mardi 13 décembre 2011

Profs en grève jeudi: Touche pas à ma note !


Jeudi, il y aura grève à l'Education Nationale. Encore, diront certains. L'objet de cette grève est le projet de réforme du système d'évaluation des profs de collèges et de lycées, dans une moindre mesure semble-t-il, pour ceux du primaire.

Alors, je ne suis pas un spécialiste de l'EN mais je ne comprends pas bien ( ou trop bien ) ce qui peut choquer les profs. Si j'ai bien compris, ils sont évalués en moyenne tous les 6 à 7 ans par un inspecteur d'académie compétent dans la discipline du professeur inspecté. Le projet du ministre est d'abaisser cette moyenne: une évaluation tous les 3 ans avec, entre autres choses, la possibilité d' une évolution de salaire plus régulièrement actualisée. Cette évaluation serait sous la responsabilité du chef d'établissement et non plus sous celle de l'académie. Ce qui en soi ne semble pas débile, le chef d'établissement n'est-il pas celui qui connaît le mieux ses profs, bien mieux qu'un inspecteur envoyé tous les 6 ans ? 

Les grévistes redoutent une évaluation " à la gueule du client ". Le ministre assure que celle-ci sera collégiale: le chef d'établissement plus quelqu'un compétent de l'académie. En clair, ils seraient évalués par quelqu'un qui les connaît bien et quelqu'un qui ne les connaît pas. A la clé de cette entretien: promotion éventuelle,  hausse de la rémunération, ou pas, écoute, possibilité de changement d'orientation etc... Rien que de très banal, du management, tout simplement, du management partagé.

Dans le privé, rares sont les entreprises qui ne pratiquent pas l'évaluation annuelle de leurs employés de manière formelle ou informelle. Moi-même, dans les 4 entreprises successives pour lesquelles j'ai bossé, chaque année, j'y avais droit, je l'attendais même parfois. Cela ne m'a jamais heurté et je n'ai jamais redouté cet entretien.

Alors, pourrait-on m'expliquer pourquoi les profs redoutent ce qui somme toute est devenu normal et plutôt profitable aux deux parties dans le privé ? Peur d'être mal noté ? Peur d'être "évalué" ? La crainte que l'on s'aperçoivent qu'ils ne sont pas aussi "bons" qu'ils croient l'être ?

Quelqu'un m'explique ?

Folie passagère 963.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

28 commentaires:

  1. Ou attitude de refus systématique d'une réforme issue de ce gouvernement, mon cher Corto.

    RépondreSupprimer
  2. Ils sont grotesques... (dire que le rapport Perruchot sur les syndicats a été enterrés par l'Assemblée nationale...)

    Soupir...

    RépondreSupprimer
  3. Les enseignants ne se jugent pas "bons", ou "meilleurs" qu'ils ne le sont en réalité. Ils souhaiteraient simplement être jugés par une personne qui est compétente dans la discipline qu'ils enseignent ( tu parles beaucoup de salaire et de revalorisation, mais si on ne faisait pas ce métier que pour le fric? Pour partager une discipline et faire ne sorte que les élèves fassent des progrès dans cette discipline)
    Mon principal a beau être charmant, c'est un physicien et il n'a pas les moyens de m'évaluer en allemand. C'est tout bête...
    (Et ce n'est pas la faute des profs si les IPR ne peuvent les évaluer que les 6 ou 7 ans)...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, je suis élève, et je dois dire que mes professeurs ont peur de l'inspection.
    A chaque fois, au cours précédent, ils nous demandent de rester tranquille par peur de se faire virer ou de voir leur salaire baisser...
    Je trouve que cela n'a pas lieu d'être dans un établissement scolaire... Même si je n'ai pas vraiment mon mot à dire, car je ne suis qu'une simple élève.
    Ils ne faut pas leur mettre la pression. Certains sont zens, d'autres stressés à mort...
    D'autres parts, ils sont humains, nous on se fait inspecter chaque semaine sur nos connaissances (contrôles, évals ect...)
    Stressons-nous? Non. Pas pour si peu.
    Je suis d'accord pour dire que la personne qui doit les juger doit être neutre, sans avis préalables. Et surtout pas avoir un avis, à, comme l'a si bien dit "Corto" à la tête du client. Pour ma part, je trouve mes professeurs bien comme ils sont sauf un ou deux, bien sûr.
    Je n'ai pas vraiment envie qu'ils partent en dépression.
    Bonne soirée,
    Anonyme.

    RépondreSupprimer
  5. @marianne: attitude permanente de refus de tte réforme, c'est évident qui plus est si ça vient d un gvernement de droite. Sur celle-ci en particulier. N'est-ce pas finalement confortable de ne pas etre remis en question, n'est-ce pas "cool" d'etre évalué 3 ou 4 fois maximum dans sa carrière ? Des questions, juste des questions :)

    @falconhill: grotesques oui ! il y a des privilèges auxquels il ne faut pas toucher ! tu imagines, dans le privé, ne pas etre contrôlé chaque année... soupirs. quant au rapport Perruchot, retoqué par la droite comme par la gauche, un scandale!

    RépondreSupprimer
  6. @anonyme n° 1: ton principal est physicien ? Prof ou ex prof, donc, il devrait pouvoir etre a meme d'évaluer tes méthodes pédagogiques. de plus le projet de reforme prevoit que le chef d 'établissement évaluera mais pas seul !
    Par ailleurs, le gvment propose ce projet d' évaluation ts les 3 ans, n'est-ce pas un progrès plutot que tous les 6 ou 7 ans ?

    @anonyme n°2: tu es jeune ? élève ?...
    Les pauvres bichons, ils sont stressés! Mais il n y a pas de métier facile et peinard, il y a le monde du travail. Point barre. Une évaluation pratiquée plus régulièrement par quelqu'un, le chef d'établissement qui les connait mieux qu'un inspecteur qui vient tous les 6 ans leur fait peur ? et pourquoi donc ?
    Dans le privé c'est tous les ans et généralement par le supérieur direct, est-ce pour autant que le privé se met en grève. NOn, le salarié du privé sait que cela fait partie du "jeu"

    RépondreSupprimer
  7. Corto, tu juges un peu vite par manque d'info.
    D'abord, les profs sont déjà noté par leur chef *administratif* (ça s'appelle la note administrative, qui est complétée par la note pédagogique donnée par un inspecteur).
    Et justement, la partie "administrative" de la note fait déjà grincer beaucoup de dents ; et on n'aimerait pas que cette partie de la note prenne le dessus. Pourquoi ?

    Parce que l'expérience montre que notre chef administratif est parfaitement incompétent pour nous évaluer :
    - on est dans notre classe, lui (ou elle) dans son bureau. Il (elle) ne nous connait que par les rumeurs et cancans des surveillants ou CPE. Parfois, même les élèves ne le (la) connaissent pas.
    - Il (elle) note mieux les profs qui acceptent de faire plein d'heures supp, même si du coup, par manque de temps pour préparer cette avalanche de cours, ils se contentent de faire "de la garderie".
    - Il (elle) note moins bien les profs qui gueulent quand il (elle) prend des décisions non conformes aux règlements nationaux (horaires, programmes, etc)
    etc...
    Si les profs ont peur des notes "à la gueule", ce n'est pas un procès d'intention : ça existe déjà !

    A l'inverse, un inspecteur ("qui ne nous connait pas") a l'occasion de nous voir travailler (au moins 1 heure tous les 6 ans, c'est mieux qu'un proviseur). Et il se fout de savoir si on a accepté d'avaler des couleuvres administratives.

    RépondreSupprimer
  8. @thierry: par manque d'info, je le reconnais bien volontiers. Je pose des questions simplement, avec ironie, sans doute aussi, c'est tout moi.
    Tu crois que l'on peut évaluer un prof en l'inspectant 1h tous les 6 ans ? Ca me troue !
    Dans le privé, c'est tous les ans et ça ne pose de pbs a personne.
    cet exemple de l'évaluation et du rejet qu'elle suscite prouve necore une fois qu'il est quasiment impossible de reformer en bien l'EN. Le résultat, on le connait, on voit le niveau. Et va pas me dire que le niveau des lycéens est bon en sortie de terminale . Ca fait pitié

    RépondreSupprimer
  9. Corto, permets-moi de te dire que tu mélanges tout : la note des profs n'a rien à voir avec le niveau des élèves.
    D'autre part, je vais te donner d'autres infos ;) : l'inspection ne dure pas qu'une heure, il y a un entretien par la suite où on doit justifier nos choix pédagogiques. C'est l'occasion pour l'inspecteur de vérifier qu'on connait bien les textes officiels (programmes, etc). Et si des inspecteurs voulaient nous évaluer tous les ans, on serait d'accord !
    Mais non : on veut qu'un responsable *administratif* nous ponde une note *pédagogique*... sans aucune évaluation (même pas 5 minutes pour voir ce qu'on fait dans nos classes !).

    Il est possible de réformer l'EN.
    Par exemple, le Bac Pro en 3 ans (au lieu de 4) est passé sans gros problème. La semaine de 4 jours pour les écoles aussi. sans parler des programmes qui changent tous les 3 ans...

    Seulement, il y a aussi des mauvaises idées de réformes, qui ne sont pas guidées par une meilleure efficacité ou plus de justice... mais par une bête économie comptable (on va économiser des emplois d'inspecteurs).

    RépondreSupprimer
  10. Je précise : je suis prof depuis 16 ans.
    J'ai bossé dans des endroits divers : le Vaucluse, en banlieue parisienne et maintenant en Picardie.
    J'ai eu l'occasion d'être prof d'atelier (électronique) et maintenant je suis prof de matière générale (maths).
    Malgré tous ces changements, il y a une constante : JAMAIS un(e) proviseur n'est entré dans ma classe (ah si, une fois : pour montrer les nouveaux équipements au conseiller régional qui visitait le lycée)

    RépondreSupprimer
  11. Evaluation ? Ok, mais selon quels critères ? ...
    Je suis fan d'un mien ami ... Gilbert Longhi ... qui a repêché tout au long de sa carrière, pour les faire réussir, tous les élèves décrochés d'un cursus scolaire qui fonctionne comme un "tri sélectif" ... s'il avait été "évalué" ... combien d'enfants en auraient pâti, dans un système qui valorise ceux qui gagnent au détriment de ceux qui "grandissent" et deviennent des super "citoyens" autonomes, épanouis, à leur place choisie ?
    gilbert-longhi accrochage decrochage.pdf — PDF document, 1474Kb

    RépondreSupprimer
  12. @thierry: jamais un proviseur n'est rentré dans ta classe. Et bien réjouis toi, avec cette réforme, ça devrait changer

    @ladyappoline: je ne suis pas sur que le systeme de l'EN valorise ceux qui gagnent ( ceux qui sont bons ) ni ceux qui grandissent. Mon impression est plutot un affaiblissement du niveau général. Je vais aller voir ton lien

    RépondreSupprimer
  13. Le système actuel est loin d'être idéal. On est d'accord.
    Même si c'est trop rarement, l'inspecteur a le mérite de venir voir en classe ce qui se passe. Plus l'inspecteur vient (en principe une fois tous les 3 ans dans le 1er degré), mieux ça vaut pour la carrière. Si l'inspecteur est feignant, tant pis pour le prof.
    L'inspecteur, c'est la voix du ministère, bien sûr. Il est là pour faire appliquer les derniers dadas, bons ou mauvais. Mais jusqu'à maintenant, les profs pouvaient garder une certaine liberté pédagogique. C'est grâce à cette liberté que la méthode globale n'a pas pu être imposée partout et si certains élèves chanceux ont encore quelques notions d'orthographe à l'issue du CM2.
    Ce nouveau système sera peut-être une bonne chose. Qui sait? Mais j'ai du mal à comprendre comment un chef d'établissement, même de bonne foi, pourra évaluer sur la foi du seul entretien pédagogique. Je crains que le "bon" prof ne soit celui qui sache le mieux recracher les directives de notre bon ministre du moment. Le pas causeur ou la forte tête vont gicler.
    Je n'aime pas trop non plus la proposition de passer d'abord par une grille d'auto-évaluation. Ça sent l'autocritique à la Mao, l'infantilisation et au bout du compte, un genre de totalitarisme rampant.
    Et puis il est aussi question d'évaluer le prof sur ses "résultats". Mais comment évaluer selon ce critère? Quels résultats? Si on est vendeur, je veux bien, mais prof? Un élève n'est pas un produit.
    C'est vrai que c'est très difficile d'évaluer la qualité d'un enseignement et pour moi, rien ne vaut l'observation d'une classe. Devant des élèves, on ne peut pas jouer la comédie. D'autant qu'une inspection dure souvent plus d'une heure et qu'un bon inspecteur passe absolument tout au crible.
    Je suis pour une inspection courte tous les ans.
    A l'improviste.
    Sur des critères pragmatiques et pas idéologiques.
    Par un inspecteur qui ait obligatoirement été enseignant lui-même (ce n'est plus toujours le cas aujourd'hui).
    Spécialiste de la matière qu'il inspecte.
    Chef d'établissement, OK, mais pas de celui où le prof enseigne. Un chef d'établissement est bien trop préoccupé de sa propre carrière (surtout en zone sensible) pour garder la neutralité qui s'impose.

    Je ne serai pas gréviste jeudi. Ce genre d'action me semble peu efficace et la profession s'est décrédibilisée en en usant et abusant.

    RépondreSupprimer
  14. @lo: j'entends tes arguments mais je me demande à te lire et avec toutes les conditions préalables que tu indiques s'il sera possible de réformer le système d'évaluation.

    Enfin, je te rappelles encore une fois que dans le privé c'est chaque année que cela se passe, généralment avec son patron direct et que globalement ça se passe plutôt bien.

    Pour ta dernière phrase, nous sommes évidemment d'accord!
    biz

    RépondreSupprimer
  15. Etre "évalué", c'est prouver qu'on fait son boulot comme on vous demande de le faire et -dans ce cadre- qu'on le fait bien. On a l'impression que les profs ont adopté l'attitude des journalistes: la revendication d'indépendance et d'autogestion. Ce qui expliquerait leur prévention contre l'évaluation.

    RépondreSupprimer
  16. @pangloss: "comme on vous le demande" c'est tt a fait ça. Sauf que tu l'écris très bien, les profs , ils aimeraient bien qu on ne leur demande rien :)

    RépondreSupprimer
  17. Ce qui serait pas mal, c'est que les profs ne soient pas prévenus à l'avance de leurs inspections. Parce que les cours inspectés ne ressemblent en rien à ceux ordinaires, les élèves sont dûments prévenus et implorés, les supports pédagogiques abondent tout d'un coup, toute la structure du cours change...

    RépondreSupprimer
  18. Corto, pour une fois je ne vais pas être d'accord: cette réforme de l'évaluation des profs est une vaste fumisterie. Voilà pourquoi.

    D'abord, les profs sont déjà notés, CHAQUE ANNÉE, par leur chef d'établissement: c'est ce qu'on appelle la note administrative. Le proviseur va ainsi évaluer le respect des obligations de service, l'implication dans la vie de l'établissement, l'assiduité, etc.

    Ensuite, de façon plutôt irrégulière, les profs étaient notés en classe par les Inspecteurs Pédagogiques Régionaux: ces inspecteurs, qui ne connaissaient pas les profs, évaluaient alors les contenus pédagogiques autant que les méthodes. C'est ce qu'on appelle la note pédagogique.

    La réforme supprime l'évaluation pédagogique par l'inspecteur: désormais, le chef d'établissement aura, seul, le pouvoir d'évaluer les profs. Or, il est évident qu'un proviseur n'est pas compétent dans toutes les disciplines. Dans ce cas, comment va-t-il évaluer le travail concret des profs?

    Bref, la réforme est mauvaise car l'évaluation ne porterait plus principalement sur l’activité en classe avec les élèves mais sur tout ce qui est périphérique à l'acte d'enseigner.

    Enfin, on ne peut pas comparer un établissement scolaire à une entreprise. Cela reviendrait à dire que les élèves, et les parents, sont des clients. Or c'est la dérive que l'on constate: les chefs d'établissement sont de plus en plus des gestionnaires qui, souvent, font du clientélisme avec les parents. De la même façon, qu¡on le veuille ou non, un prof qui se retrouve seul face à une classe de trente élèves, et qui normalement doit transmettre une somme de connaissances, n'est pas un travailleur comme un autre.

    Enfin, cette réforme, alors que l'Éducation nationale est en train de sombrer, c'est un peu le monde à l'envers: on se préoccupe de la note des profs à un moment où l'on parle de supprimer les notes pour les élèves.

    Ce n'est pas cette réforme, qui va reléguer au second plan ce qui se passe en classe et qui donne l'impression qu'on s'acharne sur les profs, qui va améliorer la situation de l'Éducation nationale. Pendant ce temps là, on ne remet pas en question le dogme du collège unique. On met en place de nouveaux programmes d'histoire-géographie qui nient l'idée même de la nation française et qui vont fabriquer des générations de crétins acculturés...

    Après, il ne faudra pas se plaindre que les élèves n'apprennent plus rien.

    RépondreSupprimer
  19. @frédéric: je comprends ce que tu dis.
    Il y aurait donc 1 note annuelle, l'administrative et une note, en moyenne, tous les 6 à 7 ans sur la pédagogie ! D'après ce que j ai lu du projet Chatel, il n 'est pas question que le proviseur note seul les profs. A verifier.

    Ce qui me parait bon ds ce projet c'est que l'on veuille enfin évaluer plus souvent les profs qui qu'on le veuille ou non ont une latitude incroyable, faute de contrôle régulier, sur la pédagogie et les méthodes qu'ils emploient pour enseigner. Le pb n'est pas nouveau. J'ai bien peur cependant que l'hostilité à cette réforme soit plus motivé par la crainte des profs de voir leur "autonomie" entamée ( voir le com de Pangloss).

    Enfin, qd je dis qu'il faudrait faire comme ds le privé, càd 1 fois / an, il est bien evident que les critères d'évaluation ne peuvent être les mêmes .

    Le problème demeurant tt de même le niveau avec lequel sortent les éleves, et là dessus tt le monde semble d'accord ( sauf les profs ?) pour dire qu'il n'est vraiment pas fameux. Mais comme rien ne peut etre remis en cause à l'EN sans que ce soit la bronca ...

    RépondreSupprimer
  20. @xerbias: ne pas prévenir les profs d'une inspection ??? ais tu n'y penses pas, il s'agirait pas en plus de les prendre en traître ! :)

    RépondreSupprimer
  21. OUPS ! J oubliais, cette réforme tant décriée n a pas l air pourtant de mobiliser le corps enseignant: moins de 10% de grévistes dans le primaires, 20% dans le secondaire... Et si elle avait du sens cette réforme ...

    RépondreSupprimer
  22. It's very reasonably priced too, just check out the link within the conclude from the short article to get at a discounted price under $50.

    My homepage :: dumbbell sets

    RépondreSupprimer
  23. Exactly how much much more mental electricity would be obtainable?


    My homepage: Dumbbell Step Up

    RépondreSupprimer
  24. But there is a single essential dilemma that should be answered.



    Feel free to surf to my web site - adjustable weights

    RépondreSupprimer
  25. The Roman policier RS300X is absolutely amongst by far the most leading-edge merchandise on the current market.


    Here is my weblog ... bowflex selecttech 552

    RépondreSupprimer
  26. Swapping a worn belt is pretty easy if you can comply with a step by phase course of
    action, but seeking to determine it out yourself can cost you
    time and a few really serious cash.

    Also visit my web site: Recommended Resource site

    RépondreSupprimer
  27. Each and every aspect from the overall body is performing autonomously with no predetermined route
    of movement, thus making it important to implement your own private muscles for stabilization from the human body.


    my homepage: free weights for sale

    RépondreSupprimer
  28. But it really however might be extra charge powerful around the
    limited time period to acquire a health and fitness
    center membership.

    Also visit my web page - http://Www.Getfitnstrong.Com

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen