mardi 24 janvier 2012

Sommes-nous capables de percevoir la beauté ?

Joshua Bell a 35 ans. Il est reconnu comme l'un des plus grand violoniste de tous les temps. Ses récitals dans les plus grands salles du monde se font à guichets fermés. Je ne le connaissais pas plus que cela, une photo de lui m'avait cependant, il y a quelques temps, impressionné. Celle-ci:

 
A son propos, J'apprends seulement aujourd'hui cette histoire. A l'initiative du Washington Post, Joshua Bell se prêta à l'experience suivante: jouer anonymement pendant une heure dans une station de métro new yorkaise les plus beaux et peut-être les plus difficiles morceaux du répertoire. Il utilisa son propre violon, un Stradivarius de 1713 acheté 4 millions de dollars. Il joua donc à une heure de grande affluence devant des milliers de personnes:


Cet évènement était organisé par le journal dans le cadre d'une expérience de psychologie comportementale sur la perception, les goûts et les priorités ( sce: wikipedia). A la fin de son récital, aucun applaudissement, aucune réaction de la part des milliers de personnes qui passèrent; seules 7 personnes s’arrêtèrent furtivement. Il récolta 32 dollars auxquels il faut rajouter 20 dollars laissés par l'unique personne l'ayant reconnu.

Cette expérience et surtout l'article qui fut publié valurent à son auteur, le journaliste Gene Weingarten, un Prix Pulitzer en 2008. En conclusion de son article, le journaliste posa la question suivante: " Dans un environnement ordinaire, à une heure inappropriée, sommes-nous capables de percevoir la beauté, de nous arrêter pour l'apprécier, de reconnaître le talent dans un contexte inattendu ? "

La réponse était évidente. Non. Et c'est exactement ce que je ressens lorsque, par exemple, je prend mes désormais fameux trains de banlieue; nous n'avons plus ni le temps, ni la curiosité, encore moins l'envie ou l'altruisme de regarder ce qui, logiquement, devrait nous séduire: l'autre.

Folie passagère 1021.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

8 commentaires:

  1. Et bien prends-le, le temps, recherche la, l'attention qui semble te, me, nous manquer pour saisir cette beauté. Personnellement, je m'y essaye mais devant la mocheté du monde et les turpitudes humaines, cela ne m'ouvre pas vraiment l'appétit du genre humain. De moins en moins, je t'assure. Je me demande même si ce n'est pas cela qui me rend aboulique à tendance dépressive, anorexique et misanthrope.

    RépondreSupprimer
  2. @al west: mais le pire c'est que le temps, j'essaie de le prendre. tiens va sourire à quelqu un ds le train ou le tromé, pour la beauté du geste 8/10 soit tu passes pour un tordu si tu souris à un mec pour un odieux dragueur possiblement pervers si tu souris à une femme. Certes c'est du vécu "transport en commun région parisienne" mais bon,,est-ce si différent ailleurs.

    RépondreSupprimer
  3. c'est pas facile de sourire à des cons, je te l'accorde, mais il m'arrive tout de même assez souvent de sourire à quelqu'un dans le métro, dans un magasin, simplement pour le plaisir, parce que la personne me semblait ouverte à recevoir le sourire..la musique, dans le métro, est souvent mal venue, assourdissante, mal jouée, mais parfois aussi, on entends au coin d'un couloir, un truc qui me fait m'arrêter et sourire et je m'en fou de passer pour une gogol dans ce cas, notre côté humain disparait quand tu es gare du Nord,( aie aie pas la tête....)

    RépondreSupprimer
  4. @boutfil: pas facile en effet, mais ce qui me gêne le plus c'est le manque de réceptivité, de voir comment les gens s'enferment dans leur petit monde avec ipod, ipad ou smartphone, même plus la curiosité ou l envie de regarder autour d 'eux ce qui se passe. Mate ds le metro ou le train ou les quais et tu verras que je ne dis pas de conneries !
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui, avec leurs trucs sur les oreilles et leurs appareils en mains, le sourire est perdu..c'est pas de ceux là dont je parles, c'est de ceux qui ont encore l'humanité d'avoir un livre et qui regardent autour d'eux de temps à autres et là, le sourire est souvent bienvenu...rare mais bienvenu

      Supprimer
  5. Il m'arrive souvent, que ce soit dans le métro, le bus, la rue, les Grands Magasins, de faire un compliment à une femme ou à un homme (à un homme, c'est plus rare : je me rappelle une paire de chaussettes splendidement accordée à l'ensemble, dans le métro...) et j'ai toujours recueilli un sourire ravi. Mais aussitôt, je me replonge dans ma lecture, ou bien je file, pour éviter qu'on croie à de la drague.
    Quant à la beauté, je ne savais pas qu'il était si rare d'y être sensible n'importe où. Pourtant, quand elle surgit en des lieux sinistres, elle change immédiatement la déprime en enchantement. Et, en donnant l'argent, je dis dis toujours merci, et je vois la joie de l'artiste.

    RépondreSupprimer
  6. @boutfil: et bien vois tu, j'étais a Paris aujourd hui et suite a ce billet, j'ai tenté le sourire, j ai même osé un bonjour ds le métro en m asseyant à coté de quelqu un. Et ben j ai pas eu de réponse. Suis si monstrueux ?

    @lika:Hello, toi ! comment va ? de retour ?
    "elle change immédiatement la déprime en enchantement." encore faut-il l 'apercevoir, ou prendre le temps de la voir; ce qui est bien difficile apparemment.

    RépondreSupprimer
  7. Corto, je ne suis pas d'accord avec toi. La foule, le métro, réservent aussi de belle surprises. Il est vrai que je voyage sur une des lignes les plus "popu" et ma foi, les pauvres sont sûrement moins figés que les autres. Faut croire.
    Quant à la musique, pas d'accord non plus.
    Là, c'est vrai qu'un initié se serait immédiatement arrêté. Mais pour les autres, les pressés, les fermés, la Chaconne de Bach est inaccessible dans un environnement pareil. Joshua Bell aurait attaqué un air tzigane ou un grand classique plus facile, je suis sûre que les gens auraient écouté.
    Dans le métro parisien, les bons groupes rassemblent des essaims de gens. J'en ai même vu qui se mettaient à danser.
    Il remet ça à Paris Joshua, un de ces jours? :)
    Bises à toi

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP