23 commentaires:

  1. Même Bruxelles est au courant du courage de Moulande , 2ans et demi de : " on verra" et demain" on rase gratis" .
    Il n'y qu'une qui avance , Ségo , mais dans les conneries , je dirais presque c'est la seule qui a des coucougnettes .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: Hollande n a eu qu un seul courage , celui de croire en lui-même , ce qui somme toute est pas mal vu le peu qu il pesait hier, le pue qu il pèse aujourd'hui ( façon de parler) et mezavi que dans les salons où l on cause à bruxelles, ils doivent se marrer rien qu en évoquant le bonhomme.
      Quand au cadeau que les Charentes ont fait à la France, merde, c'est pas sympa. Pour une fille, je crois qu on dit: elle a du culot et c'est vrai qu elle n en moque pas comme par ex quand sur BFM elle oublie que l écotaxe a été voté par gauche et droite réunie puis ratifiée par Ayrault donc Hollande

      Supprimer
  2. Comme d'habitude, la gauche gouvernementale fait le taf de la droite: privatisations sous Jospin, démantèlement du système de protection sociale à venir sous Macron-Valls; et la droite fait le taf de gauche: regroupement familial sous Chirac, abrogation de la double peine sous Sarkozy etc.
    Il n'y a rien qui cloche, à la longue, pour vous, Corto?
    Comment ne pas donner raison à ceux qui voient dans ces prétendues alternances politiques les deux facettes d'une même pièce?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anton: je ne sais pas si tu me lis régulièrement mais j ai souvent écrit que Valls n avait rien d un socialiste, il avait juste pris le train en marche, celui qui pourrait l amener le plus loin possible.
      Néanmoins je suis assez d accord sur le plan économique, droite / gauche c'est kif dès lors que la gauche prend la mesure des réalités. Mais cela ne m a jamais géné plus que cela, ce qui me gène chez les socialistes, c'est leur idéologie, leur coté progressiste a tous crins, leur coté vérolé de père la morale, leur vision de la diversité heureuse, leur p'tain de vivre ensemble, le communautarisme qu ils ont suscité, leur façon de s approprier le vocabulaire, le reniement de nos racines,, etc...

      Supprimer
    2. "Le triptyque soixante-huitard: Dérision, Déconstruction, Destruction, sapa le fondement de toutes les structures traditionnelles: famille, nation, travail, Etat, école. L'univers mental de nos contemporains devint un champ de ruines... L'heure venue, le Marché s'emparera sans mal de ces hommes déracinés et déculturés pour en faire de simples consommateurs. Les hommes d'affaire sauront utiliser l'internationalisme de leurs adversaires les plus farouches pour imposer la domination sans partage d'un capitalisme sans frontière".
      "Le suicide français", E.Zemmour / Introduction, page 14.

      Pardonne-moi cette petite digression, et sans vouloir insister (d'autant plus que je partage ton aversion pour la "nouvelle idéologie sociétale de gauche", deux choses:
      - "la gauche prend la mesure des réalités" / en gros, elle est à la remorque de la droite et s'est convertie, progressivement, depuis les années 80, au même logiciel économique. En d'autres termes, la gauche gouvernementale fait le tapin, mieux que quiconque, pour le Marché et "le capitalisme sans frontières" (cf Zemmour). Voila la réalité qui troue le cul des petits curés de gauche, et qu'ils ne parviennent pas à admettre: ce sont des mini putes low cost qui roulent pour l'argent roi.
      - tu auras noté qu'un des principaux reproches qui est fait à la droite, est de s'être couchée, depuis 68, devant le logiciel sociétal de la gauche. Une grande partie des caciques "de droite" continue d'ailleurs de nous servir, certes en d'autres termes, la même soupe sociétale et parmi ceux-là... (tu vois de qui je veux parler).

      C'est ce simple constat (les deux facettes d'une même pièce) qui m'amène à me demander (car oui, je continue de te lire, régulièrement) comment tu fais pour t'imaginer un instant qu'une seule de ces facettes serait faite pour briller, tandis que l'autre ne serait qu'un miroir braqué sur le trou du cul d'un nègre lépreux, analphabète et sidaïque.

      Supprimer
    3. @Anton: et ben disons que compte tenu de notre système démocratique, de l offre politique actuelle et faute de n en voir aucune autre viable poindre le bout du nez, je choisis celle qui me parait le moins pire sans toutefois lui donner un total blanc seing. C'est aussi simple que cela.

      Supprimer
  3. Indemnité à 50% du salaire? Ne serais-tu pas monstrueux? Avec un loyer de 500 à 800 euro, au moins, comment feront ces personnes? On entend maintenant parler de parents qui retournent vivre chez les grands-parents, tu veux que la situation s'aggrave encore?
    jard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard: En Angleterre, l indemnité chômage est la même pour tous et de l ordre de 500 ou 600 euros et alors, on ne pourrait pas faire pareil ? A-t-on les moyens de faire autrement ? Les 4 milliards , tu les combles comment ? Et deux ans de prise en charge, on ne peut pas réduire ?
      Ta remarque est intéressante et colle parfaitement à ma conclusion: Ne rien changer !

      Supprimer
    2. 5 ou 6 millions de chômeurs, 300000 offres, équation dont les solutions ne se bousculent pas au portillon.
      Il y a déjà beaucoup de SDF dans les rues, s'il faut y ajouter 47000000 chômeurs (une fois que les 300000 offres seront pourvues) ça coûtera bien plus en CMU , en RSA, en délinquance et en nettoyage urbain que les 4 milliards de déficit actuels.
      Quant aux 300000 offres, il sera difficile d'envoyer un programmeur à la plonge ou une directrice financière en chaudronnerie.
      Mieux vaudrait s'attaquer aux freins à l'embauche qu'à ceux qui en subissent les conséquences. CCLM

      Supprimer
    3. @CCLM: Bien d accord, lever les freins à l'embauche et à la débauche est primordial. Après pour les chomeurs, comme dit plus bas, pouvons nous continuer à leur donner jusqu a deux ans d allocs ? à avoir un système d indemnisation aussi généreux mais qui nous coûte un bras ? Pourquoi ne pas revenir à la dégressivité des allocs ? etc... Je fais bien évidemment exprès de grossir le trait dans mes billets parce que j ai la conviction qu en ne changeant rien, on va droit a la cata

      Supprimer
    4. Oui, le système est généreux, mais surtout ailleurs que sur la non dégressivité des indemnités.
      Même sans indemnisation, être chômeur dispense souvent des frais de transports dans les grandes villes, de taxe d'habitation, diminue les frais de cantines de mutuelle et j'en oublie sans doute.
      Le problème c'est le faible écart entre le train de vie de celui qui ni ne bosse n,i ne cotise avec celui qui s'esquinte pour SMIC qui ne lui procurera même pas une retraite supérieure au minimum vieillesse.
      La dégressivité ne changera rien. C'est l'ensemble qu'il faut revoir.
      Le marché de l'emploi, plus libre en Angleterre diminue le chômage, non en raison des faibles indemnités mais surtout parce que les salariés, se sachant remplaçables, travaillent sans doute plus dans l'intérêt de l'entreprise.
      Entreprise qui, sachant qu'elle peut aisément perdre un élément de valeur, fait ce qu'il faut pour le garder.
      Chez nous,une grande partie des salariés considère qu'un emploi est un dû et qu'être juste présent mérite un salaire, s'il faut travailler en plus, se sent exploité.
      Ce sont aussi ces mentalités transmises depuis les années 70 qui nuisent à l'emploi comme au pays.
      Il faudrait rééduquer le corps enseignant, premier vecteur de cet état d'esprit. CCLM

      Supprimer
  4. Bien vu Corto
    Je serais très étonnée d'assister ENFIN, à un remontage des bretelles de la France et l'obliger à réformer au lieu de l'annoncer.
    Comme d'hab des gesticulations-ballons d'essais à double fonction :
    - d'une part pour "lancer le débat" et voir si le peuple est suffisamment mûr pour lâcher les partenaires sociaux.
    - et de l'autre servir d'alibi à la mansuétude de Bruxelles dans ses sanctions toujours annoncées, toujours reportées pour ne pas déstabiliser l'économie et la construction européenne.
    Quant à Hollande pareil à lui-même, personne ne me fera croire qu'il n'avait pas donné son aval aux déclarations volontaristes de Valls et Macron.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille: mais bien sur qu ils sont tous les trois en phase, Macron a conseillé Hollande pendant deux ans, ils sont en phase, juste de la mise en scène pour les deux raisons que tu expliques. je ne sais pas si Bruxelles va assommé paris mais il sera très intéressant de voir comment Bruxelles va "recadrer" la France. Plus le coup de baton sera faible, mieux Valls , Hollande et macron auront négocié, plus la remontée de bretelles sera violente et nous saurons a quel point ils ont été mauvais

      Supprimer
  5. Et dire que nous avons en France, 2 économistes de "premier plan" :
    - Moscovici à Bruxelles...
    - Jean Tirole de la Toulouse School of Economics (cocorico !) Prix Nobel...
    Eh bien ? Où est le problème ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Crisfi: Moscovici, on connait ses talents. Titole, on sait juste qu il est brillant et qu il préconise de supprimer la distinction CDI/CDD, qu il veut la simplification du marché du travail et plus de flexibilité: Marrant de voir que les socialistes encensent ce Prix Nobel

      Supprimer
  6. "L'assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d'euros"

    Certes, mais deux chiffres, juste pour replacer ce montant dans son contexte:
    * 2 500 000 allocataires indemnisés grâce aux allocations chômage,
    * fortune de Liliane Bettencourt: 26 milliard d'euros.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alix: ah, l argument du piquons aux riches pour donner aux pauvres, ça c'est celui que je préfère, il est tellement stupide et contre productif. j adore

      Supprimer
    2. Alix, vous devriez remercier la providence que sa famille ait créé une des rares boîtes qui fasse son CA à l'export et dont les propriétaires soient encore en France.
      Si vous prenez l'intégralité du patrimoine des 500 plus riches contribuables et la répartissez "égalitairement"aux 70 millions de Français, ça fait moins de 20000€/tête et encore, sous condition qu'il y ait des volontaires étrangers pour acheter ce qui ne vaut plus rien. Retour vers le marxisme? Expérience peu encourageante.CCLM

      Supprimer
  7. 4 à 5 milliard
    c'est unpet dentine ça mon bon monsieur Corto
    SAR Ségoméne sait bien les perdre toute seule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @balerofr: je serais d accord avec toi si des petits pets a 4 milliards il n y avait que celui de l indemnisation chomage, mais des puis sans fond comme celui-ci il y en a partout et pas un que les politiques ont le courage de combler.

      Supprimer
  8. Une fois n'est pas coutume, je vais pousser un coup de gueule (je sais, ce n'est pas une manière de s'exprimer pour une femme mais égalité, toussa...).

    Je remarque que la plupart des adeptes de la dégressivité des allocations et de la réduction du temps d'indemnisation n'ont pas soit connu le chômage soit eu des problèmes pour retrouver du boulot grâce à leur qualification ou à leurs réseaux.

    C'est facile de dire "il faut la dégressivité" lorsque l'on considère des indemnisations qu'un smicard ne verra jamais. Certainement plus facile (il suffit de réduire son train de vie) pour un chômeur qui gagne 4000€ de voir ses allocations baisser régulièrement que pour un ancien smicard indemnisé à 65% de son salaire qui n'aura plus qu'une misère pour survivre.

    Facile également de prôner la réduction du temps d'indemnisation à 12 mois quand la politique économique de ces cons qui gouvernent font fermer les boîtes les unes après les autres, paralysent les entreprises qui n’embauchent plus et conservent aux syndicats la gestion de la formation professionnelle.
    On nous dit "il faut se reconvertir". Ben oui ! Mais les formations pour adultes qui ne soient pas payantes, on les cherche
    Il existe l'AFPA (formation pour adultes). Quelqu'un a déjà suivi une formation AFPA ? Dommage... Entre des formateurs has been, des formations sur des outils obsolètes, des listes d'attente dont on ne voit jamais le bout et des stagiaires de plus en plus issus des quartiers à ultra haute sensibilité, ce n'est plus de la motivation qu'il faut, c'est de la foi...

    Facile d'oublier les vieux de 50 ans qualifiés, expérimentés, qui sont laissés sur le bord de la route. Ben oui, trop vieux pour une entreprise qui se veut moderne même s'ils sont prêts à consentir à beaucoup de sacrifices pour travailler et ont encore l'amour du travail bien fait. Trop vieux, on vous dit !

    Il y a des tire au flanc, des tricheurs, des profiteurs, certes, mais est-ce une raison pour enfoncer les petits ? Un moyen de se la couler douce pour certains mais un enfer pour les plus nombreux, isolés ou en couple, sans reconnaissance sociale, sans projets, qui s'enfoncent doucement dans l'indifférence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: En ce qui me concerne, je sais d'expérience pour l avoir vécu ce que c'est que le chômage et d’être en fin de droit faute d'avoir trouvé. mais je sais aussi que si j avais voulu vraiment en retrouver, quitte a prendre dans une autre voie ou d accepter en deçà de mes compétences. Quand j étais au chômage, j aurais pu sans aucun pb trouver du boulot. J aurai pu devenir cariste, j avais la certification. J aurai pu être chef de rayon, déménageur, démonstrateur, etc... J ai fait des formations et des recyclage, la totale alors, je peux oui en parler y compris du stress de la fin de droit. J ai même tâté du RSA. Alors tout ce dont tu parles, je connais. Je te rappelle aussi qu autrefois, il y a 15 ans environ, je ne sais plus, les allocs étaient dégressives et personne ne s en portait plus mal.

      Cela doit-il nous laisser ces déficits gonfler chaque jour un peu plus ? En Angleterre, par ex, ils sont impitoyables avec les chomeurs et est-ce pour autant que tout est pire ? Bien sur que dans mon billet je force le trait, mais il va tout de même un jour ou l autre trouver des solutions et finir par se rendre compte que les déficits , quelqu'ils soient, ne peuvent pas être regardé indéfiniment comme une fatalité. Le jour où l on aura a nouveau, je n y crois guère, 4 ou 5% de croissance on pourra en reparler mais là, maintenant tout de suite, il va falloir sabrer ou bien trouver des solutions qui permettent d etre aussi généreux .
      Je te rappelle aussi que près de la moitié des chomeurs ne touchent rien, preuve sil en est que non seulement notre système d indemnisation nous coute un bras mais qu en plus il est imparfait. Raison de plus pour le réformer

      Supprimer
  9. Lorsque j'étais patron, jamais je n'aurais embauché un mec en fin de droit.

    Embaucher, c'est un processus long, il faut éplucher des CV, recevoir les candidats, puis quand vous pensez trouver le mec idéal, il faut le former, lui adjoindre un collègue pour lui montrer, ce dernier perd donc aussi du temps pour cette tache. Bref, embaucher, coute cher. Donc vous ne devez pas vous tromper, et le but est de faire un petit bout de chemin avec cette personne, vous ne formez pas une personne pour qu'il se barre dans 3 mois.

    Et donc embaucher un type en fin de droit qui a la couteau sous le gorge, c'est prendre un risque d'embaucher un mec uniquement motivé par l'aspect alimentaire avec comme vraie motivation de trouver mieux (plus près de chez lui, plus en adéquation avec ses gouts, mieux payé, recharger ses droits au chômage pour y retourner).

    Bref, diminuer les droits, bof, c'est potentiellement obliger les gens à prendre n'importe quoi, saloper le boulot .... quel patron veut d'un employé comme ça ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP