jeudi 7 février 2013

Non, sans déconner ?


" Le gouvernement s'inquiète des risques d'explosion sociale ! " titre le magazine Challenges:

" Les bombes sociales se multiplient en France, ce qui ne manque pas d'inquiéter le gouvernement. Grèves, débrayages, blocages d'usines: face au durcissement des mouvements sociaux en France, le gouvernement socialiste craint désormais ouvertement des risques d'explosion sociale. " La colère sociale, avec les conséquences de la crise économique et financière, la précarité, le chômage, les plans de licenciements, elle est là, elle gronde depuis des années", a reconnu ce mardi 5 février le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. "Aujourd'hui on assiste moins à des mouvements sociaux, qu'à des implosions ou explosions sociales"

Et du coup, inquiet qu'il est, le gouvernement envoie un petit peu partout des flics des RG pour tâter le pouls des gens en colère à la sortie des usines; celles déjà en grève ou celles dont on sent que la soupape de sécurité ne suffit plus à contenir la rage des salariés. Il s'agit pour le gouvernement d'anticiper les risques d'explosion sociale, d'analyser pour mieux la contenir une possible " radicalisation des mouvements sociaux ." Un délégué syndical affirme même que la police est venue à la rencontre des syndicats pour leur demander de tempérer leurs troupes

Ces risques d'explosion sociale, " Il faut les comprendre, mais on ne peut pas les admettre. On peut essayer de comprendre les raisons qui poussent des hommes et des femmes au désespoir mais on ne peut pas casser l'outil de travail." a déclaré Manuel Valls ! ( surtout ne pas casser l'outil de production, imaginez un peu si Sarko ou Guéant avaient dit cela ... )

Non, sans déconner, la coupe serait-elle pleine pour des dizaines de milliers de salariés ? Assurément, et c'est sans compter sur ceux qui vivent la précarité au quotidien: les chômeurs, les laisser pour compte, les pauvres, les qui-n'en-peuvent-plus, les mal-logés...

Ben ouais, mon brave m'sieur, perso, cela fait un moment que je le dis: toutes les conditions sont réunies pour que cela pète !

Mais en attendant, on va vous faire une petite guerre au Mali, un mariage zinzin, une réflexion sur l'utilité ou non de changer l'appellation " école maternelle ", le retour de la pastille verte pour les voitures qui polluent pas ( celle des gens plus ou moins aisés, donc) , la chasse aux riches, etc... Du flan !

Ben ouais, m'sieur, des fois, je me demande si finalement faudrait pas que ça pète un bon coup. Sans déconner ! 

Un grand nettoyage de printemps. Qu'on respire, enfin !

Folie passagère 1560.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

28 commentaires:

  1. Réponses
    1. UNE REVOLUTION OK MAIS AU PROFIT DE QUI ?
      "Le Siècle" est un "club de réflexion" (ou "think tank") qui réunit les membres les plus puissants et influents de la classe dirigeante française. On y retrouve des politiciens de droite et de gauche, les patrons des plus grandes entreprises françaises, des journalistes de premier plan dans les médias qui "font l'opinion", et quelques universitaires. Le Siècle compte un peu plus de 500 membres choisis par cooptation, auquels s'ajoutent 200 invités renouvelés chaque année.
      Une fois par mois, les membres du Siècle se réunissent au très sélect Automobile Club de France, place de la Concorde...

      Pouvoir politique DE DROITE ET DE GAUCHE membre du CLUB LE SIECLE ;
      LISTE DES MEMBRES

      Martine Aubry membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements socialistes successifs
      Lionel Jospin membre du Parti Socialiste, premier ministre de 1997 à 2002
      Dominique Strauss-Kahn membre du Parti Socialiste, ancien ministre des Finances de Lionel Jospin. Membre du Groupe de Bilderberg.
      Pierre Moscovici, ministre PS de l'économie et des finances, ancien ministre des affaires européennes
      Manuel Valls député du Parti Socialiste, ministre de l'Intérieur depuis mai 2012. Membre du Groupe de Bilderberg et de l'IFRI.
      Jean-Pierre Chevènement, membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements
      Laurent Fabius, membre du Parti Socialiste, ex premier ministre, ex ministre des finances
      Elisabeth Guigou, membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements
      Bernard Kouchner membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements de gauche et de droite, membre du Groupe de Bilderberg
      Jacques Attali ex conseiller du président François Mitterrand, ex président de la BERD
      Nicolas Sarkozy leader de l'UMP (principal parti de droite), ex ministre des finances et de l'intérieur, ex président de la République
      Jean-Pierre Raffarin membre de l'UMP, premier ministre de 2002 à 2005
      Jean-François Copé ex-ministre UMP du budget
      Alain Juppé ex premier ministre de Jacques Chirac, ex ministre de la Défense; actuel ministre des Affaires Etrangères
      François Baroin porte-parole du gouvernement et ministre UMP du Budget
      Xavier Bertrand ministre UMP de l'Emploi
      Eric Woerth ex ministre UMP du budget
      Xavier Darcos ex ministre UMP de l'éducation
      Rachida Dati ex ministre UMP de la justice
      Eric Besson ex ministre sarkozyste de l'immigration, ex membre du PS
      Luc Ferry ex ministre UMP de l'éducation
      Martin Hirsch ex ministre de Sarkozy
      Fadela Amara ex secrétaire d'état de Sarkozy chargée de la Ville
      Rama Yade ex ministre de Sarkozy
      Pierre Méhaignerie député UMP, ex-ministre UDF de la Justice
      Michel Sapin, ministre PS du travail, ex ministre du budget
      Vincent Peillon, ministre PS de l'éducation
      Jean-Yves Le Drian, ministre PS de la défense
      Marisol Touraine, ministre PS des affaires sociales et de la santé
      Jack Lang, député PS, ex ministre de la Culture, ex ministre de l'Education
      Claude Allègre, ex ministre PS de l'éducation, géophysicien, défenseur du nucléaire et des OGM, négationniste du réchauffement climatique
      Hervé de Charette député UMP, ex ministre des affaires étrangères
      Anne-Marie Idrac ancienne présidente de la SNCF et de la RATP, ancien ministre UMP
      Catherine Nay conseillère de Sakozy à l'Élysée
      Corinne Lepage ancienne ministre de l'environnement
      Catherine Colonna ex ministre UMP des affaires européennes
      Olivier Schramek haut fonctionnaire, directeur de cabinet de Lionel Jospin à Matignon de 1998 à 2002
      Pierre Joxe ex-ministre PS de l'Intérieur, membre du Conseil Constitutionnel
      Pierre Steinmetz membre du Conseil Constitutionnel

      Supprimer
    2. @anonyme: merci, on était au courant

      Supprimer
  2. Je suis d'accord avec toi mon cher Corto. Toutes ces mesurettes que tu évoques, sont de l'enfumage pour éviter aux français de prendre conscience que le gouvernement est incapable de résoudre leurs problèmes quotidiens: chômage, logement, réduction de la dette etc...

    Oui ça va péter! Après est-ce bien ou pas ? Y aura des pots cassés et comme disait ma grand-mère: "on fait pas d'omelette sans casser des oeufs". Cela ne peut plus durer comme cela.

    RépondreSupprimer
  3. @bg et Jeff: mais bien sur que cela va péter, comment pourrait-il en être autrement ?
    Et encore, on ne parle que des salariés des grands groupes mais le malaise est bien plus profond et atteint toutes les couches de la société.

    RépondreSupprimer
  4. AVIS ! j'ai rencard, je prendrais connaissance de vos coms en fin de journée !

    RépondreSupprimer
  5. Et bien, moi, pareil que les deux autres, mon cher Corto !
    Partout où je passe, et ce depuis un bon moment, je n'entends que ça : "Ça va péter !" ou "Il faut que ça pète, et le plus tôt sera le mieux !"
    C'est donc arrivé jusqu'aux grandes oreilles de Valls, mais apparemment pas à celles du gouvernement, qui continue à tout faire pour diviser les Français, pour désespérer les ouvriers, dont les socialistes ont d'ailleurs publiquement annoncé qu'ils ne faisaient plus partie de leur électorat. Le gouvernement laisse le pauvre Montebourg se débrouiller seul. Je sens qu'il ne va pas tarder à avoir besoin d'une protection policière, s'il ne l'a pas déjà !
    Et je ne parle même pas des chômeurs, dont tout le monde se fout royalement, et quant à tous ceux qui sont en-dessous du seuil de pauvreté, c'est comme s'ils avaient été rayés de la carte des citoyens : on peut les loger dans des réduits immondes où on ne voudrait même pas mettre un chien et on les leur fait payer des sommes exorbitantes.
    Pendant ce temps les députés siègent nuit et jour, à mettre au point les enculettes de cette loi sur le mariage zinzin.
    Et nous, nous apprenons qu'aucune des promesses économiques de Hollande ne pourra être tenue, que son pacte européen n'existera pas, que l'accord patronat-syndicat ne tiendra pas, que les 3% du déficit, c'est lettre morte, et ainsi de suite.
    Alors oui, si les Français ne sont pas masos, ils s'arrangeront pour que ce cirque s'arrête. Ils l'ont déjà fait au cours de leur Histoire. Ils peuvent le refaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va encore me dire que j'ai de bien curieuses recherches mais je ne connaissais pas jusqu'à présent l'enculette. Si le responsable informatique fait une exploration de mes recherches, il ne va pas être déçu.

      Merci, Marianne -)

      Supprimer
    2. @marianne: dans le fond, je ne l'espère pas cette explosion sociale mais comment pourrait-il en être autrement avec tout ce que vous citez et le reste; comment ? Je ne vois pas. Je le dis souvent, sans paraphraser qui que ce soir, il suffira d'une étincelle.
      Le gouvernement, il fait le dos rond, trouver des diversions, des rideaux de fumée et attendre en espérant que ça aille mieux. Ce qu'il appelle dialogue social, j 'appelle ça méthode Coué. Mais ça ne dure qu un temps.

      Supprimer
    3. al west: " enculette ", tu veux qu on t explique ? :)

      Supprimer
  6. Dire que les socialos se placent en défenseurs des petits pauvres, et qu'ils leur mettent sur la gueule quand la France d'en bas ose manifester.
    C'est vraiment une énorme escroquerie le socialisme. Je ne les supporte plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pierre: défenseurs des petits pauvres ? Mouarf ! Défenseurs de leur propre idéologie et de leurs privilèges avant tout. Je parle bien evidemment de cette caste de socialos au pouvoir.

      Supprimer
    2. Je l'interprète comme ça en tout cas. Quand Hollande dit qu'il n'aime pas les riches, qu'il faut anéantir le les héritages... il se place en défenseur du miséreux. Je trouve que ça ne laisse pas trop de place pour une autre interprétation... A moins qu'il ne cherche à séduire de manière vulgaire et facile un électorat peu instruit qui réagit aux discours anti-riches?

      Supprimer
  7. Explosion sociale? Oui sans doute. Heureusement que pendant ce temps, les "banlieues", les "quartiers" et les "jeunes" qui les habitent se tiendront bien tranquilles. Et arrêtez de ricaner!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: Parlons en des banlieues. Rien ne t'étonne ? On ne les a jamais vu aussi calmes, du moins dans les médias.

      Supprimer
    2. Il est vrai que nous n'entendons presque plus parler de règlements de comptes à Marseille ou dans les citées autour de Paris :

      . Les médias oublieraient-il de nous informer ?
      . Notre Ministre de l'Intérieur serait-il d'une efficacité exemplaire ?
      . Serait-ce le calme avant la tempête ?
      . Les malfrats ont-ils décidé de se faire oublier car trop d'exposition nuit au business ?
      . Les mêmes malfrats ont-ils terminé de faire le ménage chez eux ?

      Supprimer
    3. @cyrielle: les malfrats, je n y accorde pas trop d importance, ils se bouffent entre eux, c'est pas plus mal même si l'on sait qu il y en a toujours un pr prendre la suite. Le silence des banlieues est plus surprenant

      Supprimer
  8. Quand on promet le changement et que celui-ci se fait attendre, la grogne monte...
    Mais ne nous y trompons pas, ce n'est en faisant plus de socialisme que la situation s'améliorera. Tous ces gens en colère, et à juste titre, réclament plus de ce qui nous a mis dans la merde...C'est un cercle infernal dont il semble impossible de sortir...
    Si ça pète, la déflagration va être terrible, mais, pas sur que l'on reparte sur d'autres bases sauf décision autoritaire....
    Dans les "priorités prioritaires", vous avez oublié le vote des étrangers, d'une importance capitale, comme chacun sait, pour éviter la montée du chômage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: le droit de vote des étrangers, encore un rideau de fumée, le PS lance d'ailleurs aujourd'hui une campagne sur le sujet. Tiens, have a look:

      http://www.parti-socialiste.fr/articles/pourquoi-lump?utm_source=banner-home-0&utm_medium=banner-home-0&utm_campaign=banner-home

      du grand art ! une pierre deux coups: pub pr le droit de vote des étrangers et campagne anti-UMP que la PS cherche a assimiler au FN !

      Bien sur que la déflagration va être terrible. Grosso merdo, c'est 12 millions de personnes qui sont dans la merde en France. Elles ne vont pas tarder à arrêter de la fermer. ça me parait tellement évident.

      Supprimer
  9. le problème, si vraiment les français bougent enfin leurs culs, c'est qu'il n'y a pas d'homme providentiel, tu vois...genre De Gaulle, pour remettre de l'ordre et qu'on risque d'avoir " la chienlit" sans personne pour l'arrêter ! d'autant qu'à ce moment là, les banlieues et les quartiers et les jeunes, comme le dit Pangloss, se mettront de la partie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @boutfil: les hommes providentiels, ce sont les crises graves qui les font. L'histoire nous permet de croire que si il y a véritablement explosion, un homme "providentiel" émergera. ( un retour de Sarko ? , lol, ça c'est pour faire bisquer les antis qui rodent :) encore que...)

      Quant aux banlieues et quartiers, comme je l ai dit a Pangloss plus haut, je les trouve, compte tenu du contexte, étrangement calmes

      Supprimer
    2. Je pense que de plus en plus ils ont conscience que leur rôle est instrumentalisé par les hautes sphères.
      Je crois qu'ils ont perçu qu'une révolte servirait un pouvoir qui les dépasse tout en se servant d'eux.
      Et oui, le fric des banlieues ne profite pas qu'aux racailles. Cf Florence Lamblin, argent blanchi et compagnie...

      En revanche s'il y a une révolte, ça viendra des travailleurs, des ouvriers. Pourquoi ceux qui vivent de la drogue se révolteraient?

      Supprimer
  10. Soyons fou revotons ou faisons un référendum et suivant le résultat .........mais les français ont tellement la trouille qu'on pourrait avoir une surprise au dépouillement , voir 1986 l'autre françois est bien repassé alors qu'une majorité de français en avait assez de ce président .
    Ce qui est dingue quand même c'est que Moumou n'a pas encore fait sa première année et que les cocus du socialisme commencent à se réveiller

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: cela n'a rien de fou. hollande a été élu ds les conditions que l'on sait. Ajouté à cela toute la démagogie de sa campagne et hop!: élu ! la déception était prévisible, à la hauteur de sa démagogie.

      Serait-il réélu ? là, maintenant ? tout dépendrait du candidat en face.

      Supprimer
  11. 9 mois et tout le monde en a marre... Le temps d'une gestation, et ça gronde dans tous les coins...
    Faut que ça pète???? A fond!!!!!!!!!!!!!
    Ce qui me désole le plus, c'est de voir qu'il y a encore quelques illuminés pour continuer à croire en ces socialos...
    Un homme providentiel... On l'a eu, on l'a viré... Maintenant, il se fait du fric et va vendre ses conseils aux autres pays qui sont bien contents et paient très cher pour les entendre... Nous, on se retrouve dans la M... et en train de se faire prendre pour des abrutis par cette bande d'incapables qui se foutent bien de nous...

    Voilà, ça c'était mon petit coup de gueule... Et il semble que je sois loin d'être la seule à avoir envie de pousser un coup de gueule...

    Bonne nuit!!
    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @titi: ah que non, tu n 'es pas la seule ! ça gronde de partout. Quant à Sarko, je me demande finalement si ça ne vaut pas mieux qu il n'ait point été réélu. De ce fait, les socialos sont là et nous voyons, pour ceux capables d'ouvrir les yeux, à quel point ils vont nous entraîner dans le mur.

      Supprimer
  12. Quant à Sarko, je me demande finalement si ça ne vaut pas mieux qu il n'ait point été réélu.

    Je crois me rappeler m'être fait une observation proche de celle-là devant le manque de combativité et la résignation affichée par le président Sarkozy, lors du face à fesse de moi-je.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen