lundi 4 mars 2013

Referendum, votation citoyenne, droit de veto: Bravo les Suisses !

Que les Suisses sont des gens curieux. Je le sais, j'ai bossé à Genève quelques années. Là-bas, tout est beau, tout est propre... à condition de ne pas trop regarder sous les tapis. Mais bon, à part cela, la Suisse est une belle démocratie. Ils ont un truc très chouette: cela s'appelle la votation citoyenne ou en Français de par chez nous, le referendum d'initiative populaire, parfois populiste. Ils ont une tellement haute opinion de la démocratie, les Suisses, qu'ils ont même instauré, comme les Italiens ou les Californiens, le droit de veto à opposer à une loi déjà adoptée par le parlement.

Ainsi, ce week-end, ont-ils voté pour qu'une loi vienne dorénavant réglementer la rémunération des patrons des entreprises cotées. Que les gros salaires lèvent le doigt, qu'on leur coupe ! Et donc, 68% des Suisses ont décidé que oui, il fallait punir les patrons qui gagnent trop, redonner du pouvoir aux assemblées d'actionnaires, réélire chaque année les membres du Conseil d'administration et valider l'enveloppe globale des rémunérations de l'équipe dirigeante et du dit-conseil. Sanction pénales lourdes pour les vilains patrons qui ne respecteront pas ce processus.

Que c'est beau mais que c'est con ! La nouvelle loi, pas le processus, voulais-je dire. Au moins ont-ils la possibilité de s'exprimer, hors les grands scrutins nationaux, eux ! Notre premier sinistre, Jean-Marc Ayrault, ne s'y est pas trompé jugeant que cette loi adoptée par le système de votation citoyenne était " une excellente expérience démocratique où les Suisses montrent la voie et personnellement je pense qu'il faut s'en inspirer. "

Signalons donc à Ayrault que ce qui est bon pour les Suisses peut éventuellement être bon pour nous. Je parle bien sûr du système de votation. Il suffit pour pouvoir adopter un projet de loi que celui-ci soit présenté aux électeurs après avoir rassemblé, par pétition, 100 000 signatures. Une fois la pétition signée, le projet de loi est soumis aux électeurs, ils n'ont plus qu'à voter. Simple et démocratique ! Le peuple est content et le pays avance...

Nous, en France, patrie des Lumières, des Droits de l'Homme et donneuse de leçons, c'est différent. Lorsque, par exemple, un collectif rassemble 700 000 signatures pour dire non à un projet de loi, il va déposer ensuite cette pétition au CESE, 3ème assemblée de la République et celui-ci, après avoir pris ses ordres du gouvernement, enterre cette pétition: Coucher, pas bouger !

Le peuple français, on fait appel à lui de temps en temps, on le gave de promesses démagogiques et/ou intenables et roule ma poule: Elections valent quitus et blanc-seing donnés à des branquignols qui, une fois élus, se permettront de faire tout mais aussi n'importe quoi !

Alors, admettons et partons du principe que Ayrault est un homme d'engagement qui ne parle pas pour ne rien dire et puisqu'il juge excellente cette expérience démocratique suisse, chiche, allons-y et mettons cela en place ici.

( note: à lire, referendum d'initiative populaire, droit de veto " populaire ", ici )

Folie passagère 1603.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

32 commentaires:

  1. Mais pourquoi les Français s'obstinent-ils à voter?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: pur un peu je jugerai cette question populiste ! Ils votent parce qu ils y croient encore, parce que entre la carpe et le lapin, ils veulent pouvoir choisir le moindre mal, parce qu ils ont la chance de pouvoir voter, parce qu ils croient encore à la démocratie, pour s'exprimer, pour dire non au camp d'en face, parce qu'en votant, ils choisissent le devenir de la société dans laquelle ils vivent et vivront, parce qu'on n' a pas trouvé mieux, parce qu'ils croient encore à la politique etc... des raisons de voter , je peux t en donner encore des dizaines...

      Supprimer
    2. Mouais...

      T'as oublié la raison fondamentale :

      "Nos ancêtres se sont battus/sont morts pour avoir le droit de vote"

      Pourtant, il paraît que la France s'est faite par l'immigration, un enrichissement qui nous a tant fait progressé !


      Vryko

      Supprimer
    3. Que de "parce que"! Et si on parlait des "bien que"? Bien que le droit de vote ait été vidé de sa substance, bien qu'il ne serve qu'à conforter une classe politique dans son mépris de ses électeurs, bien que la loi élimine ceux qui ne font pas partie d'un des deux partis qui se partagent le pouvoir, bien que lorsqu'on vote contre on ne tient pas compte du résultat, bien que la démagogie remplace la démocratie, bien que les promesses ne servent que jusqu'aux élections, bien que le vote consiste à voter "pour le moins pire" dans le meilleur des cas (et qu'on soit régulièrement déçu), bien que les politiques préparent leur réélection le lendemain même du vote au lieu de faire le boulot pour lequel on les a choisis, bien qu'ils fassent souvent preuve d'une incompétence dramatique, bien que le clientélisme et la défense d'intérêts particuliers remplace le souci du bien public, bien que bien que bien que etc
      Le droit de vote est un des fondements de la démocratie mais le droit de vote sans démocratie est une escroquerie. Confondre suffrage universel et démocratie c'est, de victime, se faire complice.

      Supprimer
    4. @pangloss: il semble que nous soyons toi et moi dans une impasse . On fait quoi alors ? Que propose tu ?

      Parce que moi, je veux bien que l on se foute des gens qui votent, ou qu on ironise sur notre système, loin d'être parfait, mais quoi d'autre ?

      Supprimer
    5. Je ne fous pas des gens qui votent et qui sont des victimes. Ils ont été trompés. Je condamne ceux qui votent en toute connaissance de cause et qui s'accomodent d'un système qu'ils savent pervers en espérant que le vent tournera en leur faveur.
      Je ne veux pas encombrer tes commentaires mais je dirai simplement que la démocratie ne fonctionne qu'avec un peuple instruit, éduqué et informé. La classe politique s'applique à faire tout le contraire. Le résultat crève les yeux. Et la loi électorale a été faite et demeure faite pour privilégier cette classe politique.

      Supprimer
    6. @pangloss: j'entends bien encore une fois mais on fait quoi alors ?

      Supprimer
    7. @vryko: oups, oubli involontaire mais vu le peu de cas que l'on fait aujourd'hui des anciens morts pour la France...

      Supprimer
    8. Les Suisses font ce qu'ils veulent. Ne me dites pas que ce sont d'affreux degôches! Ou, que c'est la fôte à Mollande!

      J'ai un copain suisse qui me fait vous dire: La Suisse vous emmerde!

      Supprimer
    9. @bembelly: et elle a bien raison la suisse, vu les branlotins qu ont à ici en France . Branlotins dont tu me sembles assez proche.

      Supprimer
    10. @bembelly: par contre quand ils votent contre les minarets, c'est la Suisse qui t emmerde je suppose ?

      Supprimer
    11. On fait quoi? On refuse de jouer avec des dés pipés et on ne vote pas. On réclame la comptabilisation du vote blanc dans les suffrages exprimés et dans les pourcentages. Ce serait un bon avertissement. Exemple: Machin 25%, blanc, 23%, truc 20%, chose 10%.

      Supprimer
    12. Si je peux me permettre... les Suisse emmerdent les français de gauche syndiqués et qui ne bossent que 35h... Les Suisses n'aiment pas les fainéants... Et les Suisses n'aiment pas non plus les grévistes...
      A bon entendeur...

      Titi (Mi Suisse - Mi Francaise)

      Supprimer
  2. Bonne question, Pangloss! Je rêve d'une grève totale de la part des électeurs...Ça oui, ce serait jouissif, utile et déconcertant pour le pouvoir en place! Un vrai pied-de-nez.
    Le dessin est excellent! Il y aurait bien une variante: s'il vote mal, on peut soit truquer l'élection, soit l'abrutir de propagande et le faire voter à nouveau; ça s'est déjà vu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Orage: a peu près même réponse qu a Pangloss, je rajouterai que lorsqu on voit le bordel ds certains pays qui ne votent plus ou qui, par dépit, votent n'importe comment ou pour n importe qui, je me dis qu on est pas si mal lotis.
      Ceci dit c'est pas une raison pour fermer sa gueule et accepter n importe quoi. La votation à la Suisse ou le droit de veto pourrait être une solution.

      Supprimer
  3. Ne nous y trompons pas, cette fois, le Ayrault trouve l'idée de votation géniale parce que ce qui en est ressorti va bien dans le sens de leurs idées à la con. Souvenez-vous du vote pour l'interdiction des minarets, là c'était pas bien du tout et le peuple suisse en a pris plein les dents de la part de notre clique socialo-écolo-communo-bobo ! Autrement dit, la démocratie directe, c'est géniale mais seulement quand le peuple "vote bien". On est pas prêt de voir ça chez nous, ils auraient bien trop peur du résultat ! Surtout quand la question viendra du peuple. Les politiques se contenteraient de questions bien démago où le peuple ignorant ne les mettrait pas dans l'embarras...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: mais je ne m y trompe pas, ayrault c'est bien cette histoire de gros salaires qui la séduit. Mais comparons simplement: combien d habitants en Suisse ? 10 millions, il suffit de 100 000 signatures pour faire adopter une loi ou 50 000 pour en abroger une ! Nous en France 700 000 signatures sont jetées à la poubelle ! Démocratie particiâtive, qu'ils disaient ces gauchiards ?

      Supprimer
  4. La Suisse ? Il ne faut pas trop se faire d'illusion , ce n'est pas le pays de cocagne par exellence , 1er flicage d'europe avec Monaco , 4 langues différentes , un certain raciste sous-jacent , je suis descendant suisse par mon grand-père , père double nationalité franco suisse , moi je me tate , pour l'instant français mais reconnaissons qu'ils ont un genre de"CESE" qui fonctionne contrairement au notre qui est assujetti à cette socialie totalitaire qui se fout entièrement de 65% de la population , les promesses de Zéro sont aussi fiable que ceux de Moulande , par contre il faut voter , j'encourage toutes mes connaissances à le faire sinon , comme le dit corto , nous finirons comme dans certain pays où la liberté d'expression n'est qu'une parodie , il faut absolumenr refaire une pétition sur un autre sujet pour mettre au pied du mur le CESE ou le dissoudre .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: Je crois que la manif du 24 mars pourra être à elle seule une nouvelle pétition que ni le CESe ni qui que soit ne pourront juger irrecevable si ce n'est à manifester le plus grand mépris pour 1 bonne partie de la population. Ce qui entre nous ne fait pas peur à nos progressistes de salon

      Supprimer
  5. D'après le constitutionnaliste Didier Maus, le droit de pétition avait perdu beaucoup de sa vigueur depuis la Révolution.
    Il n'empêche, il prétend sue que la révision de 2008 a innové en instituant un droit de pétition directe devant le CECE.
    Contrairement à ce qu'on nous a raconté, rien n'empêche le CECE "de remplir un rôle d'étude et d'expertise... dans le domaine de l'actualité législative. au cours des dernières années, le CESE a fréquemment traité des thèmes qui relèvent plus des questions de société que de questions sociales au sens traditionnel de l'expression : le suicide, les inégalités à l'école, l'éducation civique ou l'adoption."
    Alors qu'on arrête de nous bourrer le mou. Ce gouvernement n'a aucun respect pour le peuple.
    J'espère que la décision du CESE a été contestée devant le Conseil d'Etat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marrianne: m'enfin, est-ce bien vous : " Alors qu'on arrête de nous bourrer le mou " Ce qui au demeurant est la stricte vérité.
      Il me semble avoir lu qu'en effet la décision du CESE serait contestée devant le conseil d etat. mais je n en sais pas plus. Par contre, les constitutionnalistes ont l air de triturer dans tous les sens le projet de loi et ça ne semble pas aussi acquis qu on voudrait nous le faire croire.

      Supprimer
    2. Voilà ce qu'en dit Didier Maus - président émérite de l'Association internationale de droit constitutionnel - mon cher Corto :

      " Il est donc parfaitement concevable que la décision de refus du bureau du CESE soit portée devant le juge administratif, celui-ci ayant alors à se prononcer sur sa légalité.
      Les requérants pourraient alors de plus accompagner leur requête d'une demande de suspension, voire mettre en oeuvre le "référé-liberté" en soutenant que l'article 69 de la Constitution qui institue le droit de pétition, fait désormais partie des droits fondamentaux.
      L'issue du procès n'est pas certaine, mai l'échange des arguments serait intéressant."

      Supprimer
  6. moi aussi je rêve d'une abstention de 95%, il y aura toujours 5% de naïfs, la gueule qu'ils feraient !! un jour de vote, tous les français vont s'asseoir devant les bureaux de vote, attendent, mais n'y entrent pas ! ah le pieds !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: moi aussi je rêve d un grand soir :) Voila un sujet, de la necessité de voter, sur lequel nous ne saurons pas jamais d'accord, il me semble :)

      Supprimer
  7. Réponses
    1. @Le Parisien: et vive les chocolats suisses !

      Supprimer
  8. Salut Corto! As tu entendu Ayrault féliciter la Suisse pour avoir usé du référendum?
    Ce sont décidément de grands pignoufs. Quand il s'agit de cogner sur les riches, ça applaudit, mais quand c'est sur les mosquées ou le mariage, ils nous jouent du pipo macabre. Je n'en peux plus de cette incohérence. Les socialos vont finir par dégoûter les gens de la politique si ça continue...

    Tiens, tu as un commentateur qui te dit qu'il t'emmerde, tout en se cachant derrière les suisses. Ce n'est vraiment pas le courage qui étouffera nos socialos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: c'est Bembelly, faut pas lui en vouloir, il est comme ça, un peu simple.

      Supprimer
  9. Et le pire c'est que Ayrault ne sait pas de quoi il parle... Il félicite la Suisse pour son référendum alors qu'en France on ne tient pas compte de l'avis du peuple pour prendre des décisions. Et en plus, il faudrait qu'il relise un peu plus précisément ce qui a été voté... En gros, ils ne vont pas spécialement limiter les salaires mais plutôt les parachutes dorés et autres bonus versés surtout en cas de pertes de la société. Et c'est pas encore mis en place puisqu'il faut que cela passe encore par le parlement qui a proposé un contre projet... enfin bref, tout n'est pas encore joué et les hauts salaires ont encore de beaux jours devant eux...

    Bref, si Ayrault veut prendre la Suisse comme modèle il est mal barré et on risque de bien rigoler...

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Titi: encore rigoler, ça fait 9 mois qu on rigole, on va finir par avoir les zygomatiques hors d usage

      Supprimer
  10. Je crois que les suisses ont vote pour que les actionnaires aient plus de pouvoir de decision sur la remuneration des dirigeants de la boite dont ils possedent les actions. Je n'ai pas vu que les salaires soient limites ou autre, mais bon.

    Ceci dit, si on n'aime pas la facon dont est payee un dirigeant, c'est que donc la boite est mal geree et qu'il faudrait alors vendre ses actions. Ce qu'on peut faire. L'utilite de cette votation me parait donc plutot bizarre, mais bon. Personellement, je trouve ca plutot revelateur de l'ideologie ambiante de plus en plus nauseabonde, et pas qu'en Suisse d'ailleurs, de jalousie, envie, petitesse et egoisme.

    Bref, la democratie de nos jours, c'est vraiment devenue la dictature du legerement plus nombreux (des votants, pas majoritaire dans la population) pour imposer ses vues aux autres, generalement a leurs frais en plus. La seule solution, c'est de reduire au strict minimum ce que les politiciens et l'etat peuvent faire.

    RépondreSupprimer
  11. I am truly pleased to glance at this webpage posts
    which consists of plenty of useful information, thanks for providing these information.

    Visit my web page ... CaitlinMDandrea

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP