vendredi 11 novembre 2016

Pitoyable 11 novembre. Fermez le ban !



Ce matin, je suis allé aux cérémonies du 11 novembre. Rassemblement à la mairie puis la messe  pour les morts et les anciens combattants avant d'aller de nouveau à la mairie, aux monuments aux morts. J'y étais parce que j'aime y aller et, cette année, pour amener l'Ancien qui avait souhaité, pour une fois, se faire la totale. Il avait mis l'uniforme et toutes les breloques qui normalement imposent le respect à qui les voit.

La messe impeccable, tout Béninois que soit notre curé, son homélie était parfaite, mêlant dans un même speech le souvenir des anciens et l'espoir que représente la jeunesse. L'Ancien avait été accueilli et par le curé et par le chef des anciens combattants du coin. Du coup, nous avons eu droit au premier rang, avec les officiels. J'adore le moment, lors de l'offertoire, quand les drapeaux se baissent pour couvrir de leur protection l'autel. La messe finie, direction la mairie à nouveau où avait lieu le barnum " républicain ".

Toutes les huiles civiles locales étaient là. Une " escadron " de pompiers, les flics municipaux, les représentants de la gendarmerie, les deux maires du coin et deux députés. Nous dûmes à la gentillesse d'un conseiller municipal que je connaissais d'être, là aussi , placé au premier rang; l'Ancien eut droit à une chaise. Le premier plan, c'est bien car on voit tout, mais c'est super car cela permet d'entendre ce que se disent entres elles les " z'élites " locales.

Un des deux députés au maire de la commune voisine: " Bon et ben, ça fait encore un 11 novembre de plus au compteur, la corvée. "

Le maire de la commune à un de ses adjoints: " qu'est-ce qu'on se caille ! "

L'autre député à l'Ancien: " B'jour Monsieur ". Il va de soi qu'il n'avait aucune idée de qui était l'homme qu'il saluait.

La maire-adjoint: " ils auraient pu nous mettre des chaises comme pour le vieux " (sic)

Le chef de l'autre assoce d'anciens combattants ne prenant pas le temps de saluer l'Ancien tout occupé qu'il était à lécher les pompes du maire et des deux députés.

Les élites locales, environ une cinquantaine de personnes, " bien entre-elles ", ne prenant même pas le temps d'aller vers la population et ne cessant de bavarder, y compris, pour certains, pendant la Marseillaise, la sonnerie aux morts et la minute de silence.

Trois dépôts de gerbe exécutées au pas de charge.

Le Maire fit un discours pendant lequel il n'a cessé de bafouiller, mettant du 2016 là où il aurait du parler de 1916, annonçant 500 morts au lieu de 500 000. Pressé d'en finir. Il faisait face à l'Ancien et ne pouvait donc pas ne pas le voir. La cérémonie finie, pensez-vous qu'il viennent le saluer ? Que nenni. L'Ancien fit l'effort d'aller le saluer, il eut droit, là aussi, à un " B'jour M'sieur ", l'édile se retournant aussitôt vers ses amis.

Les seuls qui sont venus saluer l'Ancien, avec le respect dû à son rang, sans doute l'homme le plus décoré à 30 kilomètres à la ronde, sont quelques anciens combattants...

Toutes les autorités civiles n'étaient visiblement là, entre elles, que par obligation et/ou électoralisme, assumer la " corvée ".

Je n'ai évidemment pas répété à l'Ancien ce que j'avais entendu et ce que je pensais de cette manifestation. Pas eu besoin. Au lieu d'aller au " pot " offert par la mairie, il m'a regardé et dit: " Allez, on rentre, que des gougnafiers ! On m'y reprendra pas ". Moi, non plus, en tout cas pas de si tôt.

Fermez le ban.

Folie passagère 3351.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

50 commentaires:

  1. L'autpaysdufauxmage11 nov. 2016 à 12:56:00

    Un autre mot a été souvent galvaudé : Respect !

    Que l'Ancien sache qu'on est très nombreux à lui dire MERCI !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lautpaysdufauxmage: : c'est exactement ça, le manque de respect. Pour l'Ancien par rapport à ce qu il a fait et vécu, et par de là, a son niveau, pour ce quil représente

      Supprimer
  2. Respect à l' ancien, des gougnafiers, il est gentil l'ancien.
    Des jean-foutres qui mériteraient une conduite à la Grenoble, mais non même pas, rien même l'indifférence est encore bien trop cher pour ces potiches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: une conduite àla Grenoble ?

      Supprimer
    2. Chassé sous les hués et les coups, en fait raccompagné de façon brutal.

      Supprimer
    3. une conduite DE grenoble


      un charivari , en somme

      Supprimer
  3. Rien de tel dans ma commune, cérémonie très digne, la mairesse a trouvé les mots qu'il fallait, personne ne semblait être venu par corvée.

    RépondreSupprimer
  4. Aaaaarrrggghhh !

    Ce matin, je suis allé aux cérémonies du 11 novembre.

    Écrit comme ça, ça fait moins mal aux yeux.

    😀😀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: hé, ho, le montagnard de fraîche date, ça va :) Je corrige parce que c'est toi

      Supprimer
    2. Mal aigu des montagnes ?
      Amitiés
      Droopyx

      Supprimer
  5. Et c'est ainsi que cela se passe dans la majorité des communes. Ils peuvent bien nous rebattre les oreilles avec leur foutue connerie de "devoir de memoire, ils s'en foutent complètement. C'est juste, pour ces enfoirés, une occasion pour nous rappeler que le mal rôde, que le repli sur soi, l'identitarisme, c'est la guerre, le racisme (ben oui, hein !), et pourquoi pas l'homophobie tant qu'on y est. Puis zou, tous au gorgeon pour s'en mettre plein la lampe aux frais des contribuables. On en profite d'ailleurs pour régler quelques affaires, rencontrer de futurs clients ou obligés, et pourquoi pas se partager du pognon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ]@Koltchack: le devoir de mémoire, je ne sais pas s ils s en foutaient mais c'est bien l impression que les élus présents donnaient alors que le public, la " plèbe " avait l'air plutot sincère

      Supprimer
  6. Bonjour cher Corto, J'ai assisté aussi comme tous les ans les cérémonies commémoratives du 11 novembre, mais moi ce qui m'horripile le plus, ce sont les "vins d'honneur" qui suivent, et certains médaillés. Voici ce que j'écrivais en 2015 : mon texte comportant plus de 4.096 caractères je suis obligé de le scinder en deux, en espérant que vos lecteurs me comprendront.
    11 novembre 2015
    Je me nomme Ernest R. (1) je suis né le 7 septembre 1892, marié le 5 mai 1913.
    À 22 ans, le 19 novembre 1914 j’ai été incorporé au 165 puis au 127 Régiment d’infanterie pour défendre la France de l’envahisseur venu d’Outre-Rhin.
    Le 12 mars 1915, un peu moins de quatre mois après mon incorporation, je suis tombé à l’ennemi « Mort pour la France » sur le champ de bataille de Minaucourt à la ferme Beauséjour dans la Marne.
    « La ferme de Beauséjour était une position ennemie formidablement protégée, à laquelle se heurteront les marsouins et fantassins le premier trimestre 1915, elle sera baptisée "Fortin de Beauséjour". Ce bastion sera pris et repris sept fois entre mi-¬février et mi-mars 1915 ».
    Ma pauvre mère qui avait perdu mon père en 1914, n’a peut-être pas eu les moyens de rapatrier mon corps dans le cimetière de mon village , ou a-t-elle pensé qu’il valait mieux que je repose avec mes 21.318 compagnons au cimetière militaire français de Minaucourt-le-Mesnil-les-Hurlus dans la Marne.
    Comme tous mes camarades d’armes, morts pour la France, je n’ai pas eu d’honneur militaire de la part de la Nation lors de mes obsèques, pas de médaille ni de drapeau sur mon cercueil, mais j’ai une tombe surmontée d’une croix blanche avec une plaque grise où figure mon nom et le numéro de mon régiment. J’ai eu de la chance dans mon malheur il ne faut pas que je me plaigne, d’innombrables camarades retrouvés après de longues années, sont entassés dans un ossuaire, d’autres sont perdus pour toujours dans la nature, recouverts de terre projetée par un obus qui venait d’exploser à côté d’eux.
    Mais je suis triste là où je suis, entouré de mes camarades nous sommes en colère, nous regardons amèrement et désolés ce qui se passe en bas, là, sur votre terre où nous avons versé notre sang pour que vous puissiez vivre en paix, où nous avons souffert, nous y voyons chaque onze novembre des hommes en civil, endimanchés coiffés de calot ou d’un béret militaire ? Ils sont parés d’innombrables décorations, certains bombent le torse, ils se pavanent, fiers comme des paons. Toutes ces médailles qui brillent sur leur poitrine en 2016, les méritent-ils ? Certain n’ont sûrement jamais entendu l’effet ni le sifflement qu’une balle fait en passant au-dessus de la tête, ni entendu le bruit assourdissants des marmites qui explosent au-dessus des tranchées où gisent les cadavres de camarades déchiquetés, à moitié enlisés, recouverts de boues imprégnées de sang, mélangées aux entrailles de leurs camarades morts sous un déluge d’obus ?
    Voir la suite

    Jean-Pierre




    RépondreSupprimer
  7. Suite de Jean-Pierre: Ils défilent derrière un ou deux drapeaux, arrêtent devant le monument érigé en notre honneur, déposent sur le parvis une ou deux gerbes de fleurs, énumèrent la trop longue liste des camarades morts pour la France, écoutent lus par le maire, le message d’un ministre, puis les enfants du village entonnent une émouvante Marseillaise. Ensuite, tout ce "beau" monde se retrouve à la mairie pour boire le verre de l’amitié, là ils trinquent, boivent, rient et refont le monde, ils feront bientôt griller des merguez, depuis longtemps déjà ils ne pensent plus à nous !
    Là où je suis, il faut que je vous dise, j’ai rencontré l’Empereur Napoléon, il est triste lui aussi de voir que l’on distribue comme des sucettes la Légion d’honneur à des personnages insignifiants et sans intérêt. Le comble du déshonneur pour la France, on l’a décernée en catimini à un assassin arabe et de surcroît reçus en grande pompe par le président au palais de l’Élysée ? (Médaille que l’Empereur avait conçue pour ses valeureux et méritants grognards).
    Puis j’ai rencontré l’immense général de Gaulle, il était là, assit à un guéridon, il tentait de terminer une partie de cartes interrompue brusquement le 9 novembre 1970, lui non plus ne décolère pas de voir dans quel état ses successeurs ont laissé "SA France", il m’a dit qu’il redescendrait bien sur terre pour botter le cul à tous ces incapables et voleurs qui ne pensent qu’à emplir leur portefeuille. Avant de reprendre sa partie de cartes il m’a dit : - « tu vois soldat, l’empereur là-bas, il est mort peut-être empoisonné, dans le déshonneur, captif, loin de son pays qu’il aimait intensément. Moi, quand j’ai quitté la terre, je n’ose le dire je faisais une réussite, mais toi brave soldat, tu es mort en héros, parmi tant d’autres héros de ton âge, pour défendre Ta patrie, Notre France, cette France que j’ai tant aimée ».
    Le 29 mai 2016, lors du centenaire de la bataille Verdun, avec l’accord de la présidence de la République, en présence du président français et de la chancelière allemande. La cérémonie s’est en effet achevée par l’image choquante et scandaleuses de centaines de jeunes courant parmi les tombes. Quelle grotesque " ballet ".
    Fraiche Jean-Pierre 11/11/2015.
    (1) Ernest Rabot était mon Grand-oncle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jean Pierre: la cavalcade de Verdun, les tambousr et toute cette scénographie obsece, on n'est pas prêt de l oublier. Mais qu ont-ils dans la tête pour massacrer tout ce qu ils approchent...

      Supprimer
    2. Souvenir et reconnaissance au soldat Rabot !
      Droopyx

      Supprimer
  8. J'assiste en ce moment à la commémoration à Isola. Pour un village d'à peine 900 âmes, chapeau. Il y a autant de public, voire plus, que dans bien des communes d'Île de France nettement plus importantes. Il y a un peloton de l'école des mousses, en grande tenue et en armes, un peloton de sapeurs-pompiers, idem pour la Gendarmerie, sans oublier la musique des sapeurs-pompiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: et bien j ai l impression que tu as trouvé village selon tes souhaits, profites en bien !

      Supprimer
  9. Bonjour Corto,

    Pour plein de raisons diverses et variées, je devrais aller à ce genre de cérémonie mais ça m'est totalement impossible. Je ne les supporte plus. J'éprouve un trop grand respect pour nos morts, quelque soit la guerre au cours de laquelle ils sont tombés et les raisons pour lesquelles on les a faits mourir pour ce pays. Je refuse de me mêler aux multiples comédies officielles, présidées sans qu'on le voit, par Saint Hypocrite, le saint patron de la classe politique. Je connais pourtant beaucoup de gens dont le dévouement est total et pour qui la ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe n'est pas une "corvée", pour reprendre le mot entendu et que tu rapportes, ou d'autres qui sont fiers,dans leur simplicité quotidienne, de se presser en tant que porte-drapeau à l'inauguration d'un monument commémoratif. Dans cette perspective, le mot "servir" est noble (salutations à ton ancien), celui "se servir" (je ne mets pas de noms) est abject.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: oui, nous avons eu droit a des gougnafiers qui en fait ne respectent plus rien (pourtant des mecs prétendument de "droite " ) et qui a ce genre de manifestation sont là plus par obligation, pour se montrer, pour donner l illusion , du flan!
      Les quelques enfants des écoles présents ont bien de la chance de ne pas comprendre encore tout cela.
      Et a coté de ça, t as les anciens ccombattants, les porte-drapeaux dont certains ont passé, facile, les 70 ans, qui se dévouent, qui " communient " au truc, devant des rigolos. Pouah. J imagine néanmoins volontiers que ce n est pas partout pareil.

      Supprimer
  10. Mes respects a l Ancien Corto,rien de nouveau dans le monde socialiste progressiste.
    JJS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JJS: merci. En l ocurrence, par chez moi les gougnafiers se présentent comme étant de droite, enfin... ils soutiennent quasi tous Juppé.

      Supprimer
    2. s'ils soutiennent juppé , on peut y voir comme un début d'explication ,non?

      Supprimer
  11. Ce matin, au réveil, mon cher Corto, j'ai appris qu'un oubli irréparable allait enfin être réparé : nous avions négligé jusqu'à ce jour, dans nos commémorations, de rendre hommage aux tirailleurs sénégalais. Dieu soit loué, voilà qui est fait !
    Je vous embrasse ainsi que l'Ancien qui, qui sait, saura peut-être apprécier plus que vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: apprécier plus que moi l hommage aux tirailleurs sénagalais ou la cérémonie à laquelle j ai assisté. parce que pour ce qui est de celle-ci, l'Ancien avait plutot les nerfs

      Supprimer
  12. Pas de chance pour l'Ancien.
    Chez moi, il y avait du monde et même des enfants (dont les 4 de l'adjoint au finances). Le Maire n'a pas bafouillé et a lu le discours du Ministre des Anciens Combattants comme d'habitude. Y avait du monde, y compris les jeunes des pompiers volontaires. On a fait les 4 monuments au morts de la commune (le plus important étant au cimetière évidemment). Bref, une cérémonie correcte. Et en plus il ne pleuvait pas !

    RépondreSupprimer
  13. Une pensée pour ton père dit "l'Ancien" , j'en profite pour une pensée à mes oncles , beau-frère , beau-père qui doivent se retourner dans leur tombe en voyant pour ce quoi ils sont tombés . Ce qui est formidable dans ce genre de cérémonie c'est la minute de silence , le seul instant où personne ne raconte des conneries .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri; ah ben là, même pendant la minute de silence il a fallu que le député l a premiere adjointe et un autre gars papotent, discrètement . mais j étais juste a coté.

      Supprimer
  14. Mère voici vos fils qui se sont tant battus.
    Qu'ils ne soient pas pesés comme Dieu pèse un ange.
    Que Dieu mette avec eux un peu de cette fange
    Qu'ils étaient en principe et sont redevenus.

    Mère voici vos fils qui se sont tant battus.
    Qu'ils ne soient pas pesés comme on pèse un démon.
    Que Dieu mette avec eux un peu de ce limon
    Qu'ils étaient en principe et sont redevenus.

    Mère voici vos fils qui se sont tant battus.
    Qu'ils ne soient pas pesés comme on pèse un esprit.
    Qu'ils soient plutôt jugés comme on juge un proscrit
    Qui rentre en se cachant par des chemins perdus.

    Mère voici vos fils et leur immense armée.
    Qu'ils ne soient pas jugés sur leur seule misère.
    Que Dieu mette avec eux un peu de cette terre
    Qui les a tant perdus et qu'ils ont tant aimée.

    Charles Péguy

    Je ne me lasse jamais de lire ce poème.

    le NAIN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Nain: suis-je fatigué mais je ne suis pas sur de bien comprendre ce poème, la dernière strophe mise à part

      Supprimer
  15. On devrait interdire aux politiciens d'assister aux cérémonies du 11 novembre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pa,gloss: déconne pas, c'est leur heure de gloire, ils se montrent et reçoivent les honneurs, et tant pis si ces honneurs ne leur sont pas destinés.

      Supprimer
  16. Mon petit fils a fait ce matin son devoir de jeune porte drapeau, dans ce village de Bretagne, c'était digne et pas de gougnafiers ; j'attends la photo qui doit paraître dans la presse relatant la cérémonie, si elle est bonne, je te la passerai, pour faire voir à l'ancien qu'il existe encore dans notre France des jeunes qui savent rattraper les vieux cons de malappris , à ta place je leur aurait glissé, discrètement , quelques paroles bien senties.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: j y ai pensé à ton Pinat mais entendons nous bien, j imagine que cela ne se passe pas partout de la meme manière que ce a quoi j ai assisté

      Supprimer
  17. Témoignage consternant mais malheureusement prévisible, notamment dans les grandes villes et leurs couronnes.
    Cette année, nous n'avons pu y participer car nous nous sommes rendus vers Carcassonne chez le beauf, histoire de se rapprocher de Toulouse pour le France -Samoa demain.
    Mon fils (en classe de CM2) qui m'accompagne regrettait que cela tombe à cette période car il devait lire avec ses camarades des lettres de poilus (écoles publique et privée ensemble comme chaque année). Il est très déçu.
    Nous allons à cette commémoration chaque année normalement, en famille tous les 5.
    Il y a les pompiers, les gendarmes, les élus et de nombreux villageois avec beaucoup d'enfants dans une ambiance très respectueuse et touchante (la plupart des présents ayant un de leurs anciens dont le nom est cités par le maire!).
    Je regrette de constater que cela ne se passe pas ainsi partout !!!
    Un salut des plus reconnaissants et des plus solennels à l'Ancien.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Buchard: et non, hélas, ça ne se passe pas toujours comme par chez toi. Ici, des petits politiciens de banlieue, soi disant de droite, y en a même un qui se rêve ministre des Aff. étrangères de Juppé. Bref, ce genre de cérémonie, c'est pour cultiver leur électorat. Sans se rendre compte qu ils peuvent finalement etre ridicule, pis, irrespectueux.
      Bon match demain !

      Supprimer
  18. Dommage, j'étais pris par les cérémonies des 4 communes du coin où tout se passe convenablement. Sinon, j'aurais considéré comme un honneur de servir d'ordonnance à ton père si tu m'avais prévenu.

    Ne sois pas étonné du comportement de certains vis à vis de ton père. Ils arborent des breloques tandis que lui porte des décorations; même si les rubans et les médailles peuvent être les mêmes, leur valeur n'est pas semblable, et ils le savent !

    Mes respects à Monsieur ton Papa.

    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: je ne suis pas étonné, ou plutot si, je ne pensais pas que la morgue de certains élus, de surcroit dans une petite ville, pouvait être a ce point flagrante.
      Et oui, tu as raison, ces mêmes élus irrespectueux savent parfaitement faire la différence entre breloque, hochets et décorations.

      Supprimer
  19. Merci M.Droopyx !

    J-Piere

    RépondreSupprimer
  20. Et que pensez-vous mon cher Corto des vins d'honneur donnés à cette occasion, où certains "invités" s'accrochent aux buffets comme des moules sur leur rocher !? j'en ai connu "des gens très bien" comme on les appelle, qui ne quittaient la tablée que, lorsqu'elle était vide, même les miettes avaient été englouties. Écoeuré par les agissements de ces goinfres, je n'y assiste plus depuis longtemps ! Pensées émues à ta Papa!!

    Jean-Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton Papa ! Pardon !
      Jean-Pierre

      Supprimer
    2. @Jean Pierre: j adore ces vins d honneur, je n y reste pas, juste le temps de contempler les morfals se jet sur les buffets comme la vérole sur le bas clergé ou une colonie de biafrais sur un grain de riz

      Supprimer
  21. Corto j'ai relu votre billet de l'année dernière sur le 11 novembre avec "l'ancien" (avec tous mes respects). Déjà l'année dernière on vous avez fait partir du premier rang de l'église qui était réservé exclusivement aux "anciens combattants" ! Cette année c'est encore pire d'entendre les propos que vous relatez. Je pense néanmoins que dans la plupart des villes le 11 novembre est encore respecté avec l'honneur qu'il convient. Mais là aussi quel respect peuvent encore avoir les simples d'esprit après les loufoqueries scandaleuses nationales de la commémoration de la bataille de Verdun

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Roland: je pense aussi que dans la plupart des villes et surtout des petites villes, cela se passe avec respect et déférence, pas chez moi, hélas.

      Supprimer
  22. Corto:beaucoup d'émotion et de honte à la lecture de ton billet.
    Et un grand coup de chapeau à cet "ancien" non dupe...

    RépondreSupprimer
  23. Comme je compatie à ta réaction. Comme je suis heureux de lire les différents commentaires. (Je vais faire court sur le blog) : Serait-il possible que vous ou l’un de vos amis, de vos lecteurs, me contacte à l’adresse suivante caro802207@yahoo.fr afin que je vous expose plus en détail un projet qui va, nul doute, dans le sens de votre article. Mon besoin, en gros : de l’aide. J’ai fait un site internet qui va tout à fait dans ce sens du respect, du souvenir de ceux qui sont morts sur nos terres. J’ai besoin de relais, d’entrées dans ce monde étanche des décideurs, des pros de la comm, des politiques (ou plutôt à ceux qui travaillent dans les ministères). J’espère que la curiosité, l’envie de participer à ce projet vous amènerons à prendre contact avec moi. La manière n’est pas bien élégante, je n’ai pas non plus votre plume (j’ai aussi vu Nathalie HP dans des commentaires), merci à vous en tout cas de m’avoir lu. David.

    RépondreSupprimer

Les TROLLS seront systématiquement catapultés. Dépollution oblige ! Les commentaires d'anonymes quasi-systématiquement rejetés . La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.