vendredi 9 septembre 2011

Le vice caché des Primaires Socialistes


Laurent Neumann est un p'tit rigolo de chez Marianne, directeur de la rédaction, un truc comme ça. Comme beaucoup de ses confrères, il arrondit ses fins de mois en faisant des chroniques à la téloche, sur I-télé en l’occurrence.

A l'instant, il vient de nous faire la démo que les primaires socialistes, en dehors de "son esprit démocratique", n'avaient pas que du bon: petites phrases assassines, propositions venant de toutes parts, un programme commun (Le Projet) et des annonces perso des divers candidats ( la plus belle les +30 à 50% de Martine pour la culture ), tergiversations sans fin, règlements de compte et boules puantes. Bref, disait-il, tout cela fait un peu désordre. C'est la cacophonie à gauche, au PS. Pas sûr que les militants s'y retrouvent. Si en plus, on y rajoute les différents scandales..., on - ce "on" parisianno-médiatique teinté de rose - commence à craindre que tout cela finisse bien mal. Bref, la mayonnaise, à force de l'avoir fait prendre trop tôt, tourne à l'aigre, au vinaigre, aux aigreurs.

Et le brave gars, pirouettant sans prévenir, de conclure en annonçant, je cite de mémoire: Mais que fait donc Sarkozy ? Que n'attend-il pas pour se déclarer ? Que propose-t-il ? Il serait temps qu'il nous dise où il veut nous emmener et blablabla... Genre, du PS et de ses candidats, il n'y a plus rien à attendre, plus rien à entendre. Tout a déjà été dit. Nom de Dieu, que Sarko nous donne du grain à moudre, qu'on le fusille, qu'on le torpille,qu'on le cloue au pilori de nos éditos assassins... et blablabla !

Ben oui m'sieur Neumann, Sarko est nettement moins con que vous le voudriez. En redoutable candidat, en remarquable stratège qu'il est, jamais aussi efficace qu'en campagne, Sarko attendra le plus tard possible pour se déclarer, pour annoncer la couleur, pour dévoiler son programme. Il sait, à la différence des socialistes, que le temps politique est pour lui, qu'à partir trop tôt, on se fatigue bien vite; on en épuise même les éditorialistes.

En se lançant si tôt dans la bataille par le biais des primaires, les socialistes ont dévoilé "tous leurs champs des possibles", ils se sont mis à nu, faisant état de leurs divisions et de leurs contradictions. Les chronico-éditorialistes ne se sont pas génés: la moindre proposition commune ou isolée est décortiquée, dépiautée, dégoupillée. Venu le temps du combat, la soupe sera froide à gauche, il n'y aura plus de grain à moudre. C'est cela le vice caché des primaires: s'être mis à découvert trop tôt. De l'amateurisme dans l'art de la guerre électorale.

Sarko le sait bien. Il ne tombera pas dans ce genre de piège grossier. Une campagne électorale est un long processus, le combat commencera quand il le souhaitera ( l'annonce de son projet) et finira par la bataille finale, le 2ème tour. Comme tout bon stratège, jusqu'au bout, il en gardera sous la chaussure.

Lao Tseu et Molière avaient raison " Rien ne sert de courir, il faut partir à point "

Folie passagère 820.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

6 commentaires:

  1. Mais bien sur il va se déclarer en février.
    Dire que son bilan est bon. Qu'il faut poursuivre les réformes, etc.
    Le temps de regarder un peu ses propositions, on sera le 6 mai.

    RépondreSupprimer
  2. ton voisin de pallier vient de dire que s'il est élu, il rembaucheras tous les postes disparus dans l'E.N.
    en voilà des voix fastoches, mais il dit pas comment il les paieras,à moins qu'ils soient bénévoles

    RépondreSupprimer
  3. Les journalistes, mon cher Corto, qui ne sont jamais avares de commentaires explosifs, ont dit tout à l'heure, que les problèmes marseillais du PS allaient fonctionner, au sein du parti, comme "une bombe à fragmentation".
    Nous sommes loin encore d'avoir tout vu !

    RépondreSupprimer
  4. @david burlot: c'est le privilège du sortant pour peu qu'il soit pas trop con. Et comme il ne l est pas...
    Quant à son bilan, est-il si mauvais ? les électeurs décideront

    @boutfil: tout le pb des primaires est là, c'est a celui qui fera feu de tout bois ! Et une fois qu ils auront brulé tout le bois, z'auront plus que les yeux pour pleurer

    @marianne: clair que les pétards marseillais, montpellierain et languedocien vont leur pêter à la gueule, ca va etre saignant

    RépondreSupprimer
  5. Trés court messages ami Corto,

    Demain on rase gratis, version PS

    Question, peut on massacrer un petit professeur juste pour l' exemple, ils me les brisent avec leurs envies de femmes enceintes.

    RépondreSupprimer
  6. Bien-sûr que les primaires sont un pari à haut risque mais elles ont le mérite de faire entendre des choses et éprouver les candidats.
    Cette lutte pouvant s'avérer fratricide reste néanmoins très stimulante pour le PS qui a besoin d'être "secoué" pour faire émerger des idées originales.

    Neumann est un petit malin, il pose des questions auxquelles tout le monde a globalement les réponses si seulement chacun voulait se les poser...

    Sarkosy ne dit rien mais il mène une politique hautement électoraliste qui ne trompe personne. C'est pas con en soi, c'est juste en prendre beaucoup d'autres pour des cons ce qui risque ne pas s'avérer très payant au final. M'enfin bon, au point où il en est il n'a plus vraiment grand-chose à perdre. Qui n'attendrait pas le dernier moment pour balancer ses dernières cartes en de telles circonstances?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique