samedi 21 mars 2015

Dimanche, je vote pour mon département et contre la Socialie !


Petit rappel salutaire à propos des élections départementales à venir, ce week-end et le week-end prochain car je lis ça et là des choses curieuses voire saugrenues, voire même pas très honnêtes... 

Dimanche, nous allons voter pour: 
  • les prix des cantines des collèges,
  • la rénovation ou la construction de collèges,
  • l'entretien des routes,
  • l'aide aux personnes âgées et aux handicapés,
  • l'attribution du RSA et le suivi des bénéficiaires,
  • l'aide aux frais de transports scolaires,
  • l'aide et les subventions aux associations, 
  • le financement du logement social, 
  • le financement et la construction de crèches,
  • le financement des pompiers et des équipements sportifs,
  • l’amélioration de l'accès à l'internet Haut-débit,
  • le financement et la protection des espaces naturels départementaux,
  • le soutien financier aux communes,
  • et encore tout plein de choses...
Certains esprits lucides auront raison de signaler que la loi sur la réforme territoriale n'est pas encore votée et que l'on ne connait pas encore le périmètre définitif des compétences et des responsabilités que les départements auront à prendre en charge. C'est vrai, la loi N.o.t.r.e. n'est pas encore votée, peut-être, rien n'est moins sûr, le sera-t-elle avant le second tour. Quelle meilleure preuve d'incompétence de la part des gens qui nous gouvernent actuellement ! Doit-on ne pas voter pour autant?: Non, car la gestion des départements impacte directement notre quotidien, alors, en attendant que la loi soit adoptée définitivement, il faut bien renouveler les équipes et faire comme si que..., comme si rien n'avait changé, c'est ce qu'ont choisi de faire la quasi totalité des candidats. Et puis, il faut bien verser le RSA, faire tourner les cantines (sans repas confessionnel) et moderniser les équipements sportifs...

Doit-on cependant considérer que ce vote n'a pas une portée nationale et que nous ne devrions pas en profiter pour sanctionner les clampins qui sont au pouvoir depuis bientôt 3 ans ? Non. Car tout ce qui se décide et se vote à Paris, à l'Elysée, à Matignon ou à l'Assemblée Nationale impacte tout autant la vie des départements et donc notre quotidien.

Prenons ne serait-ce que 3 exemples: le RSA, la couverture Haut-Débit des territoires et les dotations d'Etat aux départements.

Lorsque le gouvernement décide par démagogie d'augmenter de 2% le RSA, lorsqu'il revalorise de moins de 1% le SMIC, tout le monde applaudit ! Sauf que le RSA est versé par les départements (168 millions en 2014 pour le Val d'Oise), ils en ont, par délégation de l'Etat, l'obligation. 2% d'augmentation du RSA, c'est autant qui n'ira pas dans le financement des autres charges du département. Quel choix a le département ? Aucun, augmenter le RSA et voir comment il va compenser, ailleurs, cela.

Pour l'accès au haut débit à internet, l'Etat a réparti les taches: à lui avec les opérateurs d'équiper les zones à forte densité de population, ça revient moins cher; aux départements d'équiper les zones peu habitées ce qui forcément revient plus cher. Si le département considère que le haut débit n'est pas une priorité (ou qu'il n'en a pas les moyens), il préférera peut-être rénover à la place un collège et ouvrir une nouvelle caserne de pompier.

Lorsque Président et son Premier annoncent que les dotations aux collectivités locales seront réduites de 11 milliards (pour le moment) sur 3 ans (2015-2017) au lieu, par exemple de réduire le nombre de fonctionnaires, c'est pour les départements 3,5 milliards d'euros qu'ils n'auront pas pour faire tourner leurs boutiques et jouer leur rôle d'investisseurs (75% des investissements publics sont le fait des collectivités locales). Les recettes des départements viennent soit de la dotation d'Etat, soit de la fiscalité. Année électorale oblige, rares seront les candidats qui annonceront une hausse de la fiscalité et pourtant, obligatoirement et compte tenu des baisses de dotations imposées par Président, ils n'auront pas le choix. Dès 2016, ils le feront. Leurs fautes ? Non, celle d'un Etat qui ne fait pas les bons choix et qui pour faire des économies met à la diète les départements.

Alors certes, ce ne sont ni Président ni son hystérique premier ministre qui:
  • feront diminuer ou augmenter le prix de la cantine au collège de vos enfants ;
  • attribueront ou diminueront ou supprimeront les subventions aux associations ;
  • créeront des maisons de retraite publiques dans votre département ;
  • prendront en charge tout ou partie des frais des transports scolaires ;
  • décideront de goudronner ou pas telle ou telle route ;
  • décideront de subventionner la construction de nouveaux collèges ;
  • décideront de subventionner une nouvelle piscine ;
  • attribueront des aides départementales aux créateurs d'entreprises ;
  • attribueront et paieront l'APA aux personnes âgées dépendantes ;
  • financeront la création de crèches collectives qui manquent tant ;
  • augmenteront ou pas le taux départemental des impôts locaux.
Ce seront les départements qui feront les choix que leur imposera l'austérité voulue par l'exécutif. Ni plus, ni moins.

Enfin, s'il fallait une autre raison de se saisir des élections départementales pour voter contre le pouvoir en place, il suffit de répondre à Valls qui n'a cessé pendant cette campagne électorale de nationaliser le débat avec ses discours anti-FN en votant dimanche, en votant bien, en votant à droite.


Les claques des municipales et des européennes ne leur auront pas suffi pour comprendre qu'ils ne sont absolument plus en phase avec le pays, si tant est qu'ils le furent un jour, continuons donc de leur infliger la correction qu'ils méritent !

Folie passagère 2704.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

19 commentaires:

  1. Moi être comme la Martinique et la Guyane, mon cher Corto, moi y en a pas droit de voter ! Alors, moi s'en fout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: hé, ho, fallait pas habiter la capitale des Gaules !

      Supprimer
  2. Qu'on vote à droite, à gauche, ailleurs ou qu'on ne vote pas, les départements devront faire leur boulot avec les impôts qu'ils percevront et la dotation de l'Etat comme ils le font déjà (bien ou mal mais c'est une autre affaire). Le vote et l'abstention seront donc des moyens d'envoyer un message au gouvernement, soutien (si, si, il y en aura), rejet, vote sanction ou abstention sanction.
    Tout le reste, c'est de la propagande électorale qui sera oubliée dans quinze jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: propagande, ok mais pas seulement, il serait temps que les veaux s intéresse a ce qui se passe dans leurs départements et ne se contentent pas une fois tous les six ans, d aller voter. maintenant, je prends aussi, si c'est l occasion de dire "fuck " aux socialistes, qu ils ne se privent pas !

      Supprimer
  3. et moi itou à Marianne, moi pas le droit de voter non plus ! donc, moi m'en fout aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: remarque que heureusement que vous ne votez pas trop souvent, la dernière fois, vous nous avez mis une portugaise ensablée a la mairie, ç'est bien assez !

      Supprimer
  4. Moi, je viens juste de savoir dans quel canton je vote et les candidats de droite qui se présentent.

    Étiqueté député UMP, le candidat principal ne fait aucune mention du Parti sur sa profession de foi. Seule mention : majorité départementale.
    Sauf que la "majorité départementale", elle n'est pas UMP, enfin pas vraiment, un peu, enfin peut-être...
    Après avoir été très à droite, le plus à droite sans tomber dans le FN, elle a viré son gourou et l'a remplacé par un opportuniste qui a les dents qui rayent le parquet.
    Encarté à l'UMP depuis seulement 2 ans, soutien de Fillon (aïe), promu par Larcher et Raffarin (aïe aïe aïe) au Sénat, il vient d'être choisi comme tête de liste des Régionales. Le département ne l'intéresse plus.
    Je ne sais même pas qui est candidat pour le remplacer à la tête du département mais je crains que ce ne soit l'un de ses supporters et que de très à droite, le département ne sombre dans le très au centre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: pas sur d avoir tout compris, juste étonné qu il ait fallu que tu prennes si tardivement connaissance des candidats.
      Dans le doute ne t abstiens pas: vote anti-PS, ce sera bonne oeuvre :)

      Supprimer
    2. Si je te dis que je suis coincée entre Al West au nord et claude-henri17 au sud, est-ce que cela éclaire ta lanterne ?

      Supprimer
    3. Le Puy du Fou, c'est chouette, non?

      Supprimer
    4. @ gridou

      Très chouette ! J'adore ! Et je suis toujours épatée par les moyens mis en place et les techniques utilisées. On emmène le pique-nique - un peu cher pour se restaurer sur place - et on s'immerge dans l'Histoire pour quelques heures. Une évasion bienvenue.

      Supprimer
    5. Et qui donne du travail à quelques cantons... La preuve que l' on peut faire du développement local avec un peu d'imagination et beaucoup d'acharnement...

      Supprimer
  5. Merci Corto pour ce rappel salutaire et indispensable.
    Surtout quand on a cliqué sur votre lien... Comment perdre La Raison quand on l'a déjà perdue ? Voire quand on en a jamais eu ?

    Ce billet me conforte dans mon analyse et mes choix :
    Le département gère beaucoup de choses de notre vie quotidienne. Avec les miettes financières que lui laisse l'ogre hollandien, après qu'il lui ait délégué le plus gros des charges.
    Ça, c'est vu. Donc :
    1. Demain, je vote pour mon maire (nouveau :-) ) et son équipe (sans étiquette, mais de droite classique).
    2. Dimanche prochain, selon le choix, je vote pareil ; à défaut, FN. Hors de question que je donne la moindre chance à un couple de socialopards. Fut-ce en votant blanc, ce qui reviendrait au même.

    Votez bien, de préférence. Au pire, votez mal. Mais VOTEZ.
    Et sinon, qu'on ne vous entende pas vous plaindre. Si vous laissez votre décision aux autres, assumez au moins les conséquence de votre démission ; en silence. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: que ceux qui s abstiennent ne viennent pas se plaindre, en effet; donc, on vote, on vote bien et à droite !

      Supprimer
  6. Je suis désespérée de voir cette chienlit, il faut que ça cesse... une révolution ? Alors il faut voter FN
    et ensuite ? A la grâce de Dieu ! ( autrefois, on aurait dit "inch allah", du temps où ... )
    A demain, pour les premiers résultats !

    RépondreSupprimer
  7. - Voter pour un couple dont l’un des deux n’est pas du même parti (ex. UMP/UDI)
    - Voter sans connaitre la position des personnes sur la réforme territoriale, ni leurs souhaits pour reformer un territoire (« le gouvernement a confirmé que les communes étaient libres de se regrouper pour former des bassins de 300 000 habitants minimum, mais sans limite supérieure de population. ») ; Passer de –100 000 à + de 300 000 et plus : certains veulent 1 000 000 !!! -

    Tout cela sans explication sur les conséquences, « avantages » et Inconvénients pour les habitants !!
    C’est gentil de dire votez, votez !! Mais, tout de même attrape nigaud, cette élection départementale.
    RLP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ RLP
      Certes. Du jamais vu. Et nous devons cela à la nullitude de Présigland et cons-frères...
      Alors, à défaut de pouvoir voter en toute connaissance de cause, il nous reste le pouvoir d'envoyer un message fort à Destructeur Inégalable... C'est toujours mieux que subir passivement :-) Non ?

      Supprimer
  8. C'est la carte de la pollution aux particules fines ?
    Dimanche on prévoit un sacré coup de vent qui devrait nous en débarrasser.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen