mardi 17 janvier 2012

Mélenchon est-il un nul en économie ?... Oui


La Méluche est-il une bille en économie ? A priori non, comment pourrait-on imaginer qu'un candidat "sérieux" à la présidentielle puisse être un nul en économie? Et pourtant...

Le candidat du Front de gauche propose s'il est élu de porter le smic à 1700 euros brut par mois. Miam, que la chose est séduisante et tentante; et pourquoi pas après tout, plus on gagne et plus on dépense, c'est chouette pour les gens, la consommation, l'économie, le pays et la terre entière.

C'était sans compter sur la question naïve d'un lecteur du journal Métro: " N'avez-vous pas peur que cela nuise aux PME ?".
Ah que non, répond la Méluche: " Passer le Smic à 1 700 euros brut, c’est l’augmenter de 300 euros. Dans une petite entreprise où vous avez deux ouvriers, il faut trouver 600 euros de plus de chiffre d’affaires par mois. Vous trouvez que c’est écrasant ? "

Quelqu'un lui dit à La Méluche que pour augmenter quelqu'un de 300 euros, il ne suffit pas de faire 300 euros de chiffre d'affaire en plus ? Chiche qu'on lui dise à Mélenchon, que pour augmenter quelqu'un de 300 euros, c'est au bas mot -  investissements, achats de matières, charges patronales etc... inclus - 500 euros de chiffre en plus qu'il faut obtenir et que pour  accroître ce même chiffre d'affaire, il ne suffit pas de claquer des doigts !

Et comme s'il fallait une preuve supplémentaire de son inconsistance, Mélenchon n'hésite pas à affimer: " Tous les partis, à l’exception du Front de gauche, sont sur une politique d’austérité. Je ferai le contraire : augmentation du pouvoir d’achat et de la dépense d’Etat pour relancer la machine." Y a quelqu'un pour lui dire que les caisses de l'Etat sont vides ?

Allez, je me dévoue.

Non, Monsieur Mélenchon, pour attirer les électeurs ( enfin ceux que vous n'avez pas encore envouté ), il ne suffit pas de les prendre que pour des cons en leur racontant n'importe quoi. Les effets de manche et les capacités certaines d'orateur que vous avez ne peuvent pas masquer, pour qui vous lit de près, vos lacunes et incohérences. Les vieilles recettes d'autrefois, vous savez, les fameuses promesses qui n'engagent que ceux y croient ou les font, c'est fini. En principe.

Folie passagère 1013.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

47 commentaires:

  1. la vache, mélenchon n'est pas d'accord avec mon billet et m'invite ( ou, comment,???) à en débattre:

    " melenchon2012 Mélenchon présidons!
    @
    @corto74 Justement, nous l'avons lu. Mais venez en débattre à l'occasion. "

    Il utilise le "nous " de majesté Jean Luc Mélenchon ?

    RépondreSupprimer
  2. je lui ai répondu, via twitter, avec plaisir, il ou nous m'a répondu:

    "melenchon2012 Mélenchon présidons!
    @
    @corto74 Noté !"

    RépondreSupprimer
  3. Bon....la politique d'austérité (pour le peuple!) at-elle donné des résultats depuis que la droite est au pouvoir?? Non et re non!
    Alors pourquoi ne pas essayer l'inverse?

    RépondreSupprimer
  4. ah!!!!!!!! mais voilà-t-y pas que tu va pouvoir lui dire tout en face ? ben dis donc, moi, j'aimerai bien lui parler de ce qu'il fera pour les pov'retraités.....tu nous tiens au courant hein ???

    RépondreSupprimer
  5. Les caisses sont vides car on a fait des cadeaux fiscaux. Il y a de moins en moins d'argent qui rentre dans les caisses. Par contre les dépenses sont stables. Le pourcentage du PIB dédié au dépenses est stable depuis des années.
    Mélenchon va taxer le capital comme le travail et cela suffira à financer une bonne part des ses propositions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les caisses sont vides car on a fait des cadeaux fiscaux."

      Ou quand l'ignorance rejoint le bêtise...

      1500 milliards de dette alors que la partie "cadeau fiscale" du fameux bouclier "coute" 360 millions...

      "Il y a de moins en moins d'argent qui rentre dans les caisses. Par contre les dépenses sont stables."

      C'est pas possible, vous êtes completement à la masse !!!!
      Effectivement il y a de moins en moins d'argent qui rentre mais également de plus en plus qui sort !!!!!

      "Mélenchon va taxer le capital comme le travail et cela suffira à financer une bonne part des ses propositions."

      Absolument pas.

      C'est ce genre de commentaire qui prouve une fois de plus que les français sont les plus nuls d'europe en économie et en finance

      Supprimer
    2. Part des dépenses de l'Etat en pourcentage du PIB :
      1985 51,9%
      1990 49,5%
      1995 53,5%
      2000 51,4%
      2003 54,5%
      2004 53,4%
      2005 53,4%
      2006 52,7%
      2007 52,3%
      2008 52,7%
      Il faut savoir de quoi l'on parle avant de parler.

      "Absolument pas" n'est pas un argument.

      Le bouclier fiscal ce n'est pas 360 millions mais plutôt 600 millions :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouclier_fiscal#Chiffres

      Auxquels on ajoute :
      Suppression de la TVA sur la restauration (sans embauche et sans baisse des prix : 3 milliards par an
      Exonération des droits de succession et donations : 2 milliards
      Exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires : 4,1 milliards

      etc...

      Au total entre 75 milliards (version PS) et 175 milliards (version magazine Marianne) soit trois fois la charge de la dette. De quoi la rembourser tranquillement, petit à petit et sans faire payer les français des classes populaires...

      http://www.mediapart.fr/journal/france/210710/ces-dix-annees-de-cadeaux-fiscaux-qui-ont-ruine-la-france

      Supprimer
    3. Bon et bien on est sauvé, Hollande va nous rétablir tout ça et dès 2017 on sera au top !!!

      Le plus étonnant c'est que même avant tous ces allégements dont vous parler, les budgets étaient déjà en déficit et la dette se creusait chaque année…

      C'est bien qu'il y a autre chose qu'un problème de recette.

      De plus votre projet de taxer plus ne résout pas le probleme de croissance et de compétitivité...

      Et Wikipédia n'est pas argument.

      Supprimer
    4. "Il faut savoir de quoi l'on parle avant de parler."

      Je vous renvoie à votre déclaration. Vous êtes tellement nulle que vous êtes incapable de trouver des chiffres après 2008...

      Et bien je vais vous donner ceux de 2011 : 56% de PIB en dépense publique !!!

      Mais sinon effectivement, ça n'a pas augmenté...

      Supprimer
  6. Moi je fais partie de ces gens qui ne voteront pas pour Mélenchon, mais qui sont très intéressés par sa démarche, sans savoir si cela peut réussir.
    Vous me suivez, mon cher Corto ?
    Partout j'entends des gens de gauche qui veulent lui faire dire qu'il votera Hollande au second tour. Et il ne le dit pas. (C'était qui déjà, ce favori des sondages qui n'était pas présent au second tour ?)
    Il a du caractère, du tempérament et même de la passion. J'aime ça !
    Allez discuter avec lui et rendez-nous compte de l'entrevue.

    RépondreSupprimer
  7. @nigloo: le pb n est pas là. melenchon dit une ânerie aussi grosse que lui et personne ne relève ! tout de même.

    @boutfil: ola , on se calme, il m a invité a débattre mais les promesses on sait ce que c'est...

    @anonyme: ben voyons ! "cela suffira à financer une bonne part des ses propositions." ainsi, certains y croit . Bien, bine, bien...

    @marianne: "Il a du caractère, du tempérament et même de la passion" + des qualités évidentes de tribun, et d'orateur bien "coaché". mais c'est exactement ça, tout dans l’esbroufe et les effets de manche. Ca fait plus dune fois où je me pique de le lire avec attention et grand dieu qu'est-ce qu'il peut débiter comme bétises ( voir mon billet ) mais tt le monde applaudit tant ns sommes sous le "charme " de ses coups de gueule. qui ne sont pas sans rappeler bien sur le marchais d'autrefois. ce meme marchais qui nous faisait tant rire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Taxer le capital comme le travail rapporte entre 60 et 100 milliards par an selon les estimations. Ajouter une réforme de la fiscalité du travail, et je vous finance tout ce que vous voulez...
      La France est plus riche chaque année. Même à seulement 0,5% de croissance elle s'enrichit. Tout est question de partage des richesses...
      Mais vous préférez laissez les plus riches s'enrichir pendant que les classes populaires se serrent la ceinture.

      Supprimer
    2. De la même façon je vous finance tout ce que vous voulez en supprimant le statut de fonctionnaire, en supprimant des postes de députés et de sénateurs et en purgeant (oui, oui, purgeant !!) tous les ministères du nombres incalculables d'inutile qui circulent la dedans.

      Je remonte la TVA à 26%, je baisse les charges patronales et salariales d'autant et il me reste encore de la place pour supprimer l'ISF, les niches fiscales et peut même l'impôt sur le revenu...

      Supprimer
  8. nous sommes donc au bord d'un choc "frontal"... alors je biaise en temporal voire en occipital...;-)de toute façon on va en prendre plein la face ! :-(

    RépondreSupprimer
  9. Tu es au moins économiste pour donner des leçons comme cela non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout je regarde comment ça se passe ailleurs...

      Ce que vous proposer c'est exacement ce qui est fait depuis 30 ans France.

      Nous sommes le pays avec la pression fiscale la plus forte du monde, mais il y encore des gens pour vouloir augmenter les impôts...

      Et si pour une fois, juste pour essayer, on diminuait les dépenses pour voir comment ça fait ?

      Supprimer
  10. @i-pourpres: hello ! bref tout dans le coup de gueule !

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  12. supprimé pour cause d anonymat et insulte, zou !

    RépondreSupprimer
  13. Les charges patronales s'élèvent à environ 15% du salaire brut, ce qui donne un chiffre inférieur à 200€. De plus j'ai du mal à comprendre ce que tu entends par le coût de l'"investissement" et des "achats de matières" : il s'agit d'une augmentation du salaire, pas de l'embauche d'un employé supplémentaire.
    Selon le raisonnement de Mélanchon, la hausse du salaire entraine la hausse du pouvoir d'achat, donc un regain de consommation, qui devrait mécaniquement suppléer au surcoût éventuel de la hausse du coût du travail.
    Ça ne m'a pas l'air d'être une idiotie.

    Tu dis "les caisses de l'Etat sont vides". Oui, enfin, on ne vit plus au XVe siècle depuis longtemps, et l'Etat ne compte pas réellement sur ses caisses remplies de pièces d'or. L'Etat emprunte pour relancer l'économie, et la croissance vient à termes diminuer le poids de la dette. C'est un raisonnement keynésien de base.

    Alors je veux bien que tu juges ces propositions peut adaptées à la conjoncture de la crise de la dette actuelle, etc. Mais pas stupides.

    Voilà, cela étant dit avec mes connaissances en économie, que je reconnais encore très lacunaires.

    RépondreSupprimer
  14. @mélusine: les charges patronnales vont de 30 à 45% selon le salaire. sur les bas salaires, soit 1,6 fois le smic, elles sont de maximum 33% du salaire brut, compte tenu des réductions de charges Fillion. On est donc loin de tes 15% juste le double.
    Je parle d investissement et de matières car pour faire plus de chiffre d affaire, il faut soit vendre plus cher, ça ne marche pas longtemps, soit produire plus et/ou mieux donc acheter plus de matière quelque soit physique ( du tissu ou du carrelage, par exemple ) ou intellectuelle.

    Nous le savons maintenant, il s'agit de réduire la dette alors qd Melenchon annonce qu'il veut augmenter les dépenses publiques ( la dette ) j ai des doutes sur ses capacités a bien gérer le bastringue. heureusement, nous savons qu il ne risque pas de gagner quoique ce soit. Juste faire prendre des vessies pour des lanternes à ceux qui croient en lui

    RépondreSupprimer
  15. Je suis mal informée sur le montant des charges, je le reconnais. Et je pense que les coûts de la hausse de la production sont compensées sur le long terme, lorsque l'équilibre entre la demande plus élevée et l'offre est atteint. Je ne pense pas que les PME aient à se plaindre d'une hausse de la consommation - même si sur le court terme ça peut être douloureux.

    En ce qui concerne la dette, de nombreux économistes qui n'ont rien de gauchistes, prétendent que la solution n'est pas dans l'austérité mais dans la relance. Si les marchés suivent au niveau de l'offre de fonds, et que l'économie est bel est bien relancée par la consommation, la dette devrait diminuer sur le long terme.

    Bref, je ne veux pas m'embarquer dans une discussion trop pointue. Je voulais simplement souligner que ces propositions n'étaient pas aussi stupides que tu le montrais.

    RépondreSupprimer
  16. @mélusine: c'est justement le court terme qui "menace" les PME. Pour le reste à demain, j ai Rv
    cordialement

    RépondreSupprimer
  17. Tu omet intentionnellement une partie de l'argumentation de Melenchon. D'abord il commence par dire qu'il faut une réponse globale à la crise et au chomage. Et donc ce n'est pas le smic à 1700 euro tout seul qui fait définit sa politique. Ensuite ce qui justifie l'augmentation des salaires c'est la relance de la consommation: donner du pouvoir d'achat c'est la condition pour relancer la machine économique. keynes ca te dit ? Ca s'appelle une politique relance. Même si tu n'est pas d'accord il se trouve que de nombreux prix nobel d'économie la réclame actuellement en dénonçant les politiques de rigueur que toute la classe politique française est en train d'entériner à part le Front de gauche, et qui conduit tranquillement l'union européenne au désastre.
    voilà j'ai enlevé les "insultes". Quand a l'anonymat puisque tu le propose je vois pas quel problème ça te pose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ne connaissez que Keynes ou quoi ?

      Vous partez du principe que la hausse du pouvoir d'achat ne peut être que la résultante d'une hausse des salaires (ce qui enfoncera un peu plus notre compétitivité mais passons) mais tout le monde, et particulièrement les socialistes et les communistes, oublient que l'augmentation du pouvoir d'achat peut aussi passer par la baisse des impôts…

      Supprimer
    2. D'abord la principale cause de l'endettement actuel c'est justement la baisse constante des impôts depuis 20 ans. La part des dépenses publiques dans le PIB n'a en effet quasiment pas augmenté tandis que les prélèvements fiscaux n'ont cessé de diminuer sur la même période. Et ce sont ceux qui ont défendu cette baisse qui viennent maintenant se plaindre de la dette qu'ils ont eux même provoquée. Et en plus, qu'on ça n'a pas marché, évidemment il faut continuer la même politique, mais en l'amplifiant. Cherchez l'erreur.
      Moi je ne part d'aucun principe et je ne connais pas que keynes. Je soulignais simplement que ce billet était totalement caricatural.

      Supprimer
    3. Certes les recettes fiscales ont baissé mais pas les impôts. Sauf pour certaines entreprises du CAC40. Mais pour les particuliers, les impôts ont clairement augmenté.

      Peut être ne connaissez vous pas la courbe de Laffer : http://newskandal.wordpress.com/2011/11/16/la-courbe-de-laffer/

      Je ne sais pas ou vous avez vu que les dépenses publiques n'ont pas augmentées... Même le poid de la dette, c'est à dire les interêts payés, n'arrête pas d'augmenter. Si c'est pas de la dépense publique ça !!

      Et même au dela de ça. Le simple fait que depuis 30 ans les budgets de la France sont en déficit démontre que la dépense publique est trop élevé.

      Encore une fois nous sommes le pays avec la pression fiscale la plus forte du monde !

      Supprimer
    4. "Je ne sais pas ou vous avez vu que les dépenses publiques n'ont pas augmentées."
      Ou est-ce que j'ai écrit çà? Nul part. Et c'est moi qui suis caricatural? Je parle de la part des dépenses publiques dans le PIB. Il faut apprendre à lire.
      Évidemment que les intérêts de la dette ont augmenté puisqu'on s'est privé des moyens de la rembourser.
      Mais la meilleur c'est quand même celle là:"Le simple fait que depuis 30 ans les budgets de la France sont en déficit démontre que la dépense publique est trop élevé."
      Trop ça n'existe pas en mathématique.C'est un jugement valeur. La touche trop n'existe pas sur les calculettes. Bref ça montre simplement que les recettes ne sont pas à la hauteur des dépenses. Évidemment puisque qu'on s'est privé des recettes. On rembourse pas donc l'argent n'est pas remboursé. Merci Mr Lapalisse. Il faudrait simplement se demander pourquoi. Et n'attendait pas que votre calculette vous réponde.

      Supprimer
    5. Skandal reviens il est encore là !

      Supprimer
    6. Désolé. T'as pas l'habitude de recevoir la contradiction peut être? Ça ne peut que te faire du bien. Mais rassure-toi je suis arrivé là par accident et je ne compte pas y rester.

      Supprimer
    7. De rien. Je comprends que ton cerveau soit fatigué.

      Supprimer
    8. :D)

      Apparemment nous sommes deux anonymes arrivés par hasard.

      Supprimer
    9. "Trop ça n'existe pas en mathématique" et "Pas assez" non plus....

      "Bref ça montre simplement que les recettes ne sont pas à la hauteur des dépenses." ou que les dépenses ne sont pas à la hauteur des recettes...Mais je conçois que cela puisse être dur à comprendre pour le cerveau socialiste qui est persuadé que l'argent pousse sur les arbres ou plutôt dans les poches du contribuable.

      L'argent publique n'existe pas.

      Et encore une fois, si dans le pays avec la pression fiscale la plus forte on arrive pas à faire un budget en équilibre c'est que les dépenses sont trop élevé.

      Vous regardez votre fiche de salaire de temps en temps ?

      Supprimer
    10. le budget n'est pas en équilibre----c'est un fait
      les dépenses sont trop élevés par rapport aux recettes pour que le budget soit en équilibre-----c'est un fait
      les recettes sont pas assez élevées par rapport aux dépenses pour que le budget soit en équilibre----c'est un fait
      les dépenses sont trop élevées----c'est un jugement de valeur
      les recettes sont pas assez élevées----c'est un jugement de valeur
      Bref nous n'avons pas les même valeurs. Mais la manie des libéraux c'est toujours de faire passer leurs jugements de valeurs pour des jugements de fait. Comme s'ils voulaient rendre indiscutables leurs valeurs.Inutile de tordre la logique. Quand on fait un choix politique on l'assume. On dit pas c'est comme ça. Si on est honnête, on dit il faut faire ça, je souhaite que ce soit comme ça.

      "L'argent publique n'existe pas" Ineptie. L'argent est par nature publique. Son existence n'est garantie que par des institutions publiques.

      Je vous remercie pour ma fiche de salaire qui ne me scandalise aucunement.
      Par contre le fait que je paie proportionnellement à mes revenus et mon patrimoine plus d'impôts que Liliane Bettancourt me parait un peu exagéré.

      Supprimer
  18. Le problème, comme on l'a vu en 81, c'est que quand on fait de la relance seuls, CA NE PEUT PAS MARCHER.
    Relance concertée au niveau européen ? Pourquoi pas, mais ça parait impossible au vu de la situation de la zone euro en ce moment.

    Donc, en effet, non, hélas .....

    Ensuite, vouloir augmenter le SMIC, c'est louable. Ca concerne des emplois qui sont soit en concurrence directe avec les emplois des pays en développement ou NPI, et on sait qui perd qui gagne. Soit des emplois "protégés" (parce qu'on ne peut pas les soumettre à la concurrence internationale, comme le coiffeur, tu es obligé de consommer ce service sur place à Paris même si je t'apprends que pour 1 euros chez moi tu te fera couper les cheveux massages de la tête compris. Augmenter les coûts salariaux dans un contexte où les PME n'ont pas encore digéré les 35 heures et s'en sortent mal, c'est risqué.

    La solution, (à long terme hélas), c'est de booster, la recherche, l'innovation, pour augmenter le niveau des emplois disponible dans notre pays, qui dit emplois à plus forte valeur ajoutée dit mieux payés. Evidemment, c'est pas demain.

    Bref, personnellement, depuis que j'ai eu Fitoussi en prof d'économie, je suis plutôt keynesienne. Mais on ne peut pas mener une relance isolée sous peine de voir tous les indicateurs tourner au rouge (dette, balance commerciale, et tutti quanti)

    (prof d'éco il y a longtemps)

    RépondreSupprimer
  19. Je ne sais pas si vous avez pu voir Jacques Attali, hier au soir chez Taddéi, mon cher Corto ?
    Il m'a fait froid dans le dos avec sa "gouvernance mondiale" où il s'agit de remplacer nos démocraties par la gouvernance de la finance mondialisée.
    Que Mélenchon ait décidé de renverser la table, même si cela doit amener d'autres problèmes, qui peut le lui reprocher, quand on voit comment nos politiques et jusqu'à notre Président sont obligés de se coucher devant des... agences de notation ?

    RépondreSupprimer
  20. Corto,

    Mais bien sûr que le Mélanchon s' y connait ne économie, il s'est mais en congé du poste de député européen du Lot et Garonne qui lui rapportait moins que celui de Sénateur de la Seine Saint-Denis.

    Ici, je serais heureux qu'un admirateur de ce misérable individu m'explique, comme nt il peut s'occuper du 9-cube et du département du Lot et Garonne à part être un gymnaste ultra souple, je ne vois pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas comment en effet, puisqu'il est seulement député européen, et qu'il n'est plus sénateur depuis 2010. En plus député européen rapporte plus que sénateur.
      Je sens que votre esprit est confus, il va falloir clarifier tout cela.

      Supprimer
  21. @bombay: tu as parfaitement raison , une politique de la relance ( par la consommation ) c'est l'idéal sauf qu aujourd'hui ça ne peut pas se faire de manière isolée. L'Europe nous contraint obligatoirement ( hélas ) à mener des politiques concertées. Comment peut-on raisonnablement penser passer le smic à 1700 euros ( ce qui serait génial ) lorsque 1/ nos PME sont ultra fragiles et que 2/ le smic est à 450 euros au Portugal ou en Espagne et 150 en Roumanie pour ne citer que ces 3 pays. Alors Je crois aussi que c'est Melenchon qui propose un salaire minimum européen pour solutionner le truc. Mouais faudra qu'il m'explique avec encore plus de pédagogie que ces 300 euros qu'il propose pour la France.

    @marianne: oui j ai vu. Ceci dit même si je ne peux pas le piffer, il a hélas raison en disant qu'on ne peut avoir une Europe solide économiquement sans une gouvernance politique européenne. Plus le choix. A moins d'abandonner l'euro. Quant à Attali, n'oublions pas qu il est aujourd hui banquier "philanthrope". Il defend donc aussi sa "banque" Planetfinance .

    @grandpas: sauf erreur de ma part, il est toujours député européen et n'est plus sénateur depuis 2010.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mea Culpa, de toute façon, il ne gagne pas le smig

      Supprimer
    2. Et puis se faire donner des leçons d'économie par un type qui est payé par nos impôts depuis je ne sais combien de temps qui donc a voté des budgets en déficits depuis tout ce temps, c'est vraiment nous prendre pour des cons.

      Supprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  23. @skandal: alosr là, je t'admires, moi des anonymes à la vision aussi mauvaise et aussi bas du front, si j ose dire, je ne peux plus. merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaye de faire le travaille que l'éducation nationale ne fait pas...

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP