jeudi 26 mars 2015

Crash A320: La photo du jour


Cette banderole accrochée sur les grilles du lycée allemand où étudiaient 16 des victimes du crash. Elle s'adresse aux journalistes de toutes nationalités:

" Cessez de proposer de l'argent aux enfants pour les interviewer " !

Cela me rappelle cette nuit terrible lorsque j'habitais à Lille. Un immeuble prit feu juste en face du mien. Il y eut de mémoire 6 morts dont 4 mineurs handicapés. De mes fenêtres, surplombant la scène, je pouvais tout voir. Y compris la sortie des corps. Un " spectacle " particulièrement horrible. L'entrée de la rue, à 20 mètres, avait été barrée par la police et les pompiers. Je me souviens encore de ce journaliste, il y avait un autocollant FR3 sur sa caméra, qui me voyant à ma fenêtre me fit un signe évocateur de la main, mimant des billets que l'on froisse. Bref, il me proposait de l'argent pour que je le fasse entrer chez moi pour pouvoir filmer... Je luis fis un magnifique doigt d'honneur. Je me souviens aussi de cet autre journaliste qui avait réussi à se glisser sous un camion de pompier et qui de là, allongé par terre, filmait ce qu'il pouvait filmer...

Quel curieux métier !

Folie passagère 2711.
Résultat de recherche d'images pour "paparazzi"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

30 commentaires:

  1. Chez Calvi, mon cher Corto, ils sont en train d'essayer de persuader le téléspectateur que le crash était dû au suicide du copilote. J'ai arrêté de regarder pour venir chez vous et tomber sur cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne ARNAUD

      "AIRBUS A320 : TRENTE TURCS TUÉS


      On parle des Allemands tués, des Espagnols tués, pourquoi la communication officielle oublie-t-elle les Turcs ?....."

      http://www.minurne.org/?p=1592

      Baulo

      Supprimer
  2. Et pour parler d'un sujet voisin, mon cher Corto, il est tout à fait hallucinant de voir tous ces journalistes de la télévision s'accrocher à ce crash d'avion pour n'avoir pas à analyser les raisons de l'avancée de Marine Le Pen dans les élections.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: il se dit même que manuel valls aurait demandé ( il n a pas démenti ) à certaines entreprises ( kookaï, Galesries Lafayette ) de différer a l après élection l'annonce de plans sociaux, histoire de ne pas aggraver les choses . Un média d'importance en-a-t-il parlé ? L'info a-t-elle été reprise par le Fig ou France 2 ? Non.
      Les mauvais chiffres du chômage pour février ? a la trappe, crash oblige ! ( et heureusement qu il n y avait que 28 jours cette année en février )

      Supprimer
    2. Il est absolument évident, chère Marianne, que c'est Hollande qui a payé ce copilote pour qu'il crashe cet avion...

      Supprimer
  3. C'est pas bien de faire un doigt d'honneur à un journaliste du Service Public.
    Cela étant,certains proposent de l'argent aux enfants pour faire bien pire.
    Les journaleux ne sont que le reflet de la société dans laquelle nous vivons, l'argent roi.
    Faut pas s'étonner que le FN ait du succès.

    Charlie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Charlie: les journaleux (ceux dont je parle ici, ils ne sont pas tous comme cela comme tous les hommes politiques ne sont pas pourris ) ne sont pas des journalistes: au mieux des ordures, au pire, des ... ordures qui servent in fine le coté voyeur de bon nombre de mes concitoyens.

      Supprimer
    2. Face à un tel manque de décence je comprends, je respecte, et j'approuve votre attitude.

      Supprimer
  4. Les deux mots que tu emploies "déontologie et journalisme" , ne peuvent pas s'employer ensemble , tu as ton souvenir de Lille , j'ai le souvenir du petit Gregory Villemin avec toutes les mouches à m..de qui se battaient pour faire des photos de ce pauvre gamin et si il n'y avait que cela , ce métier de journaliste est tombé bien bas , si bas que les égouts semblent bien propre à coté d'eux .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: ah l affaire Vuillemin, bel exemple aussi de vautours autour d un cadavre ! Mais comme je le dis juste au dessus, un certain public en redemande

      Supprimer
  5. @ Claude Henri, je me souviens aussi de ce petit garçon, c'étaait abominable, je plains encore aujourd'hui Christine et Jean Marie Villemin. Ils ont réussi à reconstruire leurs vies, leur ménage a survécu et ils ont eu trois autres enfants, mais ils ne sauront jamais la vérité.
    La vérité, les journalistes en mal de photos scandaleuses seraient bien inspirés en faisant marcher leurs méninges et en arrêtant de vouloir jouer sur l'émotion des photos plutôt que la réflexion des mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lady watterlloo: je me demande si le mot vérité a encore un sens pour les journalistes. prends l exemple, encore aujourd'hui du Monde, qui a claironné, sans aucun élément de preuve à avancer, que c'était le commandant de bord qui s'était enfermé dans le cockpit.

      Supprimer
  6. Il y a des centaines de journaleux sur place, dans les villages et aux alentours, une iinformation disait qu'ils n'étaient pas loin du millier, venant de tous les pays, les aubergistes, hôtels, cafetiers et restaurants vont faire une sacré saison ! quelle horreur ces fouilles merde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: des fouilles-merdes prêts a tout pour une femme en larme, un pére désespéré, un gamin pleurant ses copains; pouah !

      Supprimer
  7. J'étais déjà ecoeuré de la façon dont les médias s'accrochaient aux parents et aux proches des victimes pour obtenir des larmes en gros plan et en direct...Mais, dans ma candeur naïve, n'osais imaginer que ces "envoyés spéciaux" allaient jusqu' à proposer de l'argent à des gosses pour faire leur basse besogne...Chapeau aux élèves de ce lycée pour avoir publiquement dénoncé ce scandale, merci a vous d'avoir relayé cette info, dont je doute que les médias "officiels" se vantent beaucoup!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gridou: Pourquoi voudrais tu que les médias "officiels " nous racontent ce genre de choses puisqu ils seront les premiers à acheter les images ou l'interview ainsi soutirée si elle peut faire de l audience

      Supprimer
    2. @gridou: Bourdin ce matin sur RMC, vers 10h15, dénonçant la surenchère faite autour de ce crash ... mais consacrant quasiment toute sa matinale au sujet !

      Supprimer
  8. Des charognards! Je ne regarde plus ces reportages. J'ai honte pour eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: " Albert Londres doit se retourner dans sa tombe " c'est ce qu a twitté le président de l'association des journalistes accrédités auprès de l Elysée lorsqu il se rendit compte des questions affligeantes que lui et ses collègues posaient a Président lors de sa conf de presse post- Closer.

      Supprimer
  9. Très bon billet lord Corto.
    Je me marre en voyant la gauche te eeprocher des trucs alors que c'est son fond de commerce depuis des années. Les pleurs et l'émotion sur les catastrophes et le fascisme latent. Del 'antibrouillard pour des phares qui n'éclairent même plus.
    T'as bien fait de souligner le cirque de Guignol dans tes billets précédents. Ils veulent nous faire croire que la politique est avant tout de l'émotion.
    Toi, t'as bien raison de ne pas chanter avec les sirènes. Continue à mettre poivre et sel dans leurs plats sucrés dégueulasses.
    Je continuerai à passer mon tour pour le dessert.

    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  10. et ce n'est sans doute qu'un élément que la face cachée de leurs méthodes !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: je me doute bien qu ils ont d autres moyens de trouver les infos...

      Supprimer
  11. Je crois que la palme revient encore une fois à BFM.
    Lors d'un journal, alors que la maison du pilote est censée être protégée par la police de l'apporche des "rats fouille m.rde" on voit le correspondant de cette chaine devant la dite maison commentant justement le bouclage. Rendant l'antenne on retrouve les deux déglingués du micro et caméra du studio parisien qui apparaissent hilares du tour bien joué par leur collègue à la polizeï.

    RépondreSupprimer
  12. Maintenant que l'on sait que certains "journalistes" sont sous le statut d'intermittent du spectacle, beaucoup de dérives de cette profession sont expliquées !
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  13. tonton flingueur27 mars 2015 à 18:07:00

    je ne sais plus qui a dit "un journaliste, ou c'est une pute , ou il est au chomage ..." a peine exagéré... ou du moins il semble qu'ils fassent tout leur possible pour nous confirmer cette assertion... Mark Twain, Albert Londres, Pulitzer doivent faire le ventilo dans leurs tombes...bravo pour ton doigt d'honneur, et encore tu es trop sympa, moi c'est mon poing dans la gueule qu'il aurait eu ;-)) mais après tout comment s'étonner de leurs accointances avec les politicards, meme engeance , des charognards...d'accord avec toi, pas tous bien sur, mais un sacré paquet tout de meme ! désespérant...

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve que c'est faire injure aux putes, pour la plupart elles sont honnêtes et
    n'embêtent personne, au contraire. Les journalistes sont juste des bouffe m....
    sans foi ni loi.

    RépondreSupprimer
  15. Oui, curieux métier :
    http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/apps/search/?s=ha%C3%AFti

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @p^haramond: la deuxième photo de ton billet, c'est celle que je cherchai pour mettre en bas de mon billet sans avoir pu remettre la main dessus !

      Supprimer
  16. A vot' service, mon bon monsieur ! La voici donc... avec un peu de retard.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique