dimanche 11 décembre 2011

Un dîner éclectique


Le mot semble barbare, il signifie par extension, et dans le cas présent, que: qui ne se ressemble pas, peut parfois s'assembler et fort bien s’accommoder les uns des autres;  l'éclectisme en somme.

Il en fut ainsi de ma soirée de samedi, un diner éclectique. Jugez par vous-mêmes. Etaient présents:

Un vieux général bardé d'étoiles et de décorations, très vieille France, un peu dans le genre " après moi le déluge "; selon lui, les homos sont des gens très, très malsains malades.

Un curé, 51 ans, plutôt bel homme, en soutane, traditionaliste et presque naturellement...royaliste, spécialiste des vins de Bordeaux, parlant l'hébreu, l'allemand, l'anglais et le russe et maniant aussi bien le latin et le grec anciens que le français d'aujourd'hui.

Une femme âgée de 80 ans, partie à Londres en Juin 40 après avoir traversé les Pyrénées à pied ( c'est vous dire si elle a un problème avec les allemands), mère de 7 enfants, grand-mère et arrière-grand-mère d'approximativement 31 rejetons, en pleine forme ce soir là. Pensez-donc, 2 génépis en digestif.

Le boss d'une boîte de 1400 personnes, 43 ans, s'offrant 2 ou 3 années sabbatiques et qui vient de faire sa rentrée à Science-Po en tant... qu'étudiant. Catholique pratiquant, ses nouvelles études l'amène à faire un stage, attribué d'office, dans une association de féministes lesbiennes.

Son épouse, 42 ans, jeune retraitée de l’Éducation Nationale. Si, si retraitée à 42 ans, 7 enfants, elle-aussi, jolie comme un coeur, spécialiste de Proust, de Marc Lévy et de...Saint Thomas d'Aquin.

Un marchand de canon, si, si, un vrai, directeur général de sa boîte. Il fait de nombreux déplacements en Grèce, en Arabie saoudite, au Koweit, en Russie et a prévu d'en faire un en Libye, bientôt; 44 ans, allemand. Sa devise: " Business is business ".

Son épouse, française, 41 ans, adorable mère au foyer de 3 gamines insupportables, un peu dans le genre madame Le Quesnoy, une vraie grenouille de bénitier. Passionnée de danse moderne.

Un homosexuel notoire ou presque, 48 ans, en rupture de banc avec la religion depuis un bail. Moi.

Manquait plus qu'un gauchiste ou deux mais on n'en a pas trouvé, paraît-il qu'ils sont bien occupés en ce moment à comprendre ce que signifie le mot unité.

Le tout, donc, réuni pour un diner fort sympathique et bien arrosé dans la maison de...Richard G. ! Ca vous la coupe , hein !

Et bien, je peux vous garantir que l'éclectisme, les vins capiteux et la bonne bouffe ont du bon. Une excellente soirée et un lendemain tout ce qu'il y a de plus comateux

Folie passagère 960.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

12 commentaires:

  1. Ave

    Que du beau linge et je ne sais pas pourquoi mais cette liste de gentlemans et ladies m'ont fait pensé à cette chanson de Jacques Brel.

    http://www.youtube.com/watch?v=2KOt4Owaoxc

    Pourquoi, alors je n'en sais rien moi même.

    RépondreSupprimer
  2. @grandpas: ah ce Brel ! et quel jeu de jambes dans cette vidéo !

    RépondreSupprimer
  3. Veinard ! C'est quand même une aubaine, ce genre de raout ; rien de mieux pour faire tomber les œillères. Les siennes propres, particulièrement.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  4. Je me demande si vous n'avez pas eu tort de publier ce billet, mon cher Corto ?
    Les gens du "Kremlin des blogs" vont en être verts de jalousie, et risquent de vous le faire payer très cher.

    RépondreSupprimer
  5. Gotainer, c'est pour moi plein de souvenirs.
    Tout d'abord, son guitariste et compositeur, Claude Engel, qui m'a donné mes premiers cours de guitare à Tours : j'avais 10 ans !!!
    Ensuite, Gotainer a été longtemps notre compagnon de route "sonore", lorsqu'avec mes enfants nous faisions de longues distance.
    T'es un veinard, toi, d'avoir passé une soirée comme çà !!!

    RépondreSupprimer
  6. @al west: c'est le genre de raoût où on va en reculant, a priori, mais en étant quasi certain d'en sortir enchanté.

    @marianne: pkoi voulez-vous ? Ne pourraient être que jaloux que ceux incapables d'en organiser ou de participer. J'aurai bien vu, histoire de voir justement, un Gauche de Combat ou une rose édulcorée dans ce genre de soirée. Excellent moment en tout cas

    @philippe méoule: tu m 'étonnes que ça fait du bien , et tous ces gens si décalés les uns par rapport aux autres partageant agapes et anecdotes en tous genres ! assez génial oui. Et on a presque pas parlé politique !

    RépondreSupprimer
  7. A te lire, on a l'impression d'un brusque voyage dans le temps: je vous vois bien tous dans le salon d'une marquise raffinée, en plein XVIIIème siècle. Je ne sais pas qui organisait le dîner, mais sans aucun doute, il-elle a un certain génie.

    RépondreSupprimer
  8. @lo: sauf que c'était en plein XXIeme et que puique génie il y avait, la soirée était obligatoirement géniale.

    RépondreSupprimer
  9. Ça me rassérène de savoir que des moments d'une telle qualité existent encore. J'aurais très bien vu Fabrice Luchini parmi vous.

    RépondreSupprimer
  10. @lo: ah non pas Luchini et pourtant j'adore mais il aurait sans nul doute monopolisé tte l'attention et nous n'aurions pas eu l occasion de voir le curé, dos à la cheminée, relever les pans arrières de sa soutane et dire: ah que c'est bon !

    RépondreSupprimer
  11. Par contre probablement dans XX éme ardt de Paris, c'est dans cet arrondissement prés de la place Edith Piaf ,il s'y promenait avec son fils.

    RépondreSupprimer
  12. @ Corto : relever les pans arrières de sa soutane et dire: ah que c'est bon ! dans mon patelin, c'est ce qu'on appelle "faire chapelle". Enfin... les filles.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP