mardi 3 avril 2012

Nicolas Demorand bientôt éjecté de Libération ? Chouette !


Régulièrement, la gauchosphère se plait à railler le Figaro jugé trop " aux ordres " de la Sarkozie. Elle s'était même plu il y a quelques temps à monter en épingle une supposée bronca des journalistes du Fig.

Et bien là, il se passe la même chose chez Libé, sauf que les degauches, ils n'en parlent pas. Informons donc....

Chaque soir chez nos inénarrables degauches, on frétille, on trépigne: quelle sera la Une du journal (?) Libération du lendemain. Faut dire que depuis que l'encore acnéique Demorand a pris la tête de la rédaction, le journal faisait fort question Unes. Le soutien apporté par le journal à Hollande apparaissait de manière trop flagrante. Un peu trop, peut-être. Tellement trop que les journalistes expriment ouvertement leur désaccord avec la direction, avec Demorand, donc. 

Jugez-en; ambiance ...:

" Lundi 2 avril, l'assemblée générale convoquée par la SCPL s'est réunie dans la salle du hublot. Une large majorité des personnels de Libération y a participé dans une ambiance calme et résolue. Au cours de cette assemblée, s'est exprimé un grand malaise, qui tient d'abord au sentiment d'être dépossédé du journal. Bien souvent, nous ne nous y reconnaissons plus. La direction semble ne pas avoir de politique relative à chaque domaine du journal, du sport à l'économie, de la politique à la société, du web à la culture. Elle ne tient aucun compte de ce que les rédacteurs, eux, peuvent en savoir selon leurs compétences et leur aptitude à travailler ensemble. De là, le sentiment général d'être l'objet d'un mépris, encore accentué par l'attitude autoritaire et arrogante de la direction. Et ce, dix mois après que l'équipe a voté à une large majorité une motion de défiance. Un an après l'arrivée de Nicolas Demorand, la greffe n'a pas pris. La liste des griefs est longue :

-Des Unes racoleuses qui tantôt défigurent Libération, tantôt vont à l'encontre des valeurs qui ont toujours été les siennes
-De pseudos événements basés sur des interviews et non sur des reportages et enquêtes
-Un traitement éditorial partisan en matière politique, qui semble inféoder le journal au PS
-La mise à l'écart de continents entiers du journal, comme le social, l'environnement, l'immigration.
-Des embauches de cadres répondant à une logique discrétionnaire, sur fond de précarisation croissante des pigistes.
-Des divergences évidentes au sein de l'équipe de direction qui conduisent à la confusion tant rédactionnelle qu'organisationnelle.
-Des opérations publicitaires contestables lancées sans consultation de la SCPL en dépit des engagements pris par la direction.

Le sentiment prévalent est que l'équipe de direction s'est surtout souciée d'asseoir son pouvoir plutôt que de se mettre au service du journal. Libération ne se fera pas sans son équipe. L'équipe demande à entendre la direction sur l'ensemble de ces points, et se déterminera en conséquence. "

Rarement de mémoire, un patron de journal ne  s'était si vertement fait tancer par sa rédaction. Demorand va-t-il grandir ? Demorand va-t-il apprendre qu'un journal se fait avec une équipe et pas en solitaire ? Nicolas Demorand vit-il ses dernières heures à la tête de Libération ? Nous verrons. Et peut-être me mettrais-je à relire Libé.

Je ne serais pas surpris néanmoins de voir dans les jours à venir des Unes nettement moins " racoleuses ".

Folie passagère 1108.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

13 commentaires:

  1. La seule chose que je pourrais dire, concernant ce journal que je ne lis JAMAIS c'est qu'il tire à 117 638 exemplaires pendant que Le Figaro tire à 330 725 exemplaires !
    (Diffusion de février 2012)
    Je peux ajouter qu'entre février 2011 et février 2012 le tirage de Libé a diminué de 2%, pendant que celui du Figaro a augmenté de 0,66% !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: moi je le lisais régulièrement jusqu a ce que demorand soit nommé. Néanmoins, le tirage est en baisse mais les ventes en hausse de 10% en 2011 avec l'effet DSK.
      Quant à ces Unes, elles en deviennent presque scandaleuses. certaines n ayant rien à envier à Charlie Hebdo. Sauf que Libé n'est pas Charlie

      Supprimer
  2. j'aimais bien, avant, le lire, mais maintenant bof...j'aimais bien les petites annonces, on trouvais des trucs supers !! mais je l'ai jamais acheté hein !! non, où je le vole, ou je le ramasse......

    RépondreSupprimer
  3. @boutfil: au moins avais-je moi le bon gout de l'acheter parfois avec 3 francs six sous piqués a ma mère mais je payai :)

    Hélas, ce n est plus ce que c'était

    RépondreSupprimer
  4. Ceci dit le communiqué de la rédaction est une sévère remontée de bretelles pour Demorand

    RépondreSupprimer
  5. 1794 jours de diatribes et calomnies anti-sarkozy... Demorand dégages !!!! tu fais hontes au metier du journalisme, honte a ta carte de presse. Ta reconversion est toute trouvée : dans la bouze de Mediapart

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: il est sur que son antisarkozysme, comme à tous ceux qui le pratique irrationnellement l'ont décrédibilisé lui et son journal. Je crois aussi qu il est un peu jeune pour ce genre de poste mais que par contre il serait effectivement parfait en bras gauche de Merdapart.

      Supprimer
  6. Ah, le mythe du journaliste intègre, honnête, qui ne présente que les faits, rien que les faits. C'est beau, c'est grand, mais ça n'a jamais existé. La presse ne peut qu'être d'opinion, chaque journal défendant la vision d'un camp politique. A-t-on jamais vu un article laudateur pour la droite dans un journal de gauche, même lorsque le gouvernement faisait un truc bien ? Et inversement ? Bien sûr que non.

    Pour ma part, j'aime bien que les choses soient claires et le petit Demorand a au moins le mérite d'annoncer la couleur : Libé rame pour Flamby. Et ça gène nos petit bobos rédacteurs à Libé, eux qui aiment à entretenir le mythe du pisse-copie indépendant et noble, inféodé à aucun camp en particulier. Et j'avoue que je goûte mon plaisir.

    Pour ma part, je n'ai jamais acheté un seul exemplaire de ce torchon. Au pire, je l'ai parcouru lorsque je trouvais quelques exemplaires abandonnés sur une banquette de métro. Je n'ai aucun goût pour la prose écrite avec les pieds, le style besogneux qui essaie de racoler la jeunesse en singeant ses travers langagiers les plus pitoyables.

    De toute manière la presse française est mourante et ça se sent, au propre comme au figuré. Elle s'étouffe dans ses miasmes, contaminée par le formatage des écoles de journalisme qui méprise le journalisme d'investigation, lui préférant les pseudo-analyses des ragots colportés par les cercles autorisés. Comme si les plus grandes plumes du passé avaient eu besoin de passer par une école pour livrer leurs plus belles pages. Cela fait bien longtemps que les journaleux ne sont que des petits commissaires politiques appointés pour embrigader les esprits. C'est devenu tellement visible que seuls les convaincus achètent encore leurs feuilles de chou.

    Quand je pense aux centaines de millions d'euros (http://koltchak91120.wordpress.com/2011/01/29/indignons-nous-ou-comment-se-passer-des-conseils-dun-senile-precoce/)engloutis chaque année que Dieu fait pour conserver à ces cadavres putrides un semblant de vie, je suis dégoûté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @koltchak: a peu près d accord sur toute la ligne. Il n'empeche que même daubée, pervertie, la presse reste un vecteur important d'information indispensable.

      Quant à moi, je serai pour la suppression pure et simple de toute aide publique à la presse. Le ménage serait fait instantamément .

      Supprimer
  7. Pourriez-vous, mon cher Corto, nous mettre "Le petit conservateur palaisien" dans votre blog-roll, au besoin en éliminant un des ces blogs de gauchos, ça nous donnera de l'air, merci !

    RépondreSupprimer
  8. Est-ce que je me trompe, mon cher Corto ?
    Les gauchos ont déjà été virés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: j en ai viré 2 ou 3 effectivement et devrait en virer un ou deux de plus.

      Supprimer
    2. C'est le grand ménage de printemps ? qui c'est ce blog préconisé par notre amie Marianne ?

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP