lundi 16 janvier 2012

"Le réactionnaire du XXIème siècle est le nouveau moderne"


J'ai lu ce week-end quelques extraits du dernier livre d'Ivan Rioufol: " De l'urgence d'être réactionnaire ". Vous savez ces quelques bonnes feuilles qu'un journal fait paraître lors de la sortie d'un nouveau livre, histoire de vous mettre en appétit, de donner envie, de titiller votre gourmandise. La recette fonctionna; à peine la lecture de ces extraits achevée, j'avais faim et commandais aussitôt l'ouvrage.

Il faut dire aussi que, comme chez un chef étoilé, la lecture du menu ne pouvait qu'aiguiser mon appétit. Jugez en par vous même:

Avant-propos. – Réactionnaire, sinon rien

Le peuple, appelé à faire l’histoire
Providentiel Internet
La tyrannie du politiquement correct
Le poids des médias évangélisateurs
La France, souvenir encombrant 
Exit le « Français de souche »
L’école, victime d’un Alzheimer national
Comment s’est construite la contre-société
Dissoudre le peuple
Les nouveaux corsaires de la République
Appel aux vrais indignés
Vers une insurrection civique
Les antiracistes, ces vrais racistes
Des vérités sur l’islam et le reste
Le piège de l’« allaïcité »
L’immigration de peuplement et ses conséquences
En finir avec le double discours
Une place reste à prendre

Conclusion. – « Avancez vers l’arrière »

Alors, n'auriez vous pas, vous aussi, les papilles en émoi après ça ?

De l'urgence d'être réactionnaire d'Ivan Rioufol - PUF - 

(billet garanti non sponsorisé)

Folie passagère 1010.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

13 commentaires:

  1. J'aime bien ce qu'il écrit en général, il fait de très bons articles dans le Figaro..dommage que ce journal soit trop à gauche.....lol....

    RépondreSupprimer
  2. Ne dirait-on pas, mon cher Corto, que c'est un livre écrit pour moi ?
    M'en vais l'acheter, il faut encourager les réactionnaires !

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que ça fait envie. Mais j'ai bien peur qu'être réactionnaire soit mal vu maintenant qu'il est bien trop tard pour le devenir. Je vais attendre la critique de Libé.

    RépondreSupprimer
  4. @boutfil: c'est vrai qu ils mollissent un peu au Fig :)

    @marianne: fait pour vous, fort possible, ne me remerciez pas la prescription est gratuite, courez l'acheter !

    RépondreSupprimer
  5. @pa,gloss: la critique de Libé... cuireux de lire cela en effet, si tu a trouves fait signe !

    RépondreSupprimer
  6. 4eme page de couverture: "Il y a urgence. À la veille de l’élection présidentielle, le citoyen lucide ne doit plus craindre de se revendiquer littéralement réactionnaire, c’est-à-dire de prêter son concours à des réactions politiques destinées à éviter les désastres qu’annoncent les effondrements de l’État-providence et de l’État-nation. La réalité le prouve : les dirigeants se montrent incapables de s’extraire seuls du politiquement correct qui empêche de nommer les choses et qui confond progrès et fuite en avant. L’islam le plus radical est, en France, le principal bénéficiaire de cet aveuglement. La France indignée, qui fulmine sur le Web, enjoint les élites de se réveiller avant qu’il ne soit trop tard. Elle ne désire pas revenir à un ancien monde. Elle entend défendre la modernité et l’humanisme, menacés par l’enseignement de l’oubli et de la non-appartenance. Le réactionnaire du XXIe siècle est un démocrate déçu et de plus en plus irrité, venu de la droite comme de la gauche. La pensée conforme le croit irrécupérable et veut l’offrir à Marine Le Pen. Le « néoréac » est, en réalité, en résonnance avec la société civile qui a décidé de reprendre son destin en main. Il peut être le socle politique d’une future Union nationale. Il est le nouveau moderne. "

    RépondreSupprimer
  7. Qui a dit: "Un anarchiste est un démocrate qui a été matraqué"?
    Preuve que les moutons aussi peuvent se révolter contre le berger.

    RépondreSupprimer
  8. Ah oui y a pas à dire, tu as un nouveau thème :-)
    Bon, je garde foi en toi parce que la dernière engueulade que j'ai eue avec mon père, c'était que non l'homosexualité n'était pas une perversion qu'il fallait soigner (et on pouvait avoir pitié de ses victimes - au cas où tu te demanderais, je n'étais pas celle qui défendais la thèse de homosexualité= perversion = soins)
    Donc, la différence, tu sais ce que c'est. Ca n'oblige pas non plus à voter Marché merde c'est qui maintenant, ici je connais un - suprêmement sympathique et snif - gay qui est un défenseur du venture capitalism. Ca te laisse, il me semble, des garde-fous quand même. Je te fais donc confiance, du retour aux sources, pour ne pas tomber dans l'intolérance. Bises

    RépondreSupprimer
  9. @pangloss: je ne sais pas mais il n a pas tout a fait tort.

    @bombay magic: don't worry, je me surveille :)

    RépondreSupprimer
  10. Voilà bien autre chose: Corto ouvre les yeux et illico ses amis lui font un proçès en intention, le soupçonnent d'intolérance et pire.
    Un billet comme "l'hallogène de la gare du Nord" lui fait perdre des lecteurs ou des amis, réveille les inquisiteurs, les dépositaires du bien, les multiculs-bénis...
    C'est à gerber de bien-pensance, et malheur à celui qui sort des clous !
    Mais merde ! Quand allez vous commencer à penser autrement que dans la ligne qu'on vous impose ? C'est quoi ce nouveau catéchisme qu'il convient d'observer à la lettre sous peine d'excommunion ?

    RépondreSupprimer
  11. @fredi m: me fait perdre des lecteurs, nous sommes d'accord, mieux, on me met " à l'amende" sur twitter, Ce qui est souvent très drôle c'est que ces biens-pensants sont souvent les premiers à faire preuve d'intolérance lorsque l'on ne pense pas comme eux...

    RépondreSupprimer
  12. @ fredi m. : [...] sous peine d'excommunion ? L'excommunication est d'ailleurs un abus de pouvoir.

    Al.

    RépondreSupprimer
  13. @al west: c'est du pareil au même en clair: stigmatisation et/ou ostracisation :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP