jeudi 7 mars 2013

Libération: Nicolas Demorand, traître à la " cause "...

Nicolas Demorand est le directeur de la rédaction de Libération. C'est un gauchiste boboïde, j'entends par là que de ses mains, à part les salir avec son stylo Montblanc, elles n'ont jamais du connaître le cambouis à l'usine. Au travers ses Unes racoleuses lors de la dernière campagne présidentielle, il fut l'un des plus serviles défenseurs de hollande. Rien d'étonnant donc que, dans ses éditos, il soutienne la politique de Présiflan.

Celui-ci, daté du 5 mars 2013, est titré : " Compromis " et autant vous dire qu'il décoiffe. Il décoiffe tellement qu'il enrage les gauchistes de la blogosphère et d'ailleurs. Alors éclair de lucidité de la part de Demorand ou bien abus de substances illicites?... A vous de juger.

" Les raisons, nous les connaissons toutes : un enchaînement rapide de crises, bancaire, financière, monétaire, économique, qui plongent les Etats en quasi-banqueroute, dans le marasme et la récession. Il y a fort à parier que beaucoup de chefs d’entreprise aujourd’hui en grande difficulté ou de chômeurs n’ont jamais boursicoté. Et ne sont donc en rien responsables ou coupables de ce qui leur tombe sur la tête. Cette injustice, proprement révoltante, s’impose comme le sujet politique explosif de ces prochaines années : les partis de gouvernement ne savent pas s’en saisir ; les populistes s’en repaissent ; les élections débouchent sur d’introuvables configurations. En attendant, dans la panade, il faut travailler à sauver le travail. Ou ce qu’il en reste. Oui, pour cela, il faudra rendre des droits chèrement acquis et des protections sociales. Oui, il faudra bâtir des compromis au sein des entreprises sans quoi celles-ci fermeront. Oui, pour le dire avec ces mots autrefois clinquants, il faudra travailler plus pour gagner autant et peut-être même moins. Oui, ce scénario reste mille fois préférable au chômage. Aucune des phrases qui précède n’est dictée par l’idéologie qui normalement les inspire : le mépris social et la haine des pauvres qui, crise ou pas, s’exprime toujours sur le même ton. Il s’agit aujourd’hui de l’inverse : trouver le moyen, pour une période limitée, dans le dialogue social au sein des entreprises, de maintenir en activité des pans entiers de la population qui risquent sinon d’aller grossir les rangs des chômeurs. "

Je le trouve génial cet édito et ce pour deux raisons: la première, c'est que pour une fois, même timidement, il écrit vrai, enfin presque. La deuxième, c'est qu'il énerve nos blogueurs de gouvernement et autres gauchistes ou syndicalistes. Je ne saurai trop vous conseiller de lire une partie des commentaires qui y sont rattachés: c'est jouissif !

L'un deux m'a enchanté: " L'édito de Demorand illustre parfaitement la métamorphose des cloportes. Hier révolutionnaires, les voilà devenus de parfaits bourgeois capitalistes, applaudissant à la réforme des retraites, à celle du travail et sans doute demain à celle encore de la fonction publique. Toutes choses honnies hier lorsqu'elles étaient portées par Sarkozy. Sarkozy peut revenir, les cloportes sont en train de réhabiliter son bilan. "

Celui-là aussi: " Le Libé Rothschild, quoi. La voix de son maitre."

Et bonjour chez vous !

Folie passagère 1607.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

26 commentaires:

  1. tiens, très bon film la métamorphose des cloportes du Audiard béton
    je pense que les réformes nécessaires, celles qui vont faire mal, il n'y a que la gauche qui pourra les faire, les syndicats vont la boucler, les gôchisses approuver avec des hochement de têtes, la droite va se dire que ce qui est fait c'est toujours ça de pris et tout se fera contre bon gré mal gré, donc le journaleux de service va dans le sens où il doit aller pour faire passer les pilules

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil: excellent film , oui,Lino Ventura...

      Mais bien sur qu ils vont la boucler sauf les jusqu auboutistes de la CGT. Quant à demorand, comme tu dis, il va dans le sens du vent et des subventions à la presse; je ne vois même pas pourquoi les gauchisses s'offusquent de cet édito :)

      Supprimer
  2. C'est quand même pas très revolutionnaire.
    Il aurait pu parler du jusqu'au boutisme de certains syndicats, qui plombe les entreprises (voir goodyear et bricorama).
    Il aurait pu parler du secteur public qui asphixie les entreprises, des fonctionnaires inutiles, des conseils régionaux reconstruisant un feodalisme oublié.
    Il aurait pu parler des surencheres sur les impots et taxes, sur la chasse aux "riches" du gouvernement.

    Enfin, pour Libération, on peut reconnaitre que c'est un tout petit pas vers le bon sens.
    mais il y a encore beaucoup de boulot pour devenir reellement objectif !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @dan_b: c'est meme plutot soft et pourtant nombres de blogueurs gauchisses s offusquent de ces quelques vérités...

      Supprimer
  3. Dommage qu'il ait fallu en arriver à cette situation dramatique pour que "l'idéologie" soit un peu remisée au placard...Le bon sens aurait peut être éviter les compromis nécessaires aujourd'hui. A noter que quand un gouvernement de droite propose la même chose, c'est juste par " mépris social et haine du pauvre". Là, rien à voir, bien sur, c'est juste ce qu'il faut faire pour sauver ce qui peut l'être..."nous n'avons pas les mêmes valeurs..."
    Que de temps perdu ! Pas sur qu'il ne soit pas trop tard...
    Si ils réussissent à faire ce qu'ils ont combattu, les cocus vont se compter par millions, pas sur qu'on leur pardonne ce grand écart, sauf résultat exceptionnel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: un " peu " remisée.

      Surprenant toutes ces choses que hollande fait et que Sarkozy préconisait ou avait mis en route sauf que quand c'est la gauche au pouvoir ce qui était honni hier est aujourd'hui accepté.

      "Sauf résultat exceptionnel " c'est tout le pari de hollande mais rien ne semble moins sur. Il mise sur la durée en espérant des jours meilleurs. L'espoir fait peut-ere vivre mais rarement bouillir la marmite.

      Supprimer
  4. Que cette pourriture socialo-communiste s'étouffe dans son fiel, sa mauvaise foi et ses mensonges. Dixit.

    Cette ordure ose écrire "il faudra travailler plus pour gagner autant et peut-être même moins" (ce que j'ai entendu également ce matin sur la RSC™) quand bien même il aura tout fait pour faire virer le président Sarkozy qui à l'époque, proposait de travailler plus pour gagner plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al west: mais ces gens là ne sont pas à une contradiction près. ce qui était beurk hier se révèle être ce qu'il semble nous falloir aujourd hui. Etrange retournement.
      Demorand un pourri, non, non, un journaliste, de gauche, subventionné.
      Il me viendra à saluer demorand ou, pour contribuer à l effort de redressement national, il renoncera, par écrit dans un edito, a la niche fiscale spéciale journaliste

      Supprimer
  5. je n'en crois pas mes yeux...
    merci monsieur Corto pour ce petit moment de douceur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacqueline: merci mais attention, Demorand, ici, a en partie raison ds ce qu il écrit, mais qu il commence par montrer l'exemple.

      Supprimer
  6. Demorand, visiblement serre les fesses, mon cher Corto, pour protéger ses arrières de bobo gauchoïde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: bien sur qu il serre les fesses, qu il va ds le sens du pouvoir en place, qu il protège ses subventions mais peut-on lui reprocher d'écrire: " il faut travailler à sauver le travail. Ou ce qu’il en reste. Oui, pour cela, il faudra rendre des droits chèrement acquis et des protections sociales. Oui, il faudra bâtir des compromis au sein des entreprises sans quoi celles-ci fermeront. Oui, pour le dire avec ces mots autrefois clinquants, il faudra travailler plus pour gagner autant et peut-être même moins " puisque c'est la vérité ?

      Supprimer
    2. Je crois qu'en disant de telles vérités, mon cher Corto, il va prendre une volée de bois vert.
      L'idée n'est pas pour me déplaire.

      Supprimer
    3. @marianne: toute vérité n est pas bonne à dire... Compte tenu des résultats de Libé, ça ne m étonnerait pas qu il s'en prenne une sous peu

      Supprimer
  7. Soyons positifs, il y a au moins une activité économique qui est promise à un bel avenir sous le règne de Moi-euh-Président : l'élevage de couleuvres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @aristide: et ils n ont pas fini d en bouffer.

      Supprimer
  8. Je me souviens d'un certain 18 avril 1973 où Serge July, Benny Lévy alias Pierre Victor, et Jean-Paul Sartre reprirent le nom du journal du mouvement de résistance "Libération-Sud" dirigé par Emmanuel d'Astier de la Vigerie pendant la seconde guerre mondiale, et lancèrent une souscription afin que celui-ci restât libre, sans publicité ni actionnaires financiers...

    "La complainte du partisan" http://www.dailymotion.com/video/x5gevy_la-complainte-du-partisan_music#.UTh7u9ZhUrV Emmanuel d'Astier de la Vigerie, alias Bernard : paroles - Anna Marly : musique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @christian lacombe: Libération une longue histoire de communiste engagés qui finit de nos jours en journal pour bobos... ironie de l histoire

      Supprimer
  9. "l'idéologie qui, normalement, les inspire: le mépris social et la haine des pauvres".
    Vous trouvez réellement qu'il a viré sa cuti?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: ai-je dit cela ? non. Cette phrase c'est pour montrer qu il reste dans le " droit " chemin

      Supprimer
    2. Je sais bien que tu n'as pas dit cela. Mais, à te lire, j'ai cru que c'était lui.

      Supprimer
  10. Nicolas Demorand , un journaleux plein de haine envers qui ? Mais bien sûre tout le monde , gauche , droite ,centre et tous les extrêmes , fouteur de mer-e par excellence , il ne sera pas à dire le contraire dans quelques temps , voilà le type de journaleux que je n'aime pas .

    RépondreSupprimer
  11. Je suis un peu hors sujet, mais pas tant que cela. AVez-vous voté pour élire le meilleur bobard d'or fait au nom du politiquement correct?

    http://www.bobards-dor.fr/2013/bobards-medias/bobards-medias-2013

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lucile: excellent ce site, allez hop dans la dérouleuse de blogs, colonne de droite !

      Supprimer
    2. Je me suis bien amusée à regarder les cérémonies 2011 et 2012. La cérémonie 2013 aura lieu le 19 mars à Paris. Je crois que cela sera aussi retransmis sur Internet.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP