lundi 26 janvier 2015

Victoire de Syriza. Mélenchon heureux. Cambadelis, Dupont Aignan et le FN aussi.

Permalien de l'image intégrée
(photo diffusée par Melenchon sur son compte tweeter)

Les Grecs ont donc voté et installent confortablement le parti d’extrême gauche Syriza au pouvoir. Confortablement, certes, mais sans majorité absolue et avec 36% des suffrages exprimés.  Quid de l'abstention ? Je ne sais pas.

Pour être tout à fait honnête, je me fiche un peu et de cette élection et de ces résultats, on verra d'ici quelques semaines si le Tsipras est à la hauteur de ses ambitions et de l'espoir qu'une partie des Grecs ont mis en lui. J'ai comme qui dirait quelques doutes. On verra.

Non, ce qui m'a intéressé dans cette élection, ce sont les réactions et commentaires en France. Il suffisait de suivre la soirée sur twitter ou via les chaînes d'info pour se marrer. L'élément de langage communément partagé était de dire: Victoire de la gauche radicale, comme pour ne pas effrayer avec l’appellation, plus juste, d'extrême-gauche. Il s'en est fallu d'un cheveu pour que l'on assiste à une sorte de communion nationale inhabituelle: La quasi totalité des forces politiques françaises se félicitant de ce succès: NPA, PC, FDG, PS, Debout la République, FN, tous ceux-ci avaient une bonne raison d'applaudir. Même Henri Guaino, ce matin, sur Itélé, voyait dans cette victoire de Syriza motif à se réjouir: "Quand on fait souffrir un peuple, celui-ci se rebelle. L'Union Européenne doit se ressaisir ".

Le plus drôle étant bien sûr l'inénarrable Jean-Luc Melenchon, quasiment en transe, heureux, au bord de l'orgasme. Pour un peu cette victoire, il se l'attribuait: " C'est un moment historique pour nous. Nous l'avons fait. je connais les gens de Syriza depuis plus de dix ans. C'est un grand soir démocratique, nous y sommes arrivés. Le front de Gauche est ce qui ressemble le plus à Syriza,... "

Mais le plus drôle de ses tweets était celui qu'il balança le matin même de cette " journée historique" et qui en dit long sur la droiture et la rigueur du bonhomme: " Mieux vaut vivre et rayer la dette que mourir avec des comptes en ordre ". Je vais aller voir mon banquier et je vais lui sortir exactement la même chose, je suis sûr qu'il appréciera !

Non, franchement, tous ces gens qui s'élèvent contre la dette grecque me font tout de même marrer: Ils étaient où tous ceux-là quand l'Union Européenne, pour éviter que Grèce et Grecs ne meurent, leur a prêté près de 300 milliards d'euros, la quote-part de la France s'élevant à environ 55 milliards ? Ils étaient où tous ceux qui aujourd'hui réclament d’effacer tout ou partie de cette dette ?

A l'époque, pas si lointaine, personne en Grèce ne cracha sur ces 300 milliards. Pas même Tsipras.

Amusant, j'apprends à l'instant que Tsipras serait entrain de consulter pour monter un gouvernement, il envisagerait de s'allier avec la droite qu'il vient de battre. A confirmer.

Folie passagère 2631.
Grèce : ce qu'il faut savoir sur la victoire de Syriza
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

53 commentaires:

  1. L'UE prend une bonne claque dans la gueule, mon cher Corto, et vous faites la fine bouche ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ça c'est autre chose, un autre problème. Les Grecs, l argent de l europe, ils l'ont pris, z'ont pas barguigné pour les prendre les 300 milliards, et ils pensaient peut être qu il ne faudrait pas rembourser et faire des efforts pour?

      Non c'est Mélenchon qui m amuse, plus guignol et inconséquent, y a pas.

      A priori, ce serait avec le parti de la droite souverainiste que Syriza devrait s 'allier. Amusant ça aussi, un peu comme si le FDG faisait cause commune avec Dupont Aignan

      Supprimer
    2. Cela prouve tout simplement,mon cher Corto, que ces clivages droite-gauche, tout le monde s'en fout ! Plus personne n'y croit. Par contre le clivage peuple contre zélites politico-médiatiques tecnocratico-européistes ça inspire l'électeur.

      Supprimer
    3. Le peuple consomme des produits électoraux de plus en plus indigestes, à durée de vie de plus en plus réduite.
      Gare à l'indigestion !

      Supprimer
    4. @marianne ARNAUD

      Comme vous avez raison !

      Quand Macron se tournait vers la droite au Touquet

      http://www.courrier-picard.fr/region/quand-macron-se-tournait-vers-la-droite-au-touquet-ia0b0n508165

      André

      Supprimer
    5. @ André
      Ben mon colon, comme disait l'autre !
      En tous les cas merci pour le lien. Corto devrait reprendre cet article, histoire d'éclairer la lanterne de ses lecteurs sur ce séducteur qui plait tant à droite comme à gauche, mais qui Dieu sait pourquoi, m'a toujours débecté.

      Supprimer
    6. @marianne ARNAUD

      Trop beau pour être vrai !

      André

      Supprimer
    7. @ André

      Non, non, ne croyez pas cela. Parfois si on le lui demande gentiment, ça marche !

      Supprimer
    8. @Marianne et André: puisque c'est si gentiment demandé, je verrais demain ce que je peux faire de cela :)

      Supprimer
  2. Tu n'as pas entendu cette grosse tripe de Filoche!! C'était à RTL ce matin,brrr la connerie à ce niveau ça fout la trouille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen Aztec; moi il me fait rire Filoche, comme il fait rire 98% des gens qui l'écoutent. Il est si désuet, si vieux, si à côté de la plaque

      Supprimer
  3. ". Il s'en ait fallu d'un cheveux" Garde ton calme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @zen aztec: OUps ! corrigé, je me disais bien en l écrivant qu il y avait quelque chose de pas net

      Supprimer
  4. C'est (presque) l'Union Nationale au chant de l'Internationale comme aux obsèques de Charb !
    Pauvres Grecs qui vont bien vite déchanter.

    André

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @André: Tsipras me fait penser à Renzi, porté au pinacle puis peu a peu les italiens déchantent.

      Supprimer
  5. il me semble bien que la quasitotalite de ces 300milliards devait etre utilise pour payer les interets de la dettes aux banques Teutons/francaises donc revenir illico presto chez nous.

    Ils n'en n'ont pas vu la couleur les Grecs.Cela a ete un Bailout de NOS banques privees

    RépondreSupprimer
  6. double bailout meme car ces meme banques se sont empresse de revendre fort cher, ces grec dettes pourries a la ECB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber: baiout ou pas, si les Grecs n'ont pas sombré définitivement, c'est bien parce qu à un moment ces 300 milliards ont servi, ne serait-ce qu a payer les fonctionnaires

      Supprimer
  7. Merde Démis Roussos est mort,Siriza l'a achevé.Les slows tripotage remontent à la mémoire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen aztec: c'est vrai qu avec un bon slow de demis Roussos, ça emballait sec, presque aussi bien qu avec ceux des Scorpions

      Supprimer
  8. comme on dit, les promesses n'engagent que, ceux qui les écoutent , on a vu tout ce que le hollandouille avait promis , j'ai bien peur que le peuple grec ne retombe bien vite de son petit nuage gaucho , souhaitons leur bon courage, quand à la Méluche, il s'y voit déjà lui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: oui attendons pour voir. déjà que depuis un petit moment Tsipras avait renoncé à parler de sortir et de l euro et de l Union, on verra ce que cela va donner dans quelques semaines. et attention à l effet boue de neige, ce que l Union accordera aux Grecs ( si tant est) , y a pas de raisons que Espagnols , Portugais ou Italiens n'obtiennent pas de même

      Melenchon, têe de con ! na !

      Supprimer
  9. Ne nous privons pas de petites joies de la vie, tout ce qui peut hater la demise de l'euro, fin de #EU et broyer l'arrogance des Eurobeats est bon a prendre ( meme si cela va couter cher)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber: même si ça doit couter cher... T es prêt à sacrifier combien ?

      Supprimer
    2. Il ne faut pas exagerer, cela ne coute rien, c'est l'etat qui paye ;-)

      En fait cela a deja ete paye, la france ne sera jamais remboursee c'est tout ( c'etait etale sur 90ans ou un truc dans le genre deja dingue)

      Supprimer
    3. et puis ce n'etait pas un transfer d'or, la greece a recu des euros crees de toute piece par les banques lors de l'emprunt, emprunts qui ont ete rachete par ECB avec des euros encore crees de toute piece.

      en gros la dette Greque c'est du QE ( ils achetent des BMW)

      vive la folie du fiat ;-)

      Supprimer
  10. http://www.dailymotion.com/video/x1mond_aphrodite-s-child-rain-and-tears_music

    RépondreSupprimer
  11. Marianne, vous rires moins quand sur votre feuille d'impôts figurera" dette grecque"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais, détrompez-vous. Je ne ris pas du tout. Je sais très bien qu'après les Grecs, peut venir le tour des Italiens, des Espagnols et des Français. Mais chez nous cépapareil parce qu'on a plein de Kalach. Quoi ? Qu'est-ce que j'ai dit ? C'est pas vrai ?

      Supprimer
  12. Cette gloire et "jouissance" qui montait chez Melanchon, hier soir ! Et tout le monde, en choeur ! L'UMP était étrangement absente... J'allais m'endormir sur cette unanimité, quand la voix connue d'Éric Brunet a courageusement fait front, courageusement, dis-je car il en fallait du courage pour remonter ce courant (et risquer l'excommunication de RMC et BFMTV !...) Et ce midi, également, il a pu démontrer son analyse, témoignages à l'appui, sur RMC. Bon, l'histoire (sans H) le dira, mais ces politiques n'ont pas beaucoup d'amour propre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Crisfi: l Je crois que l UMP attendait la rencontre Merkel Sarkozy de ce matin pour se prononcer . Et la déclaration que celui-ci a faite a été la plus intelligente ( et la plus politique) qui m ait été donné d entendre depuis hier soir.
      Je rejoins Brunet totalement

      Supprimer
  13. Mélanchon élu par procuration qui a l'air de vivre le plus grand moment de sa vie, les extrêmes de tous bords qui nous la jouent "le changement, c'est maintenant, mon ennemie, c'est la finance, la dette renégociée, du boulot pour tous, des hausses de salaire, moins d'impôts, des comportements exemplaires, etc", ça me rappelle quelque chose mais quoi ? Déjà entendu mais où et quand ? C'est bête, je ne me souviens plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: J ai de la mémoire si tu veux, je me souviens très bien de discours 100% démago :)

      Supprimer
  14. Filoche en a sali son slip, je l'ai moi aussi entendu sur RTL. Ce gars fait pour moi partie des boussoles indiquant le sud. J'en déduis donc :
    - soit les grecs vont déchanter très très rapidement, vont rester dans l'euro et continuer à faire semblant de payer des impôts pour faire semblant de rembourser une dette qui ne sera jamais remboursée en principal. Ils paieront en revanche les intérêts et le grec de base au chômage sera toujours dans la terreur de tomber gravement malade. Etre malade, ou plus exactement se soigner, est vraiment devenu un luxe.
    - soit Syriza se la joue dictature du prolétariat, avec toutes les joyeusetés historiquement constatées qui vont avec : échec économique et libertés restreintes, voire supprimées. Ô joie, Ô nirvana.

    Bref, tout ce bruit pour pas grand chose au final. Et rien de changé dans la vie quotidienne des grecs.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Popeye: la première solution me parait la bonne !

      Supprimer
  15. Les grecs font comme les français en 2012 .Ils élisent celui qui fait les plus folles promesses.
    Si la politique promise de Siriza fonctionne c'est génial.
    Vite effaçons la dette . C'est pas compliqué la politique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amédé: mais la dette ne sera pas effacée, tout juste reportée, peut être diminuée mais c'est tout.

      Supprimer
  16. Comparez donc, mon cher Corto, la façon dont l'UE - dont l'Allemagne - veut régler leur compte aux Grecs, avec la façon dont la dette allemande a été traitée dans l'après guerre. Edifiant !

    http://www.legrandsoir.info/voici-60-ans-l-annulation-de-la-dette-allemande.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: après l avoir écouté ces derniers jours, je me demande si Melenchon n aurait pas lu préalablement ce texte.
      Dans ses grandes lignes, je connaissais cette histoire mais franchement croyez vous, hormis l exercice de style, que les deux cas puissent etre raisonnablement comparés ?

      Supprimer
    2. Que voulez-vous dire, mon cher Corto ? Qu'il était "normal" d'annuler la dette de l'Allemagne qui avait tant fait souffrir les peuples d'Europe ? Mais que la Grèce, elle, devra payer jusqu'au dernier centime ?

      Supprimer
    3. @marianne: je dis que les 2 cas et les circonstances n ont strictement rien à voir, absolument. je dis aussi que la Grèce et les Grecs, ayant adhéré de leur plein gré à l'Union, ont accepté le pognon sans trop rechigner. Je ne dis rien de plus, si ce n'est que dans mon esprit quand on emprunte, on rembourse aux conditions fixées par le prêteur et approuvées par l emprunteur. Non ?

      Supprimer
    4. Vous semblez oublier une petite chose, mon cher Corto. En 2011 un référendum avait été planifié en Grèce pour savoir si les Grecs acceptaient ou non les conditions posées à eux par l'UE, le FMI et la BCE.
      Georges Papandréou prétend, le 31 octobre, qu'il a "besoin d'un large consensus", mais le 3 novembre il annule le référendum. Cherchez l'erreur !
      D'autre part, pourquoi ne dites vous rien sur le deux poids, deux mesures entre le traitement de la dette allemande et celui de la dette grecque ?

      Supprimer
  17. Tout ça c'est de la même veine que "je suis Charlie":
    on s'exalte, on s'exalte...et on ne s'aperçoit même pas
    qu'on devient de plus en plus con!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: je note même ne pas avoir vu compter le nombre de fois où depuis ce matin, j ai pu entendre les commentateurs dire que Tsipras mettait de l eau dans son vin, qu il était pragmatique, qu il ne parlait plus de sortir de l euro. Bref le Tsipras d aujourd'hui ressemble de moins en moins au Tsipras d'avant élection.
      Comme dirait Gilly plus haut, ça me rappelle quelqu un.

      Supprimer
  18. Un remake de la France 2012 à la sauce Grec ,et comme en France avec une minorité du peuple Grec .
    Bon courage à eux ,nous ,il nous reste encore deux bonnes années à souffrir avec notre gvt d'optimiste ,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: pas moyen de trouver le taux d abstention a ces élections. Tu le connais. Il me semble que le vote est obligatoire en Grèce mais sans sanction.

      Supprimer
    2. j'ai lu 39% il me semble sur le site du point.
      Non chez Jovanovic je crois. Il donnait les résultats de tous les partis

      Popeye

      Supprimer
  19. pauvre mélenchon... j'ai presque pitié de lui, devoir se réjouir de la victoire électorale des autres alors que lui se plante lamentablement a chaque fois... enfin, bon si il est d'accord pour que la France fasse éventuellement une croix sur 55 milliards... on peut se le permettre, on est tellement blindés... ah oui c'est vrai, c'est pas cher, c'est l'état qui paie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton: Pauvre melenchon ! je vois cependant, pour lui, l opportunité de rebondir, il pourrait même ratisser du côté de la gauche du PS. Nous verrons.

      Supprimer
    2. Faire un trait sur 55 milliards n'empêchera pas Mélanchon de dormir pendant les séances du Parlement européen quand il daigne y rester après avoir signé la feuille d'émargement (comme ils sont trop nombreux à le faire à gauche comme à droite et aux extrêmes) et de se goinfrer au frais des finances publiques comme de voyager en 1ère classe.

      Saviez-vous que ce cher Mélanchon est propriétaire de sa permanence grâce à son enveloppe parlementaire (comme d'autres et c'est malheureusement légal), donc toujours sur notre dos ?

      Supprimer
  20. Les Grecs doivent six cents euros à chaque Français. Soit une quarantaine de milliards dont nous aurions bien l'usage ... pour rembourser notre dette.

    RépondreSupprimer
  21. Je pense qu'à sa prochaine arrivée à Bruxelles des gens comme il faut vont lui remonter les bretelles façon "bourre-pif" et qu'il rentrera dans les rangs de la démocratie européennes il comprendra qui commande
    Il n'y a pour moi aucune possibilité d'expression populaire qui puisse prévaloir maintenant tout est cadenassé et si vous vous excitez de trop la gendarmerie européenne (EuroGendFor ou FGE) vindra remettre de l'ordre européen et démocratique loin du champ des caméra pour moi aucun espoir nul part . Vous disiez il y'a quelques jours que Marine LP ne teindrait pas longtemps vous voyez nous sommes d'accord

    RépondreSupprimer
  22. Comme je ne cesse de le penser, c'est la Syriza sur le gâteau pour tous les hypocrites, en France Mélenchon devient la partie la plus visible de cette pièce montée, comme le personnage ridiculement symbolique qui trône sur une montagne de sucrerie indigeste, pièce montée du mariage de l'impossible....de quoi être encore plus écœuré de la politique et de ceux qui la font.
    En attendant il va falloir encore payer les conséquences de l'inconséquence de ceux qui dirigent les finances.
    Les bookmakers de la finance ont déjà placé leur pari gagnant.
    Stan

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP