jeudi 19 juin 2014

Retour sur un lynchage... ordinaire

Quand le jeune rom Darius s'est fait lyncher, la France qui pense bien a été émue. Et comme pour l'attaque antisémite du musée de Bruxelles, on a entendu tout et n'importe quoi mais surtout que c'était forcément un crime, une agression raciste, le résultat de certains discours de banalisation du racisme... Le FN et ses adeptes en ligne de mire. Enfin, ça, c'est ce que SOS Racisme et consorts voudraient que l'on croit:


"Ouvrir les yeux sur ce que cela coûte à un pays en terme de dignité d'avoir un parti d'extrême droite qui contribue fortement à exciter les populations contre les roms(...)"

La plupart de ceux qui ont les yeux ouverts ont, dès la révélation du drame, compris ou supposé que le racisme, dans cette histoire, c'était un peu trop simple, aller vite en besogne et si cet abruti de Sopo lisait Le Monde ou avait pris le temps d'aller sur place, il ne se serait pas vautré dans une manipulation aussi grossière. Il suffit juste de savoir lire entre les lignes... 
" Darius, 16 ans, soupçonné de ce vol, a été retrouvé quelques heures plus tard dans un chariot de supermarché, sur le bord de la nationale 1, lynché par un groupe d'habitants du quartier des Poètes, à Pierrefitte-sur-Seine, l'une des villes les plus pauvres de Seine-Saint-Denis. Son pronostic vital est toujours engagé. Le campement a depuis été déserté par ses occupants pris de panique. 
Derrière ce déchaînement de haine, qui a fait réagir jusqu'au sommet de l'Etat, personne, aux Poètes, ne voit la marque d'une agression raciste, et rares sont ceux qui comprennent le soudain intérêt des médias pour ce fait divers comme « il y en a dix par jour dans le pays ». Samedi, au lendemain de l'agression de Darius, un gamin du quartier s'est fait tabasser à coups de batte de base-ball par des jeunes de 17 ans pour une histoire de portable volé. Personne n'a appelé la police : les agresseurs se sont fait châtier par d'autres adolescents.(...) 
Toufik a 27 ans, il est électricien. « On est condamné à se faire justice nous-mêmes, d'ailleurs, on est condamnés à tout faire nous-mêmes, commente-t-il.C'est ça, le problème. Tous les jeunes ont eu des problèmes avec la police, on va pas les appeler ! Bon, le gamin, il a pris une raclée, trop forte, d'accord, mais il aurait pas dû faire ça. J'espère que tous ses cousins ont compris. On vole pas les pauvres. Ici, il n'y a pas un ciné, pas un centre commercial, pas une piscine, pas un parc pour les enfants, rien. »
Les enfants. Aucun n'a encore été interpellé. Ceux qui ont participé au lynchage de Darius encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Est-ce pour rappeler leur âge que de nombreux habitants interrogés sur ce fait divers soulignent spontanément qu'il n'existe rien pour eux, même « pas un toboggan », dans la cité ? " (à lire en intégralité ICI)
La situation dans ce quartier et les circonstances vraisemblables du drame sont corroborées par la procureure du coin: " cet acte de barbarie  est lié à une  vengeance privée fondée sur la rumeur et n’est pas réductible à un antagonisme entre deux communautés". 

Alors contrairement à ce que raconte Sopo, ce drame est d'une banalité affligeante qui n'a rien à voir avec le FN ou le racisme: C'est juste l'histoire d'un quartier ultra-défavorisé dans lequel la police ne peut plus ou ne veut plus intervenir. Des Roms qui s'installent, de plus en plus nombreux, et qui, à leurs habitudes, se livrent en guise de gagne-pain au vol et à la rapine. Laissés pour compte par l'Etat et les collectivités, tout aussi démunis que la police devant l'ampleur du phénomène, les habitants ont appris à se faire justice eux-mêmes avec, parfois, souvent ("dix par jour dans le pays") un peu plus de sévérité que celle préconisée par Mam' Taubira. 

Et vous voulez que je vous dise, il ne faudrait pas attendre longtemps avant que ce genre de représailles populaires  se produisent ailleurs que dans des quartiers ultra-défavorisés... 

"Les Roms ne sont pas un problème pour la France" qu'il dit le bien-pensant, c'est possible, la France a d'autres problèmes bien plus importants que le racisme et son exploitation rémunératrice, sauf que à Pierrefitte, le problème est venu des Roms et ce n'est pas moi qui le dit, c'est Toufik, Mario et Mamadou qui l'affirment... Et cela n'aurait rien de surprenant que l'un de ces trois là, leurs frères, leurs potes ou leurs voisins de paliers, soient les tortionnaires de Darius. Dans les cités, on ne plaisante pas avec les voleurs, qui plus est s'ils sont récidivistes... 

Je doute que Toufik, Mario ou Mamadou soient encartés au FN. Faudrait peut-être envoyer Sopo à la cité des Poètes, qu'il nous renseigne... Remarquez qu'à la limite, on s'en fout, de Darius on ne parle plus, sauf à l'étranger (âmes sensibles s'abstenir de cliquer)...

(nb: photo ci-dessous, quartier des Poètes à Pierrefitte, Seine-Saint-Denis, sce: Le Monde)

Folie passagère 2337.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

32 commentaires:

  1. Bonsoir Corto,

    Très triste fait divers comme il s'en produit hélas tous les jours dans la belle France. Nous sommes les spectateurs impuissants du naufrage d'un pays, en lente décomposition (je dirai rapide pour ma part) comme le précise H16 sur son blog. SOS Racisme est un problème aussi important, sinon plus, dans ce pays. En niant la réalité des problèmes initiés par la présence d'une population exogène (Roms ou autres), cette organisation, qui porte bien mal son nom, fait bien plus pour la diffusion du sentiment qu'elle combat qu'un mouvement qui s'en revendiquerait ouvertement. La montée du FN est une conséquence, pas une cause. Si ses dirigeants avaient deux sous d'intelligence, ils dissoudraient ce mouvement qui a fait plus de mal que de bien depuis sa création (ce n'est pas pour rien que l'Arsouille a présidé à sa création). Combattre le racisme, le vrai, c'est faire en sorte qu'on ne réserve plus le terme de salaud, si on doit l'utiliser, au seul blanc de service. A cette aune, nous sommes hélas tous égaux mais seuls les bien-pensants refusent de l'admettre. Ils devraient méditer, s'ils en sont capables, cette phrase malheureusement si juste: « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (http://www.lecontrarien.com/).

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H:" sils avaient deux sous d'intelligence " Oh, hé, là tu en demandes beaucoup, pas d'intelligence, car ça ils en ont, mais de dissoudre leur gagne-pain. ce genre de faits divers somme toute hélas banals mais bien montés en épingle sert leur cause car il y aura toujours des gogos pour mordre au truc. Ce soir aux infos, j entendais un mec - bien blanc - tenir exactement le même discours que Sopo.
      L'espoir néanmoins, c'est que leur posture fait de moins en moins illusion, la splendeur mitterrandienne de SOS Racisme, époque Désir, est révolue, Sopo ne s en est pas rendu compte, nous si.

      Supprimer
  2. J'ai cliqué. Le garagiste roumain installé en face du camp - ce n'est pas moi qui le dit, c'est lui-même aux journalistes - tenait là un scoop qu'il a du essayer de monnayer en France sans succès.
    J'avoue qu'en écoutant RTL le lendemain de l'indignation de la bulle parisienne, j'ai doucement rigolé devant les propos tenus par les habitants du quartier qui n'y connaissent rien en langue de bois. Tu remarqueras que personne, à la suite de leurs témoignages, ne s'est empressé de saisir la justice pour incitation à la haine raciale, etc, tout comme à Marseille l'année dernière.
    Imagine si l'agression s'était produite dans un petit bourg de campagne qui n'en peut mais des vols à répétition. Là, les habitants (ploucs, vus de Paris) n'y coupaient pas : mis au ban de la société, estampillés FN, ils étaient la honte de la France et les tribunaux n'attendaient plus qu'eux. Tous coupables.
    Dans la Seine Saint Denis, on ne va pas en plus stigmatiser une pauvre population qui n'a même pas un toboggan pour faire jouer les gosses mais des paraboles avec abonnement à toutes les fenêtres, portables dernier cri et écrans extra-large. Faut pas déconner quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: la chose est entendue avec des énergumènes comme Sopo, tout cela c'est la faute au racisme et aux affidés du FN alors que pourtant en moins d'un mois, Bruxelles et Pierrefitte, les faits lui apporte un démenti cinglant. mais non, on continue , on y va et on trouve chaque jour des gogos pour avaler les sornettes de SOS Racisme.
      Dans cet extrait vidéo a aucun moment Sopo ne parle de ces immigrés qui ont tabassé le rom, parce qu il s agit bien d immigrés en l occurrence, ils reconnaissent à demi mot la culpabilité de leurs " frères" , non c'est forcément le FN, donc les "blancs".

      Faut pas déconner tout de même ! tu as bien raison mais SOS zinzin, lui, déconne à fond.

      Supprimer
  3. Je vais rester évasif pour ne pas mettre le boxon dans ma région mais une communauté rom a été viré sans management pas par les flics , le préfet , l'armée non par les habitants composé pratiquement de français issus de l'émigration , chercher l'erreur .Cela a été fait si radicalement que peu de gens en parlent .
    Comme rien ne sera fait pour contrôler la venue de cette communauté il est fort à craindre que cela va dégénérer d'ici peu et pas par ceux que l'on croit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Herni: c'est parfait ça, qu ils reviennent qu on puisse voir comment Sopo et consorts réagiront !

      Ceci dit Sopo et son officine ont leur utilité: ils permettent dans l esprits des gauchistes de contrebalancer la politique d'expulsions de roms que Valls poursuit avec ténacité, marchant en cela dans les pas de Sarkozy.
      Sos Racisme en quelque sorte le maquillage ou écran de fumée pour masquer les écarts de la gauche au pouvoir avec ses beaux "idéaux"

      Supprimer
  4. Darius a probablement bien plus que 16 ans, à voir les photos publiées sur le Telegraph. De même le jeune gitan vainqueur de The Voice a bien plus de 17 ans, ou alors ce n'est vraiment pas la même race que chez nous. J'ai vu les photos de Darius, il faut savoir pour se faire une opinion.

    Cela ne change rien au drame, mais cela change bien des choses, un coup, ils sont arrivés en France il y a trois semaines, un autre ils sont là depuis plusieurs années. Aucun fançais, de souche ou pas, ne peut cohabiter avec ces gens là, ce n'est même pas du racisme, c'est tout simplement un abîme culturel infranchissable.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/10908942/Roma-boy-attacked-in-Paris-the-picture-that-will-shock-France-graphic-content.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lady W: "un abîme culturel infranchissable" !! mais tu risque un procès en stigmatisation là ! Comme si il pouvait y avoir des abimes culturels infranchissables entre humains ! Quelle idée saugrenue que je partage néanmoins totalement.

      Supprimer
  5. Eh bien Lady waterloo elle nous coule direct au procès en sorcellerie elle voit des races partout cela n'existe plus
    parlons d'engeance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @balerofr: méfies toi, toi aussi parce que je suis sur que si je branche SOS Racisme là dessus, ils arriveront bien à trouver un lien entre engeance et race. Et donc paf ! au bûcher le Balerofr

      Supprimer
  6. Pouah ! J'ai cliqué alors que je suis une âme sensible, mon cher Corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: pas de ça avec moi, chère marianne; z'en avez vu d autres ! :)

      Supprimer
  7. laffes et les battes ont volées assez bas










    les biens pensants et les pleurnicheuses de service ne savent pas ce qu'est une cité !ils n'y ont jamais foutu leurs grolles de marque, celle que nous avons dans le 19 eme avait à côté de chez elle une tribu de ces emmerdeurs, venue s'installer sous les fenêtres des tours, ils sont pas restés très longtemps, les baffes et les battes ont volées assez bas et ils se sont barrés, ceci dit, les touristes sont là et ils ont aussi quitté le quartier pour les endroits où les promeneurs seront plus conciliants malgré eux , c'est une sale engeance, un choléra doublé d'une grande peste

    RépondreSupprimer
  8. là, ça a merdé un brin......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: oh , z'yva, Sopo pourra te sortir un arbre généalogique te prouvant que non seulement il connait les té-cis mais qu en plus ce sont des salauds de blancs qui y ont emmenés

      Les baffes et les battes y a que ça qui marche quand l Etat abandonne ses fonctions de sécurité et de protection. Ils auront beau dire là-haut que ce n'est pas aux citoyens de faire justice, vient un moment où le citoyen se prend en charge quand il ne sent plus soutenu. Regrettable mais inévitable.

      Supprimer
  9. Vivant en Afrique depuis plusieurs années, je témoigne que le lynchage des voleurs y est une pratique universellement répandue. Ces derniers sont alors contents de voir arriver la police, quand elle arrive, car c'est leur seule chance d'échapper à une mort certaine (Oui, là bas, les caddies restent dans les supermarchés...).
    Les chantres du multiculturalisme et de l'immigration incontrôlée ("Une chance pour nos pays vieillissants!") sont en train de s'apercevoir que quand on importe d'autres cultures, on ne peut pas trier: les pauvres peuples opprimés deviennent des militants anti-"gender", de farouches homophobes, et les tenants d'une justice populaire immédiate et sans pitié.
    C'est lors de tels événements que se démontre l'inanité de leur idéologie qui a remplacé l'accueil de l'autre par l'idolâtrie de l'étranger et la haine de notre civilisation. Quand les minorités opprimées se battent entre elles, comment choisir son opprimé préféré?... Sans doute le dernier arrivé? Coluche disait déjà "Qu'est-ce que c'est que ces Portugais qui viennent retirer l'pain d'la bouche à nos Arabes?"

    PS: Cher Corto, attention à l'orthographe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Quand les minorités opprimées se battent entre elles, comment choisir son opprimé préféré?"
      PRICELESS

      Supprimer
    2. @zen Aztec: Pourquoi "priceless" ?

      Supprimer
    3. Quoi?moi je trouve cette phrase géniale,qui résume les atermoiements des médias tout emmerdés par ce fait divers

      Supprimer
    4. @zen aztec: ah bon, ok , ns sommes d accord , j avais mal interprété ton " priceless"

      Supprimer
  10. @Brintox: excellent commentaire ! merci, en particulier le dernier paragraphe.

    NB: (ici on ne met pas PS) des fautes ? j en ai vu que trois :)
    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour PS, Zut! Pardon! J'y avais pas pensé!... ;-)

      Supprimer
  11. Evidemment , j'ai cliqué ! Je ne suis pas surprise par l'article et les propos des habitants de cette cité aux Poètes , quelle triste dérision !

    RépondreSupprimer
  12. J'ai cliqué, il a pris cher mais il est toujours vivant, nos chance pour la France se ramollissement , tout fout le camp, je te le dis mon ami, c'est pas une vie la vie qu'on vit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: se ramollissent... les écrans plats, la télé, les soirées foot, ... manquent d activités sportives les CPF, y a même pas de toboggans dans les técis !

      Supprimer
    2. Il serait toujours vivant ?
      Si on en croit ceci
      https://blogs.mediapart.fr/blog/nounourse/200614/darius-serait-mort-depuis-hier-matin-et-lafp-nest-pas-au-courant
      c'est peut-être plus tout à fait le cas...

      Supprimer
    3. @LePsycho: oui, j ai vu cela mais comment sa voir si cela est vrai ou faux même si Denis Robert a plutôt bonne réputation ? Et puis "mort clinique" c'est pas tout à fait mort, non ? Regarde Vincent Lambert...

      Supprimer
    4. Tout est possible, en effet... La question que nous pourrions presque nous poser, en lieu et place de "Darius est il mort ?" serait plutôt : avons nous confiance en ce que les représentant de notre gouvernement nous disent de façon globale ?
      Ce n'est pas encore de la défiance, mais quand la confiance n'est plus là, ça commence déjà à devenir problématique.

      Quant à comparer la "mort clinique" avec un "état végétatif", sans être un personnel officiant dans un service de santé j'avoue voir une nette différence entre les deux ; sans rentrer dans des considérations spécieuses, la nécrose s'est t'elle installée dans les tissus cérébraux ?
      Si oui, alors c'est une mort clinique. Dans ce cas, malgré la meilleure volonté du monde et les capacités médicales les plus évoluées : c'est mort !

      Comme le dit un ami : "tout cela ne nous ramènera pas Mike Brant !"

      Supprimer
  13. Ha !
    SOS ouaciste !
    Une bien belle invention !
    Ça permet de jouer sur la culpabiline, moteur essentiel de la religion republiconne, la seule, la vraie !
    Ceci dit, Soso-popo a raison, les roms ne sont pas réellement un problème, en Afrance
    Le problème c'est les vronzais !
    Gageons que la vie serait plus belle pour Soso-popo et ses clients si nous fichions tous le camp, en m'incluant, avec les artisans qui travaillent chez moi, qui, eux, pour le coup, sont réellement.... détestables ( blancs, souchards ou assimilés, gueulards et surtout.... à jour de cotisations zosiales)

    RépondreSupprimer
  14. Tiens, j'ai clicu ,moi aussi( du verbe "cliquir" ,merde avec cet ostracisme qui frappe la conjugaison irrégulière !)
    Le pauv' bougre a la tête au carré ( ce qui est moins pire que de l'avoir au cube, mais préférable à en avoir le logarithme, ne dites rien, je me comprends)
    Gageons que s'il était resté devant son dubonnet ou son blanc limé, au lieu de détrousser Mamadou, il en serait pas là
    Enfin, tout ça, c'est la faute au front nazional
    Relisons ce que dit Dominique Schnapper, zosiologue du lundi au vendredi, dans le Figaro de jeudi "aucun pays moderne aujourd'hui ou hier n'a vécu ou ne vit isolé, dans une indépendance complète, c'est tout au contraire l'interdépendance...."
    OK
    Interdependons nous donc
    De la branche à laquelle on nous a accroché, pour commencer
    Après on verra

    RépondreSupprimer
  15. @Kobus: gageons surtout que s'il n'était pas venu en France faire chier les CPF, il serait encore en parfait état le brave rom

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique