jeudi 16 octobre 2014

Budget 2015: Les opérations extérieures ne sont pas la bonne excuse, bien au contraire !


L'une des raisons évoquées par le gouvernement pour rendre une proposition de budget non conforme aux souhaits de Bruxelles serait l'impact des opérations militaires extérieures menées par la France au Mali, en Centrafrique ou en Irak, sans oublier les reliquats afghans.


Valls demande donc à Bruxelles de prendre en compte nos engagements militaires dans l'appréciation que fera Bruxelles de notre budget: "Les engagements militaires et financiers qui sont les nôtres doivent être davantage intégrés." L'argument, devenu élément de langage, a été repris ce matin par le roquet du Parti Socialiste Bruno Le Roux sur Itélé: " C'est parce que nous sommes engagés massivement en opérations extérieures que nos dépenses augmentent".

Nous prendraient-ils pour des andouilles ?

En 2013, seuls 450 millions d'euros avaient été provisionnés au budget par nos gestionnaires socialistes pour les opérations extérieures, somme qui allait être largement dépassée puisque c'est en fait 1,25 milliard d'euros qui furent consommés. Faisant fi comme d'habitude de cette erreur de prévision et malgré le déploiement de plus de 3 000 militaires français au Mali et l'enlisement des opérations en Centrafrique, ils budgétèrent pour 2014, tout juste 450 millions d'euros ! La même chose qu'en 2014 ! En juillet dernier, le chef d'etat-major des armées, le général de Villiers, annonçait qu'avec le déclenchement des opérations aériennes en Irak, le dépassement du budget Opex serait d'au moins 775 millions, soit une prévision d’atterrissage de l'ordre de 1, 2 milliard d'euros pour l'année.

Ainsi deux années de suite, les socialistes budgétèrent 450 millions d'euros pour nos opérations extérieures pour une dépense finale dépassant les 1,2 milliard. Et avec autant d'amateurisme, Valls et Le Roux voudraient mettre en avant nos dépenses militaires pour attendrir Bruxelles ? De quoi plutôt affoler Bruxelles: prévoir 450 millions de dépenses et en cramer près du triple deux années de suite, on frise l'indécence, on s'enfonce dans l'incompétence!

Et en plus, ils voudraient faire croire aux éventuels gogos que ces 1,2 milliards d'euros ont quelque impact sur un pays dont la dette a dépassé les 2 000 milliards, un impact sur les 75 milliards de déficit budgétaire alors qu'ils ne représente qu'à peine 3% de ce même déficit !

Rappelons aussi et quelque soit le bien fondé de ces interventions, que personne n'a demandé à la France d'aller faire la guerre au Mali, en Centrafrique ou en Irak, c'est Président qui tout seul a décidé de ces interventions.

Alors mettre en avant les opérations militaires extérieures de la France pour que Bruxelles ne soit pas trop sévère avec le budget qui lui est présenté, c'est tout simplement donner le bâton pour se faire battre, les verges pour se faire fouetter et les biscuits pour qu'on se foute de nous ! Si tant est que cela soit encore nécessaire.

Folie passagère 2500.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

32 commentaires:

  1. "Nous prendraient-ils pour des andouilles ?"
    Ca ma gêne que tu continues à te poser la question

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @zen aztec: rassures-toi, la réponse à la question, je m ai depuis au moins deux ans et demi, mais j aime bien appuyer quand ça fait mal.

      Supprimer
  2. http://www.ouest-france.fr/justice-rennes-relaxe-alors-quil-transportait-15-kg-de-cannabis-2881712
    Je vous sens morose et pessimiste, toujours à voir le côté négatif. C'est pourquoi je vous envoie cet article, çà va vous détendre.

    RépondreSupprimer
  3. @brindamour

    En Bretagne également

    "Le pauvre agresseur discriminé et la gentille redresseuse de torts"

    http://www.breizh-info.com/17687/actualite-orange-mecanique/pauvre-agresseur-discrimine-gentille-redresseuse-torts/

    JPB

    RépondreSupprimer
  4. Peu de moyens et peu de résultats pour l'armée française.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss

      Requiem pour une armée défaite



      Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a annoncé mercredi une série de « restructurations » dans l’armée pour 2015, dans le cadre de la loi de programmation militaire (PLM) 2014-2019. 7 500 postes vont être sacrifiés sur l’autel de l’économie budgétaire dans les dépenses publiques. L’opération « enfumage et mensonge » continue.

      Un article d’opex360.com paru mardi démontre que les pays d’Europe ont beau diminuer leur budget militaire afin de faire baisser les dépenses publiques, le résultat est le contraire de celui escompté. La preuve en images : le ministère va débourser 119,5 millions d’euros rien que pour accompagner le personnel militaire et 85,1 millions pour les civils. L’une des mesures principales, qui est la fermeture du 1er Régiment d’Artillerie de Marine (RAMA) et de l’état-major de la 1re Brigade mécanisée, basés à Châlons-en-Champagne (ville UMP), implique la perte de 1 000 emplois directs et 700 indirects. Quand on entend que le programme du PS est basé sur la lutte contre le chômage, il y a de quoi rire… ou pleurer.

      L’autre nouvelle importante est la fin des activités médicales à l’hôpital du Val-de-Grâce, qui accueillera à partir de 2017 un pôle recherche et formation. C’est intolérable : où va-t-on soigner Bouteflika ? Pour le reste des mesures, toutes les armées sont touchées : deux régiments restructurés, des escadrons supprimés, cinq bâtiments de la Marine désarmés, deux bases navales fermées, des forces aériennes transférées, etc.

      « On atteint le seuil critique »

      Notre armée compte moins de 250 000 hommes, un seuil historiquement bas. Son budget a été divisé par deux en 30 ans. « On atteint le seuil critique », a déclaré le Gal Pinard Legry. Il avoue même que cette restructuration fait perdre des domaines de compétences : il existe des manques de capacité, ce qui est grave pour une armée qui se veut opérationnelle. Le matériel est déjà bien dépassé. Avec un tel processus, nous n’aurons plus d’armée dans dix ans, ce qui signifie une incapacité à agir seul et donc une perte d’indépendance de notre pays. Nos gouvernements ont finalement sous-traité notre défense à l’OTAN, dans un large programme de vente de notre souveraineté.

      Louis Pasquerel


      https://www.present.fr/

      JPB

      Supprimer
  5. Et dire qu'un peu plus, mon cher Corto, Président était prêt à aller bombarder la Syrie tout seul !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Marianne
      Pour décider tout seul, il est fort. Surtout pour faire des c*nneries.
      Il ne prend jamais d'avis (trop fort pour ça, n'est-il pas M. Nullande ?).
      Mais la vie... Il n'a pas beaucoup de respect ; ni pour elle, ni pour les "gens".

      Supprimer
  6. « La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître. »
    Blaise Pascal

    « Dans la mare des mensonges, il ne nage que des poissons morts. »
    Proverbe russe

    « Les gens prennent toujours un air sérieux quand ils disent des mensonges. Le sérieux de nos dirigeants, ces derniers temps ! »
    de Osamu Dazai



    JPB

    RépondreSupprimer
  7. Jouer les GRANDS "chef de guerre" , s'en enorgueillir pour en arriver à démanteler la défense de la France c'est irresponsable devant la menace terrorisme du djihadisme .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Claude-Henri
      Il démantèle tout.
      Même le Val de Grâce.
      Quel triple abruti.

      Une pétition à signer :
      https://www.change.org/p/monsieur-le-pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-ne-fermez-pas-l-h%C3%B4pital-du-val-de-gr%C3%A2ce

      Hier, 5 000 signatures. Ce soir : près de 23 000. Et ça continue à toute allure.

      Supprimer
  8. Surtout avec Moscouvessie, il connaît bien la musique, celui-là, c'est même lui
    qui a écrit la partition, c'est tout dire!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Corto,

    Je connais bien le milieu militaire et je plains sincèrement ceux et celles qui ont fait le choix d'une carrière au sein des armées. Je crois que ce régime mérite de moins en moins qu'on risque ou qu'on donne la mort pour lui (c'est là le premier devoir d'un militaire).
    Les gouvernements successifs de ce pays ont décidé de détruire l'institution, les uns parce qu'ils sont dans la chimère d'un éventuel coup d'état (1961 est passé par là), les autres parce que la lâcheté et la volonté de destruction sont les deux moteurs de leur action.Ils sont désormais proche du but. Les pâles arguments qu'ils avancent pour justifier de leur action sont risibles et ne mériteraient pas qu'on en parle s'il ne traduisait pas l'immense mépris qu'ils éprouvent envers les femmes et les hommes qui continuent de servir. Servir! Le mot les choque car ils ne peuvent l'utiliser qu'au mode pronominal.
    Je ne sais pas ce qui sortira de tout ça mais j'ai bien peur que, collectivement, nous regrettions amèrement, dans un temps que je juge malheureusement assez court, d'avoir donné les rênes de notre destiné à des gens sans foi ni loi. Les voir courir lors des cérémonies commémoratives autour des monuments est une insulte à ceux et celles qui ont donné leur vie pour le pays. Je fuis donc comme la peste ces pantalonnades où, le manche à balai coincé dans le fondement, ils tentent de donner une contenance à leur fonction.
    Pauvre pays (dans tous les sens que ce mot peut prendre)

    Bonne soirée à toi (malgré la Socialie et même si Thévenoud et Andrieux sont toujours député)

    RépondreSupprimer
  10. Je pressens que s’il y a sanction, celle-ci ne sera pas suffisamment contraignante pour remettre la France dans le droit chemin et que Bruxelles risque de mordre dans le biscuit des dépenses OPEX toute honte bue...pour masquer sa perte de crédibilité et son impuissance à faire respecter ses engagements, au SEUL pays qui ne les respecte pas.

    Sapin a déclaré (de mémoire) qu’en toute souveraineté et quoiqu’il advienne, ce serait l’assemblée nationale qui au final déciderait de la pertinence du budget. En clair : Bruxelles pourra toujours faire ses observations mais au bout du compte nous pourrons nous assoir dessus.
    Aurais-je mal compris ? Je souhaiterais que oui mais je crains que non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille: Il a bien dit ça le Sapin et il a raison c'est notre parlement qui décidera au final. Ce qui n empechera pas Bruxelles de nous mettre jusqu a 4 milliards d euros d amende si elle le souhaite mais j imagine que de curieux arbitrages et négociations doivent se dérouler en loucedé en ce moment pour que personne ne perde la face...

      Supprimer
  11. Rentrant tout juste de l'antichambre de l'enfer -Marne la Vallée pour ne pas la nommer- j'ai bien peu de goût à me rire de tout ça, ce soir :'-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al West Ne me dit pas que tu as du te faire Disney ? Aîe, aîe , aîe, caramba !
      je récupère ta boutanche chez Danielle semaine prochaine, bisous

      Supprimer
    2. Pour te rassurer, j'avais mieux à faire -le simple débarquement à Marne la Vallée suffit à me faire tourner de l'oeil, avec ses quais qui dégueulent de toutous en goguette, de fillettes en robes de princesse Made in China j'imagine, et portant haut le ballon de Mickey -je ne parle même pas des parents béats. Regarder ses pieds pour ne pas voir le château de Cendrillon et la tour de l'horreur, et se boucher les oreilles pour ne pas entendre mon acolyte, contaminée. Faut-il te faire un dessin ?

      Supprimer
    3. @Al West: pas de dessin car je dois le confesser et me flageller, voire serrer un peu plus le cilice, mais j ai été une fois chez Disney et me suis bien promis de n y jamais retourner !

      Supprimer
  12. Mon cher Corto, si j'étais parieur, je miserai sur un prochain billet mêlant compote et ministère.
    La compote...

    RépondreSupprimer
  13. Je...comment dire, viens juste de visionner la bande-annonce du musée d'Orsay sur l'expo de Sade.
    C'est assez ébouriffant de savoir que notre soi-disant Culture promeut ce genre de pratiques. Avec l'expo pour les enfants, on a l'impression que le vice généralise coule à flots, nos élites lui ont largement ouvert les vannes.
    A la limite, que ce soit marginal, confidentiel comme expo, je dis pas, mais là j'ai vraiment le sentiment qu'un cavalier noir et invisible à lance ses troupes à l'assaut de notre pays.
    Je te prie de m'excuser pour ce hors sujet Corto, mais j'avais besoin d'en parler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: Pourquoi seulement l impression, expo Sade, expo a la villette le zizi sexuel, un godemiché place Vendôme, t appelle cela une impression ?

      Supprimer
  14. les "déstructurations" (je ne peux employer le terme officiel qui est "restructuration") annoncées ces jours derniers sont la preuve du mépris pour les militaires et de l'absence total de courage ou de sens moral des gougnafiers socialistes qui se servent en nous gérant (là encore le terme "gouverner" ne convient pas) "Nous" étant entendu comme le troupeau que nous sommes à leurs yeux.
    Mépris pour les militaires, car les mesures annoncées sont la concrétisation de l'exacte crainte opérationnelle, exprimée entre autres par le CEMA en juin 2013. C'est un échenillage pervers, plein de petites dissolutions qui affectent tout le monde et pour le coup flinguent les capacités opérationnelles. Un exemple entre 1000 : la dissolution de toutes les sections de reconnaissance régimentaires des régiments d'infanterie. Perte de compétences et de savoir-faire irrécupérable pour cette arme. Vous me direz, spécialisation coeur de métier patin couffin toussa toussa : c'est du boulot d'arme blindée, héritière de la cavalerie dont cette mission de reconnaissance est une spécialité. Sauf que dans le même temps, on supprime 3 escadrons d'éclairage et d'investigation, qui ont les mêmes capacités que les SRR et remplissent le même type de mission.
    Par conséquent, les autorités politiques n'ont absolument aucun égard pour les avertissements des militaires.
    Mais pourquoi donc? Parce que cet échenillage, si c'est la pire solution opérationnelle, est celle qui génère le moins de dissolutions de l'armée de terre, les seules véritablement problématiques pour les élus locaux (Les bases aériennes à fermer l'ont été, et tout comme dans la marine il ne reste plus que des petits détachements à concentrer : ce n'est pas l'impact d'un régiment à 800 / 1000 hommes, soit 1200 à 1500 personnes avec les familles et enfants)
    Autant ne pas prendre de risque de politique politicienne avec des élus locaux, hein?
    Au fait, pourquoi ces annonces mi-octobre, 2 mois et demi après la date initialement prévue? Les élections sénatoriales fin septembre, mon bon monsieur! Un corps électoral de maire et d'élus locaux! Déjà que les soces se sont pris une dégelée, ils n'allaient pas mettre quelques sous de plus dans le juke-box...
    (à suivre)

    Popeye

    RépondreSupprimer
  15. suite

    Ces socialistes n'en sont pas à leur coup d'essai.
    Fringant chef de section de la Coloniale en 1998, j'ai eu l'honneur d'oeuvrer à la professionnalisation décidée par Chirac mais sur un budget revu par cette crapule d'Alain Richard (on garde 200 milliards de francs par an. On change juste l'adjectif : au lieu de constant, lire courant. Ah, et les dépassements liés aux OPEX, ben vous vous démerdez les milis, pas question de compenser. Contrairement à ce que garantissait cette grande andouille molle et délétère de Chichi)
    En 1998/99, nous avions encore besoin des appelés, notamment pour pas mal de mission de soutien pour les OPEX qui tournaient à plein régime à ce moment. Pour rappel, c'est le moment du pic de la Bosnie et du début du Kosovo.
    Le "contrat" passé avec Chichi, c'était pas plus de 10 000 pax projeté en OPEX par an pour réussir, avec les moyens mis sur la table, la professionnalisation. De mémoire, pas loin de 20 000 en 1998 et plus de 40 000 pax projetés en 1999.
    Un bel enfoiré de politicien de gauche à la mords-moi le noeud, député nouvellement élu en 1997, a eu l'idée brillante de dire "pas d'appel sous les drapeaux pour les titulaires d'un CDI (emploi des jeunes toussa toussa. Et puis ça flatte le jeune qui ne fera pas son service, c'est bon pour les élections ça)
    J'ai eu l'occasion de discuter en octobre 1997 avec un général 5 étoiles, qui m'avait dit que le ministre trouvait l'idée très bonne, mais tous les grands commandeurs beaucoup moins. Ils anticipaient correctement les problèmes, puisque la décision a été prise et que un an après c'était un bordel sans nom pour les derniers appelés de mon régiment.
    Mépris de l'avis des militaire et électoralisme de plus bas étage.
    Les socialistes sont des ventres sans colonne vertébrales.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Popeye
      "Les socialistes sont des ventres sans colonne vertébrales."
      ... et sans cerveau !

      Supprimer
    2. @Popeye: merci pour ce long commentaire instructif. je rajouterai quand même que le CEMA ( que j ai rencontré il y a peu ) est avant tout un politique et qu il a tout de même un peu embrouillé l opinion en mettant sa démission dans la balance avec les autres CEM: il a obtenu en fait la sanctuarisation de son budget en volume, charge à lui de proposer les coupes à faire dans les effectifs et les structures.

      Supprimer
    3. C'est l'amiral Guillaud en juin 2013 qui pointait les dangers de "l'échenillage" (on devrait dire "déchenillage" : terme consacré quand un blindé à chenille perd ses chenilles et donc sa mobilité. Moyen voire moyen moins quand ça arrive en phase de combat intense)
      L'actuel (de Villiers, armée de Terre) n'a obtenu "que" le respect presque total de la LPM (loi de programmation militaire). Victoire à la Pyrrhus parce que je reste persuadé que la nature des déstructurations a été imposé par les politiques, même si pour la forme elle a été étudiée et proposée par les militaires.

      Ceci dit, il est clair que le CEMA pour survivre à ce poste ne peut être qu'un animal politique de première bourre. Le seul problème c'est qu'il a face à lui des gens qui n'ont aucun sens moral...

      Popeye

      Supprimer
  16. "Nous prendraient-ils pour des andouilles ?"
    A l'évidence : oui. Plutôt 100 fois qu'1...

    "Alors mettre en avant les opérations militaires extérieures de la France pour que Bruxelles ne soit pas trop sévère avec le budget qui lui est présenté, c'est tout simplement donner le bâton pour se faire battre, les verges pour se faire fouetter et les biscuits pour qu'on se foute de nous ! Si tant est que cela soit encore nécessaire."
    Pour sûr, non seulement ce n'est pas nécessaire, mais il aurait été opportun de ne pas en rajouter quelques couches supplémentaires. Il a déjà infiniment plus que la limite tolérable.

    A part ça, comme d’habitude, tout bon Monsieur Corto. :-)
    Je devine l’œil qui "frise" quand vous nous servez de pareilles pépites. Si bien cuisinées !... ;o)
    Bravo et merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: merci mais tout cela me défrise plutot tant ils sont nuls et de mauvaise foi

      Supprimer
  17. Un livre est paru sur les guerres africaines de François Hollande écrit par un certain Gregor Mathias,sait pas ce qu'il vaut pas encore lu.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP