mardi 12 mars 2013

Le sexe pour tous

 Le billet de Marianne...



Parents, vous qui êtes dans l'angoisse parce que vos enfants, malgré des mois de recherche, n'ont toujours pas trouvé un emploi, reprenez espoir car une nouvelle carrière va pouvoir s'ouvrir à eux.

C'est en tous cas ce que nous apprend un article du Dr. Nau, sur Slate.fr, intitulé : « L'allergie française aux assistants sexuels pour handicapé(e)s ».

Le Dr. Nau déplore, qu'à la différence de nombreux pays, la France interdise encore l'accompagnement érotique, tarifé, aux handicapés moteurs et cérébraux par des assistants sexuels, et il se demande bien pourquoi ?

Or cette fois les associations et professionnels de santé ont décidé de se mobiliser pour, nous dit le Dr. Nau : « le droit des personnes handicapées d'avoir accès à l'exercice organique de leur fonction sexuelle à un accompagnement érotique. »

On voit que l'Etat qui ne peut résoudre aucun des problèmes du peuple, ni le chômage de masse, ni le pouvoir d'achat, est sommé une fois de plus, de faire son bonheur en s'occupant de ce qui se passe au-dessous de sa ceinture.

Et le Dr. Nau de préciser : « Il s'agit de faire en sorte que les personnes handicapées qui le souhaitent puissent pouvoir rencontrer non des prostitué(e)s (ce qui serait très vilain) mais bien des professionnels de santé spécialisés dans l'aide corporelle qui peut être apportée à l'exercice de leur sexualité. »

D'où la création possible d'un nouveau bassin d'emploi non négligeable.

Et ne doutons pas - air connu - que cela nous sera bientôt présenté comme une « avancée » qui va permettre « plus d'épanouissement, plus de liberté, plus d'égalité ».

Les « questions annexes » telles que « celle des différences entre la pratique de la prostitution » et celle de « l'assistance sexuelle », ou celle « des tarifs pratiqués et de leur prise en charge ou non par la collectivité », le Dr. Nau les chasse d'un revers de main, pour se demander pourquoi la France interdirait-elle cette « activité » qui existe aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et même en Suisse et en Italie ?

Les personnes handicapées sont donc fortement incitées à « demander plus ».

Or si la parole a été donnée aux associations et autres psychiatres, dans cet article, aucune personne handicapée n'a été appelée à s'exprimer.

Mais voici ce qu'on a pu lire, sous la signature de William-Gillet, dans un commentaire qu'il a intitulé De la confusion des valeurs morales et des genres


« ...En pareille occasion, peu de gens résistent à la tentation de parler à la place des handicapés et de leur suggérer ce faisant comment ils se doivent de vivre leur sexualité, qu'ils soient journalistes ou fassent partie d'associations.

Etant moi-même infirme moteur cérébral, je dois avouer que je suis toujours scandalisé de lire les arguments de ceux qui militent pour la mise en place et la banalisation de l'assistance sexuelle, en plus de faire accroire qu'il ne s'agit en aucune manière d'une activité confinant à la prostitution (car si certains s'en défendent, c'est pourtant ce qui arrivera fatalement si ces pratiques douteuses étaient légalisées. Ceux-ci n'ont absolument pas conscience du fait qu'ils contribuent à une sordide marchandisation des corps doublée d'une aggravation de la misère sexuelle de ces mêmes personnes qu'ils prétendent défendre.

Il serait aussi et surtout temps que l'on cesse de dire que la sexualité ou des sentiments comme l'amour peuvent donner matière à la définition de nouveaux droits, car rien n'est plus faux que cette vue de l'esprit. L'amour et la communion sexuelle censée le signifier sont des choses qui s'accueillent et se donnent dans l'intimité d'une relation de couple, et non des objets de débat ou de législation sociale. Le sexe est une question d'ordre privé, et nullement une question de société, pour les handicapés comme pour les valides. »

par Marianne Arnaud,
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr
 

29 commentaires:

  1. Le Doc Nau doit sûrement faire référence aux fameux BMC , souvenirs de jeunesse certainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: BMC ? késako ?

      Supprimer
    2. Allons, allons, Corto, bordels militaires de campagne, voyons !

      Supprimer
    3. Pour votre édification, en chanson : http://youtu.be/oz-N0k69f1w

      Nos anciens qui ont fait l'Algérie sont certainement les derniers à avoir connu cette institution militaire qui était intégrée aux divers régiments en campagne. Depuis, il semble que l'on se repose sur l'offre locale.

      Supprimer
  2. @marianne: en mettant en forme votre billet, j ai vu que le Conseil national d'Ethique avait rendu un avis... neutre sur le sujet. En gros, il n'est pas contre ni pour. Les assoc' qui attendaient depuis 2011 sa décision devraient donc en toute logique remonter au créneau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Le Figaro de ce matin, c'est très clair, mon cher Corto, "Avis négatif à l'aide sexuelle des handicapés".
      La question que je me pose c'est de savoir si le Comité d'éthique a été consulté avant que ne soit présenté le "mariage pour tous" ?
      Mais de toutes manières, le Comité donne son avis que ni le Président, ni le gouvernement n'est obligé de suivre, du moins c'est ce que je crois savoir.

      Supprimer
    2. @marianne: entre temps, je viens de trouver et lire l avis du CNE et effectivement, c'est niet. La demande lui avait été faite par Roselyne Bachelot en 2011 et son premier " niet " date de septembre dernier.

      Mezavi que rien ne bougera sur ce sujet tant que l'un des membres du gouvernement ne s'en saisira pas après avoir cédé aux sirènes des associations.

      Ceci dit, si cette question relève à mon sens uniquement du domaine privé, elle se pose néanmoins dans les établissements accueillant à plein temps des handicapés. Ds ce cas, et parce que les familles ont fait défaut, les encadrants sont confrontés à aux questionnements des pensionnaires. Et là, je peux vous dire que ce n'est pas simple.

      Supprimer
  3. bmc : bordel militaire de campagne

    RépondreSupprimer
  4. Votre brillant billet m'aurait donné envie de gerber s'il n'avait été fini sur votre citation de . William-Gillet. Une fois de plus, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figurez-vous que c'est lorsque j'ai lu ce commentaire de William Gillet que j'ai eu envie d'écrire ce billet pour Corto !
      Le très beau témoignage tellement sensible et vrai de cette personne devrait donner honte à tous ceux qui mettent les personnes handicapées en avant comme si ce n'étaient que de leur sexe dont ils avaient besoin qu'on s'occupe.
      Merci pour vos encouragements.

      Supprimer
  5. et bien @Marianne on en connait des choses :-D)))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne vous doutez même pas !

      Supprimer
  6. Chère Marianne,il faut déconnecter tout ce qui naturellement l'est...la filiation et la procréation, le sexe et l'amour...
    Est-ce le rôle des pouvoirs publics de prendre en charge "la misère sexuelle" des handicapés ? Si on pousse le bouchon un peu plus loin, ils ne sont pas les seuls à être dans ce cas, les moches, les timides, les vieux, auront-ils "droit" aussi à leur prise en charge ?
    Sans compter que ce manque est bien souvent accompagné de solitude et de "misère affective", alors, on fait quoi, l'affection obligatoire décréter par l'état sous peine de sévères sanctions ?
    Quand une société en est à légiférer sur tout, à se mêler de tout, même de ce qui relève de la vie privée, m'est avis qu'elle n'est pas loin de sa fin...
    Pris en charge totalement de la naissance au cercueil, les gens seront d'éternels enfants incapables de survivre à la moindre difficulté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: pour le moment le pb de cette " prise en charge " par l 'Etat ne se pose pas sauf comme dit plus haut un sinistre type Taubira ou Belkacem s'en saisit. Certaines associations réclament l'autorisation de cette " profession " et la prise en charge du coût par l'Etat. Dans 1 ou 2 pays européens, c'est remboursé par la sécu !

      Supprimer
  7. @ Nana et Corto

    Non le problème est loin d'être simple. et je comprends qu'il puisse y avoir des problèmes pour les gens ayant à s'occuper de personnes handicapées.
    Mais faire croire qu'il suffirait de "former" un bataillon d'assistants sexuels pour que tous les problèmes affectifs de ces personnes soient réglés, c'est se moquer d'elles.
    D'autre part, Nana le dit bien, il n'y a pas que les handicapés physiques qui n'ont pas de relations sexuelles.
    Est-ce que les assistants sexuels seront autorisés à s'occuper de tous les autres ?
    Et d'autre part comment instituer des "assistants sexuels" et interdire la prostitution, comme madame Vallaud- Belkacem veut le faire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "faire croire qu'il suffirait de "former" un bataillon d'assistants sexuels pour que tous les problèmes affectifs de ces personnes soient réglés, c'est se moquer d'elles." C'est bien dit. Ca laisse croire qu'assouvir un certain besoin sexuel peut régler tous les problèmes. Of course c'est faux. Placer le sexe comme La solution est idiot. On est un peu dans une perception de l'amour égoïste, avec une seule inconnue. On sait, je pense, qu'il n'est d'amour plus vrai que celui à 2, celui qui est honoré par le trésor de la procréation.
      A la limite, qu'ils fassent un site de rencontres pour handicapés, oui, pourquoi pas. Mais des masturbateurs, on aura tout vu.
      Ils feraient mieux de s'occuper à trouver comment installer des rampes d'accès un peu partout au lieu de chercher par quel moyen assouvir une pulsion.
      Mais bon, c'est peut-être ça aussi le progressisme.

      Supprimer
  8. Je suis d'accord avec ce billet. Que l'état s'occupe de ses prérogatives et ne s'immisce pas dans notre vie privée ni dans l'intimité de notre cercle familial.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne saurait mieux dire !

      Supprimer
  9. Les handicapés font comme tout le monde, ils vont aux putes ou bien les font venir chez eux.
    C'est quoi encore cette connerie socialiste?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela doit sans doute procéder de ce besoin irrépressible de contrôler tout et tout le monde, de la naissance à la tombe.

      Supprimer
    2. Si vous saviez à quel point ça me fait peur.
      Le seul domaine dans lequel ils ont du courage, c'est pour le sexe.
      On est en droit de craindre les pires événements pour nos civilisations.
      Je suis allé au musée d'Orsay ce week-end, et il y avait une expo sur l'Ange du bizarre. Autant vous dire que c'était une expo glorifiant le malin, et je pense qu'en mettant les éléments ensemble, bout à bout, on perçoit vers quoi nos dirigeants veulent nous faire aller. Je pleurs de voir que la Morale, l'Amour et la vertu sont occultés tandis que le vice et le sexe sont glorifiés.

      Quel est ce guide que les élites sont entrain de construire, et que nos enfants vont se prendre en pleine poire?
      J'ai vraiment peur... Certes, je dramatise un peu, néanmoins nous avons toutes les raisons de craindre le pire.

      Supprimer
    3. Je comprends parfaitement votre sentiment que je partage. Mais pas seulement.
      Je constate que vous-même avouez :"je dramatise un peu".
      Eh bien, si vous me le permettez je voudrais vous dire qu'il ne sert à rien de dramatiser.
      C'est vrai que notre société subit des influences mortifères, y compris pour la raison, au nom de la raison.
      Mais il me semble que ce sont levées des milliers de personnes, de tous milieux, qui n'entendent pas se laisser faire et qui disent NON !
      Je crois que c'est ce NON que l'on va entendre de plus en plus, c'est en tous les cas l'intuition que j'ai, et que j'aimerais vous faire partager.

      Supprimer
    4. Marianne, comment pourrai-je vous remercier pour votre réponse? Ca ne fait que peu de temps que j'ai ouvert les yeux, et c'est assez difficile à digérer.
      Je dis que je dramatise car je sais que mes propos peuvent paraître absurdes pour qui ignore ce qui est entrain de se passer.
      J'ai mis quelques mois avant de me rendre compte du dramatique virage que prennent nos sociétés.

      Je pense qu'il faut mettre dans la même balance les gens qui vivent des drames (chômage, injustice, disparition d'enfants...) et ceux qui arrivent à sortir leur épingle du jeu. Tous les chanteurs, acteurs, qui s'enrichissent grâce à ce système malsain, qui affichent leur réussite de manière outrancière pendant que nombreux citoyens vivent des drames de plus en plus difficiles à supporter. Les arts et spectacles sont devenus des vecteurs de propagande mortifère.

      C'est pour moi le mal triomphant, qui s'affiche de plus en plus, qui enrichit ses ambassadeurs et tue les braves gens. Si vous saviez à quel point j'aime les gens. Je crois que sans cet amour infini je ne me serai jamais penché sur la question ni intéressé aux questions de société. Comment en est-on arrivé à de tels malheurs? J'ai la certitude maintenant que ce n'est pas le fruit du hasard, mais l'étape d'un processus lancé il y a déjà plusieurs siècles.

      Voilà, c'est la glorification du sexe (Lady gaga, rihanna...), la réussite d'une poignée d'illuminés, et l'achèvement d'une brave population qui ne demande qu'à croire ce qu'on leur dit. On a fait croire le peuple en la Politique, et malheureusement les politiques ne font que manipuler les croyances des braves gens. NOS ÉLITES NE SONT PAS DIGNES DE NOTRE FOI.

      Ils ont voulu tuer Jésus pour que le monde croie en l'homme. Sauf que l'homme auquel on doit croire est absolument maléfique et manipulateur.
      Je prie chaque jour pour que le bien triomphe, que la vérité soit révélée au coeur des hommes. Il paraît que la prière est un bon moyen de lutter contre ces forces.

      Encore merci Marianne pour votre point de vue, et aussi à Corto.

      Supprimer
    5. Le point de départ de tout ça Marianne, pour tout vous raconter, c'est que des gens haut-placés comme Cohn Bendit, Lang, Baudis... dont on a révélé des choses abominables n'aient jamais été inquiétés par la justice. Pire, ils ont souvent été montrés comme des modèles. C'est à partir de ce genre de faits que je me suis mis à m'interroger. Comment se fait-il que les pires horreurs commises ne soient jamais condamnées? Pour moi il y a un problème.
      J'ai une certaine idée de la Justice, la vraie, et du coup j'ai eu le besoin vital de comprendre pourquoi et comment on en est arrivés à un tel degré de malhonnêteté vis à vis du peuple. On peut nous faire vivre les pires horreurs, et jamais Justice nous sera rendue.
      C'est la même chose en Angleterre, Belgique, Hollande...

      L'enfant est ce qu'il y a de plus sacré et en même temps de plus fragile, et comme par hasard, ce sont les moins bien protégés. Scandale! Saviez-vous que lors du procès d'Outreau, ils avaient été mis dans le box des accusés, et les accusés étaient mis dans le public, avec les journalistes? Ca fait froid dans le dos.

      Supprimer
  10. Les délires grotesques de ce chroniqueur, pourraient effectivement donner de mauvaises idées à un petit sinistre, encore inconnu, qui voudrait se faire "mousser".
    Méfiance…

    Ses divagations me font penser, je ne sais pourquoi, aux élucubrations d’Antoine, qui en 1966 chantait :
    "Tout devrait changer tout le temps,
    Le monde serait bien plus amusant,
    On verrait des avions dans les couloirs du métro,
    Et Johnny Hallyday en cage à Médrano.
    Oh yeah !"

    L’avenir n’est pas serein…

    RépondreSupprimer
  11. AVIS ! : ah, enfin, j'arrive à me connecter ! la faute au temps, je ne sais mais quelle galère pour avoir une connexion !

    RépondreSupprimer
  12. Vous arrivez bien, mon cher Corto.
    Je serais curieuse de voir comment vous allez pouvoir calmer les angoisses de Pierre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ça y est, j'ai mis fin à mon angoisse Marianne. Merci.
      Je me suis encore laissé emporter par le thème et ses dérives, qui n'avaient rien à voir avec le sujet. Du moins aucun lien direct.
      N'hésite pas, si tu peux Corto, à effacer mon dernier message de 12:58, il est quelque peu hystérique.
      Bonne aprèm' à vous.

      Supprimer
  13. Alor les pays tel la france mette en place des hopital et malheuresement etant pataient chaque personne na meme pas,le droiy de se touche 'exemple une accaulade ou autre ce nes pas normale .

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP