lundi 16 janvier 2012

La dame de Rangoon honorée, la Birmanie respire...

J'aime bien ces deux photos.
 Un chef de la diplomatie française en Birmanie, cela ne s'était pas vu depuis... 1948. Décorée de l'Ordre National de la Légion d'Honneur avec le grade de Commandeur, Aung Saan Suu Kyi a déclaré avoir accepté cette décoration "non uniquement en mon nom mais aussi en celui de tous les peuples de Birmanie qui ont souffert pour leur honneur et l'honneur de notre patrie car nous ne faisons qu'un".

La Birmanie s'ouvrant à la démocratie, petitement mais surement (?), qui l'eut cru il y a à peine un an ou deux ?

Folie passagère 1011.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

9 commentaires:

  1. Et mon joli commentaire? Où est-il passé mon joli commentaire?

    RépondreSupprimer
  2. on lui a dit qu'elle partageait cet honneur avec Danielà Lombroso ? parce que ce hochet de la république, ça devient plus un honneur de l'avoir vu les tocards-copains à qui on le refile !!! elle vaux mieux que ça la Dame de Rangoon....

    RépondreSupprimer
  3. @panglos: quel joli commentaire ?

    @boutfil: ah oui mais commandeur tout de même, pardon commandeuse alors que l'autre elle est tt juste chevalier, chevalière, pardon.
    Entt cas, elle ne l a pas volé elle ! La Dame de Rangoon, pas Lumbroso

    RépondreSupprimer
  4. Ce que je voulais dire rejoignais le commentaire de BOUTFIL.
    Mais je pensais que cette photo était si parlante qu'on ne se serait pas cru au XXIème siècle.

    RépondreSupprimer
  5. Oui c'est beau. J'ai visité ce pays à une époque où ça faisait encore controverse (fallait-il donner de l'argent à la junte militaire en contribuant au tourisme ?), j'avais trouvé la Birmanie absolument magnifique, complètement hors du temps, mais l'atmosphère de peur de la population était palpable. J'ai marché au milieu de foules misérables plus d'une fois, mais je me souviens encore de ce jour là, dans un certain quartier de Rangoon, le malaise que j'avais ressenti au milieu de ces gens - dont beaucoup avait une toux maladive - leur air doucement désespéré, et peut-être leur inquiétude à l'idée que je veuille leur addresser la parole.

    J'avais rencontré ce français, prisonnier par l'amour de la Birmanie. Il avait rencontré une femme, lui avait fait un enfant (une gamine de 2 ans à l'époque), mais la Birmanie ne reconnaissait pas les mariages internationaux, et il ne parvenait pas à obtenir de passeport pour celle qu'il considérait comme sa femme, il ne pouvait reconnaitre sa fille. Alors il n'osait pas quitter le pays (où il travaillait je suppose très légalement), de peur qu'un problème de visa l'empêche de revenir ...
    C'était terrible.

    Alors c'est tout ce qu'on leur souhaite, pas après pas, plus de liberté.

    RépondreSupprimer
  6. Le commentaire de Bombay Magic est tout à fait saisissant, mon cher Corto, surtout pour moi qui ne connaissais rien de la Birmanie, à part qu'on y trouvait les plus beaux rubis du monde.

    RépondreSupprimer
  7. @pangloss: et bine si 21eme siecle, il aura fallu pas loin de 70 ans pour qu un ministre français puise aller à nouveau sans problème rendre hommage a une dame qui se bat depuis 30 ans pour un peu plus de liberté.

    @bombay: pas à pas, oui. Même Aung Saan l'a déclaré avant hier, ne pas aller trop vite, et c'est un comble mais compréhensible, pour ne pas heurter de plein fouet les militaires encore réticents

    @marianne: ne rien connaitre de la Birmanie, vous m'étonnez sur ce coup

    RépondreSupprimer
  8. Il est plus facile de rester en vie pour une femme même sous une féroce dictature militaire que sous une république islamique, durée de vie d'une même personne en ces pays, le temps de montée d'une grue à sa hauteur maximale.

    Pour la Légion d' honneur, elle est plus facile à obtenir que le Mérite Agricole.

    Je sais , je suis un iconoclaste.

    RépondreSupprimer
  9. @grandpas: iconoclaste ? crois-tu ? :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique