mardi 25 mars 2014

Olivier Py est un permis de construire sur la lune


Olivier Py ? Késaki ? Jusque hier, 98% du grand public ne savait pas qui était Olivier Py. Et puis voilà, les élections municipales passant en Avignon et voyant le FN en position de conquérir la ville, le monsieur, directeur non propriétaire du Festival, a fait parler de lui en déclarant que si le FN l'emportait, il faudrait voir à étudier la possibilité de déménager ailleurs le festival: "Les idées du Front national sont absolument incompatibles avec celles du Festival d'Avignon. Le festival véhicule des idées de grande ouverture, de liberté de parole même aux clandestins. Si le FN passe, il faudrait partir et je présenterai ma démission". Mais qu'il démissionne donc, cela ne devrait pas trop gêner les Avignonnais. C'est beau la tolérance gauchiarde !

30% des électeurs d'Avignon choisissent le FN et voilà que ce pur produit de la culture subventionnée menace ! 

On se doute bien qu'il n'en sera rien et que FN ou pas FN, le Festival (et le nombre impressionnant de bouses moderneuses qui y sont présentées) continuera de prospérer d'année en année. Avec ou sans Py à traire.

Mais la saillie du monsieur m'a donné envie d'en savoir plus sur le bonhomme. Et je suis tombé sur un recueil de pensées et d'aphorismes de Py que je vous livre ci-après:

Le théâtre est un prêtre déguisé en femme. À moins que ce ne soit une femme déguisée en prêtre. Ou un prêtre déguisé en femme déguisé en prêtre, etc.

Le théâtre est un permis de construire sur la lune.

Le théâtre est un paratonnerre que chacun a dans le fond de sa langue.

Le théâtre est un igloo au milieu du Sahara. 

Les théâtreux sont de gauche pour cacher que le théâtre est fondamentalement réactionnaire. C’est-à-dire que le mot de progrès provoque parfois un fou rire dans les coulisses du théâtre. Le théâtre est un doute sur les progrès de l’humanité qui ne se contente pas de rire.

Le théâtre est l’inaugural qui vient dans l’augural. 

Le théâtre est une intériorité nue qui marche dans la rue.

Le théâtre n’est pas une dialectique c’est une trialectique.

Le théâtre est l’érection du phallus universel. Au commencement était le théâtre et le théâtre était désir.

Le théâtre est l’accomplissement qui vient dans l’inaccompli.

Le théâtre est l’apparoir de l’être. Apparition toujours plus difficile à mesure que le monde renonce à la contemplation et confond l’action avec l’activité.

Le théâtre est un grand tableau noir où la craie sert d’éponge et l’éponge de craie.

Le théâtre, c’est l’insécable qui vient dans le fragmenté. 

Le théâtre est la table de multiplication du chiffre 1.

(Olivier Py, Les Mille et une définitions du théâtre )

Et bien vous voulez mon avis, il nous faudra peut-être remercier lundi le FN si d'aventure il l'emportait en Avignon obligeant de fait Py à démissionner, faute de quoi, il me paraît urgent de le faire interner.

Folie passagère 2198.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

43 commentaires:

  1. Neux les mines et Bains les bains auraient fait acte de candidature pour accueillir le festival.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: Et dire qu au bout du bout , c'est nous qui payons des gens comme lui , ça m cisaille

      Supprimer
  2. "Le théâtre est un paratonnerre que chacun a dans le fond de sa langue."
    Ce qui risque d'être désagréable mais moins qu'un parapluie dans le fondement, surtout lorsqu'il s'ouvre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jacques Etienne: Ce que je ne souhaite a personne qui ne l aurait auparavant désiré.

      Supprimer
  3. Nom de diou, une belle tête de crétin , il viendra à Paris, la concierge espagnole lui offrira le gîte et le couvert.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: A Paris , c'est son pote Jean Michel Ribes qui l héberge en son théâtre, ce qui revient au même puisque c'est la mairie de Paris qui subventionnent à plus de 70% icelui.

      Supprimer
    2. Tiens son pote s'est réveillé et c'est ... soupirs...

      http://www.lefigaro.fr/culture/2014/03/25/03004-20140325ARTFIG00153-jean-michel-ribes-olivier-py-a-eu-raison-de-reagir-sur-le-fn.php

      Supprimer
  4. Ce type est très représentatif, ce n'est pas pour rien qu'ils l'ont bombardé dirlo du festival du bordel d'Avignon. Rien que pour se débarrasser de ce pignouf et de son festival à la flanc, je suis sûr que les Avignonnais vont voter massivement FN.
    Bravo Pypy, joli coup!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: mais le festival ne disparaîtra pas et ne déménagera pas, la ville, le conseil général et la région préféreront largement se débarrasser de Py. Y a trop d intérêts en jeu. Le pire, c'est que ce Py le sait très bien en plus.

      Supprimer
    2. Il roule des mécaniques parce qu'il sait bien que le FN n'a qu'une chance infime d'emporter la mairie dimanche…

      Supprimer
  5. Sans doute se croit-il d'une intelligence supérieure...et dire qu'on a supprimé des lits en HP !
    La bonne grosse "culture" subventionnée n'est plus qu'un instrument au service de la propagande, c'est pas moi qui pleurerai la démission de ce monsieur ou la disparition du festival d'Avignon.
    Ceci dit, même si le FN prenait la mairie, rien ne changera, soyez-en sur, ils ont bien trop à perdre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Ce type est l'archétype même du bobo élevé à la culture subventionnée, le gars qui se croit génie alors qu il n est que déjanté. Et comme tu dis, FN ou pas, Py ou pas, le Festival demeurera

      Supprimer
  6. Il a fumé quoi le Môssieur ???
    S'il n'a pas fumé, à coup sûr, il est gravement malade. Et il faut l'interner de tout urgence.
    A moins que les Avignonnais ne préfèrent "assurer" en votant massivement FN.
    Encore un coup bas des gauchiasses ?

    Dites-moi Corto, vous avez fait une sélection du pire ? ;o(
    Car je n'ose même pas espérer que cette liste soit exhaustive...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: juste une sélection, son bouquin en comporte 1000 des comme cela ! Lui, s'il fume ? je ne sais pas mais ça y ressemble. Mais ce qu il faut comprendre c'est que dans ces pensées, il faut remplacer " le théâtre est " par "Olivier Py est" Le théâtre est donc Py et Py est le théâtre.

      Rien que pour voir ce serait marrant que le FN l emporte

      Supprimer
    2. Moi, je pense que c'est de la Marocaine en apnée sans palier à la remontée. Je ne vois que cela.

      Supprimer
  7. J'ai entendu ce pignouf , pour déménager ce festival il faudrait qu'il demande l'avis de ceux qui y viennent , de la chambre des commerces , des commerçants , des hôtelier etc............c'est lui qu'ils vont déménager , encore un con de la pire espèce , il méritera d'être sur un mur des cons à la rentrée en 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude Henri: Je suis sur que dans son milieu, celui de la culture gauchiasse subventionnée, ce monsieur est considéré comme un génie.
      Si la ville qui fait son beurre ne lui convient plus en cas de victoire du FN et bien qu il aille ripailler ailleurs au frais de Filippetti et consorts

      Supprimer
  8. Merci Corto, de nous faire découvrir ce monde merveilleux de la culture française (?).
    Mainteneant, je comprends pourquoi tu parles de bouses.
    Penthièvre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Penthièvre: N'est-il pas beau celui-là ? Les bouses sont nombreuses en Avignon. Il suffit de se rappeler , par exemple, le spectacle de l'italien Romeo Castelluci: " Sur le concept du visage du fils de Dieu"

      ici: http://corto74.blogspot.fr/2011/07/foutage-de-gueule-en-avignon.html

      les boboides gauchistes avaient adoré

      Supprimer
  9. Salut Corto et les autres,
    Vous avez l'air dubitatifs, alors je vous explique : en fait beaucoup de gens connaissaient Olivier Py bien avant cette affaire. Ce qui se passe c'est que vous n'êtes pas cultivés ; c'est d'ailleurs aussi pour ça que vous ne comprenez rien à ses petites phrases sur le théâtre, et que vous ne devez pas comprendre grand chose au théâtre en général d'ailleurs. Le festival d'Avignon existera toujours, là bas ou ailleurs. De toute façon le public d'Avignon c'est 50% de parisiens, 45% de provinciaux qui aiment le théâtre et 5% de locaux ; s'il faut laisser les locaux dans leur ville paumée avec une mairie FN et voir le spectacle ailleurs que dans la cour des Papes, et bien soit ! On ne s'en portera pas plus mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de nous considérer du haut de votre suffisance.

      Ceci dit, j'ai la faiblesse de croire que ce genre de phrases creuses est à la portée du premier cultureux subventionné venu. Cet olibrius dont je me fic he comme de l'an 40, dirige peut-être le festival d'Avignon, pour autant, je ne suis pas persuadé qu'il soit plus pertinent pour parler du théâtre qu'un jean-Laurent Cochet voire même d'un Jean Vilar qui pourtant était aussi une baderne gauchisante.

      Pour ma part, j'applaudis les commentaires comme le vôtre. Vous semblez faire partie de ces gens qui parlent de culture, de la nécessité d'en offrir l'accès au plus grand nombre tout en méprisant le vulgum pecus. Mais si, vous savez, ces longues théories de cons qui paient leurs billets. Ce faisant, vous oubliez un peu vite que l'argent n'a pas d'odeur et que le fric d'un frontiste vaut largement celui d'un gaucho quand il s'agit d'assurer sa croûte et son train de vie.

      Et puis il y a théâtre et théâtre. Celui des auteurs et celui de ceux qui font des "performances", qui prennent la scène pour une tribune politique, préférant démontrer lourdement que suggérer. Pour ma part, Shakespeare, Molière, Claudel, etc.,l'emporteront toujours sur Rodrigo Garcia. Peut-être est-ce dû au fait que je préfère le théâtre au militantisme.

      Supprimer
    2. Ah non non, vous vous trompez ! D'autres que moi défendent probablement l'accès du théâtre au plus grand nombre, mais à titre personnel rien ne m'ennuie plus que les salles pleines de gens qui ne savent pas pourquoi ils sont là, se sentent obligés d'avoir un avis et font précisément des sorties du même genre que les vôtres : "moi je trouve ça nul, au moins les grands classiques comme Molière c'est bien écrit, il y a une intrigue bien solide etc."
      Pourquoi Molière, pourquoi Shakespeare ? Vraiment rien ne vous intéresse dans le théâtre contemporain, ou vous dites juste ça parce qu'on vous a bourré le mou depuis toujours avec l'idée que les classiques sont inattaquables, et que vous n'avez rien essayé d'autre ? Aussi, "suggérer" pour Molière ? C'est pas politique Molière ? La bonne blague.
      Et pour finir cessez un peu de traiter tout le monde de "subventionné", de toute façon oui c'est comme ça en France depuis la seconde guerre mais ça n'est pas près de changer, c'est pas avec le public de veaux gavés à la téléréalité qu'on se coltine en permanence qu'on peut financer "naturellement" des spectacles un peu pointus.

      Supprimer
    3. En attendant c'est bien grâce à nos (mes) impôts que vous pouvez (tentez) snober les "pôvres" provinciaux. Et vous avez raison, de toutes façons, cela se passe toujours en petit comité d'élites méprisantes, au mieux condescendantes . Alors avant que les "veaux" puissent en profiter, à part en les finançant, les poules auront des dents....

      Supprimer
    4. @Anonyme: suis arrivé trop tard pour supprimer votre commentaire ce que je fais à tous les commentaires anonymes, hélas par courtoisie pour Koltchack qui a très bien répondu au votre, exceptionnellement, je ne tirerai pas la chasse.

      Supprimer
    5. Alors ça c'est la meilleure!
      La plus belle que j'ai lue. Connaître ce monsieur Py-Py ferait partie de la Culture. On nage en plein délire...

      Supprimer
    6. J'aime beaucoup les comédies de boulevard, mais le théâtre contemporain, qui a donné naissance à golgotha Picninc, ça me donne la nausée. J'aime bien en revanche le théâtre avec les acteurs suspendus à des cordes et qui volent à certains moments de la pièce. ils donnent l'impression de glisser dans les airs.
      Je vais vous chiffonner, mais la moitié des pièces de théâtre n'enrichit pas plus que la téléréalité. N'ayez pas une trop haute estime de votre activité, c'est ainsi que vous y perdez en substance. Je crois que la Culture Française vous a fait avoir le melon.

      Supprimer
    7. l'auteur du post initial25 mars 2014 à 16:59:00

      @Corto : sur Blogger il existe une option pour interdire les commentaires anonymes, vous devriez vous en servir si c'est vraiment votre politique (mais je ne vois pas en quoi prendre un pseudo change quelque chose).
      @Pierre : hé oui, et non ce n'est pas un délire, désolé. Et n'imaginez pas que c'est forcément "mon activité" le théâtre, c'est simplement quelque chose que j'apprécie à l'occasion (notamment lors de festivals comme Avignon), ce qui m'empêche de juger à l'emporte pièce les gens comme Py que Corto essaye de descendre en flammes sans avoir jamais rien vu / lu / entendu de lui.
      @Michelle : je regrette qu'en province vous soyez souvent sous-approvisionnés en bons spectacles. Ce que je critique c'est la position de Corto et de ceux qui toisent les milieux culturels sans jamais prendre la peine de s'y intéresser, pas les gens qui aimeraient y accéder davantage.

      Supprimer
    8. je n essaye pas de descendre ce monsieur dont je n'ai effectivement vu aucune création si ce n'est il y a longtemps un " Miss Knife " et deux ou trois films ds lequel il joue. Je dis juste que d une part il est un pur produit de la culture subventionnée ( nos sous) sans laquelle il ne serait sans doute pas grand chose et d'autre part que ds cette histoire de FN, il aurait bien fait de la fermer car FN ou pas , le festival demeurera.
      Ces "pensées " ici reproduites me permettent juste de montrer à quel point ce type est complètement hors-sol comme beaucoup de ces cultureux de gauche.

      Supprimer
    9. Le simple fait que vous puissiez parler sans éclater de rire de "milieux culturels" suffit à vous disqualifier irrémédiablement.

      Supprimer
    10. Effectivement, le théâtre contemporain m'emmerde prodigieusement, comme la plupart de ce qui se fait aujourd'hui. C'est ainsi, j'écoute majoritairement de la musique baroque, au niveau littéraire je ne vais guère au delà des années 20/30, et encore avec difficulté, etc. Pourtant j'ai essayé, mais je suis hermétique à ce qui semble vous mettre en appétit.
      Sinon, je ne dis pas que Molière n'est pas "politique", encore faut-il s'entendre sur ce que l'on met derrière ce terme et puis il y a surtout la manière de faire passer le message. Si vous êtes honnête, vous reconnaîtrez que les auteurs contemporains semblent chaussés de lourdes paires de rangers alors que les auteurs plus classiques sont plus subtils. Et oui, on peut dire que Molière suggère lorsqu'il attaque la religion dans le Tartuffe, à moins bien sûr de considérer que jeter de la merde sur le visage du Christ soit une allégorie subtile.

      Enfin, pour finir, si je ne suis pas du tout partisan de la culture pour les masses, je ne me permettrai jamais de traiter mes semblables de "veaux". Par ailleurs, je me permets de vous faire remarquer que le sévice public télévisuel, à prétention culturelle, ne contribue pas au relèvement du niveau. Il y a bien longtemps qu'il a abandonné l'idée de monter de grands textes comme feue l'ORTF. Le Dom Juan tourné aux salines d'Arc et Senans c'était de la très bonne télé, on montait également Thucydide. Ou l'on voit que l'audace n'est pas dans le camp des contemporains qui préfèrent ronronner en jouant à la transgression comme d'autres jouent à se faire peur, sans risques.

      Supprimer
    11. Transgression bien récupérée par le pouvoir.
      Il n'y a plus de contre-culture, ou presque plus. Tout a un goût de guimauve. Notre société vouant un culte à l'instantané ne fait que dans le jetable! Je dirai même qu'aujourd'hui tout ce qui est récupéré par la gauche se fait vider de sa substance comme un socialo avec le sang de la jeunesse.

      Supprimer
  10. J'espère qu'il sait mieux compter qu'ânonnaphorer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Mireille BD: je ne suis pas sur que pour des gens comme lui qui ont toujours professionnellement vécu de subventions , compter soit réellement important

      Supprimer
  11. Les gens qui vont au festival d'Avignon, mon cher Corto, y vont tout autan t- et peut-être même plus - pour Avignon que pour le théâtre.
    Olivier Py aurait été bien inspiré de se taire et non de donner l'impression de vouloir lécher les mains de ceux qui le nourrissent, sans doute grassement.
    Il me semble que lorsque Bompard avait été élu à Orange, il y avait aussi eu une cabale des acteurs des Chorégies qui s'est vite éteinte, puisque Bompard est toujours maire d'Orange et que les Chorégies sont toujours localisées au Théâtre antique d'Orange.
    Cela aurait dû faire réfléchir le trop dogmatique théâtreux qu'est Olivier Py.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Pour Orange vous avez tout a fait raison. Py est un impulsif, il parle et oublie de refléchir après. Les deux fois où j ai été à Avignon, j ai pris soin de me renseigner afin d être sur de ne pas tomber en plein festival. J aime la tranquillité des belles villes;

      Supprimer
    2. j'allais justement parler d'Orange, merci à Marianne de l'avoir fait, ce monsieur n'est pas " propriétaire" des lieux mais seulement profiteur de subventions payées par les citoyens , il a peur de perdre ses gras revenus, encore un qui, comme Ribes , se croit indispensable et tombera comme beaucoup d'autres petits théâtreux , dans les poubelles de l'oubli

      Supprimer
    3. @boutfil : alors que vous, mon dieu, on ne risque pas de vous oublier !

      Supprimer
    4. tiens le revoilà celui-là ! il y avait longtemps qu'il ne m'avait pas cherché !
      au risque de vous énerver un peu plus, effectivement, je fais tout pour ne pas me faire oublier ! étonnant non ?

      Supprimer
    5. Oublier Boutfil ? et pi quoi encore !

      Supprimer
  12. petites donnees techniques concernant avignon pris sur leur site : "le festival a bénéficié d'un budget de 12 millions d'euros pour l'année 2013, dont les dépenses se répartissent environ à un tiers pour l'achat des spectacles et les coproductions, un tiers pour l'aménagement et le fonctionnement des différents lieux de spectacles, un tiers pour le fonctionnement et la communication. Ses ressources proviennent pour 59% de subventions publiques (56% de l'État, 13% de la Ville d'Avignon hors prestations en nature, 13 % de la Communauté d'Agglomération du Grand Avignon, 9 % du Département de Vaucluse, 7,6 % de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, et 1,4 % de l'Union européenne ) et de 41 % de recettes propres (vente de billets, mécénat, sociétés civiles, partenariats spécifiques, vente de spectacles...)." desole mais je vois pas pourquoi mes impots financeraient des merdes de theatreux a hauteur de 59%, je n ai jamais ete a avignon et je ne compte pas y aller. je pense que cet argent serait mieux utiliser quand on sait que avignon compte pres de 30% de chomeurs et que la moitie de la population est immigre.
    quant a olivier py, je l ai apercu plusieurs fois il y a quelques annees sur la chaine pink tv, la caution intellectuelle de la chaine surement. un insupportable cretin bobo gaucho ecolo juif gay donneur de lecon, la tete a claque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kelevra: et oui payes et tais toi ! 59% de subventions publiques, nous sommes bine d'accord, c'est ton, notre argent pris pour que des gens se fassent plaisir avec des spectacles dits modernes, trangressifs etc et ou la provocation se dispute avec la vulgarité !

      Supprimer
  13. C'est du "pypy" de chat ...

    RépondreSupprimer
  14. Je suis ravie de rencontrer ce Monsieur Pytruc. Ses pensées sont jouissives. Il dit tout haut des choses auxquelles je n'aurais jamais pensé et que je n'aurais jamais songé à écrire, sauf dans le cadre d'un "cadavre exquis".

    Une allégorie mystique du non-sens...C'est bouleversifiant !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP