mardi 13 décembre 2011

21% de députés musulmans, ça vous tente ?


On en a déjà parlé ici, le droit de vote des étrangers, vieille lune socialiste est de retour, le Sénat français vient même de l'adopter... En Belgique, c'est déjà une réalité depuis 2004. Les Belges, des précurseurs en somme...

C'est Pangloss qui a attiré mon attention sur le truc. Ça se passe en Belgique. La région de Bruxelles a son parlement, celui-ci est issu d'élections libres et démocratiques.

En Belgique, on loue la diversité, on pratique le lobbying associatif. On a pratiqué depuis longtemps le multiculturalisme, la légalisation des sans-papiers et la naturalisation de masse pour un si petit territoire: 200 000 depuis 1989. En gros, ils font là-bas, ce que certains ( l’inénarrable Julien Dray, hier soir, dans Mots Croisés, par exemple ) aimeraient que l'on puisse faire ici, en France.

Au final, cela donne quoi en Belgique, au Parlement de Bruxelles ? C'est simple: " De 0, à la naissance de la Région en 1989, les musulmans occupent désormais, et depuis les dernières élections régionales, 21,3 % des sièges au Parlement bruxellois. "

Faire pareil, ça vous tente ?

Folie passagère 962.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

13 commentaires:

  1. Qu'est-ce que ça peut bien faire qu'ils soient musulmans, catho, juifs ou protestants ? On s'en fout ! Le principal c'est qu'ils soient des politiciens responsables.

    Sans oublier que la laïcité est un principe fondamental reconnu par les Lois de la République... Donc la religion est du ressort de la sphère purement privée !

    Ensuite, tous les étrangers ne sont pas forcément musulmans. Il faut arrêter cet amalgame stupide.

    Enfin, si les Bruxellois en ont décidé ainsi, nous n'avons aucunement notre mot à dire. Ce sont des élections libres et démocratiques !

    RépondreSupprimer
  2. sujet sensible, l’insécurité, l’immigration, toute la panoplie électoraliste va faire son retour en force dans les six mois qui viennent, mais les derniers sondages disent que 61% des français sont pour.....
    Pour en savoir un peu plus:

    http://2ccr.unblog.fr/2011/11/27/faut-il-laisser-voter-les-etrangers/

    RépondreSupprimer
  3. @kulteuro: je n en attendais pas moins.

    Sans doute sont-ce des élus responsables, possible.

    La religion est du domaine privé. Normalement sauf que là ce n'a plus l'air d'être le cas selon le journal belge qui relate : "On entend ici par musulmans les élus qui se définissent eux-mêmes comme musulmans ou de culture musulmane. Ceux encore qui dans leurs discours et leur pratique électorale font référence (directement ou indirectement) à l’islam"

    Tous les étrangers ne sont pas musulmans, ns sommes bien d'accord. Or, comme le soulignait Rama Yade, hier, ce qui fait problème avec ce droit de vote a donner ou pas aux étrangers, c'est bien le fait de l'accorder, ou pas, aux étrangers musulmans.

    Les Bruxellois font ce qu ils veulent c'est certain, on peut néanmoins en parler, non ?

    RépondreSupprimer
  4. Le problème, mon cher Corto, ce n'est pas d'avoir 21% de députés musulmans, c'est d'avoir 21% de députés étrangers.
    Les musulmans français ont tout autant le droit d'accéder à la députation et aux autres fonctions de l'état, que les catholiques français ou les protestants français.
    Mais hier, ce que Mots Croisés a voulu nous vendre c'est le vote des étrangers, au prétexte qu'ils vivaient en France et payaient des impôts.
    C'est ce que préconise le PS. C'est ce que ne veut pas l'UMP.
    Au moins les choses sont claires.

    RépondreSupprimer
  5. @marianne: vous avez raison et c'est bien intentionnellement que j ai mis ce titre. Et pour 2 raisons. La première c'est qu'à Bruxelles, c'est le cas. La deuxième , c'est que c'est tt de même ce qui nous pend au nez en France, u jour ou l autre, pas si lointain. je vous renvoie à Bruxelles: il a fallu 7 ans entre le droit de vote accordé aux étrangers et ces 21% . Ainsi qu' à l'etude de l'Institut Montaigne, par ex, qui ne prédit finalement pas autres chose, dans un premier temps dans les villes de banlieues et pose la question du après...

    RépondreSupprimer
  6. 1. Pour info, il y a déjà en France un député musulman. Il s'appelle Abdoulatifou Aly, député MoDem de Mayotte.
    2. Ce n'est pas demain qu'on aura des députés non français ! Le débat actuel ne concerne que les élections locales et non législatives.
    3. SVP, n'attisez pas les peurs et les haines avec vos réactions à ce débat.

    RépondreSupprimer
  7. @kulteuro: peux tu me certifier, me garantir que d ici quelques années les socialistes ne réclameront pas le droit de vote pour les étrangers aux legislatives ou pour la présidentielle ?

    Je te rappelle qd meme qu'ils ont permis que les étrangers, y compris illégaux, puissent voter à la fameuse primaire ( consultation nationale en vue d'une election nationale). seule condition, de memoire qu'ils soient membres du PS depuis 1 an. Comment ne pas imaginer que ceux-ci ne se rappellent pas un jour aux bons souvenirs du PS.

    RépondreSupprimer
  8. Alors, simplement :

    1. Je ne peux pas le garantir en n'étant pas moi-même au PS. Je ne vois d'ailleurs pas pourquoi il n'y aurait que le PS qui pourrait proposer le vote des étrangers aux élections locales... Depuis le début vous focalisez sur ce parti. Mais ce ne sont pas les seuls. Ensuite, je ne vois vraiment pas pourquoi ils feraient cela. Il me semble quand même qu'ils ont malgré tout le sens de la République.
    A titre perso, si je suis très très favorable au vote des étrangers aux municipales, je n'y suis pas favorable pour les élections nationales.

    2. Les règles relatives à leur primaire ne concernent qu'eux. Si cela vous déplait, il fallait faire partie du bureau exécutif du PS pour dire le contraire. Et ce n'était pas une élection officielle donc il n'y a aucun parallèle à faire !

    RépondreSupprimer
  9. l'article 3 de la Constitution ne donne pas le droit de vote aux étrangers,quelque soit leur religion, c'est un " coup" médiatique de la gôooche et surtout des verts, qui rêvent de ça depuis longtemps..mais pour ce faire, il faudrait que le texte de loi soit voté a L'IDENTIQUE par l'assemblée et le Sénat, ce qui est impossible actuellement, il faudrait d'autre part une révision de la constitution
    de toute façon, c'est un coup bas contre la République et Jaurès doit faire le ventilateur dans sa tombe.....

    RépondreSupprimer
  10. Corto,
    Vous dites :
    "La religion est du domaine privé. Normalement sauf que là ce n'a plus l'air d'être le cas selon le journal belge qui relate : "On entend ici par musulmans les élus qui se définissent eux-mêmes comme musulmans ou de culture musulmane. Ceux encore qui dans leurs discours et leur pratique électorale font référence (directement ou indirectement) à l’islam"

    Je voudrais juste vous rappeler que notre président de la république s'est déjà signé devant les caméras, et qu'il louait il n'y a pas si longtemps "le curé" au détriment de l'instituteur.
    Voilà, après, votre titre est excessivement mal trouvé. L'assemblée nationale est majoritairement chrétienne, ça ne dérange personne. A moins que vous partiez du postulat musulmans=méchants, dans ce cas là précisez le.

    RépondreSupprimer
  11. @kulteuro:
    1/effectivement le front de gauche, et EELV, s'est prononcé pour, le PS, parti dominant a gauche a cette année été le premier a relancé le truc: Aubry dès le 1er débat des primaires de mémoire. Et sans le PS, pas de majorité eventuelle donc oui, je vise le PS.

    2/bien sur que cela n appartient qu a eux les regles des primaires, cela doit-il m'empecher de dire ce que je pense? NON.

    3/ a l occasion, essaie de trouver les conclusions de l'Institut Montaigne sur la montée de l'islam en France et de la place que prendront les musulmans dans la republique. Après, on est d'accord, ou pas cette place qu'ils veulent prendre. Moi je ne veux pas.

    @boutfil: Jaurès, ça me fait marrer qd les degauches s'en réclament! Il s'agit en l'espèce de faire de la république française une république de la diversité. mais bon, hein ? , faut rien dire et laisser faire.

    RépondreSupprimer
  12. @mélusine:: Pompidou, De gaulle ou Gis card se signaient sans que cela ne pose de problèmes...autrefois.
    L'assemblée est majoritairement "chrétienne" oui. Au parlement de Bruxeles, il a fallu a peine 7 ans ( 2004-2011) pour que celui-ci soit à 21% musulman.

    RépondreSupprimer
  13. Il faut être clair, cela pose le problème du grand remplacement de la population. Est-ce qu'une France et plus largement un Occident où la population d'origine deviendrait minoritaire, où la religion chrétienne serait minoritaire aurait encore un sens ?

    La réponse est tout simplement non.

    Quant à la laïcité, c’est le principe selon lequel l’Etat, affirmant sa non-autorité en matière religieuse, proclame sa neutralité. Pour autant, il n’est en aucune façon question d’une quelconque hostitlité de l’Etat envers la religion, pas plus qu’il ne s’agit d’interdire à la religion d’intervenir dans le débat public. Ce principe est bon et est en oeuvre dans pas mal de pays civilisés, ce qui est loin d’être le cas de la France qui sur ce point, comme dans beaucoupo d’autres d’ailleurs, à bien plus à voir avec l’ex URSS quavec la Confédération Helvétique par exemple. La république française pense la laïcité comme une religion séculière, la sienne et a exactement la même position à l'égard de la religion que celle du calife Omar ibn al-Khattab en 640 ap JC : En l’an 640, an 22 de l’Hégire, l’émir Amr ibn Al-’As conquiert Alexandrie. La ville n’a pas trop souffert. Il s’empresse d’écrire au calife Omar ibn al-Khattab qu’il a trouvé 4.000 palais, 4.000 bains publics, 400 théâtres et autres lieux de divertissements, 12.000 commerces et 40.000 hébreux dans la ville. Il interdit à ses hommes de se livrer au pillage et entame la construction de la mosquée de la Clémence.

    L’émir est un lettré, aussi il demande à rencontrer le conservateur Philarète, qui lui narre par le détail l’histoire de de la bibliothèque. Mais comme il est aux ordres du commandeur des croyants, il envoie une lettre au calife dans laquelle il lui demande ce qu’il doit faire, entre autres, de cette somme de connaissance. Doit-elle rester sur place ou lui être envoyée ? Au bout d’un mois la réponse arrive :

    “… quant aux livres : si leur contenu est conforme au livre d’Allah, nous pouvons nous en passer, du fait que, dans ce cas, le livre d’Allah est plus que suffisant.

    Si, en revanche, ils contiennent quelque chose de non conforme au préceptes du livre d’Allah, il n’est aucunement nécessaire de les conserver. Procède donc à leur destruction.“

    Les livres furent donc répartis dans les divers établissements de bains où ils servirent de combustible pour les poêles et autres hypocaustes. Six mois furent nécessaire pour tout brûler.

    Mais à ce qu'il paraît, la république c'est le summum du bien.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP