mardi 29 janvier 2013

J'ai un problème avec Diane 35


J'ai beau lire et écouter ce que l'on nous dit sur le sujet, je n'arrive toujours pas à comprendre comment une pilule conçue spécialement pour lutter contre l'acné, la notice d'utilisation l'atteste, peut être commercialisée,  prescrite par les médecins et vendue par les pharmaciens comme une pilule contraceptive.

J'ai du mal à comprendre comment une pilule contre l'acné est conditionnée, emballée et markettée comme une pilule contraceptive.

J'ai du mal à comprendre comment les femmes acceptent de prendre sciemment une pilule contraceptive alors qu'il est écrit noir sur blanc que celle-ci est prévue pour un autre usage...

Je ne comprends pas pourquoi cette imposture médicamenteuse est dévoilée seulement ces jours-ci.

De la même façon que je n'arrive pas à comprendre pourquoi on fait tout un plat de cette histoire sous prétexte que Diane 35 aurait provoqué 4 décès et quelques thromboses en 20 ans quand chaque année le paracétamol est reconnu coupable de la mort de 7 utilisateurs...

On aura beau me dire que les labos graissent la patte de quelques uns, on aura beau me dire que les médecins cèdent aux demandes de leurs patientes, on aura beau me dire que l'agence du médicament ne fait pas bien son boulot...

Je ne comprends pas.

Folie passagère 1556.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

32 commentaires:

  1. Sur ce coup, je peux peut-être t'expliquer un brin.

    La contraception, c'est un peu la loterie chez les médecins : certains dinosaures refusent encore d'admettre qu'un DIU peut se proposer à une femme qui n'a jamais eu d'enfant. D'autres promettent que la dernière crème antirides sortie fait aussi pilule. Il y a les femmes qui prennent le temps de lire et de s'informer, de croiser les sources. Les autres ont leurs idées arrêtées ou suivent le doc. Du coup, Diane, bah, si t'es pas informée ou si tu aimes le risque, tu tentes. Parfois t'as raison... Parfois, bah... pas d'boool !

    Pourquoi est-ce tant médiatisé ? Parce que la mode est aux procès. Tu as mal, t'as pris un truc avant dont la voisine t'a dit que "brrr c'est dangereux" ? C'est parti, coupable désigné, on cible et on va se répandre en justice et dans les médias. Par contre, le doliprane, mon dieuuuu, ça ne peut pas faire de mal, la preuve, c'est vendu sans ordonnance et on l'utilise depuis un bail.

    Je m'emporte un poil, désolée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @blandine: en gros, tu es entrain de me dire que la démarche de prendre une pilule, acte médical, n'est pas le fruit d une démarche rationnelle ... aïe, aïe, aïe !

      Supprimer
    2. Pas pour beaucoup de femmes, qui se laissent piloter, ni pour beaucoup de médecins qui ne réactualisent pas leurs connaissances. C'est grave ?

      Supprimer
    3. @blandine: mézavi que c'est plutôt grave en effet. Moi qui n'ai jamais fait confiance à un toubib sur la seule foi qu'il serait toubib...

      Supprimer
    4. Ah bah oui mais si tu te mets à penser, aussi...

      Supprimer
  2. personne n'a-t--il encore eu l'idée de mettre en place une statistique "degré d'implication dans les accidents mortels de voiture par marque" pour voir s'il y en avait une plus dangereuse que l'autre histoire d'en drastiquement reglementer les ventes?

    RépondreSupprimer
  3. Et pourquoi une pilule qui n'est pas un contraceptif est vendue dans la même présentation que les pilules contraceptives, mon cher Corto, j'avoue que, moi aussi, je trouve cette histoire très mystérieuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: bien vu, j avais oublié ce "petit " détail, je modifie mon billet !

      Supprimer
  4. Encore un truc à ranger dans la boite des "choses que je ne comprends pas" avec la persistance des 35 h, la droite qui contrôlerait tous les medias alors que la plupart des journalistes sont de gauche, le maintien de l'isf, les besoins sans cesse croissants de l'educnat, etc .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lapin malade: d'accord, mais j aime comprendre ce qui se passe alors quand je ne comprends pas ça me triture. Voir des femmes prendre sciemment ou par transfert de responsabilité des risques avec leur santé, je ne comprends pas

      Supprimer
    2. La plupart des journalistes sont de gauche effectivement, surtout quand ils ne sont pas encore diplômés d'ailleurs, mais les éditorialistes (éditocrates) eux sont de droite.

      Supprimer
  5. certaines femmes vont, au mieux, chez le gynécologue au hasard, une fois tous les 2 ans et sans regarder trop ses compétences,elles repartent avec un ordonnance renouvable tous les 6 mois pour 2 ans ai pire chez un généraliste qui renouvelle le truc sans même regarder la marque....
    il existe aussi des médecins, qui sont en même temps soit cancérologues, comme le mien soit un spécialiste reconnu et qui savent faire faire les analyses quand il le faut et qui expliquent le pourquoi du comment mais là, on retourne dans l'éternel débat de la médecine à 2 vitesses, entre le privé qui assure et le lambda qui prescrit à la chaîne sans contrôle parce que lui même, mal renseigné où qui n'a pas pris soin de s'informer, la pilule n'a jamais été un " truc" sans incidences, elle nécessite une prescription sur mesure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil sauf que visiblement avec Diane et d'autres les prescriptions semblent avoir été faite sans mesure !

      Supprimer
  6. Ma fille aînée prend la Diane 35 et je peux vous assurer qu'elle est en plaine forme pour les briser menu à son père et lui faire monter le tension.

    Existe t il une pilule qui rende les adolescentes gentilles avec leur géniteur car là je suis preneur..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: oui il en existe une le billet de 50 quand elle a envie de sortir :)

      Supprimer
    2. Si c'était aussi simple, tiens j’imagine deux mecs devant le problème, iront ils appelé leurs copines lesbiennes qui elles leurs demanderont comment on apprend à un garçon du même âge de na pas avoir de pollution nocturne, peut être échangeront ils ou elles leurs Nouveaux Animaux de Compagnie.

      Supprimer
  7. N'a t'on pas fait tout un plat récemment pour un médoc censé réguler le taux de cholestérol et utilisé comme coupe-faim ? En effet, l'agence du médicament doit avoir la jambe légère et les mains sèches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west: les deux cas semblent similaires en effet suaf que la , comme le souligne Marianne, on a poussé le raffinement plus loin en packageant Diane 35 exactement comme une pilule. D'où, pour une par, l'absence de méfiance des femmes

      Supprimer
  8. Comparer des morts est vicieux. On trouvera toujours pire. Exemple: Il y a beaucoup moins de chasseurs que de femmes pourtant rien que l'an dernier (France2 hier) il y a eu seize morts dans des accidents de chasse. Un décès est un déces. Six décès, c'est déjà trop et ne parle pas des plusieurs centaines de cas de thrombose veineuse grave.
    Dand le cas du Diane35, il a eu évidemment magouille: pour ne pas demander une AMM pour un contraceptif et donc être obligé de tester les effets secondaires sur une longue période, on a demandé l'autorisation pour un anti-acnéique (traitement moins long) ceci de la part du labo et des autorités du médicament en toute connaissance de cause. Parallèlement on a informé les médecins, on l'a prescrit vendu et -comme tu dis- marketé comme un contraceptif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: la comparaison n'est pas forcément vicieuse si elle met en lumière certaines aberrations. Elle a été faite par Docteur Faysakier sur Frce 2 hier.
      Il est évident qu il y a une histoire de coût dans tt cela et que les labos ont réalisé une belle économie, C'est certain. Il n empêche aussi que l on doit pointer du doigt et les médecins... et les femmes qui ne savent pas lire les notices où qui ne se posent pas de questions.

      Supprimer
  9. Je ne comprends pas q'on puisse sauter une fille pleine de boutons.

    Coach Berny

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un comemntaire aussi sympa mérite un bouquet d'acné. Je vous l'envoie par les ondes.

      Supprimer
    2. mouarffffffffff !

      Supprimer
    3. @coach berny: et l'amou'r , t'en fais quoi de l'amou'r , hein ?

      Supprimer
    4. Ben tu sais, pour moi l'amour c'est comme l'acné, j'ai la mémoire qui flanche, j'me souviens plus très bien.

      Coach Berny

      Supprimer
    5. C'est juste jouer à saute-bouton..

      Supprimer
  10. Je suis d'accord avec à peu près tous les commentaires précédents. J'en apporte un supplémentaire. Il y a toute une population d'adolescentes qui "profitent" de leur acné pour se faire prescrire la fameuse Diane qui fait polémique.

    Les parents un peu rigides et souvent peu informés sur le sujet n'auront que la version traitement de l'acné et ne sauront pas que leurs filles prennent un contraceptif (ce qui suppose qu'elles en ont besoin). C'est du 2 en 1.

    Pour ce qui concerne les statistiques sur les accidents dûs aux médicaments. A l'avenir, ce sont les cliniques et hôpitaux qui seront chargés d'établir ces statistique. On peut d'ailleurs se demander pourquoi avoir attendu si longtemps car ils sont bien les seuls à pouvoir fournir des chiffres fiables sur le sujet pour ce qui concerne les accidents graves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cyrielle: je n avais pas vu cet aspect "jeunes filles en fleur " et parents " fermés " mais c'est sans doute aussi une explication.
      Il me semble que si j avais une fille qui reviennent de chez le toubib avec une boîte de medocs, j'irai tout de même jeter un coup d'oeil sur la notice.

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord avec le commentaire de Cyrielle.
      Le souci avec les médicaments, c'est qu'on se rend souvent compte "par hasard" qu'ils peuvent avoir des "effets secondaires" sur d'autres pathologies du coup, les médecins les dévient de leur rôle premier....

      Un exemple: Le Cytotec, qui est à la base un médicament utilisé pour traiter les ulcères .... Et bien il est utilisé tous les jours, lors de fausses couches pour aider à évacuer le "materiel" de la fausse couche et donc éviter un curetage... (à mon avis il doit aussi être utilisé comme pilule abortive par pas mal de nanas mais bon, c'est un autre sujet)

      Y'en a plein d'autres mais c'est celui-ci qui m'est venu spontanément, rapport au sujet du billet!

      Titi

      Supprimer
  11. allez chez le médecin et regardez dans la salle d'attente , 2ou3 représentantes de laboratoire ( jusqu'à maintenant je n'ai vu que des femmes) attendent avec vous , même si votre médecin ne l'avouera jamais il est de connivence avec eux, lorsqu'il me precrit un médoc je regarde systématiquement internet et je compare avec la notice , la dernière fois je suis retourné chez mon médecin pour faire changé un médoc qui me semblait un peu louche , il a été changé, par contre le nouveau coûtait moitié prix. ceci explique peut-être celà

    RépondreSupprimer
  12. Les utilisatrices de Diane sont des pauvres gamines complexées par leur acné. Elles sont folles d'espoir à l'idée de se débarrasser de cette poisse quand le toubib leur prescrit le "2 en 1" et ne vont pas chercher plus loin.
    Sinon, je ne sais pas si beaucoup d'entre vous ont déjà tenté de lire une notice de pilule contraceptive, mais il faut être armé:
    - zyeux de lynx
    - vocabulaire de pharmacien diplômé
    - bon en maths (pour les calculs de dates)
    - patience, parce qu'il y en a une tartine.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lo : si seulement il n y avait que des gamines acnéiques à avoir pris Diane 35, j'aurai compris mais visiblement ce n'est pas le cas.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen