mercredi 27 février 2013

Mort de Stéphane Hessel: La Socialie effondrée...


C'est dur d'être blogueur. Vous écrivez pour être lu, éventuellement pour engager, en commentaires, quelques débats, parce que vous aimez ça, que c'est une activité qui peut-être intellectuellement enrichissante... et toussa, quoi !

Et paf ! Stéphane Hessel, juste parmi les justes ( smiley ) a le mauvais goût de passer l'arme à gauche.

Alors, devant la détresse de la Socialie constatée sur twitter et parce que vous êtes humain et compatissant, vous vous dites qu'il ne faut pas en rajouter avec les mauvais chiffres du chômage, les prix qui flambent, le pouvoir d'achat qui régresse, le CESE qui se fout de la gueule de 700 000 Français, l'inconsistance et les reniements hollandais... Oui, devant tant de chagrin, vous vous dites vivement qu'on le mette six pieds sous terre, qu'on puisse dès lors reprendre les hostilités...

Décernons à Cécile Duflot, Michèle Delaunay, Faouzi Lamdaoui et Yann Galut les palmes du chagrin ( et de la récupération ):

Cécile Duflot: " Garder Stéphane Hessel tout près, l'écouter dire des poèmes de Rimbaud ou d'Apollinaire sur le CD  "Une voix pour la poésie". Merci Stéphane Hessel. Merci."

Michèle Delaunay:  " J'apprends avec un immense chagrin la mort du cher, combatif, plein de panache, porteur de gaieté et de culture, Stéphane Hessel. Il représente tout ce que mon Ministère veut porter : la combativité et le panache de l'âge."

Faouzi Lamdaoui: " Stéphane Hessel, grande autorité intellectuelle et morale de la Résistance, de la République entre désormais dans l'Histoire..."

Yann Galut, député PS, 47 ans: " Stephane Hessel un immense Monsieur...en souvenir de nombreux combats communs."
 
Toute la question maintenant est de savoir si nous aurons droit à un hommage national socialiste; au Panthéon, aux Invalides ?... Mais vite alors que l'on puisse revenir aux choses sérieuses...

Un registre de condoléances est à votre disposition en commentaires.

Folie passagère 1593.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

63 commentaires:

  1. Corto, T'es un vrai con ( Ne change pas, t'es très utile)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Bembelly: Choupinou, tu pleures ? je n en attendais pas moins de toi

      Supprimer
    2. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

      Ayons pitié de la longue théorie des inconsolables indignés qui devront se trouver un nouveau gourou. Le leur a passé l'arme à l'extrême gauche. Gageons que des funérailles à l'échelle planétaire auront lieu, la prose du vieillard sénile ayant séduit bien des gogos hors de nos frontières.

      Ceci dit, il nous aura quand même offert quelques rares éclats de rire, comme cet épisode bouffon où on a pu le voir haranguant les neuneus coiffé d'un ridicule bonnet phrygien.

      Supprimer
    3. @Koltchack: merde Koltchack, j y avais mis les formes moi ! :)

      Supprimer
  2. Je vais célébrer cet événement à la manière de Desproges: à midi, je reprendrai deux fois des moules.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Rupert: allons, allons, respect tout de même, juste un apéritif :)

      Supprimer
  3. Le jour où les socialos comprendront que leurs idoles ne sont pas des Dieux, le pays prendra une bonne direction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pierre: oh ben pour l instant " one direction ": le mur

      Supprimer
  4. Toute mort libère un espace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: un pronostic quant à la prochaine icône socialiste ?

      Supprimer
    2. Après réflexion, mon cher Corto, je dirais : Christiane Taubira !
      Elle a toutes les qualités requises, sur lesquelles, je ne m'étendrai pas.
      Et puis cela ferait tellement plaisir à votre "Choupinou" !

      Supprimer
    3. @marianne: ah non alors, n'allez pas nous faire de cette indépendantiste même pas repentie à deux balles une icône, vous voulez ma mort ou quoi ?

      Supprimer
    4. Mais... elle très bien Christiane TAUBIRA, une vraie républicaine, elle. Elle n'est pas indépendantiste, elle est plutôt régionaliste et elle a bien raison. Les départements et territoires ultra-marins sont très mal administrés depuis la métropole et leur développement économique s'en ressent +++. Sur ce plan, elle ressemble assez à Alfred MARIE-JEANNE (76 ans), dit "le chabin", un tribun remarquable, ancien (très bon) Président du Conseil Régional de Martinique et qui aux dernières législatives a été battre un socialiste hors de sa circonscription d'origine, Rivière-Pilote, où j'ai habité plus d'une année il y a dix ans déjà.
      Quand on ne sait rien de quelque chose ou de quelqu'un, il vaut mieux s'abstenir.
      Conseil d'ami.
      A bon entendeur,

      François le LiONNAIS
      autrefois médecin au CHU de FdF
      @Grange_Blanche
      sur Twitter

      Supprimer
    5. @francois de Lionnais: Humour ou sérieux ?

      Il se trouve que pour avoir habité 8 ans aux Antilles et Guyane, je connais un peu la situation de ces départements, un peu mieux la guyane et la Taubira qu'il m est arrivé de rencontrer dans des cocktails ou autres commissions d'urbanisme, entre autre chose. Cette femme est dangereuse, indépendantiste, éructant sans cesse et n'écoutant que SA parole. Le racisme anti-blanc et anti-colonialiste, hérité de ses parents et de l'indépendantisme omni présent dès l'enfance, collés aux lèvres.

      Ses idées quelle peut mettre aujourd'hui en ouevre en étant au gouvernement sont un véritable danger pour la démocratie et la liberté de chacun pour le plus grand bien de la liberté de tous. Un gros Pouah !

      Supprimer
  5. J'aime bien le mec qui te prend de haut en te disant change rien t'es très utile, après t'avoir traité de con.
    On devine à quelle école il s'est formé, et ces gens sont d'une terrible prétention. Ils ont toujours raison et te traitent de con quand on ne pense pas comme eux. S'il savait à quel point il est ridicule...
    La programmation a bien marché pour lui aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: ne te formalises pas, c'est du Bembelly.

      Supprimer
  6. " C'est l'ensemble de notre pays qui est endeuillé : par ses combats et ses valeurs, Stéphane Hessel incarnait une part de l'âme universaliste de la France."

    Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste



    " Je veux, au nom du PCF, des militants communistes qui ont partagé de très nombreux combats avec lui, dire combien il fut un homme courageux, de gauche, fidèle à des valeurs, à des principes. Jeune résistant ayant rejoint les Forces françaises libres à Londres en 1941 puis déporté, Stéphane Hessel n'a cessé d'agir tout au long de sa vie pour un monde meilleur, une société plus humaine."

    Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  8. Ne te moque pas de la mort des gens, et des gens qui peuvent en être touché.

    Enfin, tu fais ce que tu veux, mais c'est vraiment pas dans ce genre de billets que tu es le meilleur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage car il a du talent le Corto (si si)...
      Quand il ne fait pas le con.

      Supprimer
    2. @Politweets: merci de reconnaître qu'il me soit permis d'avoir un tout petit peu de talent.
      Pourquoi con ? la réponse a cette question aurait pu être intéressante.

      Supprimer
  9. @Falconhill: je me moque bien plus des gens que cette mort attriste et qui l'exploitent de façon honteuse que de celle-ci en tant que telle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @falconhill: quant à Hessel, si l homme a pu être bon, à une époque, d'après ce que l on nous en dit, ses indignations sélectives et certaines de ses déclarations étaient toutes aussi honteuses.

      Supprimer
    2. Souvenons-nous de la réaction des gauchistes à l'annonce du décès de leurs épouvantails préférés (Jean-François Revel, le général Bigeard...) et reprenons joyeusement des moules (ou des pâtes) à la santé des indignés de pacotille. Sans aucun remord.

      Supprimer
  10. Oui mais il y a des gens qui le pleurent pour de bon, des vrais amis, de vrais proches... Si à titre personnel j'ai envie de dire osef, je me mets aussi un peu à la place des gens qui l'aiment vraiment : sa mort est jetée en pâture et ses ennemis ricanent. Je me fous de lui mais j'ai toujours du respect pour le deuil de ceux de l'ombre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blandine: certes pour la famille et toussa je peux comprendre le chagrin naturel mais aucun scrupule par contre à me moquer de tous ces gauchistes qui l'ont utilisé et dont la plupart n avaient jamais entendu parler de ce bonhomme avant la parution de son indignez-vous .
      Hessel a choisi librement de se faire médiatiser, jusqu a aller faire le guignol en bonnet phrygien aux meetings hollandais, dès lors, il ne s'appartient plus.

      Supprimer
    2. Ah bah tu joues l'erinye, tu vas le poursuivre jusqu'au Tartare ? Là je suis pour, je veux voir ça !

      Supprimer
    3. @Blandine: ai-je l'air d'une " furie " ?

      Supprimer
    4. ... me tente pas ou je te mets en héros mythologique dans un récit...

      Supprimer
  11. Voilà l'exemple flagrant du "grand homme" créé de toute pièce...
    Et si il "rentre dans l'histoire" c'est pour moi dans le domaine des impostures remarquables...
    Ceci dit je compatis au chagrin de toute la socialie, mais surtout parce que leur ignorance et leur aveuglement fait peine à voir...
    Qui sera la prochaine figure, inattaquable, correspondant aux critères, qui permettra aux grandes âmes de se justifier dans leur combat d'arrière garde ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: oui, who's next pour défendre les couleurs de la morale de gauche ? Je suis curieux de voir cela, le naturel gauchiard ayant horreur du vide, je ne doute pas qu ils vont nous trouver une nouvelle vedette. Je mettrai bien un penny sur, paradoxalement, Simone Veil

      Supprimer
  12. Je m'intéresse à l'histoire de la seconde guerre mondiale et il y a un énorme fossé entre les hommages fait à Hessel et la présence et la participation de ces même politiques aux autres évènements concernant les résistants, cérémonies etc... Souvent, le politique va se contenter de vendre sa soupe vite fait. Il est clair que c'est l'icône politique sur son piédestal qui est célébrée comme le prouve les déclarations creuse qu'on lit dans la presse, plein de mot avec un sens fort mais utilisé à outrance et bout à bout et rien sur un exploit au détriment des nazis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Judex: bien vu et c'est bien entendu l'icône politique sur son piédestal et ses dévots dont je me moque ici.

      Supprimer
  13. Il manquait l hommage de Sarkofrance:

    "Il a très certainement guidé nombre d’entre nous ces dernières années, à en croire l’incroyable succès de son Indignez-vous. Stéphane Hessel est mort ce mercredi 27 février 2013, et c’est donc bien triste.

    Très âgé puis très connu du grand public de ces années 2000, il nous a éveillé, réveillé, stimulé.

    Bonjour tristesse."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, il a oublié de préciser : "ma femme me console".

      Supprimer
  14. Réponses
    1. Je ne doute pas que ce soit beau, mon cher Corto, puisque vous le dites, mais votre lien ne marche pas.

      Supprimer
    2. @marianne: si, si ça marche, surlignez le puis ckic droit " ouvrir dans un nouvel onglet "

      Supprimer
    3. Ça y est j'ai lu, mon cher Corto.
      C'est beau comme du Pigenel !
      Je me demande combien ils en en réserve des comme ça ?

      Supprimer
    4. @marianne: j en ai lu 3 ou 4 dans le genre, c'est touchant :)

      Supprimer
  15. Stéphane Hessel est parti.
    http://www.lejournaldepersonne.com/2013/02/jamming-for-a-good-boeuf-poetiste/
    Et si nous parlions de « place » dans la société ou de « place » dans l’histoire. Beaucoup de remous, de bousculades pour se faire une « place » en réussite sociale, ou en notoriété.
    Gardez-vous de prendre la première place en une table car si l’on venait vous dire qu’elle est réservée à un personnage plus important que vous, j’imagine votre gêne, et en fin de vie votre géhenne.
    Il y a ceux qui ont quelque chose à dire : qu’est-ce à dire ? Sont-ils venus pour vous servir, s’ils conçoivent la gratuité, la probité ou sont-ils venus pour vous exploiter ?
    Il y a ceux qui n’ont rien d’autre à dire que ce qui les pousse à dire dans la grande cacophonie, ce rien, cette frustration car ces va-t’en guerre y courent avec leur petit tromblon mais sans la fleur dans le canon évasé uniflore de cette arme désuète.
    C’est de bonne guerre que de vouloir s’exprimer en dehors des places réservées dans les médias qui ont fait profession de s’exprimer en truquant la vocation de le faire.
    S’exprimer : vocation ou tropisme irrépressible ? Les deux mon général. Par amour, on dit toujours quelque chose de gentil. Par envie de dire, c’est un cahier de doléances que l’on présente et une souffrance cachée : écoute-moi, j’ai quelque chose à me dire !
    A la télé ou sur le Net, on n’est pas dans le même confort pour « dire ». Les uns sont payés pour dire, les autres sont au chômage pour se taire. L’irresponsabilité est à tous les étages, nous le savons et nous en lavons les mains, mais pas le reste.
    Qu’on ne vienne pas dire que notre Reine cherche une place, elle n’est pas de celles à qui l’on dira : prenez cette place assise, car elle vous répondra qu’elle préfère la station debout et je ne crois pas me tromper à son sujet, en tant que sujet.
    Le partage, c’est la gratuité, c’est-à-dire, n’attendre aucun retour. Peut-être qu’on a perdu cette belle définition, qu’on l’a laissée passer et que l’instrument sur lequel chacun joue est d’une partition différente sans espoir d’une harmonie future.
    Si le Net est un espace de liberté, il conviendrait d’en profiter avant que l’étau ne se resserre car les marchands se pressent au portillon. Tout se résume en deux propositions : « qui je dénigre ? » et « en qui je fais confiance ? ». Feeling, Monsieur ou Madame : feeling !
    Dans la grande confusion des genres, nous avons perdu cette intuition qui fait distinguer le bienveillant de l’agressif, ce dernier arrivant souvent avec des couleurs chatoyantes ; le malin séducteur. Ah ! le vilain !
    Et si l’on disait dans un grand partage du « dire » comme on se partage le pain, avec un peu de miel dessus, en évitant d’y mettre du fiel ? Aimer est un acte volontaire, typiquement humain en ce sens. Pour les timides, disons : « altruisme ». (Les bon « Comte » font les bons amis aussi, dans l’Auguste site de Personne).
    Comme son nom l’indique, la con pétition, quand la roue tourne, serait d’opter pour la routine. A la télé, il conviendrait de bousculer le ronronnement muselé et sur le Net de ralentir les hyperactifs à l’expression vomissement en pomme d’arrosoir.
    La liberté : Qui s’est barré avec le mode d’emploi ? Qui ne s’est pas libéré de son égotisme avant de parler, qui sert, qui dessert ?
    Ce que nous avons à nous offrir, c’est de l’art, pas du cochon et cet art incite au cadeau qui donne autant de satisfaction à celui ou celle qui l’offre qu’à celui ou celle qui le reçoit.
    La liberté : Ne pas s’en priver soi-même, se mettre un carcan supplémentaire en se prenant au sérieux, ce n’est pas sérieux !
    Rions ! Big brother nous regarde ! S’il nous entend parler trop sérieusement, il va rigoler. Notre « place » est petite, c’est celle de David, celle du peuple. Et pour venir à bout de Goliath, des gros pleins de sous qui pourrissent l’ambiance de la planète : une seule arme : la fronde !
    L’indignation en est le commencement.

    Poétiste

    RépondreSupprimer
  16. Au fait, c'est pas un montage la photo de Mr Hessel coiffé du bonnet phrygien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pierre: Si seulement... mais même pas

      Supprimer
    2. Je m'indigne qu'on ait osé coiffer le pape de ce bonnet ridicule !

      Anna M.

      Supprimer
    3. @anna M. : bonnet ridicule qu il semblé apprécier tout de même.

      Supprimer
  17. Immigrations: le devoir d'insertion , je crois qu'Hessel à collaboré ou l'a écrit je ne me souviens plus et la flemme de rechercher , c'est peut-être celà que les gauchos pleurent , ils n'ont pas eu le temps d'avoir une explication de texte , c'est toujours marrant de voir des personnalités "pleurer" sur des personnages qu'ils ne connaissent pas , ce que je retiens de ce monsieur c'est la diatribe qu'il a faite au sujet des cruautés israéliennes , le reste c'est de l'histoire ancienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: sa sortie sur la dernière guerre mondiale était aussi grandiose:

      " Aujourd'hui nous pouvons constater ceci : la souplesse de la politique d'occupation allemande permettait, à la fin de la guerre encore, une politique culturelle d'ouverture. Il était permis à Paris de jouer des pièces de Jean-Paul Sartre ou d'écouter Juliette Gréco. Si je peux oser une comparaison audacieuse sur un sujet qui me touche, j'affirme ceci: l'occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l'occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d'éléments d'exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d'oeuvres d'art. Tout cela était terrible. Mais il s'agissait d'une politique d'occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistants le travail si difficile "

      Supprimer
    2. Merci pour ce salutaire rappel de l'incontinence hesselienne.

      Supprimer
    3. @Koltchack: a ton service !

      Supprimer
    4. Merci de ce rappel, Corto.
      Ces propos sont terribles car ils reflètent une banalisation des incarcérations, des internements et des exécutions pendant l'occupation allemande.
      Ils sont choquants et condamnables.
      Comme Carine, je suis indignée…
      Merci à et Rupert et Koltchak car ce soir, exceptionnellement, je reprendrai trois fois des moules.

      Supprimer
    5. merci corto de ce rappel , complètement oublié, ça confirme mes opinions perso

      Supprimer
    6. @mauricette: mais la socialie a la mémoire courte, ses propos ont à peine 3 ans et tenus devant un journaliste allemand ! Mais qu à cela ne tienne, faisons le entrer au Panthéon

      Claude Henri: mais de rien :) apéro terminé ?

      Supprimer
  18. Paix à son âme!!!

    Les gauchistes sont tellement à l'affut de la moindre chose qui pourra leur permettre de se rendre intéressants... et utiliser le décès d'un homme c'est pas très joli joli mais tellement attendu de leur part....

    Pour ce qui est de l'accès au Panthéon... je crois bien que tu as été entendu....

    http://www.liberation.fr/politiques/2013/02/27/l-indignation-doit-entrer-en-pantheon_885088

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Titi: ça ne m 'étonne pas ! j aurai pu ça aussi le parier.
      Tu vois Hollande déclamer: " Entre ici, Stéphane Hessel avec ton terrible cortège ! "

      Ceci dit quand tu vois le nom des premiers signataires de cette pétition...

      Supprimer
    2. Merci pour l'info, je viens d'en faire usage. J'ai d'ailleurs emprunté ta paraphrase de Malraux.

      Supprimer
  19. Bonsoir Corto,
    Bonsoir à tous,

    Monsieur Hessel s'est beaucoup indigné et a fait des émules. Pendant ce temps, la plupart des pays d'Europe continuaient de s'écrouler. Il aurait mieux fait d'inciter tous ses suiveurs à créer, à construire un monde nouveau. Perso il ne m'aura pas convaincue car...."la critique est aisée, mais l'art est difficile"....Si les jeunes, avec l'anticonformisme qui leur sied, l'ont suivi, je pense que c'est plutôt le côté “vieil homme indigne” qui les a séduits.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne savais même pas qu'il était vivant, bon on va pas en faire un saint aussi !

    Quant à être l'idole des gauchistes, avant c'était Staline, l' Oncle Ho, Mao, Castro, belle brochette de massacreurs et lui qui a t il assassiné ?

    Allez , patron de Ricard-Pain-Beurre, il faut aller au travail, le coeur léger et l' estomac rempli.

    RépondreSupprimer
  21. Ah! Delanoë veut faire un monument à la gloire du défunt Mr Hessel.
    Bien sur, nous n'aurons pas notre mot à dire...

    RépondreSupprimer
  22. Je me cherche des larmes, mais non, rien.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen