dimanche 1 mars 2015

Boris Nemtsov, assassinat à Moscou...



Ce qu'en pense Jacques Sapir

" Il est aujourd’hui prématuré de vouloir désigner un coupable dans l’assassinat de Boris Nemtsov, mais au vu de l’émotion que cet acte odieux a provoqué, on peut néanmoins poser un certain nombre de questions. Ayant connu personnellement Nemtsov au début des années 1990, quand il fut élu maire de Nijni-Novgorod, puis l’ayant rencontré à plusieurs reprises jusqu’à son entrée au gouvernement, j’ai été ému, comme bien d’autres. 

Je n’oublie pas non plus que le ralliement de Nemtsov aux idées libérales qui avaient cours en Russie à cette époque en fit un des responsables de la détestable politique économique qui conduisit le pays à la ruine et sa population à la misère, jusqu’à la crise financière de 1998. A partir de 2004, et de la « révolution orange » en Ukraine, il s’était rapproché de l’équipe de Victor Ioutchenko et des « pro-occidentaux » en Ukraine, au point de devenir un éphémère conseiller du gouvernement ukrainien. Son opposition à Poutine l’avait conduit à fréquenter les milieux oligarchiques et des gens étranges à Kiev. Plus récemment, il avait pris fait et cause pour le mouvement dit « de Maïdan » et il critiquait la position du gouvernement russe à propos de la crise ukrainienne. 

Son opposition systématique à Vladimir Poutine l’avait marginalisé et il était bien moins connu que d’autres figures de l’opposition comme Zyuganov (le dirigeant du Parti Communiste de Russie ou KPRF), Alexeï Koudrine, l’ancien ministre des finances, ou même Navalny. Aux dernières élections son micro-parti avait eu moins de 1% des suffrages et, de fait, n’avait aucun poids. Il n’était donc nullement « la » principale figure de l’opposition à Vladimir Poutine comme on cherche à le présenter en France et aux Etats-Unis, mais, en dépit de son jeune âge (il avait 55 ans) il était en fait un « homme du passé ». Il faut avoir ces éléments en tête quand on réfléchit à « qui aurait eu intérêt à tuer Nemtsov »

Un meurtre mis en scène ? 

Les premières questions qui viennent à l’esprit concernent le scénario de son assassinat. On sait qu’il avait dîné avec un mannequin ukrainien au restaurant qui se trouve dans l’enceinte du GOUM, dont une des sorties donne sur la Place Rouge. A partir de là, les choses semblent avoir été les suivantes : 

- Nemtsov et son amie sont sortis à pieds du restaurant, sont passés devant l’église de Basile le Bienheureux et ont pris le grand pont qui traverse la Moskova. Vu l’heure (entre 23h et 24h) et la saison, il n’y avait pas grand monde sur le pont.
- Nemtsov a été tué par un tireur qui était dans une voiture, suivant Nemtsov vraisemblablement, et qui a tiré 8 ( ?) balles dont 4 ont fait mouche dans le dos de Nemtsov. L’arme utilisée semble avoir été un pistolet automatique de type Makarov.
- La compagne de Nemtsov n’a pas été touchée dans le tir. 

Ceci soulève plusieurs questions. Un tir depuis une voiture en mouvement implique que l’on ait parfaitement identifié la « cible » et surtout que l’on connaisse son parcours. Cela implique aussi un degré d’expertise dans le maniement des armes qui n’est compatible qu’avec le meurtre par « contrat ». Le risque de manquer la « cible » ou de ne lui infliger que des blessures non mortelles est élevé. De ce point de vue on peut se demander pourquoi ne pas attendre que Nemtsov soit rentré chez lui ? Le mode classique de l’assassinat par « contrat » se fait dans un lieu où l’on est sûr de trouver la victime, la cage d’escalier de son appartement ou quand la personne sort d’un restaurant en règle générale. Or, ce n’est pas ce qui a été fait. Le choix du lieu du crime pourrait impliquer une intention démonstrative. Comme celle d’impliquer Vladimir Poutine dans ce meurtre ? En tous les cas il est évident que les assassins ont pris des risques qui semblent indiquer une intention politique. Tout ceci fait penser à une mise en scène. (...) 

(...) La presse, en France et dans les pays occidentaux, privilégie l’hypothèse d’un meurtre soit commandité par le Kremlin, soit par des mouvements nationalistes proches du Kremlin. Disons tout de suite que la première hypothèse n’est pas cohérente avec le lieu du crime. De plus, on voit mal quel intérêt aurait le gouvernement russe à faire assassiner un opposant, certes connu, mais désormais tombé à l’arrière-plan politique. Quand Vladimir Peskov, porte-parole du Président Poutine dit que Nemtsov ne représentait aucun danger, aucune menace, pour le pouvoir, c’est parfaitement exact. Si, à travers l’assassinat de Nemtsov on cherchait à terroriser les autres opposants, il aurait été plus simple de le tuer chez lui. L’hypothèse d’une implication, directe ou indirecte, du gouvernement russe apparaît donc comme très peu probable. 

Une autre hypothèse, privilégiée par l’opposition russe, est que le crime aurait été commis par une fraction extrémiste, proche mais non directement reliée, au pouvoir russe. Effectivement, des groupes extrémistes ont menacé divers opposants, dont Nemtsov. Ces groupes reprochent d’ailleurs à Vladimir Poutine sa « tiédeur » dans le soutien aux insurgés du Donbass, et alimentent en volontaires l’insurrection. Il est parfaitement possible de trouver dans les rangs de ces mouvements des personnes capables de commettre ce meurtre. Mais alors il faut répondre à plusieurs questions :

- Comment un groupe de ce genre peut-il disposer des moyens sophistiqués qui ont été employés pour tuer Nemtsov ?
- Pourquoi ces gens, dont on peut penser qu’ils sont viscéralement anti-ukrainiens, auraient-ils épargné la jeune femme accompagnant Nemtsov ? 

Ici encore, si l’assassinat avait eu lieu à la sortie du restaurant, ou chez Nemtsov, on pourrait croire à cette hypothèse. Mais, les conditions de réalisation de l’assassinat, et la mise en scène implicite qui l’entoure, semblent difficilement compatibles avec l’acte d’un groupe extrémiste. Disons-le crument : le niveau d’organisation de cet assassinat porte probablement la trace de l’implication de « services », que ces derniers soient d’Etat ou privés (et les oligarques ont les moyens de faire appel à des services « privés »). 

Il faut le répéter, l’implication des services russes ne fait aucun sens. Du point de vue de Poutine et du gouvernement cet assassinat est une catastrophe à la fois politique mais aussi en termes de guerre de l’information. 

Une provocation ? 

L’hypothèse d’une provocation a été tout de suite avancée par Vladimir Poutine et par le gouvernement russe. Bien entendu, on peut comprendre l’intérêt pour Poutine de cette hypothèse. Mais il faut avoir l’honnêteté de dire que c’est elle qui est, en l’état de nos connaissances sur les conditions de la mort de Boris Nemtsov, la plus cohérente. Cette provocation aurait pu être organisée par beaucoup de monde, car bien des pays, et bien des gens, ont intérêt à faire un croc-en-jambe de ce type à Vladimir Poutine

Cet assassinat, à la veille d’une manifestation d’opposition, peut parfaitement déstabiliser la situation politique, non pas en Russie mais du moins sur Moscou. Il concentre l’attention sur Vladimir Poutine, qui va devoir maintenant faire la preuve de son innocence tant la suspicion dont il est l’objet est forte. L’émotion est importante à Moscou, ce que montre l’ampleur de la manifestation en hommage à la mémoire de Boris Nemtsov, qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes ce dimanche 1er mars. C’est pourquoi, il est de l’intérêt de Vladimir Poutine de faire la lumière le plus vite possible sur ce crime. "

Article publié ce jour par Jacques Sapir sur son blog, à lire en intégralité ICI

Permalien de l'image intégrée
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

40 commentaires:

  1. Tout cela est fort plausible, mais on ne voit pas très bien quel rapport peut avoir la photo de finavec l'article. Nemtsov n'était pas très "raffiné ? Et alors ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Francis; La photo ? juste une petite, très correcte par rapport aux autres du Nemtsov qui circulent et qu on ne verra pas dans nos médias. Juste pour montrer que Nemtsov n'est pas aussi propre (pour faire vite ) que ce que nous en disent les médias.

      Supprimer
  2. ce serait-y pas un gros porc style DSK lui ? d'après la photo, c'est pas de jolies manières....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: Et encore, j ai choisi une "jolie " photo, y en a des beaucoup plus... coquines. Syndrome DSK ou Descoing, au choix !

      Supprimer
  3. bonsoir corto, j'ai survolé la presse pour voir ce qu'elle en disait... c'est d'une indigence insupportable, aprés avoir lu l'article de jacques sapir.. Y en a vraiment marre... hypothése de false flag possible pour le meurtre ?
    anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: false flag ? je ne sais pas, mais perso, je suis absolument dubitatif quant a une responsabilité directe de Poutine dans ce meurtre.
      Les médias ? Bien alimentés par nos politiques, ils n ont aucun doute: c'est Poutine.

      Supprimer
  4. tonton flingueur2 mars 2015 à 01:15:00

    encore une fois c'est aussi et surtout le comportement de moutons de panurges de la plupart des médias qui est franchement inquiétant... ces gus se contentent de répéter sagement ce qu'on leur demande et désignent de façons a peine voilées celui qu'ils pensent par avance etre le coupable, ahurissant dans un pays ayant soi disant une presse "libre"... quand a cet assassinat, il tombe a pic pour renforcer encore un peu plus l'image de "bad guy" dictatorial de Poutine, , il est quand meme étonnant de voir a quel point en est rendue la haine de Poutine parmi les médias, il est vrai que lui a encore a coeur de défendre son pays, ce qui pour 99% de nos journaleux est le comble du fachisme et de la réaction ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton Flingueur: ben oui, ce meurtre sert a diaboliser un peu plus Poutine, l occasion est trop belle pour ses opposants occidentaux, et les journaux donnent les 2 pieds joints dedans. A ma connaissance, seul Mediapart a repris cet article de Sapir

      Supprimer
    2. .Les merdias français sont incapables de vérifier une info sur la mort d'un patron mais savent déjà qui a tué l'opposant russe !

      Supprimer
  5. "C'est pourquoi il est de l'intérêt de Vladimir Poutine de faire la lumière le plus vite possible sur ce crime."
    Mais déjà, mon cher Corto, tous nos media stipendiés ont crié haro sur le baudet Poutine, sans se poser la question : à qui profite le crime ?
    On nous en fait des tonnes sur le régime politique de la Russie où Poutine est cependant plébiscité par 80% de Russes. Mais que dire du nôtre et de la confrérie des journaleux, à la solde des politiques au pouvoir, qui se vautre sans vergogne dans la propagande ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: et admettons que toute la lumière soit faite, que l enquête que tous les accusateurs réclament prouve qu e Poutine n y est pour rien. Que croyez vous qu il se dira ?

      Supprimer
  6. Nemtsov a été descendu , en France ceux qui gênent se suicide bizarrement .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: et la liste de nos suicidés est assez longue...

      Supprimer
    2. ... a commencer par le premier commissaire de police chargé de l'enquête sur les attentats de Charlie Hebdo qui allait très bien le 7 janvier au matin et qui a été retrouvé suicidé le soir dans son bureau à 23h après la visite d'huiles parisiennes de la Police quelques heures auparavant..

      Supprimer
  7. Dans nos médias "libres", le bourrage de crâne anti-Poutine mais aussi anti-russe atteint des sommets. Qu'est-ce que l'Occident peut bien avoir à gagner à un effondrement du pouvoir en Russie? Comme dit la sagesse populaire, on sait ce qu'on perd, on ne sait pas ce qu'on gagne. On devrait le savoir après la Libye et la Syrie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: passe encore qu'une bonne partie de nos z'élites veuillent la chute de Poutine mais quand on apprend qu indirectement cette volonté conduit , sous prétexte de crise ukrainienne, à prendre des sanctions économques qui ont déjà coûté la bagatelle de 21 milliards d euros aux économies européennes , dont près de 3 milliards à la France ! ou bien qui fragilisent encore plus l économie grecque, obligeant celle-ci à quémander à Poutine, la levée de l embargo sur les fruits ! Ben merde

      Supprimer
  8. En tout cas feu Mentsov était une sorte de DSK qui aurait mal réussi, le
    genre de mec qui pourrait se faire descendre par tellement de monde que
    même le KGB aurait du mal à en arrêter la liste. Rien que la piste des
    maris jaloux, il y en aurait pour dix ans! Mais bon, si ça peut faire plaisir
    à nos élites, on va dire que c'est Poutine, il n'a pas vraiment une tête de
    cocu mais en revanche il a une sale gueule...ça constitue un délit, non?
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: Une sale gueule Poutine ?

      Supprimer
    2. @ NOURATIN
      Poutine a la gueule de quelqu'un de décidé qui sait ce qu'il veut et qui n'a pas l'intention de se laisser faire.
      Mais c'est vrai que pour la plupart des Français c'est absolument insupportable, donc normal qu'on l'incrimine pour délit de sale gueule faute d'avoir trouvé autre chose.

      Supprimer
  9. Bonjour Corto,

    En complément de ton post, l'article que Bruno Bertez consacre à ce sujet: http://leblogalupus.com/2015/03/01/a-chaud-du-dimanche-1er-mars-2015-la-situation-russe-danger-un-scenario-connu-par-bruno-bertez/
    "Attention pour comprendre ce qui se passe et va se passer, il ne faut pas se tromper de grille d’interprétation et juger en fonction de nos critères occidentaux. Les Russes sont moins sensibles aux politiques de communication en vigueur dans les pays occidentaux et Poutine s’exprime pour les russes, pas pour l’opinion publique occidentale...L’escalade est probable. Boris Nemtsov ne représentait rien de l’avis des russes, des vrais russes, pas de l’avis de la presse ou des services de renseignements. Son soutien populaire est bidon, il n’a pas réussi à se faire élire maire de Sotchi. Comme le disent les russes, Nemtsov « is a small potatoe »."
    Ne comptons pas sur nos merdias pour y voir clair.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: "ne représentait rien ... " la manifestation d hier a Moscou tendrait à me conforter dans cette idée. Moscou, c'est environ 11 millions d habitants, hier, alors que la marche était autorisée, elle ne rassembla, fourchette hausse, que 70 000 personnes.

      Supprimer
  10. Pour compléter, une petite citation de Simone Weil: « Croire l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole. »

    RépondreSupprimer
  11. Natalia Estemirova en Tchétchénie, l'avocat Stanislav Markelov, la journaliste Anastasia Babourova à Moscou ou encore la journaliste Anna Politkovskaïa...

    C'est dangereux d'être opposant à Poutine mais ce doit être une coïncidence....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un Nemtsov mort, combien de vies épargnées depuis les accords de Minsk ?
      Amike

      Supprimer
    2. @Skandal: Mais absolument personne ne dément le fait qu il soit dangereux d 'être opposant à Poutine. Que dit Sapir et que je reprend, comme Médiapart ou Beruyer ou NKM ( je prends exprès 3 personnalités totalement opposées politiquement ) à mon compte ? Rien d 'autre qu'à priori il est bien trop tôt pour désigner Poutine comme commanditaire de ce crime et qu' à priori on ne voit pas quel interêt il aurait eu a faire descendre un gars qui de l avis de plusieurs personnes " autorisée " ne représentait plus une grande menace.

      Supprimer
    3. Et il est également trop tôt pour l'innocenter...

      Supprimer
    4. @Skandal: qui a dit qu il fallait l innocenter ?

      Supprimer
  12. franchement, corto et tous, notre " presse" me fait peur... et la poutinophobie aussi... ( phobe étant à la mode ).
    il est vrai qu'en france, comme dit plus haut, quelques hautes personnalités ont eu la bienséance de se suicider avec distinction
    nous aurions plutot interet à nous allier avec poutine, ( trop tard, il va s'allier avec la chine et basta )
    anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: absolument, la nullité de notre politique etrangère ets consternante et pas seulement avec la Russie.

      Pour info, il s est déjà allié avec la Chine, l Inde, le brésil, et l afrique du sud en créant une banque " d'Etats " qui se veut concurrente du FMI et dotée dans un premier temps d un fond de 100 milliards de dollars. mais chut, quasiment aucun média n en a parlé.

      Supprimer
  13. Sur Boris Nemstov, ce billet d'Olivier Berruyer: http://www.les-crises.fr/un-exemple-ou-on-essaie-dimposer-une-theorie-du-complot-lassassinat-de-boris-nemtsov/

    RépondreSupprimer
  14. Voila du pain béni pour nos merdias qui n'ont de cesse de ramper devant le pouvoir en place et cette bobosphere parisienne représentante de la bienpensance. Aucune analyse, aucune prise de recul, hurler avec les loups est tellement plus confortable. Poutine n'est certes pas un saint, mais bien peu de saints ont dirigés efficacement la Russie...Alors à qui profite le crime? Je n'ai pas la réponse mais la grande majorité des crétins détenteurs d'une carte de presse devraient se poser la question au lieu de crier haro sur le baudet.
    Il est vrai que lorsque l'on voit l'AFP donner comme exact l'info de la mort de Martin Bouygues on est en droit de s'interroger sur la compétence de ces gens là!
    GfB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GfB: regarde plus haut le commentaire de Skandal ou celui ci-dessous celui du gloupier, la presse et les médias , ça marche !

      Supprimer
  15. Boris Berezovski
    L'ex-oligarque Boris Berezovski, 67 ans, réfugié en Grande-Bretagne après être entré en conflit avec Vladimir Poutine, est retrouvé mort dans la salle de bain de sa résidence d'Ascot (sud-ouest de Londres), un morceau de tissu autour du cou. L'enquête s'abstient de trancher entre suicide et assassinat.

    Sergueï Magnitski
    L'avocat fiscaliste Sergueï Magnitski, arrêté après avoir dénoncé une vaste machination financière, meurt dans une prison moscovite faute de soins après une année de détention provisoire.

    Natalia Estemirova
    La militante pour la défense des droits de l'homme Natalia Estemirova, 50 ans, représentante en Tchétchénie de l'ONG Memorial, est enlevée à Grozny et retrouvée morte quelques heures plus tard en Ingouchie, république voisine du Caucase russe. Elle dénonçait les exactions du pouvoir local.

    Stanislas Markelov et Anastassia Babourova
    L'avocat spécialiste des droits de l'homme Stanislas Markelov, 34 ans, et la journaliste d'opposition Anastassia Babourova, 25 ans, tués par balle en pleine rue à Moscou alors qu'ils sortaient d'une conférence de presse.

    Anna Politkovskaïa
    La journaliste d'opposition Anna Politkovskaïa, 48 ans, qui dénonçait notamment les atteintes aux droits de l'homme en Tchétchénie, est tuée par balles dans le hall de son immeuble à Moscou.

    Alexandre Litvinenko
    Le transfuge Alexandre Litvinenko, 43 ans, ex-espion russe collaborant avec le MI6 britannique, meurt à Londres empoisonné au polonium après avoir pris le thé avec les hommes d'affaires et ex-agents du KGB Dmitri Kovtoun et Andreï Lougovoï.

    Sergueï Iouchenkov
    Le député et président du parti "Russie libérale" Sergueï Iouchenkov, 52 ans, ex-allié de l'oligarque Boris Berezovski, est abattu avec un pistolet muni d'un silencieux à l'entrée de son immeuble à Moscou.


    C'est sur que derrière tous ces meurtres, on retrouve la CIA. C'est aussi la CIA qui a emprisonné Evgueni Ourlachov, Sergueï Ouldatsov, Mikhaïl Khodorkovski ou Kasparov et Navalny qui font de nombreux séjours en prison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Gloupier; Oui, donc, et alors ?
      Personne ne disculpe Poutine du meurtre de Nemtsov, je souhaite juste qu on ne l accuse pas trop vite et encore moins sans preuve.

      Supprimer
  16. Hors sujet, mais ça allègera l'atmosphère déprimante de ce pays qui va on ne sait où (ou pire, on le sait trop bien). Rigolade assurée !

    http://www.tdg.ch/suisse/La-Suisse-devrait-entrer-dans-la-zone-euro-dit-Michel-Sapin/story/21439813

    Que disait Audiard à propos des gens qui osent tout ?
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Drooppyx: Michel Sapin: " la Suisse est en Europe ", non, sans déconner ? mais quelle bille celui-là !

      Supprimer
    2. Cela prouve qu'il n'a pas passé un " DEA de géographie à l'université Paris-VII Diderot". Là où on enseigna à C Duflot que le japon est dans l'hémisphère sud.
      Et puis un précédent ministre du budget a laissé à Bercy des informations détaillées sur les transports Paris-Genève.
      Droopyx

      Supprimer
  17. Mon cher Corto, n'etant ni poutinolatre ni fan de Nemtsov ( j'ai d'autres chats a fouetter)... j'ai fait une recherche sur votre image d'illustration... et j'ai trouvé ça : http://i1143.photobucket.com/albums/n640/dealetant_68/36845e6b.jpg

    En tant qu'utilisateur de Toshop... je ne considère plus aucune image comme véridique... - et ça meme bien avant le numérique!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Waterman: je me méfie comme pas deux de photoshop et cie mais ne vois pas en quoi ce que tu nous donnes a voir change quoique ce soit. Nemstov avait une vie privée pour le moins agitée , courrait les boités de nuit de Moscou y compris les boites à putes comme le célèbre club Le Bordeaux ( me souviens plus si ça s écrit comme la ville ou Bordo )

      Supprimer
  18. Corto, Je n'ai rien contre la subjectivité ( t'es charbonnier , chez toi!) je remarque juste que l'image d'illustration est un montage... (double pli du Tshirt, Manque de netteté sur le dessus du bras de Nemtsov...par contre l'arrondi de l’échancrure de la miss est plutot bien réussi! ;) )

    Et là où c'est douteux...
    Apres que ce type soit un DSK sauce vodka... Possible...
    Mais de fait, ça dessert ton propos. Comment dire... utiliser un" faux" pour affirmer son propos revient a desservir son propos! .

    Cette histoire etant assez compliquée comme ça...
    D'ici qu'on apprenne qu'il s'est fait dessouder par des "opposants internes ' ( tu quoque mi fili) ou pas la truanderie locale par erreur ou pour un business mal respecté....

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen