jeudi 15 décembre 2011

Chirac condamné, un sentiment de malaise et de dégoût.


Chirac déclaré coupable de "détournements de fonds publics" et "d'abus de confiance", il est condamné à deux ans de prison avec sursis. A peine 3 heures avant le verdict, on nous annonçait pourtant l'acquittement.

Je suivais en direct, via le journal Le Monde, le déroulé de cette séance au tribunal de Paris. Au fur et à mesure, un curieux sentiment de malaise m'a saisi. Etrange. 

Je n'ai jamais eu de sympathie particulière pour le président Chirac mais paradoxalement j'ai toujours apprécié l'homme. Allez savoir pourquoi. Mais de voir ainsi sa carrière d'homme politique et d'homme d'Etat couronnée d'un sinistre " 2 ans de prison avec sursis " me met mal à l'aise. Une sorte de dégoût devant tant d'acharnement et de lenteurs judiciaires et pourtant, la satisfaction de savoir que nul n'est au-dessus des lois est bien présente.

Et cependant; tout ça pour ça. La faute était-elle si grave pour qu'il ait fallu près de15 ans de procédures avant d'en  arriver-là ? La faute était-elle si petite pour qu'elle soit expiée d'un simple " 2 ans avec sursis " ?  Mesquineries de certains juges pour avoir poursuivi pendant tant d'année un ancien chef de l'Etat qui finalement n'a ni tué, ni fait violence ? Si ce n'est violence à la loi.

Sommes-nous si revanchards pour réclamer depuis si longtemps une peine contre un homme qui aura consacré quasiment toute sa vie à son pays ? 

Malaise à l'idée de l'exploitation politicienne prévisible qui sera faite de ce jugement ?

Voyez, la chose est confuse, à chaud, dès l'énoncé de la peine. Je devrais être satisfait qu'enfin, dans ce procès fleuve et onéreux, justice ait été rendue.

Et bien non, même pas. Rien qu'un sentiment de malaise, du dégoût. Difficile à exprimer, étrange.

Folie passagère 966.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

17 commentaires:

  1. Idem. Justice est rendue certe, mais une justice bien lente pour un vieux monsieur malade...

    Et pendant ce temps les syndicalistes qui volent notre argent courent toujours...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne vous étonnerai pas, mon cher Corto, en vous disant que j'ai les mêmes sentiments mêlés que vous.
    En plus je pense que ce procès est une sorte d'avertissement à tous les présidents, présent et à venir, de notre beau pays qui a toujours aimé brûler ce qu'il a adoré.

    RépondreSupprimer
  3. @skandal: justice bien lente en effet... et tout de même beaucoup d'acharnement pour un truc que tout le monde pratiquait, droite ou gauche, allègrement à cette époque.

    @marianne: avertissement, dites vous, peut etre mais dans ce cas à tout le monde.

    Quant à l'exploitation politicienne elle n'a pas tardé a venir. hamon et Jolie-joly en tête. Elle qui réclame la démission de Chirac du Conseil constitutionnel alors qu on ne sait pas encore s'il fera appel. Me debecte celle-là !

    RépondreSupprimer
  4. Chirac condamné, cela ne changera pas la face du monde mais cela rappellera à certains caciques que personne n'est à l' abri. N'est ce pas Jack!

    RépondreSupprimer
  5. @grandpas: non, ça ne changera pas grand chose, si ce n'est le constat d une sorte d acharnement un peu ridicule. mais bon, si ça peut servir d'exemple... j ai quelques doutes

    RépondreSupprimer
  6. Il est vrai que lorsqu'on devient président un jour toutes les malversations, détournements et abus divers ne doivent plus être même évoqués.
    Bravo, je vous laisse entre UMP bon teint.

    RépondreSupprimer
  7. @anonyme: anonyme ? Ton com est ridicule et visiblement tu n as pas lu le billet ou alors de travers.

    RépondreSupprimer
  8. entre UMP bon teint !! l'es gonflé là après ce qu'on à entendu sur le Nord et autres malversations P.S....
    dégout oui, et les syndicats là, on enterre le rapport ? j'irai de moins en moins voter..

    RépondreSupprimer
  9. Il n' y a pas d'acharnement ridicule dans cette
    affaire. C'est Mr Chirac en personne qui a tout
    fait pour que la sanction soit différée. Il esTtun justiciable comme n'importe quel autre citoyen et
    c'est plutôt rassurant pour notre démocratie que
    la justice soit passée.

    RépondreSupprimer
  10. @ Anonyme : je fais confiance à Corto quand il nous informe que Mauroy vient d'être condamné pour les mêmes faits à Lille. Cependant et comme l'écrit le taulier lui-même, ces faits sont avérés et laissent, de la même façon, une sale impression. Qui, personnellement et pour reprendre le thème "autres temps, autres mœurs" font pâle figure à côté des faits d'arme de son illustre prédécesseur -je ne parle pas de la double-vie de saint françois mais je pense à Grosrouvre, à Béré, à Pelat. Vaut-il mieux faire partie de l'UMP bon teint plutôt que d'être borné et stupide ?

    RépondreSupprimer
  11. @al west: Oui autre temps , autre moeurs. Je rappelle qd même a l'attention de l anonyme donneur de leçons que ces pratiques étaient usuelles à l'époque, droite et gauche réunies. Nul n est au dessus des lois, ok, j'adhère mais juger 20 ans après Chirac pour un truc que tout le monde pratiquait... Son tort, peut-etre, avoir manquer à la règle fondamentale en politique: pas vu, pas pris !

    Quant à mauroy, tu peux faire confiance, c'est pas moi, juste la presse. Enfin, la presse, la discrète car pas un mot de sa condamnation aux infos , ni ds la "grande " presse.

    RépondreSupprimer
  12. je peux difficilement partager cette analyse... il faut rappelr que la justice est lente (cf l'affaire Karachi qui ressort..) que Chirac en tant que président ne pouvait être jugé, que Juppé a pris 14 mois de prison avec sursis, qu si Chirac est malade ce n'est pas la faute de la jusitce, que si on excluait les malades et "vieux" des procès, on passerait beaucoup de choses... et puis il était coupoable puisque l'UMP a payé...non ?

    RépondreSupprimer
  13. @francis: il n y a pas d'analyse, juste un sentiment, c'est pas pareil. Froidement, tu as parfaitement raison sur toute la ligne. Il n'empêche qu'il est difficile, pour moi, comme pour beaucoup d 'autre apparemment, de trouver cette conclusion judiciaire... juste !

    RépondreSupprimer
  14. Chirac a, comme tout grand homme d'état, plusieurs visages. Sa carrière consacrée au pays, sa carrure politique indiscutable, son côté bon vivant sympa, la tête de veau, tout ça... et puis son goût pour les magouilles, les arrangements, les bidouillages financiers... Il a été un peu loin. Il a essayé tant qu'il a pu d'esquiver ce qui le guettait et il n'y est pas arrivé. C'est le jeu. Il a beaucoup joué. Il a perdu.
    Au moins est-il beau joueur, puisqu'il fait lire par son avocat, M° Jean Veil, le jour de l'audience: "Le principe de responsabilité est au coeur de l'action politique. Je mesure que ce rendez-vous est nécessairement un instant politique. Je crois qu'en permettant de remettre les choses à leur vraie place, (ce procès)peut être bénéfique à notre démocratie. Il donne tort aux démagogues qui soutiennent que, dans notre pays, la justice serait sévère aux faibles et complaisante aux puissants".
    Ça ne manque pas de panache.
    Il y a de quoi être chamboulé. Je comprends ton sentiment corto.
    Dura lex sed lex, même différée et pas trop satisfaisante (je sais pas dire tout ça en latin).
    Il était temps qu'on le rappelle, quitte à se faire violence.
    Et là, je suis d'accord avec Francis.

    RépondreSupprimer
  15. @lo: comme dit a Francis, non, c'est bien que justice soit rendue, de montrer que nul n'est a l'abri et toussa. Il a joué et perdu, ok. Mais:

    1- si l on remet les choses ds le contexte de l'époque, ce qu a fait chirac tout les partis le pratiquaient.

    2- meêm si il y a eu faute je suis d 'accord, épingler le mec pour 19 emplois fictifs alors qu il gérait a la mairie de Paris 30 000 bonhommes à l'époque...

    3- au regard de sa carrière politique et de l'institution qu il représente, la sanction avec le mot prison inside me semble un peu hard

    4- on ne m enlèvera pas qu il y a eu qd meme un peu d acharnement ds tt ça. Et pas d'enrichissement personnel

    5- la phrase que tu cites que j avais lu montre tt de même que le bonhomme n'est pas tt a fait le pourri qu on voudrait nous faire croire.

    6- dura lex sed lex, c'est sur, c'est parfois dur

    7- et pi crotte ! na ! :)

    RépondreSupprimer
  16. Délit de bonne gueule, sympathie pour les vieillards... Il a lui même repoussé tout procès. S'il avait voulu, "Super-menteur" ne serait pas représenté en 2002.

    RépondreSupprimer
  17. @jérémie: tiens finalement cet article dit bien mieux que moi ce que je pense de ce jugement:

    http://www.causeur.fr/titus-ou-est-ta-clemence,14009

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP