lundi 24 mars 2014

Paroles d'un petit conseiller général devenu président...


Vous savez comment je suis, droit, honnête et particulièrement respectueux de l'autorité. Si le chef dit, je fais, j'obéis, j'accepte. C'est tout à fait normal puisque si le chef est chef c'est, et d'une, parce que l'on a jugé qu'il avait toutes les qualités requises pour l'être, et de deux, sa qualité de chef ne nous permet pas de douter de ce qu'il dit ou de ce qu'il a dit. 

Alors quand ceux d'hier, devenus chefs aujourd'hui, prodiguaient de judicieux conseils, il apparaît presque naturel que nous les acceptions, les prenions pour argent comptant, pour paroles d'évangile et exigions qu'ils soient suivis au pied de la lettre. Maintenant.

Voyons donc ce que disait celui qui est aujourd'hui devenu chef suprême après les élections municipales de 2008; élections qui virent la droite se prendre une bonne raclée:



" La portée nationale du scrutin : elle concerne le président de la République, le gouvernement et la majorité. Rarement un président de la République, après de dix mois aux responsabilités, n’aura connu d’échec plus cinglant, déconvenue plus grande, défiance plus affirmée. Il n’y a d’ailleurs aucun précédent d’une telle défaite. Le président de la République avait dit qu’il entendrait le message des Français. Maintenant, nous voulons entendre le président de la République. (...) J’adresse, au nom même du Parti socialiste, deux exigences au pouvoir : la première est un remaniement du président de la République lui-même et de sa politique ; cela vaut pour le comportement, mais cela vaut surtout pour la politique telle qu’elle est menée. (...) Mais, plus largement, pour prendre toute la mesure et du vote qui vient de s’exprimer et de la situation économique et sociale, comme des décisions qui doivent être prises, je demande au Premier ministre qu’un débat sur les questions économiques, financières et budgétaires soit ouvert dès la reprise des travaux du Parlement et que, notamment sur les mesures qui doivent concerner le pouvoir d’achat, il puisse y avoir la confrontation des propositions du Premier ministre et du gouvernement et celles de l’opposition. Le scrutin de dimanche doit donc être utile pour les Français qui doivent être accompagnés dans leur vie quotidienne par des villes et des départements qui eux-mêmes doivent porter des valeurs de progrès et utile pour le pays si le gouvernement et le président de la République en tirent les conclusions les plus évidentes." (François Hollande, le 17 mars 2008)

François hollande le reconnaissait donc: les élections municipales ont une portée nationale évidente. Elles sanctionnent un présiflan qui a merdoyé depuis qu'il a été élu. Il est donc normal que ce Président se remette en question, se remanie lui-même (et tant qu'à faire se remette au régime) et change immédiatement de politique et de gouvernement. Dont acte, nous n'en doutons pas, hollande saura suivre les conseils qu'il jugeait bon d'adresser à son prédécesseur.  

Voyons aussi ce que disait Jean-Marc Ayrault du temps où il était maire de Nantes et président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. C'était au lendemain du premier tour des élections régionales de 2010, la raclée s'annonçait sévère pour le gouvernement de l'époque. Il twitta cela:


Il ne fait aucun doute que nous ne saurions déroger à ses bons conseils, dimanche prochain, la France confirmera la sanction et dira non à la dérive ! 

Donnons donc rendez-vous à ces messieurs lundi prochain et nous verrons si les paroles d'un petit conseiller général, devenu président, et celles d'un maire de province, devenu premier ministre, auront toujours autant de pertinence... 

On parie que non... 

Folie passagère 2197.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

25 commentaires:

  1. Joli,dommage qu'aucun média ne reprendra ça...
    Rien à voir:il est ou l'avion:http://plus.lefigaro.fr/note/dessin-francois-hollande-vote-en-falcon-20140324-3306229

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merde j'avais pas écouté france inter

      Supprimer
    2. @Zen Aztec: faites ce que je dis pas ce que je fais. Quand on pense comment il raillait le bling-bling de Sarkozy.

      A ma connaissance , Seul Le Nouvel Obs a exhumé ces bonnes paroles

      Supprimer
    3. "Il est ou l'avion ?"

      Vryko

      Supprimer
  2. Pour dimanche, un seul mot d'ordre, mon cher Corto : CONFIRMONS LA SANCTION !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: a priori ça devrait pouvoir le faire ! Dehors les Socialistes. On vient de nous dire que hollande a écourté son voyage je ne sais où pour rentrer d urgence à Paris: l'heure est grave :)

      Supprimer
    2. a marianne
      je trouve pas que la sanction soit si terrible que ça au regard de la situation, des millions de gens ont encore voté UMP ou PS, et des millions d'autres n'ont même pas bougé leur c....
      vous parlez d'une victoire des gens qui ont l'espoir que ça change sur le fond.
      J ai peur que certains prennent leur rêves pour la réalité.
      Si on est lucide, on ne peut qu être déçu des résultats vu l'urgence de la situation
      matador

      Supprimer
  3. On a l'impression d'une mauvaise pièce de théâtre dont tout le monde se fout, tant ça fait des dizaines d'années que ces gens passent leur temps a jouer de la flûte plus qu'ils n'améliorent notre quotidien. La gauche doit retourner aux oubliettes. Ironie de l'histoire, ils sont le parti du social et jamais les tensions n'ont été aussi fortes. Comme quoi, il ne suffit pas de se déclarer compétent pour l'être. Et qui vole un œuf, vole un paysan .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: Les socialistes mentent depuis des lustres avec cette rhétorique " sociale " ou "sociétale" et ils n ont toujours pas compris que l enjeu, la pierre d achoppement c'était le chômage ! Et rien que le chômage, tout le reste n est qu arguties en temps de crise. Ils le payent aujourd'hui et hollande est le premier fautif et responsable de cette branlée.

      Supprimer
    2. @ Pierre
      Ne pas confondre socialisme avec social. Ces deux mots sont incompatibles.

      Supprimer
    3. Je ne les confonds pas ma chère Franzi, je soulignais juste le fait que les socialistes s'attribuent des étiquettes pour agir à l'inverse de leur intitulé. Un peu comme le progressisme. Quand on voit la crise en Europe, waouw!, quel progrès!

      Supprimer
  4. Magie d'internet qui permet de retrouver toutes les déclarations tonitruantes des uns et des autres ! "Les forces de progrès" devraient tenir compte du "progrès technologique" avant d'ouvrir leur boite à conseils ou jugements !
    Au final, ces gens sont pitoyables, leur analyse change aussi vite que le temps ( ou leur poids pour certains...), ça en dit long sur la pertinence de leurs déclarations...
    Ce jeu théâtral qui semble les occuper à plein temps devient vraiment lassant pour des citoyens qui attendent autre chose de leurs politiques.
    J'espère de tout coeur que la raclée se confirmera dimanche prochain et j'attends avec impatience les leçons qui seront tirées par les donneurs de leçons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: et crois tu qu ils auraient compris qu avec internet on voit tout et que rien ne se perd. Quand je vois les conneries que les hommes politiques ou bien en vue sont capables de balancer sur twitter, c'est incroyable et toujours plus (ou moins) préjudiciable a un moment ou un autre.

      La raclée logiquement se confirmer dimanche prochain si l actuelle opposition ne fait pas l andouille

      Supprimer
  5. Ce Présiflan me fait penser à une fable de La Fontaine : La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf , je pense que tout le monde connait cette fable et sa fin
    Je suis presque certain qu'il n'a pas compris qu'il est sur la pente savoneuse et qu'il continuera sur sa lancée , c'est à dire droit dans le mur .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: il n a rien compris, je confirme, la seule chose qui l intéresse c'est de conserver le pouvoir. et tant pis pour le pays

      Vois le pacte de responsabilité présenté comme LA solution, ça fait plus de deux mois qu il l a annoncé et toujours rien de rien !

      Supprimer
  6. Eh oui, ces braves gens comptent sur la faculté d'oubli de l'électeur, voilà encore un truc qui part en quenouille, maintenant on retrouve tout et tout de suite. Le métier va vraiment devenir compliqué si on ne peut plus dire n'importe quoi!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: comme tu dis : "le métier" . la politique est devenu un métier, etonnat de voir qu il y ait autant de nuls et d'incompétents!

      Supprimer
  7. MERCI Corto ! ce matin, je sentais globalement plus guillerette et ce soir, je me marre vraiment.... devant le lapsus d'Ayrault
    Cé pO possible... :-))))))))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: Ah mais de rien, tout le plaisir est pour moi

      Supprimer
  8. AVIS ! celle là aussi elle est pas mal:

    https://pbs.twimg.com/media/BjgdgXtIUAA9nNV.jpg

    RépondreSupprimer
  9. Ho fatche de congue, qu'est ce qu'on rigole !
    Et la rage de caroline fourest, ce matin sur vronze cul !
    Un pur bonheur !
    Ça ne saurait finir autrement qu'en Bavordavel généralisé, comme, lorsque en Hongrie, le millionnaire zosialist, Ferencz Gursany ( prononcer Franks Goursan') ,alors premier ministre,avait mis le feu aux poudres en disant "nous avons merdé à un point incroyable, nous avons menti, et encore menti, les gens nous lyncherons et ils auront raison"

    RépondreSupprimer
  10. @Kobus: Ce Gursany me parait être quelqu'un de sensé, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Moi pas aller à la votation, les grognasses lorgnant Paris, me donnent la nausée, j'ai donc accompagné mon dernier loupiau à son match de foot-américain, bon ils ont perdu ils gagneront Dimanche prochain.

    RépondreSupprimer
  12. J'entendais ce tantôt le Crétin de Solférino menacer de désinvestiture toute liste socialiste qui ne se plierait pas au "Front républicain". J'ai aussitôt pensé que nombreux seraient les chefs de liste à ne pas vouloir du logo PS sur leur promesse de vente, tant ce label porte poisse. Finalement, il est con que ça fait peur le Désir ; c'est pour ça aussi qu'ils l'ont mis là.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen