mardi 3 juin 2014

Réforme territoriale: Vers la fin de l'Etat-Nation France ?


"Réformer les territoires pour réformer la France"


La nouvelle carte des régions est donc maintenant connue de tous. Vous noterez que fidèle à son habitude, Président s'est concerté avec lui-même et une petite équipe pour décider de la région à laquelle vous appartiendrez demain. Dans sa tribune - qu'il a envoyé à la presse avant même d'avoir finalisé le nombre définitif de régions, ce qui en dit long sur la qualité du choix opéré - il nous dit que c'est pour notre bien, que la France d'hier, c'est fini, que c'est pour faire rentrer la France dans la modernité, adapter les territoires aux enjeux de demain et rationaliser nos organisations territoriales; bref, faire des éconocroques dont on ne connaît pas encore ni les montants ni les périmètres concernés... et blablabla... C'est une belle tribune; on sent l'homme qui a une vision sur ce à quoi ressemblera demain. C'est chouette. Une si belle vision qu'il aurait pu statuer sur 9 régions, sur 15 , 20 ou 14, c'eut été pareil.

Depuis le temps que l'on parle de cette réorganisation arbitraire des régions, je n'ai guère entendu de personnalités politiques aborder un aspect pourtant fondamental de cette réforme: Est-ce la France de demain qu on réorganise ou bien est-ce l'Europe des régions que beaucoup redoutent qui se met en place ?

Parce que voyez-vous, si l'objectif de rationalité (faire moins de régions et réduire le mille-feuille) peut-être louable, on peut supposer aussi que d'autres buts sont ainsi poursuivis. Il y a quelques jours, je balançais sur tweeter le message suivant: "Je ne serais pas surpris que Hollande nous serve 9 régions au lieu de 22". Pourquoi ? Car je pensais que Président souhaiterait faire concorder le nombre de régions avec le système d'analyses et d'études statistiques mis en place par Bruxelles pour l'ensemble des pays de l Union, système qui à son échelon supérieur, NUTS1, divise la France en 9. Raté, mais tout de même...

La réorganisation de nos régions converge sacrément avec les souhaits européens qui voudrait à terme que les Etats "disparaissent" au profit d'une organisation supra-nationale naturellement basée à Bruxelles et tout aussi naturellement dirigée par la Commission. L'Etat n'existerait plus, seules les régions demeureraient: Ce serait donc une fédéralisation rampante: l'Europe des régions. Vous en doutez ? Qu'a dit ce matin notre sinistre de l'Intérieur ?: "Il s'agissait de faire les eurorégions de demain" !  Eurorégions en un seul mot !

Plus les régions seront fortes, plus l'Etat, et donc la Nation en tant que telle, sera affaiblit ! Que pourra faire un Etat Français demain face à 14 régions ultra-puissantes ? Il ne lui restera en attendant que le gouvernement européen appelé de leurs vœux par la quasi-totalité des politiques de droite comme de gauche se mette en place que les fonctions régaliennes de base: Justice, défense, sécurité et, peut-être, éducation nationale. La montée en puissance des régions présente le risque évident de faire diminuer le rôle de l'Etat. Toute la question est de savoir jusqu'à quel point il disparaîtra...

Alors, une France de demain qui, dans dix ou vingt ans, n'aura plus comme identité visible et quantifiable que "ses" régions, sera-t-elle encore la France ? Rien n'est moins sûr et pas grand chose ne nous est dit.

Une réforme territoriale pour faire subir au mille-feuille administratif un sérieux régime d'amaigrissement, oui, sans problème; mais si c'est pour à terme faire disparaître "l'Etat Français" au profit de "l'Etat Européen", Ce n'est pas la même mayonnaise. Encore faut-il en avoir conscience... et cela nécessiterait tout de même toute notre vigilance à défaut de la moindre consultation populaire !

Alors je pose la question: Cette réforme territoriale n'est-elle pas la première étape vers la disparition de l'Etat-Nation France ?

Folie passagère 2316.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

39 commentaires:

  1. Je n'ai pas fait l'analyse, mais je me demande si ce nouveau découpage n'a pas aussi des visées électoralistes de façon à maximiser les voix de moins en moins nombreuses du PS et des autres partis de gauche...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marc Hervier: Moi non plus je n ai pas regardé l aspect électoraliste de cette réforme mais il ne serait pas surprenant que cela soit. le tripatouillage électorale est l apanage des gens de pouvoir et pour le coup qu il soit de droite ou de gauche. Par contre, pour ce qui est du découpage pour les cantonales, dans mon coin, le Val d Oise, cela ne fait aucun doute, c'est bien en fonction des esperances de vote a gauche aux prochaines élections qu il a été fait.

      Supprimer
  2. Des régions sans véritable identité (à part la Bretagne et la Corse), regroupant carpes et lapins pour en faire des coins où n'habitent que des Français sans repères ni racines. Un continuation, deux siècles après, du découpage-charcutage de la Révolution pour faire disparaître les provinces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: ola, je n ai pas été voir si loin mais il se pourrait bien :)

      Supprimer
  3. Bonjour Corto ,

    Est-ce la fin de l'Etat-nation? Tu poses là une bonne question mais je ne crois pas qu'elle s'applique au galimatias présiflantiel (j'assume l'adjectif). Le pauvret tente une énième fois de se refaire une santé politique à bon compte mais c'est hélas trop tard. A cause de lui, nous boirons le calice jusqu'à la lie et même au-delà. La France n'est pas un département et les circonstances délicates que nous traversons ("La reprise du secteur manufacturier de l’Eurozone s’affaiblit en
    mai, la France renouant avec la contraction tandis que la croissance ralentit en Allemagne, en Italie, en Autriche et en
    Grèce." http://www.markiteconomics.com/Survey/PressRelease.mvc/f96054d65b2b47439bfb0e22b2a9f8f7) exigent autre chose que les mauvais bricolages d'un médiocre secrétaire général de parti. S'il est vrai qu'un des handicaps de ce pays réside dans son épouvantable mille-feuille administratif, je suis extrêmement dubitatif quant à la pertinence et aux bien-fondés des mesures annoncées. Toucher à l'essence d'un pays ne se fait pas en quinze jours. Authueil, observateur expérimenté de la vie publique, est atterré devant tant de maladresses (s'attendait-il à autre chose?): "François Hollande est à nouveau parti pour se planter sur la réforme du redécoupage des régions. Tous les ingrédients sont là, comme si rien n'avait été appris des échecs passés. C'est presque désespérant tellement ça devient prévisible." (http://authueil.org/?2014/06/02/2255-le-naufrage-du-redecoupage-des-regions). H16 en arrive à des conclusions identiques dans son dernier article (http://h16free.com/2014/06/03/31606-cette-reforme-territoriale-qui-na-pas-eu-lieu). L'enfumage n'a jamais fait une politique.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H. L'enfumage n a jamais fait une politique sauf avec hollande qui nous mène en bateau depuis son accession au trône. Il apparait comme évident, et au moins tout le monde est d accord avec cela, ce redécoupage sent le vite-fait pour ne pas dire l amateurisme et une totale absence de volonté de consulter le peuple et les élus. Mais je n en démords pas, derrière cette reforme se cache aussi la volonté d aller dans le sens de ceux qui veulent une europe fédérale qui a terme verrait la suppression des Etats , un peu sur le modèle des lânders allemands. Renzi a commencé le travail en Italie, Hollande s'y met

      Supprimer
    2. Faut arrêter de fantasmer sur les Länder allemands...un Land est un ancien duché, une ville libre ou un ancien royaume. Les Länder ne sont pas forcément des régions. Le Land Mecklembourg-Vorpommern qui fut-ce une époque s'étendait jusqu'à Könisberg le Kalinigrad de maintenant était un duché tandis que l'ex-royaume de Bavière vous annonce la couleur : "bienvenue dans l'état-franc de Bavière". Celui qui veut transformer la Bavière en région fédérale va devoir passer sur le corps du Bavarois et moi, je préfère ne pas me trouver quand ça va castagner parce que le Bavarois est connu pour avoir le coup de poing vicieux. L'Etat-Nation n'est et ne sera jamais un concept allemand et l'inverse idem. L'Europe fédérale est une chimère montée de toutes pièces qui va se casser la gueule d'elle-même parce qu'elle ne correspond à rien. On va rigoler quand la Corse va devoir financer son île avec ses propres subsides et non ceux de Paris comme cela se passe en Allemagne. Va y avoir du pétard dans le bourg. Encore une pantalonnade à l'image du mariage pour tous.

      Supprimer
  4. Il aurait dû prendre la carte de la France occupée de 1942 celà lui aurait permis de faire moins de connerie .Je suis 100km de Bordeaux et bientôt banlieusard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: tu vas voir, la banlieue cela a son charme :)

      Supprimer
  5. En vue création grande région "Centre - Poitou Charentes -Limousin" PrésiFlan recherche d'urgence professeur d'Occitan pour écoles primaires de la région de Dreux.... Corrézien d'Egletons bien venu.
    Per bien lo dansa viva la limousina...
    Quel pitre. Je persiste à le voir le plus mauvais des chefs d'état français depuis Clovis et je plaisante de moins en moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je peux me permettre, je ne ferais que recopier cette phrase pleine de bon sens : " Quel pitre. Je persiste à le voir comme le plus mauvais chef d'état français depuis Clovis et je plaisante de moins en moins."

      Supprimer
    2. @Un Dragon: et bien nous dirons qu avec IDEL nous sommes au moins 3 à le penser. Pitre nullissime, voilà son titre de gloire

      Supprimer
  6. " Que pourra faire un Etat Français demain face à 14 régions ultra-puissantes ?"
    Bof,il aura grand chose à craindre du pauvre Nord Pas de Calais perdu tout la haut,ni de petite Corse tout la bas en bas,encore une merdouille à la mord moi le zob vite torchée sur un coin de bureau comme tout ce qui a été fait depuis 2 ans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @zen aztec: pas grave, Hollande a encore merdé et a réussi à se mettre tout le monde a dos une nouvelle fois, que ce soit parmi les élus de gauche ou ceux de droite.

      Supprimer
  7. Et si l'on en revenait à nos provinces?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michel Desgranges: Les provinces, mais quelle horreur ! la révolution est passée mon cher, c'est ringard, réac et tout les provinces, ce n'est pas moderne comme concept !

      nb: auriez-vous une idée de l endroit où je pourrais trouver une carte la plus "récente" possible de la France découpée en provinces ?

      Supprimer
    2. @atoilhonneur corto

      Cartes des provinces

      http://www.rassat.com/normale/Cartes/Carte_provinces_B.html

      http://infographie.univ-lyon2.fr/~mliandra/Site%20H.G/images/cartes/atlas/carte1.gif

      Et un article intéressant : "La revanche des provinces" sur un blog non moins intéressant

      http://www.lumieres-et-liberte.org/2014/06/la-revanche-des-provinces.html

      JPB

      Supprimer
    3. @JPB: Merci bien ! Penses-tu que notre gouvernement a visionné ces cartes avant de nous pondre la sienne ?

      Supprimer
    4. Cette réforme, c'est un enfumage de plus, qui va se retourner contre notre pédalonaute !

      http://www.lepoint.fr/politique/fusion-des-regions-picardie-et-champagne-ardenne-hollande-a-t-il-coupe-l-herbe-sous-le-pied-de-marine-le-pen-03-06-2014-1830676_20.php

      JPB



      Supprimer
  8. Ce bricolage hasardeux, fruit des élucubrations d'un branquignol dépourvu de toute légitimité
    ne me semble pas promis à un grand avenir. L'Etat-Nation en souffrira peut être, si cette
    couillonnade voit le jour mais de toute façon la Nation elle même me semble avoir déjà pas mal
    de plomb dans l'aile. Quand vous avez un quart de la population qui lui est parfaitement
    étranger, on se demande si elle existe encore, la Nation.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: quand tu pense que notre président-bien-aimé a envoyé aux journaux une note avec 3 X ... ça en dit long sur son amateurisme et la précipitation qui a prévalu!
      "On se demande si elle existe encore la Nation " ... svp, laisse moi rêver et espérer que oui. merci

      Supprimer
    2. Bien sûr, on peut toujours rêver mais le coup des 3X ça fait plutôt cauchemar...

      Supprimer
  9. En tant que libéral, des régions fortes pour limiter l'Etat français et son génie stratégique collectiviste me ravirait. Le resserrement de l'Etat a ses seuls fonctions régaliennes n'exclue pas une nation forte, au contraire.
    Actuellement, on a un Etat fort face à des citoyens faibles...

    De mon point de vue, Hollande ressemble beaucoup à un petit Gorbatchev qui, en tentant de sauver son quinquennat, va couler l'Etat français à son insu...

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: " des régions fortes pour limiter l'Etat français " si tel était le cas j applaudirais presque mais ce n est pas ce que je pressens, plutôt une triple conjonction: un redécoupage nécessaire pour faire des économies, un redécoupage sans doute électoraliste et a terme ces fameuses eurorégions visant à se sibstituer à l Etta celui ci étant "absorbé" par Bruxelles

      Supprimer
  10. Tiens ! Valls vient de renouer avec les colères du ministre de l'Intérieur à la Chambre. Tous les députés de l'opposition ont pris leurs cliques et leurs claques et sont sortis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: incident mineur sasn doute puisque rien n a transpiré sur Itlé et BFM entre 19 et 20 h et rien non plus sur TF1 au JT ...

      Supprimer
  11. Pour recréer quelque chose d'efficace il fallait repartir des départements, voire même des arrondissements (300 et quelques), et redessiner le territoire sans idée de manoeuvre politicienne.
    Le travail est bâclé comme tout ce que touche le pouvoir.
    La grande région du centre représente le solde des restes ! On garde le fief d'Ayrault ; on contient Martine Aubry ; et on craint les Corses. Quant au grand Languedoc il verra se démultiplier les "capitales électorales" Toulouse, Montpellier, Nîmes.
    Mais bon, ça va amuser le Parlement jusqu'à la Rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @catoneo: le travail est baclé ! voila qui me semble fort a propos si j en juge par le déroulé des évènements ayant amené a la parution de cette carte et à l accueil qui lui a été reservé

      Supprimer
  12. "Dans sa tribune - qu'il a envoyé à la presse avant même d'avoir finalisé le nombre définitif de régions, ce qui en dit long sur la qualité du choix opéré - il nous dit que c'est pour notre bien, que la France d'hier, c'est fini"

    Passage de 22 à xxx régions !!!

    Cela en dit long effectivement non seulement sur la qualité du choix opéré mais aussi sur la qualité de relecture et de validation de la communication présidentielle... Entre le "10, 12 ou 14, faut se décider les potes..." et le "vas-y coco, balance le topo à la presse, on enverra la carte après, ça ne changera pas grand chose", on imagine toute la palette d'amateurisme (nombre choisi au doigt mouillé ou à pile ou face), de facilité (finalement on se contente de regrouper les régions, car affiner avec les départements, c'est trop compliqué), d'incompétence (virez-moi le stagiaire qui a oublié de relire) et de foutage de gueule (au moins, on ne parlera pas du chômage pendant quelques jours).
    Putain, 3 ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claribelle: alors là, le coup du triple X, il ne nous l avait pas encore fait l animal et ça passe presque comme une lettre a la poste. Amateurisme, précipitation, piteuse impro. Ouais, comme tu dis : P'tain encore 3 ans. Ds quel état serons nous ?

      Supprimer
  13. Cette réforme ressemble à la formation du nouveau gouvernement dit "resserré" : on prend les mêmes et on recommence.
    Nouvelle région = 1 à n anciennes régions, où est l'innovation ? Il y aura un étage de plus dans le mille-feuille territorial. L'état va-t-il renoncer au maillage des préfectures et sous-préfectures à la base du pouvoir central ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @rlwdb: cette réforme ne ressemble pr l instant a rien du tout. Point.

      Supprimer
  14. Exclusif : le bureau de Hollande lundi après-midi, juste avant la réunion sur la réforme territoriale :

    https://twitter.com/medisantanonyme/status/473842577910018048/photo/1

    JPB

    RépondreSupprimer
  15. Mais bien sûr, Hollande a joué avec son puzzle, il était en service commandé par les marionnettistes de Bruxelles.
    Cela aurait pu correspondre au découpage pour les élections européennes.... Mais il y aura des "retouches", façon Hollande.
    On est en pleine chienlit... Mon cauchemar continue ! .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Crisfi: j avoue après avoir vu les infos, entendu les résumés et écouté les réactions, j en reste les bras ballants: plus mateur on ne fait pas, c'est sidérant ! Ils doivent se marrer a Bruxelles quand ils regardent la France te l espèce de machin qui dirige.

      Supprimer
  16. il a dit que " rien n'était figé " alors pourquoi n'arriverait-il pas au fameuses 9 régions de Bruxelles ? bien évidement que le but est de liquider l'état Français

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: C'est quoi ces branquignols, ils diffusent une carte, disent que" voila nos 14 régions " et ds le meme temps, "rien n est figé ", on rêve.
      Curieux tout de même le peu de gens qui voient ds ce découpage une influence de Bruxelles pourtant mon raisonnement ne me parait pas débile.

      Supprimer
  17. Bon, et sinon, le chômage, la crise, l;immigration massive, le seuil de pauvreté, etc,etc... On avance? Ou peut être les nouvelles régions vont arranger les problèmes ce dont je doute. Faire des ronds dans l'eau, avec ça on progresse. Ah oui, j oubliais aussi, le mariage zinzin, profitable au pays...Mais ou allons nous? Pauvre France.

    Bernard de Thailande

    RépondreSupprimer
  18. "Cette réforme territoriale n'est-elle pas la première étape vers la disparition de l'Etat-Nation France ?"

    Evidemment, et c'est tant mieux, il faut en finir avec les Etats-Nations et ce funeste sentiment national, générateur de la plupart des maux de l'humanité.

    "Je suis un fervent partisan d’une Europe des Régions et espère un jour la disparition des Etats-Nations.", José Bové

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP