jeudi 9 octobre 2014

L'Ecotaxe, une histoire à la con bien française...


Où l'on reparle de l'écotaxe...

Etape 1: Nous sommes en 2010, sous présidence Sarkozy. Le projet de loi est quasiment bouclé et nul, que ce soit au gouvernement d'alors ou au parlement, ne peut l'ignorer. Les tenants et les aboutissants et les modalités d'application sont divulgués. Seuls les écolocons s'y opposent, seul un député UMP, Marc Le Fur, déclare non son opposition au projet mais les difficultés quant à son application.

Etape 2: Nous sommes en 2012. Le projet de loi est définitivement bouclé en mai 2012, juste avant l'élection (hasard ou coïncidence). Il est adopté par le parlement à une large majorité, droite et gauche confondues. L'écotaxe doit entrer en vigueur au 1er janvier 2013. De lourdes pénalités, payables par l'Etat donc le contribuable, sont prévues et exigeables par la société Ecomouv' si l'écotaxe n'entre pas en vigueur.

Etape 3: Ayrault arrive, il reprend immédiatement le projet, en renégocie les bases pour simplifier l'application de la taxe et surtout obtenir un tarif fixe et forfaitaire par région. Le truc est enfin bouclé. On le voit, le gouvernement non seulement était parfaitement au courant du dit-contrat, il s'est même permis d'en renégocier les termes et d'en repousser l'application à 2014In fine, la nouvelle loi est votée par le Sénat en Février 2013 et définitivement adoptée, à l'unanimité, par l'Assemblée Nationale en avril 2013. Ayrault signe et fait paraître au JO le décret d'application le 26 juin 2013, co-signé par Moscovici et Cazeneuve. 

Etape 4: Automne 2013, les Bonnets Rouges manifestent, mettent le feu à quelques portiques et le bronx en Bretagne. Le gouvernement recule devant la fronde et annonce le report " à plus tard" de l'écotaxe. Le 31 octobre, sous protection policière, le dernier portique du Finistère, symbole d'une démission généralisée, est démonté "par précaution". 

Etape 5: La Madone du Poitou se remet au service de son ex et de la France en devenant ministre de l'écologie et de plein d'autres trucs. Elle promet de s'attaquer au dossier en "concertation avec tous partenaires". Les pollueurs doivent payer, ce sont donc les routiers qui paieront la taxe, taxe devant entre autres choses servir à financer les infrastructures routières, le territoire couvert par l'écotaxe passe de 15 000 km à 4 500 km. Mais on allait voir ce qu'on allait voir... Le manque à gagner, pas grave, on augmentera pour tous la fiscalité sur le gasoil. 

Etape 6: C'est aujourd'hui. Le gouvernement recule à nouveau devant les menaces de blocages routiers proférées par les organisations syndicales de camionneurs. Ségolène Royal annonce le report sine die de la mise en place de l'écotaxe. Un brin bêcheuse, elle annonce: " Je ne recule pas, je ne cède rien, je suis pragmatique!". L'ecotaxe est enterrée à nouveau. La Royal annonce - on ne rigole pas, merci - "la création d'un groupe de travail pour réfléchir à la question" et "intensifier la recherche de solutions sur la situation économique et sociale globale du secteur". Les écolocons sont furieux mais on s'en fout puisqu'ils ne représentent pas grand chose. Les routiers saluent "l'écoute gouvernementale". 

Etape 6 bis: Toujours aujourd'hui. la Royal looseuse change son fusil d'épaule. Les pollueurs-payeurs d'hier, les routiers, deviennent aujourd'hui les sociétés d'autoroute, elle déclare: "Ma priorité reste le prélèvement du profit des autoroutes. C'est quand même le bon sens et c'est un principe pollueur payeur." préfigurant ainsi le nouveau visage de l'écotaxe: un prélèvement sur les profits réalisés par les sociétés d'autoroute qui en toute logique augmenterons peu à peu leurs tarifs pour compenser ce grignotage de marge. 

Au final, c'est vous et moi qui paierons ce que devaient payer initialement les routiers, le tout avec l'approbation de toute la représentation nationale, celle de sous Sarko et celle de sous Ayrault. Avec en prime la double peine dont on ne nous parle pas encore, ou pas trop, à savoir qu'il faudra bien payer un jour les pénalités astronomiques prévues au contrat Ecomouv'... 

Ecotaxe ou l'exemple d'une histoire à la con bien française... 

Addendum: les 330 salariés d'Ecomouv ne devraient pas tarder à se mettre en grève...

Folie passagère 2489.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

20 commentaires:

  1. Je suis prêt à parier que les portiques seront démontés avant 2017 en cas zou la droite reviendrait au pouvoir , mémère Ségo n'est pas à quelques millions d'euro vu que cela ne sort pas de sa poche mais de la notre . Les verts elle s'en fout royalement et je ressens comme une tentation de se représenter à la présidence aussi faire le buzz , ne plus rester dans l'ombre surtout du caudillo qui ne cache plus son impatience d'en découdre avec cette gauche de ramolli .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: je ne sais plus quel journaliste ce soir plaçait la Royal comme future premier ministre de Hollande, voire même comme successeur de hollande ! En attendant, cette histoire lamentable va nous coûter un bras par le simple fait que le GVT Ayrault et Valls n auront pas su résister aux corporatismes

      Supprimer
    2. J'ai entendu ça ce soir pour s Royal, je n'y avais pas pensé, mais c'est tout-à fait possible car elle
      est redoutable... Hollande rend folles ses femmes...

      Supprimer
  2. Oui, c'est ce que je dis toujours. Vous êtes un pays d'abrutis finis, c'est hallucinant! Vous votez, et toi aussi, pour ces gens-là. Cela devient tellement pénible d'être français que vous pourriez vous retrouver face à des mouvements régionaux indépendantistes de plus en plus puissants.
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jard: je suppose que là où tu habites tout n est que bonheur, félicité et intelligence.

      Supprimer
  3. C'est pas grave...
    L'indemnité à payer à Ecomouv va atteindre des sommets - mais qui paiera sinon ce con-de-tribuable ? -,
    Les routiers étrangers continueront d'ignorer les autoroutes en prenant les grands axes gratuits qu'ils polluent, encombrent et abiment sans débourser un euro,
    La taxe sur les autoroutes sera répercutée sur les tarifs pour ces cons d'usagers,
    La fameuse taxe carbone sur les carburants sera un peu plus importante et sera supportée par ces cons d'automobilistes qui prennent leur voiture pour bosser parce que les transports en commun dans la France rurale, on demande à voir,
    Les infrastructures seront financées par les régions et les départements et qui va se taper les hausses d'impôts locaux ? Ou bien on laissera les routes secondaires se dégrader lentement, sûrement, parce que la France périphérique, elle n'intéresse pas les zélites des métropoles.

    Pourtant, les zélites devraient se méfier, à trop prendre les ruraux pour des moins que rien, elles pourraient finir accrochées aux lampadaires. C'est pas fin un rural. Ça met longtemps à se bouger mais quand c'est parti, on ne l'arrête plus. En plus, il y a tellement d'autres mécontents qu'ils trouveraient vite de l'aide pour se débarrasser de cette caste qui a remplacé les aristos de l'Ancien Régime.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: ben oui, que veux tu quand un GVt démissionne devant la pression d une corpo faut bien que quelqu un paye et au final c'est toujours nous. Mais là, avec cette histoire, je crois que l on tient le pompon dans le genre gabegie, ridicule et preuve flagrante de la veulerie de nos élus.
      Quand j entends comme ce soir cette pouffe de Ségolène oser dire que l ecotaxe, forcement mal pensée, a été votée par le gvt Fillon et oublier de dire que toute la gauche avait approuvé ou que c'était Ayrault qui en avait signé le décret d application, , sans que personne ne la reprenne, j ai envie de mettre des baffes par douzaines!

      Supprimer
  4. Prochain dossier, l' Ayraultport de Notre-Dame-Des-Landes ? Avec les pénalités prévues au contrat Vinci ??
    Pour les routes et autoroutes, rien de nouveau sous le soleil : ce sont les camions qui dégradent et les automobilistes ou les contribuables qui paient, depuis des dizaines d'années. Un vieux serpent de mer !

    http://www.ouest-france.fr/notre-dame-des-landes-un-aeroport-plus-petit-affirme-le-canard-2885589

    JPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPB: ah oui, l'Ayraultport, ça va être même punition:un énorme gachis au frais du contribuable mais puisque celui-ci ne semble pas s en énerver plus que cela, je ne vois pas pourquoi il se priveraient.

      Supprimer
  5. Celafote asarko, cetou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: ah non, pas sur ce coup là, ça ne pourra pas marcher !

      Supprimer
  6. Bonsoir Corto,

    Là, c'est carrément la Bérézina. Tous les digues sautent l'une après l'autre. Le prochain budget va être fait sous la tutelle de Bruxelles: http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2014/10/09/le-gouvernement-prepare-en-secret-une-autre-mouture-du-budget-2
    Quand le pétard va éclater (et il va éclater), ça va faire très mal.

    Bonne soirée (même en Socialie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: Et bien que le pétard explose, après tout si cela peut nous remettre la tête à l'endroit , faut pas de priver !. Lamentable cette histoire, en pleine disette,le GVT s assoit sur au bas mot 500 millions d ecotaxe, tout ça pour ne pas se facher avec les routiers. Sans compter les pénalités a venir que l on devra payer a Ecomouv ! du grand guignol !

      Supprimer
  7. Le gouvernement en refusant de faire face à tout ce qui est difficile, s'attaque à tout ce qui marche et ceux qui ne protestent pas.
    En s'attaquant "aux profits" des autoroutes ils optent pour une stratégie simpliste Mitterrandienne en voulant peut-être à terme nationaliser les autoroutes qui sont bénéficiaires. Mais j'ai peur qu'en nationalisant ces sociétés autoroutières, le service rendu sera dégradé.
    Les péages sont peut-être un tantinet un peu, mais je ne me plains pas : les autoroutes françaises sont nickels ! Et même si en Belgique les autoroutes sont illuminées, elles sont bien cabossées !!!
    Pour revenir aux autoroutes françaises, si ces sociétés sont taxées, je vous laisse deviner qui au final va devoir payer la note !!!
    Quelle honte ce gouvernement : Et surtout cette femme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @SEN: les sociétes d autoroutes sont dans le collimateur pour deux raisons: la première c'est que c'est sous Sarkozy qu elles ont été " privatisées" , la deuxième, elles sont hyper rentables, la tentation est grande de les renationaliser pour le GVT qui ne sait plus ou trouver du pognon.
      Pour le reste, comme tu dis, il refuse de faire face et on ne compte plus les reculades. on est pas prêts de s en sortir avec eux, une honte.
      Quant à Ségolène, où n'a-t-elle pas échoué ?

      Supprimer
    2. Vous n'êtes pas à une approximation près, on vous connait... les autoroutes, c'est sous Chirac qu'elles ont été privatisées. M'enfin, quand on a comme idole l'approximatif zemmour, on vous passe volontiers l'éponge.

      Supprimer
    3. Notez que si Hollande avait instauré la taxe, avec possiblement un blocage du pays des routiers, Corto aurait très probablement publié un message disant que c'est honteux.

      Supprimer
    4. @Mourze: je dois le reconnaître, c'était sous Chirac en 2006, Sarkozy n était alors que ministre de l Interieur mais en cherchant, j ai trouvé que cette privatisation avait été initiée, c'est assez comique, en 2002, sous le gouvernement de cohabitation Chirac-Jospin.

      Après, vous ne devez pas me lire régulièrement, ce que je peux comprendre, mais si vous l aviez fait, vous auriez su que je suis cette affaire d ecotaxe depuis le début et que j ai maintes fois écrit que droite et gauche n avaient pas été finauds sur le sujet, que droite et gauche avaient validé cette ecotaxe et que jamais Hollande et sa clique n'auraient du reculer comme ils l ont fait devant les routiers.

      Supprimer
  8. "Au final, c'est vous et moi qui paierons ce que devaient payer initialement les routiers"Dans tous les cas la taxe aurait été répercutée,le consommateur final est celui qui régale toujours et de tous temps

    RépondreSupprimer
  9. Zen aztec : exact . Et comme les routiers sont complètement ruinés depuis l ' autorisation du cabotage tous
    azimuts et la multiplication démente des reglementations europèennes , ils auraient de toute façon répercutée
    l ' écotaxe .
    Avant de lâcher le métier , il me semble que la marge nette ressortais à à peine 1% ... et ça doit être encore
    pire maintenant ! La profession est totalement sinistrée : (


    Labolisbiotifool

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen