samedi 14 juin 2014

SNCF: Je veux que cette grève dure, dure, encore et encore...


" Il faut amplifier le mouvement ! ". Alors comme çà, nos syndicalistes aux tronches de vieux soixantehuitards sur le retour continuent de faire la grève. Les mêmes qui en 1997 étaient contre la séparation de la SNCF en deux entités, SNCF et RFF, sont aujourd'hui opposés à une réforme qui voudraient les réunir à nouveau. Enfin, réunir, c'est un bien grand mot puisqu'il s'agirait, pour faire simple, de créer un machin qui viendrait chapeauter les deux entités; machin qui soi dit en passant devrait nous coûter bonbon puisqu'on y mettra un chef, un chef adjoint, un sous-chef, autant de chefs que d'indiens, en somme; bref un futur beau fromage républicain...

Ceci étant et à vrai dire, de cette réforme, je me fous comme de l'an 40 puisque et d'une elle ne me concerne pas directement et de deux, comme les précédentes réformes mises en place par la Socialie Hollandaise, ce sera service minimum, une réforme a minima. Comme pour le marché du travail, comme pour les retraites, comme pour les banques, comme pour celle de Taubira, comme pour la loi sur la famille. Le gouvernement, une nouvelle fois, va se déballonner devant la pression des partenaires sociaux ou des divers groupes de pression.

Ceci dit, cette grève prouve encore une fois deux choses: ce pays est difficilement gérable et les syndicats sont une véritable plaie, une espèce de chtouille dont on n'arriverait pas à se débarrasser et qui nous pourrirait chaque jour un peu plus la vie.

C'est une évidence qu'il faut réformer le système d'indemnisation des intermittents qui nous coûte la peau des fesses, c'est une évidence qu'il faut dès que possible rapprocher les systèmes de retraites du public et du privé, supprimer les régimes spéciaux; autant de systèmes protégeant certaines catégories au détriment des autres, autant de bidules que l'on a créé du temps où le pays était riche (suffisamment pour s'endetter) et confiant sur ses perspectives d'avenir. Mais tout ça, c'est fini, terminé, révolu. Et ces branquignols de syndicalistes qui font mine de ne pas l'avoir compris, qui se fichent royalement qu'un Président leur demande de reprendre le travail; des syndicats riches à millions et plus ou moins corrompus jusqu'à la moelle qui ne représentent quasiment plus personne, des syndicats qui se fichent éperdument que leurs actions empoisonnent nos existences, des syndicats qui ne "pèsent" plus que à peine 7% de la population active.

Alors, je vais vous dire, cette grève à la SNCF, je veux qu'elle dure longtemps, longtemps, longtemps, encore quelques jours et pourquoi pas quelques semaines. je veux qu'il y ait blocage total, grève illimitée, qu'ils ne se dégonflent pas: le gouvernement ne veut pas céder et bien qu'ils ne cèdent pas non plus ! Je veux que ce bordel continue ... jusqu'à...

Jusqu'à ce que la population en ait tellement marre de leurs conneries, suffisamment ras le bol de voir ces finalement privilégiés perturber notre vie à tous qu'elle pète les plombs, que les plus énervés, ceux qui ont encore raté un train, mis plus de deux heures pour aller bosser et peut être autant sinon plus pour rentrer, que les parents et élèves stressés à l'idée d'arriver en retard aux épreuves du bac, que les gens entassés dans des wagons trop rares et plombés par la chaleur et la transpiration prennent un syndicaliste pour taper sur un autre, les secouent de la tête au pied, les pendent haut et court (enfin, peut-être pas, encore que...), leur cassent sur la tête leurs banderoles ridicules... 

Oui, que cette grève dure et dure, encore et encore pour que suffisamment excédés et rendus difficilement contrôlables nous obtenions enfin la seule et vraie réforme que personne ose entreprendre mais qui s'impose avant toutes les autres: celle du syndicalisme !

Folie passagère 2328.
Permalien de l'image intégrée
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

46 commentaires:

  1. C'est une idée lumineuse! Oui à la grève! Jusqu'à ce que ça pète.
    Et même à la grève générale pour que tous les travailleurs obtiennent le statut et les avantages des cheminots (ou des gens de l'EDF à la rigueur, je ne suis pas difficile).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: un peu mon neveu: jusqu'à ce que ça pète: Ras le bol de ces syndicats qui sclérosent le pays

      Supprimer
    2. ça serait un monde parfait mais si nous avons tous les mm privileges c la banqueroute,alors ces putains de fonctionnaires n'ont qu'a profiter de leurs aventages et a se remettre aux boulot.qu'ils se rappelent que c nous qui payont leurs salaires et leurs retraites a ses FAIGNASSES !!!!!!!!!!!

      Supprimer
  2. AVIS! et en plus ces connards font de la provocation sur twitter:

    https://pbs.twimg.com/media/BqFyyJ7CEAAkEgw.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mieux serait de faire comme en 1968 : donner le bac à tout le monde, et hop !

      Supprimer
    2. @marianne: en voila une drôle d idée, remarquez comme cela on pourra dire que hollande a laissé une trace dans l histoire

      Supprimer
    3. @corto
      Des traces il en a déjà laissés... Traces de spermes sur les draps, traces de roues de scooter, et la meilleur trace qu'il pourrait laisser ce serait sa verrue sur mon poing ....

      Supprimer
    4. @Nofate: sans compter l image ridicule qu il donne de lui même et de la France depuis deux ans

      Supprimer
    5. Et ils n'ont même pas le sens du ridicule.
      Ni de ce que représenterait un tel budget.
      Vraiment, ces syndicalistes sortent tous du plus profond des poubelles...

      Supprimer
  3. Ne vous inquiétez-pas, mon cher Corto, cette grève durera car j'ai entendu Pierre Laurent expliquer qu'il avait "l'action festive" !
    Petite remarque : vous devriez faire attention, en effet, vous utilisez le mot "wagons" à seulement trois mots de distance du mot "plombés". D'aucuns pourraient vous en tenir rigueur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant plus que les wagons transportent uniquement des marchandises depuis la fin de la guerre.
      Pour les voyageurs, il vaut mieux parler de voiture.

      JPB

      Supprimer
    2. @marianne: comment ai-je pu écrire un truc pareil ! moi ! je ne me connaitrais pas , je dirai que c'est involontaire. Mais dites moi, depuis quand n'avez vous pas pris un train de banlieue, jour de grève vers 16 ou 17h ?

      @JPB: Voiture ? non wagon ou bétaillère, aux heures de pointe et jours de grève, je ne vois pas comment dire autrement

      Supprimer
    3. @atoilhonneur corto

      Pas d'accord.
      Le père de mon ami d'enfance est mort dans un wagon, un vrai, qui l'emmenait en Allemagne.Comme d'autres déportés, hélas trop nombreux.
      J'ai vécu beaucoup de grèves en région parisienne. Jamais aucune victime.
      Ne tombons ni dans l'exagération ni dans la banalisation.
      Ce qui n'enlève rien au caractère inadmissible de la grève actuelle.

      JPB



      Supprimer
    4. @JPB: Allons, allons, ne tombes pas dans les travers de ceux qui pour un oui ou pour un non fustigent tous les écarts de langages

      Supprimer
  4. Il n'y a plus que 17,49% de grévistes à la SNCF.
    L'abruti de la photo n'est donc pas représentatif de la majorité des cheminots.
    Là, comme ailleurs, évitons les amalgames.
    Mais où sont les socialistes qui défendaient, dans le passé, les "agitateurs" communistes de cette entreprise ?

    JPB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JPB: L’abruti de la photo se fout d etre représentatif ou pas, il se considère majoritaire à lui tout seul avec ses petits camarades cgtistes. Et je ne fais aucun amalgames: je dis bien que ces syndicalistes qu'isl soient cheminots ou profs , dans notre pays, ne pèsent que 7% de la pop active et qu'avec seulement 7% ils nous empoisonnent l existence le pays avec.

      Supprimer
    2. @atoilhonneur corto

      Une minorité active a toujours plus de pouvoir qu'une majorité passive. Les communistes le savent bien.
      De Gaulle l'a dit, les Français sont des veaux.
      Actuellement, ils n'ont que ce qu'ils méritent. Ils sont encore trop gras pour faire la révolution.

      JPB

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir14 juin 2014 à 22:07:00

      Il suffit largement de 17 % de grévistes pour paralyser un service public, et parfois moins. C'est l'un des sales petits secrets du syndicalisme à la française. 17 % de grévistes ne veut évidemment pas dire 83 % des trains qui circulent ! Vous pensez bien que les camarades s'arrangent pour bloquer le pays avec le minimum de grévistes... C'est encore plus flagrant dans le contrôle aérien, où il doit suffir de 30 personnes pour bloquer les aéroports de Paris.

      Notez que cette fois-ci, on a franchi un pas supplémentaire dans la guerre civile : la CGT et SUD n'hésitent pas à s'en prendre aux enfants pour satisfaire leurs revendications politiques. Et vas-y que je te sabote l'avenir de ceux qui travaillent d'arrache-pied à réussir leur bac ! Toujours plus fort dans la lâcheté et l'ignominie !

      Supprimer
    4. @Robert Marchenoir: Je plussoie. Comment l un de ces connards ayant un enfant passant le bac peut se regarder dans la glace et continuer à faire grève. ? Lâcheté, peut etre pas si le gréviste est conscient de l’éventuel sacrifice qu il demande à son chiard, mais ignominie, assurément.

      Supprimer
  5. "Le gouvernement, une nouvelle fois, va se déballonner "...vous trouvez qu'ils se sont déballonnés sur le "mariage zinzin" ?...
    Ils ne se déballonnent que face à des réformes qui seraient indispensables pour espérer ne pas couler en plein.
    Ces syndicats sont des nuisibles, ils veulent le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière, et le plus drôle dans tout ça, c'est qu'ils hypothèquent aussi l' avenir de leurs enfants ( y'en a bien qui en ont, non ? ). L'intérêt général, ils ne connaissent pas, et même pire, ils vont parfois contre leur intérêt à long terme, aveuglés qu'ils sont par leur intérêt immédiat et leur peur de tout changement...
    Quant à faire une grève qui finirait par tout faire péter, je suis sceptique, le mundial, les vacances qui arrivent, la peur du pire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ils vont contre leur intérêt"
      N'est--ce pas en 2005 que les syndicats de la SNCF ont refusé une prime pour les cheminots sous je ne sais quel prétexte ?

      Supprimer
    2. @nana: Ils n ont pas reculé sur le mariage zinzin, certes mais ils l ont quand même édulcoré en retirant du projet de départ et des envies de la Taub et des lobbies LGBT , la PMA et la GPA. Les deux mamelles de la contestation LGBT qu'ils ont été aussi contraints de retirer de la loi sur la famille: Hollande n en a pas voulu et pour une fois, il a été écouté par la représentation nationale.

      Pour les syndicats, nous sommes d accord, je me demande même si ils ne sont pas plus conservateurs que le plus convaincu des conservateurs. Un comble !

      Supprimer
  6. Comme chaque année , à l'heure des examens , des départs en vacances ," GREVE" : sncf, contrôleur, bientôt dans l'aérien , les ports ,métro et je dois en oublier , c'est devenu une tradition syndicale annuelle .
    Dans un autre registre j'ai reçu cela : http://www.lmptcollectif-oise.fr/?p=7052
    Bon week end à tous et à toi , pas de retour de noce pour se décrasser le foie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude henri: suis rentré hier de cette petite semaine de vacances :) quant à Hollande et cette éventuelle Alzheimer, ça tient la route ! :)

      Supprimer
  7. Nous nous rejoignons puisque hier déjà, j'émettais l'idée d'une grève générale puisqu'il n'y a aucune raison que les corporatismes décident qui ils veulent emm...Leurs "victimes" ont le droit de répondre et un peu plus ou un peu moins qu'importe l'état de cette France qui ne sera bientôt plus que l'ombre d'elle-même. Pire si on ne se révolte pas devant ces types qui galvaudent la politique, on ne sera pas fiers. Et la fierté fait un pays !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: toute la question est de savoir si les Français sont prêts à faire la grève générale. Même pour faire la nique à ces syndicalistes bas du front. Les pauvres (Français) ont hélas bien d autres chats a fouetter alors ils subissent.

      Supprimer
  8. C'est pas mal ton truc Corto, ça risque d'être encore plus folklorique, si la grève dure, de se retrouver en plus avec les manifestations festives des djeun's des kartchiés sensibles- Surtout avec un match France/Algérie...


    Vryko

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vryko: saans le souhaiter véritablement, le pays est dans un tel merdier économique, social et politique que je me demande si le grand soir ne serait pas la solution. D'où ma proposition: quitte à subir , que tout le monde trinque ! Depuis 20 ans au moins le syndicats ne pèsent plus rien et ils font encore la pluie et le beau temps ! ça va, quoi ! alors que cette grève dure et qu on en viennent a les rejeter complètement , seule solution à mon avis pour refonder le syndicalisme.

      Supprimer
  9. A Toulouse, les commerçants en colère (qui perdaient des recettes) ont fait plier les intermittents qui bloquaient un truc (un festival ?). Ils ont eu le trouillomètre à zéro, les miteux. Ils ne bloquent plus, ils font entrée gratuite.
    Comme quoi, quand la populace du privé montre les dents, le détenteur des zaquis fait queue basse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Et bien bravo aux Toulousains ! ce qui d ailleurs ne m etonne pas tant que cela !

      Supprimer
  10. Finalement et en y réfléchissant, mon cher Corto, cette grève devrait être une bonne nouvelle pour tout le monde.

    Pour la droite : parce que les socialistes sont morts. C'est Valls qui l'a dit. Il ne l'a pas dit de cette manière. Il a dit : "les socialistes pourraient disparaître", ce qui revient au même. C'est la première bonne nouvelle qui nous vient du gouvernement depuis deux ans et plus.

    Pour la gauche : les socialistes n'ont-ils pas toujours été du côté de la CGT. N'ont-ils pas encouragé tous leurs combats ? Au Congrès de Dijon en 2003, alors que Hollande était premier secrétaire, n'ont-ils pas ovationné Bernard Thibault qui s'opposait à la réforme des retraites de Fillon ?

    Pour le peuple français : car il a enfin toutes les moyens de comprendre qu'on se moque de lui. Qu'on le méprise. Qu'il n'a pas d'autre choix que de reprendre son destin en mains par tous les moyens. Faute de quoi le pays continuera à s'enfoncer dans la médiocrité dont ce seront les plus faibles qui auront le plus à souffrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Le peuple a tous les moyens de comprendre qu on se fout de lui, c'est certain mais je me demande si il n a pas hélas d autres préoccupations en ce moment ( boucler ses fins de mois, éviter le chômage, payer ses impôts, etc...), autant de préoccupations qui permettent aux z'élites de faire tout et n importe quoi finalement.

      Supprimer
  11. Si on faisait la somme de toutes les subventions reçues par tous les syndicats, je suis sûr qu'en ponctionnant ne serait-ce qu'un peu, il y aurait de quoi relancer l'économie française ...
    Même s'ils contribuent aussi à l'industrie de la bière, saucisson, merguez, frites et barbecues, ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Sen: bien d accord: arrêts de toutes subventions aux syndicats, je ne vois pas pourquoi les contribuables paireait pour une minorité qui 1) ne pèsent pas grand chose, et 2) emmerde la majorité. Si au moins ils étaient constructifs ou à défaut consensuels, mais même pas.
      Je suis même pour la suppression de l'avantage fiscal qui permet aux syndicalistes de déduire de leurs impost 66% de leur cotisation syndicale.

      Supprimer
  12. Gilles Bridier s'étonne, sur Slate, mon cher Corto : "Les jusqu'au-boutistes du rail veulent rejouer le scénario des "bonnets rouges" en bloquant l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire programmée pour 2019. On n'est donc plus dans une approche syndicale pour améliorer les conditions de travail mais dans un bras de fer politique."
    Sans blague ? Mais pour être honnête il aurait dû ajouter : bras de fer politique acceptable, et même souhaitable, quand les socialistes sont dans l'opposition mais parfaitement inacceptable lorsqu'ils sont au pouvoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: bras de fer qui de toute façon verra la perte des syndicats puisque cette ouverture à la concurrence est européenne. Alors un beau jour, elle viendra cette concurrence avec peut etre un ou deux ans de retard mais elle viendra

      Supprimer
  13. Pour les non initiés , le syndicat S.U.D est issu d'un schisme entre les ultras gauchistes de la C.F.D.T et les militants plus socialistes, les premiers ont donc formé le syndicat Solidaire-Unitaire-démocratique, on a le droit rire pour le dernier mot employé quand on les connait, ils n'ont rien de démocratique ces gars là.

    Le SUD est la courroie de transmission du N.P.A dans le petit monde des entreprises d' Etat, ils sont très virulents envers leurs opposants (représentant F;O, roué de coups car il avait osé négocié) parmi eux il y a quand même de vrais syndicalistes mis souvent ils se retirent, écœurés par les procédés peu orthodoxes de certains de plus en plus nombreux des représentants de ce groupuscule ultra-gauchiste.

    Leur pouvoir de nuisance est important, plus de 2 mois de gréve à la poste de Rueil-Malmaison.

    Pour ce qui penseraient qu'ils ont une influence sur les seuls fonctionnaires, dans le groupe La Poste la majorité des employés sont des contractuels souvent jeunes donc plus influençables et plus promptes à l'action intimidante.

    Dans le XV éme, les facteurs sont en grève et le colère commence à monter, je rigole en douce car les gens hurlent comme des chiens devant les guichetiers mais sont lâches devant les syndicalistes qui leurs distribuent des tracts.

    La grande révolte, ce n'est pas pour demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: vois le commentaire ci-dessous de Géneviève, on peut supposer que les actes de malveillance qui se multiplient depuis 8 jours sur le réseau ( mais dont on nous parle peu dans les JT) est bien l oeuvre de certains de ces syndicalistes radicaux et minoritaires de SUD

      Supprimer
  14. A chaque grève de ce genre, des petites entreprises, dont l'équilibre financier est sur le fil du rasoir, ferment, et des gens mis au chômage. On n'est plus au 19e siècle, aujourd'hui ce genre de grève, par ce genre de personnes, c'est la possibilité pour quelques uns d'agresser le plus grand nombre, avec des dégâts collatéraux comme la mise au chômage de centaines de personnes.
    Chez nous dans le Sud des gens ont tiré à la carabine sur les caténaires et fait stopper des trains bondés.
    A saboteurs (les grévistes) saboteurs et demie, donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un gréviste : "L'ouverture à la concurrence c'est ..... pour ouvrir à des (opérateurs) privés .... et ça c'est inadmissible"
      C'est le raisonnement que nous tiennent beaucoup de gens s'affichant "de gauche" : les hommes et les femmes employés dans le public sont du coté du Bien, point. Les autres sont donc du côté du Mal et peuvent crever, ils le méritent.

      Supprimer
    2. @Genevieve Boyer: Rien de nouveau sous le soleil donc: le camp du Bien servi par des abrutis comme SUD et compagnie est donc toujours a gauche ( et donc au pouvoir actuellement ) et le Camp du mal est à droite.
      Notons tout de même dès fois que ces idiots l'aient oublié: cette ouverture à la concurrence a été adoptée en son temps à Bruxelles à la majorité des forces de gauche et de droite représentées au parlement européen.

      Après que leur grèves pénalise ou tue des petites entreprises, on aura beau le dire, ils s en fichent comme de l an 40. Etrange d ailleurs qu aucune étude sérieuse ait été faite pour nous montrer l influence des grèves sur la fermeture d entreprises

      Supprimer
    3. ...Cacher ces chiffres que nous ne saurions voir. Dans ce domaine là comme dans bien d'autres, tout est fait pour éviter de mettre en évidence ce qui dérange.

      Et si l'Etat employait les mêmes méthodes de chantage que les syndicats en menaçant d'interdire de bac tous les fils et filles de cheminots s'ils ne cessent pas immédiatement leur grève ?

      Supprimer
    4. @Cyrielle Col: comme ceux de la délinquance ou de la composition ethnique de la population carcérale...

      Interdire de bac les fils de grévistes, ce serait faire de la discrimination et ça, c'est pas possible :)

      Supprimer
  15. Ma chère Marianne,

    j'ai eu mon bac en 69(après l'avoir loupé en 68!) sans doute l'exception qui confirme la règle.Amitiés.

    RépondreSupprimer
  16. Bаsically, you can onlʏ do 5 invoіces, 5 prоposals, and 5 exρеnses in thе free versіon. Outsourcing accounting services for small
    business ownerѕ is workaƄle fοr those ԝho want to
    turn their focuѕ on their compаnies and find a way to maximise their profitаbility.

    You wߋuld possibly make an sum of cash similar to a consequence of the Regional group.


    Here is my homepaցe Boca Raton CPA Firm

    RépondreSupprimer
  17. Management Frаud often involves a senior mɑnagement. You save a lot
    on inventory, testing, copywriting, andd to be really hοnest, you
    will eaгn a lot about marketing during the coursе of becomng a
    CPA suрer affiliаte. Studies currenbtly have shown whіch, aboսt average, CPAs earn 10% more thn non-CPA Accountants.


    My page ... boca Raton Accountants

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen