vendredi 1 février 2013

C'est vrai, il y a des priorités bien plus prioritaires que d'autres priorités


J'écris beaucoup sur le mariage zinzin parce que le sujet est d'importance, il engage le devenir de notre société, qu'il me tient à cœur et que j'y suis opposé. Cela ne semble pas plaire à certains. Un commentateur s'en est plaint et j'ai reçu deux emails qui allaient dans le même sens.

Ces trois individus ont parfaitement raison, compte-tenu de la situation économique et sociale dans laquelle se trouve notre pays, il y a nettement plus grave. La preuve:

Sandrine Mazetier, député socialiste, vice-président(e) de l'Assemblée Nationale, a décidé d'un nouveau combat: Il ne faut plus désigner l'école des touts petits par le vocable " école maternelle ", c'est sexiste ! " Cette dénomination institutionnelle laisse entendre que l'univers de la petite enfance serait l'apanage des femmes et véhicule l'idée d'une école dont la fonction serait limitée à une garderie. " Elle propose que l'on:  Remplace ce nom genré par un nom neutre qui redonnerait symboliquement aux pères la place qui leur revient dans l'éducation de leur enfant, et repositionnerait l'école dans son rôle éducatif différent de celui des parents. "L'école maternelle" pourrait être rebaptisée "première école", ou encore « école élémentaire » si l'école couramment appelée primaire destinée aux 6-11 ans prenait officiellement le nom "d'école primaire".

Si cette problématique n'est pas d'importance, effectivement, c'est à désespérer de notre classe politique. Heureusement, Sandrine Mazetier est là. Tout comme notre président. Celui-ci,  soucieux de tenir ses promesses de campagne, même les plus folles ou les plus démagogiques, a demandé ces jours-ci à ce que dès l'été prochain, le mot " race " soit supprimé de notre constitution. Quant à Jean-Marc Ayrault, jamais en reste lorsqu'il s'agit d'animer les débats et de nous prouver qu'il existe, il relance le projet du droit de vote des étrangers.

C'est bien, nous le voyons, il y a des priorités prioritaires et de vrais sujets qui répondent à de réelles préoccupations de la population.

Pour le reste, on va faire le dos rond et attendre que la croissance revienne et que la courbe du chômage s'inverse, comme promis, d'ici la fin de cette année...

Folie passagère 1560.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

34 commentaires:

  1. Bravo Corto. Bien vu. Remarque, c'est également ce que disait le député Azéro, sur la vidéo que tu as mise en lien hier. Je te rassure, je ne crois pas que tu sois en train de virer socialo, ta cuti, j'en sais rien, mais sois tranquille : tout ceci est NORMAL, puisque Normal Premier l'a promis.

    Ah, on me dit dans l'oreillette qu(e jean luc melanch)'on dit de lui qu'il ne tient pas ses promesses. Bah... normal, quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @al west Et bien puisque tout cela est NORMAL, je m en vais aller faire 1 petite sieste réparatrice.

      Virer ma cuti, quelle idée saugrenue !

      Supprimer
  2. Si la maternelle devient "première école", qu'est-ce qu'elle devient l'école primaire? Et l'enseignement secondaire?
    Vu le niveau des socialistes, on comprend maintenant pourquoi leur chef est "premier" secrétaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: c'est fou non comme les préoccupations de ces gens là sont déconnectées du réel , non ?

      Supprimer
    2. "Première" école, "seconde" école et pourquoi pas "troisième" école tant qu'on y est ? C'est de la discrimination pure et simple ! Nous sommes tous égaux et il n'y a donc aucune raison que certains soient en "première" école et d'autres en "seconde" école...
      Quant à école "primaire", c'est carrément du ... racisme. Pourquoi pas "primitive" ?
      École "élémentaire", là encore ne convient pas, bien sûr. " Élémentaire", je vous demande un peu ! Quel traumatisme cela pourrait engendrer pour ceux (et "celles" bien sûr) qui pourrait s'y trouver enrégimenter ; un complexe d'infériorité irréversible.
      Humm, cela devient compliqué.
      Peut-être vaudrait-il mieux supprimer l'école et l'enseignement, tout simplement. Plus de niveaux, plus de hiérarchie, tous des amibes décérébrées ... et fières de l'être !

      Supprimer
    3. @jean erbenger: bah, tout cela ce sont des arguties politiciennes pour faire parler de soi, montrer qu ils existent, bref donner de la merde aux cochons en leur faisant croire que c'est de la confiture !

      Supprimer
    4. Le problème est qu'ils seraient bien capable de prendre la merde pour de la confiture...

      Supprimer
  3. Autre "priorité prioritaire" pour la ministre chargée des personne âgées : après avoir voulu remplacer "vieillir" par "avancer en âge", voilà qu'elle veut organiser une "âge-pride" pour redorer l'image des vieux ! Encore une tarée qui ne sait pas quoi inventer pour exister !
    On est heureux de constater à quel point nos impôts sont judicieusement utilisés !
    "Votre" député socialiste est-elle aussi en manque de notoriété ? C'est vrai que notre système scolaire fonctionne tellement bien que les réformes ne peuvent être que de cette nature !!!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez vu cette dame vous aussi? On voit nettement que cette dame est vieillissante, et franchement on a de quoi douter sur ses capacités intellectuelles.

      Supprimer
    2. @nana: de la même façon que si on avance dans l'âge, on ne tombe plus amoureux mais " on monte en amour " !
      Des baffes, oui !

      Supprimer
    3. On monte en amour.
      Tiens ça me rappelle cette saillie du vieux Clémenceau, qui bien qu'il ait été une saloperie hors concours avait malgré tout de l'esprit : "Le meilleur moment de l'amour, c'est quand on monte l'escalier."

      Supprimer
  4. Tiens, je viens de trouver une belle connerie qu'on pourrait entendre bientôt, au sujet du code de la route.
    Nous aurons bientôt la priorité à droite remplacée par la priorité à gauche.
    Z'allez voir, ils sont fortiches en idées de merde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pierre: ce qui serait logique puisque tous les pouvoirs sont à gauche même les priorités

      Supprimer
  5. En fait, au gouvernement, ils doivent faire des réunions hebdomadaires en catimini après le conseil des ministres, pour éplucher le dictionnaire et trouver des mots utiles et/ou inutiles ... Vu qu'ils ne sont ni capables de s'occuper du chômage, ni du pouvoir d'achat et encore moins de la sécurité du pays, faut bien qu'ils trouvent de quoi occuper les 4 ans et 3 mois qu'il leur reste...

    Alors au hasard, on prend le mot "maternelle" parce que franchement, c'est limite une insulte d'en être une... Non mais des fois, se faire traiter de maternelle c'est hyper sexiste!!!!! Remarque, ça colle bien avec leur projet de supprimer les genres ... (hum... encore un mot qu'il va falloir éradiquer...)

    Puis ensuite on supprime le mot "race" parce que là alors vraiment on frôle l'insulte, c'est d'un vulgaire!!! Peut-être que notre cher président estime que ce mot ne peut être utilisé que pour les chiens....

    Je me suis par ailleurs demandé si ça pouvait aussi fonctionner avec le mot "con"... parce que dans ce cas, il risque de ne plus rester grand monde au gouvernement dans les prochains mois....

    Et tant qu'on y est, au rythme ou l'on va, on pourra bientôt supprimer aussi le mot "travail"... vu que cette notion est aussi en voie de disparition.... Puis le mot "riche" aussi....

    A mon avis, on n'a pas fini d'entendre ou de voir ce genre de choses ... faut bien meubler le temps comme on peut...

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @titi: et bien s il faut descendre dans la rue pur la sauvegarde du mot " con " je descendrai dans la rue !

      C'est très dans la mentalité socialiste : supprimer du langage des mots permettrait d'éradiquer ce que ces mêmes mots sont censés désignés. C'était ainsi sous les bolcheviques, chez les khmers rouges, etc...

      On va virer " race " et hop, plus de racisme ! il suffisait d'y penser. Dieu qu ils sont cons

      Supprimer
    2. Vous parlez de cons, pour détendre un peu l’atmosphère, allez écouter ICI
      ce qu’en disait feu Georges Frèche en 2008. On aime, on n’aime pas…c’est vous qui voyez.
      Et après ça me direz-vous ?
      Deux ans après, il a été réélu avec 54%.
      Le soir de sa réélection en 2010, après avoir demandé à David Pujadas en direct sur France 2 d’observer une minute de silence pour les partis politiques, il donna une conférence de presse, qu’il termina par un V en déclarant : "Souvenez-vous que si j'avais chanté juste, tout ça ne se serait pas passé : j'aurais été chanteur lyrique !".

      Supprimer
    3. @mauricette: Sacré Georges ! finalement, il n'était pas si mauvais que cela :)

      Supprimer
    4. @Mauricette: Merci pour cette belle leçon de politique!!!! :-) En effet, tout est dit...

      Titi

      Supprimer
  6. Supprimons les article et hop le tour est joué plus de discrimination voir mélangeons les mots comme femme et homme en femhon ou homfem, etc,etc.....

    Dans 4 ans plus de chômage car il faudra du monde pour refaire le dictionnaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @grandpas: on y v viendra. On commence avec la suppression de mademoiselle. En suède, certaines écoles n'enseignent plus que sous le règne du " neutre ", plus de " il " , plus de "elle "...
      Le grand n importe quoi

      Supprimer
    2. Et moi qui croyait déconner, si seulement ils étaient des Augustes ou des Clowns-Blancs, les socialo-progressistes ne sont que fossaoyeurs, société de merde.

      Supprimer
  7. Certaines féministes sont vraiment des sergent-recruteurs pour la misogynie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien de plus vrai. Je me rappelle des manifs MLF à la fin des années 60, début 70. On voyait essentiellement d'affreuses viragos à coiffure et mise approximatives. Certaines même cultivaient une espèce d'apparence plus ou moins androgyne du plus mauvais goût.

      Quand on y pense, c'est assez logique. Les belles n'ont aucun mal à se faire une place dans la société, et même sans avoir besoin de coucher.

      En fait, les féministes se trompent de combat. Elles devraient exiger la laideur pour toutes. Mais il est difficile de leur en vouloir, car après tout, ce ne sont que des femmes :-)

      Supprimer
    2. @koltchack et Aristide: chez moi on ne dit pas " sergents recruteurs pour la misogynie " on dit " remèdes contre l'amour " !

      Supprimer
    3. eh les mecs là, c'est pas bientôt fini ? je suis féministe et dans les années 60/70 je me suis battue dans la rue pour pas mal de choses qui n'étaient tout de même pas très " normales" comme le fait d'avoir son salaire versé au mari où pas le droit de compte bancaire au nom des femmes etc...et je n'ai été pour ça un rebus de la consommation sexuelle ni une virago aproximative, soit belle et tais-toi, mon oeil..bande de misogynes

      Supprimer
    4. Pour ce qui est de la gestion de votre patrimoine, mesdames, il faut vous en prendre à la république. Le bon maréchal (ça, c'est pour que les citoyens vigilants s'étranglent) vous avait octroyé ces droits, la république vous les a repris à la libération. Et sans vouloir cafter, l'assemblée à cette époque était à gauche (159 cocos, 146 socialauds, 42 udsr (socialauds résistants), 29 radicaux socialistes). Comme quoi, les forces de progrès...

      Supprimer
    5. @boutfil: moi misogyne ??? j en tombe sur le cul ! j adore les femmes ! peut-etre bien pr ça que je suis pédé :) lol T' as vu le commentaire de Koltchack ? étonnant , non ?

      Supprimer
  8. Je me demande, mon cher Corto, pendant combien de temps les gens vont supporter leurs conneries ?
    Tomber enceinte ? Il paraît que ça leur pose un problème.
    Je leur propose l'ancien "avoir un guignol dans le tiroir", surtout que lorsqu'on voit la tête de certains, on se dit que cette expression ne trahit pas trop la réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: combien de temps ? bonne question. Un éditocrate dont j ai oublié le nom hier sur itélé disait que le gouvernement trouvait dans tous ces enfumages le meilleur moyen de temporiser en attendant que les choses s'améliorent sur le plan economique. Mais que ds le même temps, il était très inquiets car il sait bien que ce ne sont pas tous ces sujets qui angoissent les Français. Reste donc plus qu a savoir si l'élastique tiendra jusqu à une hypothétique relance ou s'il pètera.

      Supprimer
    2. Marianne, on pourrait aussi ressortir la fameuse "brioche au four".

      Supprimer
    3. il va péter l'élastique!!!... Et il va péter à la figure du président...

      Titi

      Supprimer
  9. ... au secours ?

    Moi, vous voulez que je vous dise ce qui me rend dingue, réellement ? C'est que pendant qu'ils s'amusent bien, ces braves gens, les services publics et personnes qui sont censés être un peu sous leur direction sont en roue libre.

    Et parfois, bah pendant qu'ils rigolent... y en a qui se battent connement, pour avoir le simple droit de vivre une semaine sans catastrophe issue de l'administration ou d'organismes un peu farceurs.

    Et là, moi, égoïstement (et égocentriquement, surtout !), quand je te lis, j'ai qu'une envie : abandonner.

    Y a moyen de leur demander gentiment de bosser "pour de vrai" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @blandine: Pourquoi abandonner ? deux solutions comme je dis souvent choisir le parti d'en rire et se démerder comme on peut en attendant effectivement peut-être des jours meilleurs ou se renfermer sur soi, virer à l'aigre et se taper la tête contre les murs .

      Leur demander de bosser ... quelle drôle d'idée

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP