lundi 21 janvier 2013

Combattre la pauvreté par l'assistanat ? Mouais...


On me dit dans le poste que le Ayrault va annoncer aujourd'hui comment sera mis en pratique son grand plan " pauvreté ". Un plan quinquennal, s'il vous plait, le bougre s'inscrirait-il donc dans la durée; ne serait-ce pas présomptueux ?

Ainsi pour lutter contre la pauvreté, on va augmenter le RSA de 10% en 5 ans ! Excusez du peu ! Cela fera en gros, à la louche, au bout du compte, quoi, 5 euros de plus par mois pour les bénéficiaires... Premier coup de pouce sur le RSA socle de 2% en septembre, c'est un petit rien mais c'est mieux que rien dirons les compassionnels habituels. On va aussi relever le plafond de ressources de 7% afin de faciliter l'accès à la CMU de 500 000 personnes supplémentaires. 500 000 personnes de plus qui devront affronter, qui honteux, qui profiteur, le regard pas trop sympas des toubibs et autres dentistes un brin revêches au système. Le O a aussi promis de faire un effort supplémentaire sur l'autre RSA, le RSA " activité " ainsi que sur la Prime à l'emploi. De même, on va créer un nouveau truc très chouette, un contrat d'insertion pour les jeunes, un machin qu'on appellera " garantie Jeunes " pour 100 000 jeunes en perdition et qui déjà trépignent : " Je l'aurai un jour, je l'aurai ! "... ma garantie jeune. Tu parles !

Dans ce plan " pauvreté ", il y aura aussi tout plein d'autres jolies choses: des places d'hébergement supplémentaires pour les sans abris, les demandeurs d'asile, des aides pour les ménages modestes afin de faciliter leur accession au logement, la création d'un nouveau fichier registre national des crédits aux particuliers pour lutter contre le surendettement. On le voit le gouvernement va aider les pauvres en les " subventionnant " un peu plus. Ne soyons pas bégueules et chafouins, c'est normal, c'est ça la solidarité socialiste quand d'autres parleront d'assistanat.

L'ensemble du dispositif devrait coûter  entre 2 et 2,5 milliards d'euros. Avouez que pour un pays dont les caisses sont vides, l'effort, le votre, chers contribuables, est louable.

Toute cette population que l'on enferme, sous couverts d'aides diverses et variées, dans la précarité et dans l'obligation de remettre leur destin entre les mains d'un état providence, ça me chiffonne...

Quand est-ce que nos z'élites comprendront-elles que la pauvreté, on ne la combat que par la création d'emplois et non par l'assistanat; par l'incitation, forcée si besoin est, à reprendre le chemin du marché du travail et non par la création de sentiers balisés vers les caisses d'allocations et autres services sociaux ?; par l'aide que l'on peut apporter aux entreprises pour qu'elles puissent augmenter les salaires tout en restant compétitives...

Vaut-il mieux être chômeur bien payé que travailleur pauvre comme le suggèrent certains ou bien vaut-il mieux se sortir grandi et autonome avec un travail, quelque soit celui-ci ?

Quelle démarche étrange de faire croire qu'en aidant les pauvres à devenir un peu moins pauvres, ceux-ci sortiront de la précarité.

Folie passagère 1544.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

22 commentaires:

  1. L'avantage de ce système, mon cher Corto, c'est que si nous sommes incapables d'importer des travailleurs, par contre, cela va nous aider à importer des chômeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: et bien tant qu'à faire, hein, nous ne sommes pas à ça près, n'est-ce pas.

      Ceci étant c'est tout de même hallucinant de voir que ce que l'on propose aux " pauvres " depuis des lustres, c'est de les aider à être un tout petit peu, vraiment un tout petit peu moins pauvre au lieu de prendre de véritables dispositions pour enrayer puis éradiquer la pauvreté.

      Supprimer
  2. Pour Ayrault et son club de socialiste.
    Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: c'est tout a fait ça.

      Supprimer
    2. C'est ainsi qu'on se crée une clientèle. Après tout, ce sont les empereurs romains qui ont inventé le système en créant la préfecture de l'annone. Il s'agissait de distribuer suffisamment de pain, gratuitement bien sûr, pour que les romains n'oublient à qui ils devaient leur subsistance. Au départ, il s'agissait d'aider les pauvres. Mais la situation changea lorsque la citoyenneté romaine fut offerte à tous les peuples intégrés. Rome les attira et ils devinrent commerçants, ouvriers, etc. et les romains découvrirent qu'il était plus aisé d'obtenir son pain de l'Etat plutôt que par le travail, d'autant que celui-ci se faisait rare du fait de l'arrivée d'étrangers "intégrés".

      Quand on y réfléchit un peu, il n'y a pas que ce seul point commun. La décadence a commencé lorsque les citoyens romains ont commencé à se désintéresser des carrières publiques. Peu à peu, les postes de hauts fonctionnaires ont été tenus par des affranchis, qui en profitèrent pour s'enrichir. Dans le même temps, la chose martiale étant jugée de peu d'intérêt, indigne d'un citoyen, ce furent les barbares germaniques qui devinrent le rempart de l'empire. Jusqu'au jour où ils s'aperçurent qu'ils le tenaient entre leurs mains et qu'il fallait juste oser pour s'en emparer.

      On pourrait aussi voir dans cette déliquescence l'inclusion progressive dans le panthéon romain d'une foultitude de cultes des divers peuples orientaux de l'Empire, au dépens de la religion officielle. Cultes qui de par leur nature rompaient ostensiblement avec la rigueur morale de la religion romaine jugée trop austère.

      Tout parallèle avec ce qui est mis en place par les socialistes et leurs alliés est purement fortuite et indépendante de la volonté du commentateur.

      Supprimer
  3. Si ils étaient médecins, ces grands généreux ( avec les sous des autres...), soigneraient la pneumonie avec des pastilles pour la toux et de l'aspirine...Quelle drôle d'idée ce serait pour eux que de lutter vraiment avec de la pénicilline...à moins que la solution idéale soit l'euthanasie, comme pour les éléphantes...
    Quand comprendront-ils que pour être efficace, il faut traiter les causes et non seulement les symptômes ? Tout ceci me dépasse..Les mêmes remèdes produisant toujours les mêmes effets, il serait grand temps d'en changer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: tu me diras, cela fait des assistés une clientèle electorale de choix suffit juste de bien " vendre " ce plan pauvreté. Alors changer de modèle... on se demande parfois si ils le souhaitent vraiment

      Supprimer
    2. @nana: Pour être efficace et changer de modèle encore faut-il le vouloir vraiment ou le pouvoir. C'est tellement plus simple " d'aider " et puis bien vendu, ce plan pauvreté devrait séduire électoralement.

      Supprimer
  4. Ah ben alors y'a un anonyme qui vient de dire mot pour mot ce que je pensais :-)) On va dire que les grands esprits (anonymes) se rencontrent !!

    Je sais pas pourquoi mais mon petit doigt me dit qu'en faisant une telle "promo" à la pauvreté, cela va avoir l'effet inverse de celui escompté... Me semble qu'au lieu de motiver les personnes en situation précaire à avancer, à les aider à trouver un emploi et donc à leur permettre de sortir de la précarité/assistanat, on va les motiver à rester dans la précarité, et on va en motiver plein d'autres à venir en profiter comme dit si bien Marianne!!

    Mais, bon, y'a un truc qui est évident et qu'on peut pas renier, c'est que ce gouvernement reste dans sa grande logique de nivellement par le bas... On commence par faire partir les riches, comme ça ils iront payer des impôts ailleurs, du coup, reste que la classe moyenne et les pauvres, qui s'en sortent déjà pas et qui vont tous se retrouver dans la catégorie pauvre dans pas longtemps à coup d'impôts sur la tête, et au final on leur dit :"mais surtout, vous inquiétez pas, quand vous serez pauvres vous serez assistés et vous aurez droit à la CMU et au RSA"... payé par qui?? ça c'est pas vraiment important...

    Et on en a pris pour 5 ans!!!! Elle est pas belle la vie!

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Titi: Toute l incohérence de notre système : aider au lieu d'inciter ! Sauf qu'aider coûte alors qu'inciter les gens à retrouver des emplois, emplois dont on aura l'assurance que tout est fait pour en favoriser la création d'un maximum, crée à terme de la richesse.

      Tiens un autre exemple: en France la durée d indemnisation du chômage est de 2 ans maxi et plein pot. En Allemagne 1 an. France: 10 % de chômeurs, Allemagne 5% !

      Supprimer
  5. Tout cela est juste, mais ma mémoire défaillant, pourriez-vous me rappeler qui a étendu le RMI en RSA au lieu de le supprimer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Juntos: ta mémoire est aussi peu défaillante que la mienne, trop facile il s'agit de Sarkozy. Et je ne suis pas aussi expéditif que toi, je ne réclame pas la suppression du RSA ( encore que, je vais y réfléchir ) je dis juste que plus encore le nouveau pouvoir que l'ancien, on se satisfait d'aider les pauvres, presque de les installer " confortablement " dans la pauvreté, au lieu de donner véritablement les moyen au système de les en sortir.

      Supprimer
  6. El Camino ne dit d'ailleurs rien d'autre en reprenant la hune de Charlie, je crois, "mieux vaut un chômeur riche qu'un travailleur pauvre".

    Salauds de pauvres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: sacré charlie ! pas à une connerie près

      Supprimer
  7. J'avais cru lire "Combattre la pauvreté par l'assassinat", ça marcherait aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @realist: allons, allons, soyons raisonnable tout de même

      Supprimer
  8. Tout ça ne va pas aider les pauvres à franchir le seuil de pauvreté dans l'autre sens. Et c'est ça l'essentiel. En revanche, vu la complexité des procédures, des formulaires et des démarches que va réclamer une administration à l'imagination débordante en ce domaine, ça va certainement donner du boulot à une foule de gratte-papier.
    Juste un exemple: tapez "demande de RSA" sur google et regardez le formulaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: a 1 époque j aurai eu droit au RSA, j y ai renoncé pour 2 raisons: Cela me paraissait trop compliqué et je n'avais pas envie d être au crochet de la société.

      J ai entendu dire que près de 200 000 personnes ayant droit au RSA ne le réclamaient pas.

      Supprimer
  9. Bonjour,
    Sur le site des Restos du cœur, l'historique affiche:
    1986: 8 500 000 repas servis
    2008: 103 millions de repas servis
    2010: 109 millions de repas servis
    2011: 115 millions de repas servis
    On remarque une forte accélération dans ces dernières années. A ce rythme exponentiel, on va se retrouver avec 200 millions de repas dans trois ans et 500millions dans 5 ans. Comment peut-on croire en l'avenir d'une entreprise qui va inexorablement dans le mur puisque son système d'aide est un échec? On voit l'effet pervers de l'aide et des subventions qui entretiennent un système qui n'aide pas les gens à sortir de leur détresse et contribue à les y maintenir.
    Pas très loin de mon lieu de travail, je passe devant un restaurant du cœur, et là de grosses mamas africaines et leur marmaille (où sont les pères?) attendent leur repas quotidien. Je veux bien aider des Français dans la mouise, mais l'Afrique entière, plus question.
    Pour ma part, désolé, mais j'ai arrêté de donner...
    Cordialement
    JDx

    RépondreSupprimer
  10. Mes Respects,

    Il va aider quels pauvres : les vrais qui vivent dans un boui-boui avec leur famille et qui partent le matin se faire embaucher au noir par des entrepreneurs peu scrupuleux, ou bien les autres qui ont des écrans plats dans chaque pièce de leur appartement HLM, des iPad sur toutes les tables de nuit et des smartphones dernier cri dans la poche de chaque occupant ?..

    Nos branques de dirigeants feraient mieux de développer le micro-crédit, voter des annulations de charges durant 3 ans pour toutes jeunes entreprises créées par un chômeur, augmenter les plafonds du chiffre d'affaire des auto-entrepreneurs, remettre le mode de calcul "forfait" pour les CESU pour inciter à créer de l'emploi et surtout, pour inciter ceux qui ont les moyens de "consommer" ces emplois en faisant appel à ces petites entreprises...

    Vous croyez qu'ils vont financer cette mesure avec les 30% de salaire qu'ils ont en trop ?..

    Acceptez mes respects quantiques...

    RépondreSupprimer
  11. @Richard: toutes les mesures que tu cites sont bien évidemment géniales mais elles ont un gros défaut: elles ne sont pas sociales voire socialistes encore moins électoralistes. Qui plus est, elles nécessiteraient de la part de nos dirigeants de changer de discours et d'emprunter une démarche qui mette en avant l esprit d initiative et d'encourager l’ entrepreunariat, bref de devenir des primes au mérite.

    Mes respects bloguesques

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP