jeudi 12 janvier 2012

Droit de grève des professeurs ?

(Lycée Théodore-Monod de Noisy-le-Sec - 93)

Voilà, cher lecteur, je voudrai soumettre à ta sagacité le problème suivant.

A Noisy-le-Sec, une jeune camerounaise de 24 ans, sans papiers et donc en situation irrégulière, a été arrêtée  dans les locaux de la préfecture alors qu'elle essayait, à nouveau, d'obtenir un permis de séjour. Cette jeune fille est arrivée en France en 2008. Elle était élève de première section commerce dans un lycée professionnel de la Seine Saint Denis. Elle disait n'avoir que 21 ans. Aujourd'hui, cette jeune fille a été mise en centre de rétention en attendant son avis d'expulsion: retour au pays !

Jusque là rien d'extraordinaire, c'est la vie avec ce qu'elle a de beau et de moche. Non, ce qui m'interpelle c'est qu'aussitôt, les professeurs du lycée qui accueillait la jeune fille, en toute connaissance de son "irrégularité ", se sont mis en grève. Sans préavis, il va de soi. "Une majorité de professeurs sont en grève. Les cours ne sont pas assurés" confirme le chef d'établissement.

Ma question est simple, les réponses moins évidentes. Mais de quel droit et pour quels motifs légitimes les profs se sont-ils mis en grève ?

Folie passagère 1003.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

12 commentaires:

  1. Salut Corto, très bonne question ...à laquelle je ne saurais pas répondre, sauf à considérer que le droit de grève n'impose pas de se justifier !
    Cela étant dit, le problème de fond derrière ça, c'est la contestation des lois de la république !
    On est d'accord avec ou on est pas d'accord avec les lois sur l'immigration, mais la Loi s'impose à tous et si chacun pour des pseudos raisons morales commence à s’asseoir dessus, la République ne pourra pas fonctionner bien longtemps.
    Sur la question de l'immigration, il y a clairement nécessité de trouver un consensus national. Tiens, merci pour l'idée de billet, je crois que je vais écrire la dessus quand j'aurai le temps.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Corto, tu vas encore de faire touiter de tous les noms -)

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  3. @nicolas007: le droit de grève n'impose pas de se justifier ??? tiens donc :) Voila qui mériterait aussi billet.
    La loi, votée par les représentants du peuple s'impose a tous, nous sommes bien d 'accord alors pourquoi contester ainsi son application ?

    @al west: pkoi veux tu que je me fasse touiter, la question est pertinente, non ?
    Voila des profs qui en principe sont censés, entre autre chose, d'enseigner le respect, et donc le respect des lois, et qui se mettent en grève dès que l'application de celle-ci ne leur convient pas.. étrange, non?

    RépondreSupprimer
  4. @ Corto : je suis tout à fait d'accord, mais j'imagine -je ne peux pas le vérifier, je ne twitte pas- que tu vas encore de faire houspiller/torpiller pour tes propos réacs (Jean-Pax, sors de ce corps !), que sais-je ? Tiens, à propos, j'ai pensé à toi quand tu parles de "camp du bien", "bien-pensant" : ils ont reçu Juliette, la chanteuse, sur France-Inter, hier.

    Quant à la pertinence des sujets que tu soulèves, t'a-t-elle épargné d'être traité de... heu... bah c'est pas moi qui vais te le rappeler, non ? Tu ne manqueras en tous cas sûrement pas de tout un aréopage de droit-de-l'hommistes pour te tomber dessus, tu le sais très bien -:

    RépondreSupprimer
  5. Le droit d'être du coté des "gentils" même si les "gentils" ne respectent pas la loi française.

    Et puis ça permet de se donner bonne conscience sans rien foutre.

    RépondreSupprimer
  6. Soyez assuré, mon cher Corto, qu'il y a gros à parier que les professeurs qui se sont mis en grève, ont leur propres enfants scolarisés dans le privé, bien éloignés de toutes grèves.

    RépondreSupprimer
  7. @skandal: droitsdelhommisme et toussa ...
    sans rien foutre, c'est vrai après tout, ils se mettent en grève mais combien étaient près à l'accueillir chez eux ?

    @marianne: même pas Marianne, si seulement. Mais je suis prêt a parier que pas un de ces profs n a d'enfant ds le privé: c'est pas égalitaire le privé, c'est élitiste

    RépondreSupprimer
  8. alors là, tiens, tu te gourres mon gars, dans l'école privée de ma petite fille, il y a des mômes de profs du public...qui balaient la carte scolaire d'un revers de manche ( gauche..la manche..) on veux bien tout mais faut pas pousser et mettre les gosses avec tous les immigrès de la terre dans ces foutues classes poubelles du 19 eme....
    Quand à respecter les lois de la République, dans les dites écoles publiques, tu as des grands draps ( miteux d'ailleurs ) qui pendouillesnt aux fenêtres et qui réclament la non expulsion des sans papiers...alors les lois, pour les enseigner, faut les respecter non ?
    on va encore se faire traiter de sales réacs, il a raison Al...surtout en parlant de Jean-Pax .....

    RépondreSupprimer
  9. Au delà du problème de ces profs qui font grève pour des motifs idéologiques, donc discutables puisque nous sommes ans une logique de service public, et qui devraient dans un monde normal être sévèrement sanctionnés, la question qui se pose est celle du droit de grève accordé aux fonctionnaires.

    Afin d'éviter toute polémique, je tiens à préciser que je suis moi-même fonctionnaire depuis 20 ans et encore en activité.

    Plus ou moins régulièrement, on entend dans le débat public que l'on ne peut être juge et partie. Et c'est tout à fait juste. Pourtant il y a une catégorie de français qui sont juges et partie, ce sont les fonctionnaires. Ils jouissent du droit de grève et du droit de vote et tout le monde trouve cela normal. Étonnant, non ?

    Car il faut bien se rendre à l'évidence, les fonctionnaires sont rétribués par l'Etat avec l'argent public. Bien sûr, comme d'autres citoyens ils paient l'impôt, mais à la différence du contribuable lambda qui bosse dans le privé, ils font partie de la machine étatique et ont le même droit de décider, via leur bulletin de vote (et ils sont nombreux, 25% des salariés), de la manière dont sera utilisé cet argent. Et comme si cela ne suffisait pas, ils ont également la possibilité de faire pression à la fois sur l'administration mais également sur la population lorsqu'ils estiment qu'ils ne sont pas correctement servis. Si on ajoute à cela le fait que plus de 50% des députés sont des fonctionnaires, en disponibilité le temps de leur mandat si un jour ils décident de reprendre le collier, on a un énorme groupe de pression suffisamment puissant pour désamorcer toute réforme d'importance.

    RépondreSupprimer
  10. A toutes fins utiles, les fonctionnaires allemands n'ont pas le droit de grève et ils ne s'en portent pas plus mal. Toute chose à un prix, y compris la sécurité de l'emploi. Il y a les pays civilisés où l'on comprend cela et les autres.

    RépondreSupprimer
  11. @boutfil: comment cela "mon gars " ? Je me doute bien que pas mal de profs du public mettent leur gosse ds le privé où là où cela craint moins. Je peux supposer tt de même qu'ils ne sont pas la majorité.

    @koltchak: là tu prêches à un convaincu. En allemagne , je sais que les fonctionnaires n ont pas le droit de grève en contre partie de la garantie d'emploi. En France, ne rêvons pas ! Les fonctionnaires ici, c'est un peu la forteresse imprenable: on ne touche pas !

    RépondreSupprimer
  12. I used to be able to find good advice from your blog posts.


    Also visit my web-site :: HanaCWolkowiecki

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique