mardi 17 janvier 2012

Qui croire ou ne plus croire ?


Alors d'un côté, nous avons Claude Guéant qui communique sur les derniers chiffres de la délinquance. D'ailleurs, peu importe les chiffres, peu de gens les retiennent; ce qui compte, c'est ce qu'il dit: en gros, tout va bien, la délinquance régresse, les violences aux personnes diminuent, y'a p'tre bien que les cambriolages pour augmenter de façon significative (+16%), etc... Bref, la police et le gouvernement font leur boulot. Et blablabla...

De l'autre, nous avons l'opposition ( mais pas que ) bien dans son rôle et les médias bien intentionnés qui bastonnent aussitôt l'Guéant: Rien ne va plus, c'est du pipeau, la délinquance augmente, les chiffres " masquent " la réalité. Pinochio, à l'Intérieur, Gepetto à l'Elysée. Et blablabla...

Information et désinformation, les deux à la fois, dans l'ordre ou le désordre... et l'on se sait plus qui parle vrai. ( D'ailleurs, cela compte-t-il de parler vrai en politique ? )

Le problème avec ces jeux de rôles, de postures ou de constats "sentimentaux", c'est qu'à la longue - et ces statistiques sur la délinquance ne sont qu'un exemple, celui du jour - le lambda moyen, l'homme de la rue ou des comptoirs de bistrots, il ne sait plus qui croire.

Et comme le " on " ne sait plus qui croire, il y a de forte chance pour qu'il ne croie plus en rien, ni en personne.

Folie passagère 1012.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

7 commentaires:

  1. "Y a des ons mais ya toujours des ons", c'était pas une chanson de Jeanne Mas, ça ? (oui, je sais Boutfil, le chant des possibles est large dans le domaine musical -et pas que-, chez moi)

    Amicalement.
    Al -Hors-sujet.

    RépondreSupprimer
  2. Ou alors il pourrait se mettre à croire en Marine Le Pen ou en Mélenchon, ce qui est pire...

    RépondreSupprimer
  3. Posture, oui... Ta posture du bon sarkozyste est parfaite d'ailleurs.

    Par contre, il est évident que l'UMP perdra les élections à plate couture si elle joue la posture en clamant "les chiffres de la délinquance sont bons", et en voulant combattre les "constat "sentimentaux"".

    Parfois, faire un peu profil bas, c'est bien aussi. Parce qu'au final, tu as raison : on ne sait plus qui croire.

    RépondreSupprimer
  4. @skandal: c'est exactement ça oui qui est encore pire: se mettre à croire (ou à espérer) des Mélenchon ou Le Pen en réaction .

    @falconhill: posture de bon sarkozyste " faute de mieux " s'il te plait, j'y tiens.
    Faire profil bas , je ne dis pas, mais Guéant est ds son rôle, il annonce des réultats, l'opposition tape dessus illico, elle est ds son rôle. Et toi, ou moi, ou nous, on a "le sentiment" que la délinquance augmente ou baisse, on ne sait plus.
    Ce qui m'hérisse, c'est que dès que la majorité dit un truc, l'opposition, ne cherche meme pas a savoir elle cogne ( et vice versa) , en fin de course, le lambda est paumé , ne sait plus qui croire.

    mais encore une fois, la délinquance n'est qu un exemple. Et tout ça pour dire que le mot consensus n'existe plus.

    RépondreSupprimer
  5. Qui croire ou ne pas croire, demandez-vous mon cher Corto ?
    Quand on nous dit que les homicides ont diminué, je pense qu'on peut le croire car cela me paraît tout de même difficile de cacher ou truquer le nombres de morts par homicide.
    Mais pour tous les autres chiffres de la délinquance il ne faut croire personne.
    J'aimerais connaître le chiffre des cambriolages, des essais d'extorsion de fonds par harcèlement téléphonique et autres, qui n'ont donné lieu à aucune suite judiciaire malgré le dépôt de plainte et qui n'ont donc figuré dans aucune statistique.
    Et je ne parle même pas des violences conjugales, des violences sur les personnes âgées et sur enfants, qui n'arrivent pas jusqu'au juge.

    RépondreSupprimer
  6. @marianne: il ne faut croire personne...

    RépondreSupprimer
  7. tiens mon commentaire n'est pas là..ben tant pis.....

    @AL, les "ons" sont une génération spontanée, on arrête pas le progrès....

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP